Crenicichla Groupe lugubris – Crenicichla sedentaria

Crenicichla sedentaria – Kullander, 1986

Poissons d’eau douce benthopélagiques tropicaux (Froese et Pauly 2013). Lors d’un échantillonnage effectué en juillet 2005, Palacios et al. (2008) ont trouvé cette espèce dans les habitats ravinés du bassin de la rivière Bajo Pachitea.

  Continuer la lecture

Groupe Crenicichla lugubris – Crenicichla lugubris

Crenicichla lugubris, Heckel – 1840

Crenicichla lugubris, en milieu naturel – Venezuela

Un cichlidé ressemblant beaucoup à cette espèce, Crenicichla lugubris, a été décrit par Heckel en 1840. Dans la description de Heckel, il n’y a aucune mention d’une bande lumineuse dans la dorsale, mais c’est une caractéristique typique des femelles qui est régulièrement observée chez l’autre espèce de ce groupe.

Selon une opinion récente (Kullander & Nijssen, 1989), CRENICICHLA lugubris ne se trouve que dans le système Corentin, à la frontière entre le Surinam et la Guyane britannique, dans la rivière Essequibo, dans le Rio Branco et dans le Rio Negro inférieur.

Outre les conformations morphologiques, la prétendue répartition de l’espèce (Manaus) suggère également qu’il s’agit ici du vrai Crenicichla lugubris. Le motif de coloration, pour autant que l’on puisse le considérer comme tel, consiste en un gris clair uni sur le corps et un peu de pigment rouge sur les nageoires ventrales. Pendant la période de reproduction, qui a généralement lieu en hiver, le poisson change complètement de vêtement et l’on pourrait penser qu’il s’agit d’un cichlidé entièrement différent. La partie inférieure de la tête devient jaune et orange, les nageoires ventrales deviennent rouge vif, tandis que les zones sombres et violettes sont visibles sur le flanc.

Comme dans la plupart des Crenicichla, la région ventrale de la femelle devient plus claire avec quelques teintes rougeâtres. Malheureusement, on ne sait rien, d’un point de vue aquariophile, sur la coloration mâle ou sur celle des juvéniles, puisqu’une seule femelle a été exportée.

 

 

Répartition

  • Amérique du Sud: le bassin amazonien, les rivières Branco, Negro et Uatumã au Brésil; rivières Essequibo et Branco en Guyane; rivière Corantijn au Suriname.

    

  • Amérique du Sud: Bassin de l’Amazone, dans les rivières Branco, Negro et Uatumã au Brésil; La rivière Essequibo et la rivière Branco au Guyana; Corantijn River au Suriname.
  • Amazonie, Amazonie Centrale (Solimoes), Nègre, Basse Negro, Branco
  • Amazonie, Amazonie Centrale (Solimoes), Negro
  • Amazon, Basse Amazonie, Uatumã

  • Les eaux de la Guyane, les rivières côtières des Guyanes, Essequibo
  • Les eaux du Guyana, les rivières côtières des Guyanes, les rivières côtières du Suriname, Corintijns

 

Biotope

Il habite les deux principaux canaux des rivières et des lacs, des lagunes et des criques dans les eaux blanches ou noires.

Niveau de natation: Base – Moyen

 

Synonymie

  • Spottail pike cichlid, spottail brochet
  • Crenicichla funebris Heckel, 1840
  • Cychla rutilens Jardine, 1843
  • Cichla rutilens Jardine, 1843
  • Cychla rutilans Jardine, 1843

 

Espérance de vie

Pas de données.

 

Description

Les espèces du groupe Crenicichla lugubris sont les plus gros membres du genre, avec un nombre élevé d’épines et de nombreuses petites écailles le long de la ligne latérale.

Ce groupe est divisé en deux sous-groupes.

