BIOTOPE : La rivière Iguazu au Brésil

Un biotope extraordinaire : La rivière Iguazu

La rivière Iguaçu, connue dans le monde entier pour la beauté de ses chutes, a, comme démontré dans ce livre (voir PDF), une autre chose précieuse qui doit être reconnue comme exceptionnelle par l’humanité: le taux élevé d’endémisme de son ichtyofaune.

Il est montré que 70% des espèces de poissons ne se trouvent nulle part ailleurs sur la planète. Ceci, en même temps que est un privilège pour la région, c’est aussi un sujet de profonde préoccupation.

 

La rivière Iguazu (en portugais: Rio Iguaçu [.i.u iɡwasu], espagnol: Río Iguazú [ri.o iɣwasu] également appelé Rio Iguassu) est une rivière au Brésil et en Argentine.

C’est un affluent important de la rivière Paraná. La rivière Iguazu a une longueur de 1 320 kilomètres (820 milles) et un bassin versant de 62 000 kilomètres carrés (24 000 milles carrés).

L’Iguazu est originaire du Parc d’État Serra da Baitaca, créé en 2002, dans les montagnes côtières de la Serra do Mar, dans l’État brésilien du Paraná.

Pour 1 205 kilomètres (749 mi), à sa confluence avec la rivière San Antonio, l’Iguazu coule vers l’ouest à travers l’État de Paraná, au Brésil.

En aval de la confluence, la rivière Iguazu forme la frontière entre le Brésil et la province argentine de Misiones. Continuant vers l’ouest, la rivière tombe d’un plateau, formant les chutes d’Iguazu. Les chutes se trouvent dans les parcs nationaux du Brésil, du parc national d’Iguaçu et de l’Argentine, dans le parc national d’Iguazú. Il se déverse dans le fleuve Paraná au point où se rejoignent les frontières de l’Argentine, du Brésil et du Paraguay, une zone connue sous le nom de « Triple Frontier ».

Malheureusement l’occupation du bassin hydrographique Iguaçu est parmi les plus touchés par ces facteurs. Ses sections haute et moyenne reçoivent énormément pollution urbaine et industrielle, tandis que la partie basse est modifiée par des réservoirs. En même temps, des prospections réalisées dans le bassin du Paraná que ce bassin contient, proportionnellement, le plus grand nombre d’espèces introduites. Leur participation, comme on le verra dans la liste des espèces de ce travail, représente près de 30% du total.

Les activités agricoles et d’élevage ont un impact sur l biotope d’origine de ces poissons. La présence de source de pollution a été observée tout le long du cours de la rivière, car, en plus de la pollution liée à l’agriculture (utilisation des pesticides, ordures…), il existe d’autres sources de pollution diffuses.

Compte tenu de l’importance de la rivière Iguaçu, il devient vital que les autorités locales accordent une plus grande attention aux activités communautaires présentes sur la rivière et les autorités doivent s’efforcer d’atténuer les impacts causés par différentes activités humaines.

 

Faune de l’Iguazu

Peixes do baixo rio Iguaçu

Environ 100 espèces de poissons sont originaires de la rivière Iguazu et plusieurs espèces non décrites sont connues. La plupart des espèces de poissons dans la rivière sont des poissons-chats, des characiformes et des cichlidés.

Environ 70% sont endémiques, qui sont en grande partie liés aux chutes, servant à la fois de foyer pour les espèces rhéophiles et d’isolant les espèces au-dessus et au-dessous.

Cela signifie également que, à l’exception de la Steindachneridion melanodermatum menacée dans la partie inférieure, les grands poissons migrateurs connus dans une grande partie du bassin du Paraná sont naturellement absents d’Iguazu.

Près d’une trentaine d’espèces introduites se trouvent dans la rivière, dont environ un tiers provient d’autres continents (comme la carpe, l’achigan à grande bouche, le tilapia et le silure africain) et le reste d’Amérique du Sud (dorade, Cichla kelberi, pacu, Brycon hilarii, Prochilodus lineatus et Odontesthes onariensis).

Bolivie-Pérou : Le lac Titicaca n’a plus sa splendeur d’antan

Bolivie-Pérou : Le lac Titicaca n’a plus sa splendeur d’antan, la contamination de ses eaux préoccupe fortement !

 Lac Titicaca : carte

Triste réalité de ce qu’est devenu le lac Titicaca, à la frontière entre le Pérou et la Bolivie, le berceau mythique de la civilisation inca d’où a émergé, selon la légende, le premier souverain de la civilisation andine, offre une vision dramatique aux habitants de la région d’altitude. Ses eaux troubles et souillées sont aujourd’hui contaminées au plomb et par toutes sortes de résidus.

Une vision apocalyptique bien loin de l’image d’Épinal recherchée par les touristes, qui chaque année, se rendent aux abords du lac navigable le plus haut du monde, à près de 4000 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Image associée

Continuer la lecture

neque. fringilla mi, ut ut ut Praesent dolor in
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils