ElTofi : La genèse du bac en béton de 10 800 litres

 Le bac de 10 800 litres de ELTOFI

PREAMBULE

La création puis la fabrication d’un bac en béton de plus de 10 000 litres par un particulier n’est pas une chose anodine. Cette aventure que certains redécouvriront dans les lignes qui suivent est celle d’un passionné qui nous la conte, avec toutes ses péripéties, ses déboires, ses moments de joie et de camaraderie qui ont ponctués cette construction spectaculaire et dire d’un aquarium public.

Continuer la lecture

Un combiné « AIRLIFT + EXSHAUSTEUR » pour filtre à gouttière

Quand on connait les performances d’un AIRLIFT normal et ses limites pour faire remonter de l’eau à plusieurs centimètres au dessus du niveau d’eau, on se pose la question de savoir s’il est possible d’alimenter un filtre aquaponique ou à gouttière avec un système pompage normal AIRLIFT.

Le problème est simple à résoudre : il faut une pompe qui remonte l’eau à 7-8 cm au dessus du niveau d’eau de l’aquarium pour alimenter le filtre à gouttière qui fonctionne par gravitation. La combinaison d’un AIRLIFT normal avec un EXHAUSTEUR peut permettre de traiter cette difficulté.

Continuer la lecture

Pre-Filtre à grille 300 microns de bassin…détourné pour aquarium

Il y a beaucoup à apprendre du « monde du bassin » et surtout de ses adeptes passionnés qui, conne tous les aquariophiles sont aussi des bricoleurs invétérés pour la grande majorité. En effet, rapporté à l’échelle d’un bassin, par rapport à un aquarium, le matériel devient vite très coûteux et le recours aux astuces diverses et autres idées de génie est souvent une nécessité.

Donc, quand on tombe sur un aquariophile qui possède un grand bac et aussi un bassin à KOI, il ne faut pas s’étonner d’une certaines alchimie des deux passions : Voilà ce que cela peut donner…..

Continuer la lecture

Apistogramma sp. « D10 »

Un nouvel « Apistogramma » : Apistogramma sp. « D10 »

Avec le travail de Tom CHRISTOFFERSEN (Larvik, Norvège) et Daniel MEJIA (Bogota, Colombie), de nombreuses nouvelles espèces et formes d’Apistogramma ont été découvertes en Colombie et introduites dans le cadre du passe-temps de l’aquariophilie.

Continuer la lecture

Apistogramma agassizii : 4ème partie – Maintenance & Reproduction

Maintenance & Expérience

Expèrience de « BLURAMI » :

J’ai eu la chance d’avoir un morphe sauvage par un ami apistophile, il s’agissait d’Apistogramma agassizii « Mamuru » F2. Je les ai maintenus dans une cuve de 50×50 sans trop de bobos.

C’est une espèce à maintenir en couple comme beaucoup d’Apistogramma car sinon il arrive très souvent voir toujours que la femelle surnuméraire finisse tuée soit par la femelle dominante soit par le mâle. La maintenance en trio peut éventuellement s’envisager dans une cuve d’au minimum 130×50 voire plus.

Continuer la lecture

Apistogramma agassizii : 3ème partie – Classification 2/2

Apistogramma agassizii, Steindachner, 1875

La coloration du corps d’Apistogramma agassizii et les motifs peuvent varier considérablement avec la localité. En règle générale, le haut du dos des mâles est souvent rouge. L’habitat naturel de l’Apistogramma agassizii est habituellement dans les zones où un grand nombre de feuilles mortes est présent.

Ces cichlidés nains ne sont jamais pêchés directement dans les grands fleuves mais plus couramment ils sont trouvés dans leurs affluents car leur petite taille les empêche de traverser de trop gros cours d’eau douce.