Le premier sous-groupe englobe ces espèces avec 110 (ou plus) sortes d’échelles sur la ligne horizontale E1. En général, ils possèdent aussi un nez émoussé et ont un motif de couleur ontogénétique drastique. Dans ce sous-groupe auquel appartiennent Crenicichla lugubris, Crenicichla adspersa, Crenicichla lenticulata, Crenicichla strigata, Crenicichla cincta, Crenicichla johanna (avec 90-110 échelles), Crenicichla rosemariae, Crenicichla marmorata et Crenicichla sp. « Venezuela » La plupart de ces espèces quand il s’agit de jeunes ont à l’esprit une caractéristique piquetée, ce modèle est visible en Crenicichla adspersa, Crenicichla lenticulata, Crenicichla marmorata, Crenicichla johanna  et Crenicichla strigata.

Le deuxième sous-groupe a été répertoriée Ploeg (1991) et des espèces qui comprennent comme ayant museau pointu se caractérisent, ils sont « dorsoventralement » comprimés ne présentent pas un changement radical ontogénétique dans le motif de couleur et sont comprises entre 80 à 110 écailles sur la ligne horizontale E1. Dans ce sous-groupe auquel ils appartiennent: Crenicichla acutirostris, Crenicichla Jegui, Crenicichla multispinosa, Crenicichla percna, Crenicichla phaiospilus,   Crenicichla ternetzi et Crenicichla  vittata. Les juvéniles de ce sous-groupe ne présentent apparemment pas de points sur la tête.

Forme :

Genre typique avec un corps de forme très hydrodynamique, comprimé latéralement, à corps allongé et robuste, de faible hauteur, à nageoire caudale arrondie à lancéolée.

Coloration :

Les espèces du groupe de Crenicichla lugubris sont le sexe le plus coloré, cette espèce particulière a plusieurs formes de couleur, sont les plus courantes que la couleur de base ou jaune (grisaille détails sur les différences sexuelles).

Couple – Crenicichla lugubris

La couleur de base varie du gris au jaune. Les femelles ont une fine ligne blanche juste en dessous du bord externe de la nageoire dorsale et leur ventre est rose.

Les mâles, d’autre part, n’ont pas ces caractéristiques, ils sont légèrement plus longs et moins colorés.

Taille :

Le maximum selon la référence 36,377 de Fishbase est de 24 cm S.L. (longueur standard), mais les spécimens dépassant 30 cm T.L. (longueur totale).

Différences sexuelles :

Elles ne sont visibles qu’à l’âge adulte.

Les femelles ont une fine ligne blanche juste en dessous du bord extérieur de la nageoire dorsale et le ventre est rose.

Femelle Crenicichla lugubris

Les mâles, au contraire, ne possèdent pas ces caractéristiques sont légèrement plus longs et moins colorés.

Male Crenicichla lugubris

Au stade adulte, Les femelles obtiennent au stade adulte cette fine ligne blanche juste en dessous du bord externe de la nageoire dorsale et, en outre, leur ventre est rose.

Le mâle a une bande blanche sur la nageoire dorsale. Les femelles sont plus colorées.

Aquarium

La maintenance est possible à partir d’un aquarium d’une capacité de 400 litres pour un couple seul : c’est le strict minimum,  mais les Crenicichla lugubris ont besoin de bacs aux dimensions énormes si on veut conserver plusieurs spécimens et ces bacs doivent impérativement être aménagés avec des abris en fonction de leur taille.

Filtration :

La filtration sera aussi en rapport avec la taille de ces bacs de grandes dimensions et le volume de filtration devra atteindre au minimum 3 fois le volume de l’aquarium.

Changements d’eau :

Ces poissons supportent mal une eau de moyenne à mauvaise qualité, en particulier avec une haute teneur en azote, par conséquent, un remplacement fréquent de l’eau est nécessaire.

Oxygénation/brassage :

De même, s’agissant de poissons habitués à évoluer dans des rivières, il conviendra à veiller à une bonne (forte) oxygénation de l’aquarium qui les accueille.

Taille de l’aquarium :

Les conditions d’élevage idéales privilégieront comme il se doit l’emploi d’un aquarium d’un grand format et donc d’une taille optimale : 180 cm x 60 cm x 90 cm => 1000 litres.

Il est recommandé d’utiliser du sable comme substrat : En effet, cette espèce a hérité de la triste et bien réelle réputation des cichlidés de se comporter certainement comme un bulldozer en essayant de modifier votre décor que vous veniez d’organiser !