Continuer la lecture

Apistogramma agassizii : 3ème partie – Classification 1/2

Apistogramma agassizii, Steindachner, 1875

C’est le plus gros morceau de cette série d’articles sur les Apistogramma agassizii. Cette espèce est si riche en variétés, en couleurs et parures qu’il est fort possible d’oublier d’en citer quelques unes dans les lignes qui suivent mais aussi beaucoup !

Au moins, la lecture de cet article, vous fera découvrir, comme cela a été le cas pour moi, un poisson aux mille couleurs et qui mérite bien sa place dans nos aquariums.

Classification

Continuellement enrichie depuis sa création, la classification scientifique classique des espèces, actuellement désuète, mais encore très souvent utilisée, est issue de celle de Linné. Elle reste une classification importante car elle imprègne encore de nombreux écrits, souvent récents, ou même les manuels scolaires.

Continuer la lecture

Apistogramma agassizii – 2ème partie : Description & Dimorphisme & Distribution

La saga de l’Apistogramma agassizii continue avec 3 chapitres,que j’ai intitulé les « 3D » :

  • Descrition
  • Dimorphisme
  • Distribution

….en prélude d’un « pavé » à découvrir sur la classification de ce poisson aux mille parures !

Pour lire cet article, abonnez vous au

  • site : « www.cichlidamerique.fr » , 

et/ou

Continuer la lecture

Apistogramma agassizii – 1ère partie

Apistogramma agassizii, Steindachner, 1875

Un peu d’Histoire….

Le genre Apistogramma a une longue histoire évolutive, datant du Pléistocène, entre 2 et 11 mille ans environ. Ce genre, comme tant d’autres, a soutenu l’ère glaciaire, qui, bien que pas une incidence directe sur leur habitat par le froid, cela a changé le régime de l’eau des cours d’eau, abaissant les niveaux de la mer de plus de 100 mètres et le séchage du bassin amazonien. Au fur et à mesure que les températures baissaient, les pluies sont tombées et la forêt tropicale s’est retirée dans des zones isolées, à partir desquelles la plupart des groupes ont évolué pour former le genre Apistogramma.

Continuer la lecture

Crenicichla de l’Iguazu : Crenicichla iguassuensis

Crenicichla iguassuensis, Haseman, 1911

 

Confirmé comme espèce issue d’Argentine par Casciotta, J, A. Almirón, L. Ciotek, P. Giorgis, O. Říčan, L. Piálek, K. Dragová, Y. Croci, M. Montes, J. Iwaszkiw et A. Puentes (2016):

Les Crenicichla du Río Iguassu sont particulièrement difficiles à identifier, car en plus de Crenicichla iguassuensis, Crenicichla tesay et une nouvelle espèce encore non décrite sont aussi des spécimens occasionnels avec des lèvres bien développées.

Cela signifie qu’au sein d’une même espèce, il peut y avoir une série de formes qui semblent ne pas appartenir à la forme de la tête, mais qui font néanmoins partie de la même espèce.

Crenicichla iguassuensis, semble se satisfaire d’un bac de 400 à 500 litres dont il faudra assurer des renouvellements partiels d’eau régulier et surtout il faudra lui offrir une filtration très puissante, supérieure à 10  fois le volume du bac.

Son comportement agité et turbulent, sa grande bouche laissent à penser que cette espèce pourrait présenter des problèmes dans un plus bac de dimensions plus réduites ou peut être avec moins avec un mouvement de brassage de l’eau.

Description

Crenicichla iguassuensis se distingue des autres espèces par la combinaison suivante de caractéristiques principales:

  • la présence de rayures suborbitales bien marquées,
  • les flancs avec 4-6 points en dessous de la ligne latérale supérieure,
  • l’extrémité arrière se prolonge au-dessus de corps de pédoncule caudal parsemé de nombreuses taches irrégulières et absence de rayures verticales sur les flancs.

C’est une espèce de taille moyenne à grande qui peut atteindre la longueur standard de 25 cm.

Le corps est allongé et sa hauteur correspond à 4 à 5 fois dans la longueur standard.

Le nez est court.