Décoration :

La décoration sera essentiellement constituée de troncs et de grosses pierres formant des grottes et des cachettes. Connaissant le gout de ces poissons aux manœuvres de terrassement, il faudra veiller à ne pas mettre des éléments de décoration qui pourraient basculer et provoquer un accident au sein du bac

Vous pouvez utiliser les racines pour créer des grottes, les poissons aiment avoir une place à laquelle ils peuvent reculer.

Les plantes doivent être solides, de préférence en pots ou bien enracinées.

 

Eau

  • pH compris entre 5,5 et 6,5,
  • GH égal ou inférieur à 6 ° DH.
  • Température: Entre 26ºC – 30ºCRENICICHLA

 

 

Alimentation

À la fois carnivore et herbivore, une variété de régimes différents et assez riches devrait leur être fournie.

Dans la nature, en véritables prédateurs, ils attendent dans leurs abris pour attraper des poissons de petite et moyenne taille qu’ils capturent lors d’une attaque fulgurante.

Il ne faut pas oublier qu’ils sont donc essentiellement carnivores, même si nous pouvons nous pouvons progressivement les habituer à la nourriture congelée et même la nourriture sèche qu’il conviendra d’humidifier avant la distribution, il est essentiel d’avoir des cultures vivrières vivantes.

Ce sont des poissons carnivores, il ne faut pas l’oublier mais moyennant de la patience et des conditions optimales de maintenance, il sera possible de les habituer à la nourriture congelée et même à une palette étendue de nourritures. Il est très important de leur fournir de façon régulière de la nourriture vivante.

Une nourriture différenciée contenant des pellets ou des flocons de bonne qualité pour les cichlidés peut, à termes, leur être apportée moyennant une phase d’adaptation comme cela a été dit. Des aliments vivants ou congelés tels que les larves de moustiques ou d’Artémia, les crevettes et les palourdes et les aliments végétaux sous forme d’algues ou de spiruline seront aussi facilement acceptés et constituent un excellent apport alimentaire.

 

 

Comportement

Comportement des espèces propres: Extrêmement agressif

En revanche, il est modérément agressif avec d’autres espèces, à conditions qu’elles soient aussi grandes, au péril et risque que les poissons introduits dans le bac de Crenicichla lugubris fassent rapidement et définitivement partie de leur repas du jour !

Il faut conserver à l’esprit que le comportement intraspécifique de Crenicichla lugubris est toujours très agressif.

 

 

Reproduction

Un couple reproducteur aurait besoin d’un aquarium spécifique d’au moins 400 litres, serait monogame et se reproduirait dans des cavités.

Peu de rapports d’élevage en captivité. On pense que la ponte a lieu dans un lieu discret choisi par le couple reproducteur.

Suivant les observations faites en milieu naturel et à l’instar des autres Crenicichla, il semble qu’ensuite ces poissons prennent grand soin de leur frai et de la progéniture engendrée.

Après la ponte, la femelle reste à côté de la ponte tandis que le mâle observe le territoire environnant.

Le développement des œufs est relativement lent. L’éclosion a lieu environ cinq jours après la ponte. La nage libre des alevins arrive à son tour après une semaine de vie des larves et s’effectue toujours sous la surveillance étroite et attentive des parents. Il faut donc compter environ un total de 12 jours après la ponte pour voir apparaitre les jeunes alevins !

Les juvéniles ont un livrée caractéristique qui est constituée de points et de lignes noires sur un fond clair et souvent blanc.

Nota : L’une des particularités de ces grandes espèces est le comportement social des juvéniles, qui, lorsqu’ils ont encore le motif caractéristique des taches et des raies, sont très paisibles et cherchent à entrer en contact les uns avec les autres.

La cohésion d’un groupe peut être si forte qu’ils chassent conjointement les intrus de leur territoire. Dans l’habitat naturel, cela peut être le devoir des parents, qui gardent leur progéniture pour une période de six mois ou plus. Après environ un an, la période peut varier en fonction des espèces et des conditions, le changement de couleur a lieu. Un changement concomitant dans leur comportement est perceptible, et des escarmouches parmi les membres du groupe sont fréquemment vues. Dans les citernes de plus de 150 cm, ces piques rebelles peuvent toujours être maintenues ensemble, à condition qu’elles soient égales en taille.

Comme pour les autres Crenicichla, pour l’éleveur, la difficulté majeure consistera et la première difficulté à vaincre pour se lancer dans la reproduction, consistera à constituer, parmi un groupe de Crenicichla lugubris, un couple harmonieux en raison de l’agression croissante du mâle, en particulier chez les poissons plus âgés.

Comme la plupart des grands cichlidés et des autres Crenicichla, les Crenicichla lugubris sont monogames, c’est-à-dire qu’ils se reproduisent par couple apparié dans le territoire qu’ils se seront choisis dans un aquarium. Cela pourra parfois conduire à des querelles au sein du couple qui s’est pourtant choisi. La distinction entre les sexes reste toujours assez difficile car les extensions régulièrement observées des nageoires non appariées chez les mâles d’autres espèces ne sont pas visibles chez Crenicichla. En général, les femelles ont cependant une bande ou zone plus claires dans la partie supérieure de la nageoire dorsale.

Malheureusement, une reproduction réussie, en captivité, de l’un de ces grands Crenicichla n’a pas encore eu lieu (à vérifier – sous toute réserve), bien que l’on ait observé un comportement de « garde parentale » effectué par  des femelles avec des œufs mûrs. Il est fort probable que certains facteurs environnementaux sont à l’origine de l’échec de ces reproductions qui ne peuvent être que partiellement réalisées dans un aquarium, car ils jouent un rôle crucial. Ce serait bien dommage qu’à l’avenir, nous ne soyons pas en mesure d’élever ces magnifiques cichlidés, car, dans le cas opposé nous devrions continuer à dépendre entièrement des importations de ces superbes poissons.

 

Anecdote d’un revendeur aquariophile

Nous avions reçu des Crenicichla lugubris du Venezuela en trois tailles. Il est étonnant de voir à quel point ces poissons changent radicalement de couleur au cours de leur ontogenèse. 

L’ontogenèse (ou ontogénie) décrit le développement progressif d’un organisme depuis sa conception jusqu’à sa forme mûre, voire jusqu’à sa mort. En biologie du développement, ce terme s’applique aussi bien aux êtres vivants non-humains qu’aux êtres humains mais on le retrouve aussi dans le domaine de la psychologie du développement où l’ontogenèse désigne le développement psychologique d’un individu depuis l’enfance jusqu’à l’âge adulte et plus généralement, pour désigner les transformations structurelles observées dans un système vivant qui lui donne son organisation ou sa forme finale.

En biologie de l’évolution, on contraste souvent l’ontogenèse, l’histoire d’un individu particulier, et la phylogenèse, l’histoire évolutive de l’espèce à laquelle appartient cet individu.

 Les juvéniles qui ont l’allure typique et modèle en forme de « frites» sont des poissons qui semblent apeurés et en danger lorsqu’ils sont seuls. Puis le poisson arrivés à l’âge de la puberté, ils ne voient leurs congénères que comme des concurrents et essaient de les mordre et de les tuer chaque fois qu’ils ont l’occasion de le faire. 

Finalement, ces poissons deviennent sexuellement matures et forment des couples qui vivent le plus souvent en paix et en harmonie pendant de longues périodes. 

La variété Orinoco de CRENICICHLA lugubris a une grande quantité de rouge dans la coloration. Cette population présente également beaucoup de taches sur le visage, ce qui peut entraîner une confusion avec CRENICICHLA lenticulata qui vit dans la même région. 

CRENICICHLA Lugubris « Orinoco » est l’une des plus grandes espèces du genre et peut atteindre une longueur d’environ 50 cm. C’est donc un sujet magnifique pour les aquariums très grands ou publics.