Dans certains cas, la mâchoire inférieure peut dépasser légèrement la mâchoire supérieure.

La ligne latérale est divisée à proximité du flanc de Mita. La nageoire dorsale  a de 21 à 22 rayons épineux et de 9 à 12 rayons mous et sa partie molle pourrait se terminer en un point. La nageoire anale a 3 rayons épineux et 8 à 9 rayons mous.

Les nageoires pectorales sont arrondies et les pelviennes sont pointues. La nageoire caudale est arrondie.

La couleur d’arrière-plan est grise.

Les écailles de la ligne latérale sont plus claires que les autres. La tête a une bande pré orbitale de couleur grise foncée entre l’œil et le nez et une bande suborbitale entre l’œil et le pré opercule. Cette ligne suborbitale est de couleur noire.

Les flancs ont 4 à 6 points en dessous de la ligne latérale supérieure, le plus postérieur s’étendant sur le pédoncule caudal. Le corps est parsemé de nombreuses taches irrégulières. Il n’a pas de rayures verticales sur les flancs.

Le corps est parsemé de nombreuses taches irrégulières. Il n’y a pas de rayures verticales sur les flancs du poisson. Les nageoires dorsale, anale et caudale sont couvertes de nombreuses taches sombres.

La nageoire caudale a une tache sombre, bien séparée de la base de la nageoire caudale, entourée d’un anneau de couleur claire.

G: Male                                                                                                 H: Femelle

La femelle est plus petite, plus claire que le mâle. Résistant avec des poissons de taille proche. L’agressivité intraspécifique n’est notée que pendant la période de frai.

Comme pour les autres Crenicichla, la croissance des alevins est rapide. La durée de de vie est estimée entre 2-2,5 ans.

 

Eau

Température située entre 22-26 °

dH : 6-10 °,

Le pH de l’eau sur le site de prélèvement est d’environ 7.

 

Élevage

La maturité sexuelle a lieu avant l’année. Ils apparaissent dans un aquarium commun. En tant que substrat, des abris sont utilisés dans l’aquarium. Les parents prennent soin de leur progéniture.

Les créneaux diffèrent dans le corps allongé du brochet et la bouche profondément coupée. Jusqu’à récemment, de nombreuses espèces de ces poissons nous ont été importées, mais pour la  plupart des aquariophiles, elles semblent trop grandes ou «inappropriées» même pour les grands aquariums.

Les poissons de ce genre préfèrent exister dans les grottes, les grottes et les abris, où ils se reproduisent. Il est préférable d’avoir beaucoup de goulots d’étranglement longs créés en utilisant des tuyaux en PVC.

Ces poissons atteignent une longueur de 25 cm à l’âge adulte, ce sont des poissons prédateurs. Le bac qui accueillera ces poissons devra disposer d’une filtration puissante et d’une aération auxiliaire qui l’est tout autant. Des remplacements hebdomadaires de l’eau, jusqu’à 20-25%, devront être effectués.

Pour commencer avec de  jeunes spécimen, l’aquarium pourra avoir une taille minimale de 100 litres à condition d’être équipé d’une variété suffisante d’abris. Comme pour les autres espèces de Crenicichla, les mâles sont souvent assez agressifs entre eux et se battent parfois farouchement.

Les autres cohabitants de l’aquarium, pendant le frai, sont expulsés du site de manière assez vive. Pour ces cichlidés, il faut impérativement aménager des abris appropriés, dans lesquels les poissons pourront aller se réfugier en pénétrant  seulement à travers une entrée étroite.

A l’instar des autres Crenicichla, il  est souvent très difficile de créer un couple harmonieux, qui se reproduira et sera durable à cause de l’agressivité du mâle.

Crenicichla iguassuensis aime les fonds sableux et rocheux, il vit de préférence dans les zones d’environ 80 cm de profondeur.

 

 

OK_historia-natural-2015-2-art-01 - copie

 

Crenicichla iguassuensis