Commentaire général

Espèce attrayante et colorée, à croissance très rapide et aux espèces agressives, une très grande cuve est requise. Il peut être particulièrement agressif contre sa propre propension. Il doit être nourri avec d’autres cichlidés de grande taille ou une seule espèce. Chaque poisson qui est assez petit pour tenir dans votre bouche va probablement manger (il y a de grandes bouches). Du sable granulaire fin est recommandé sur le plateau. Il creuse probablement le décor. Les plantes, les roches et les racines peuvent être utilisés comme décor. Les plantes doivent être intactes, peuvent être plantées dans un pot ou leurs racines peuvent être fixées une fois.

Vidéos

https://youtu.be/ESAvzwOGAiY

https://youtu.be/_5VNccrbkXU

http://hdvidzpro.me/video/Crenicichla

CRENICICHLA CF LUGUBRIS « MANCHADA » ; https://youtu.be/U8NO7-9pSSM

https://youtu.be/YbZ0ITYfty4

Galerie photos

Références citées

  • Günther, A.; 1862; « Catalogue des poissons dans le British Museum Vol IV »; Londres.
  • Heckel, J.; 1840; « Neue Flussfische brasiliens nach den Beobachtungen und Mitteilungen des Ent.deckers beschrieben de Johann Natterer »; Ann. Mus. Nat. Vol. 2; pp 327-476.
  • Kullander, SO & Nijssen, H. 1989; « Les cichlidés du Surinam ». Leiden.
  • Pellegrin, J.; 1904; « Contribution à l’étude anatomique, biologique et taxonomique des poissons de la famille des Cichlides » Mem. SoCrenicichla zool. France, 16; pp 41-399.
  • Ploeg, A. 1987;  » Crenicichla marmorata Pellegrin, 1904 du bassin du Rio Trombetas, Brésil, nouvelle description illustre »; Rev.p. Aquariol ; 14 (3); pp 85-88.
  • Regan, CT ; 1905; « Une révision des poissons des genres cichlidés sud-américains Crenacara, Batrachops et Crenicichla « ; ProCrenicichla zool. SoCrenicichla Londres; pp 152-168.
  • Stawikowski, R. & Werner, U. 1988; « Die Buntbarsche der neuen Welt Südamerika ».

Articles sur ces poissons :

http://www.cichlidae.info/article.php?id=78
http://cichlidae.com/article.php?id=122
http://www.geocities.com/napaValley/549 … ubris.html

http://193.10.57.60/Map/OccurrenceMapList.php?genus=Crenicichla&species=lugubris

Groupe Crenicichla lugubris – Crenicichla lenticulata

Crenicichla lenticulata – Heckel, 1840

Les Crenicichla lenticulata sont à la fois l’un des membres les plus attrayants du genre Crenicichla, et aussi généralement l’un des plus agressifs. Ils font partie du groupe Lugubris, et sont les plus grands membres du genre Crenicichla.

Continuer la lecture

Vieja argentea

Groupe Crenicichla scottii – Crenicichla gaucho

Crenicichla gaucho – Lucena and Kullander, 1992

On trouve peu d’informations sur ce poisson découvert récemment et finalement peu importé dans le monde de l’aquariophilie. A la différence de beaucoup de membres de son espèce qui réclament des conditions de maintien spécifiques en raison du comportement assez difficile des Crenicichlas, Crenicichla gaucho semble plus facile   « d’accès » pour l’aquariophile qui veut se faire plaisir avec ces poissons magnifiques.

Continuer la lecture

Groupe Crenicichla missioneira – Crenicichla punctata

Crenicichla punctata – Hensel, 1870

 

Cette espèce est rarement importée et peut être l’une des seules du groupe Missioneira maintenue en captivité. Il est également possible que ce soit une espèce du groupe Lacustris, mais sa forme générale et son comportement rappellent un peu les membres du groupe Missioneira. Il est nommé punctata en raison de ses nombreuses taches noires sur le corps.

 

Synonymie

Nom commun: Crenicichla punctata.

Ancien nom: Crenicichla polysticta, Hensel, 1870.

  Continuer la lecture

Groupe Crenicichla reticulata – Crenicichla stocki

Crenicichla stocki – Ploeg, 1991

Crenicichla stocki male

Description

Ces Crenicichla sont remarquables par leur corps allongé typique et leur bouche profondément découpée. Jusqu’à récemment, de nombreuses espèces de ces poissons nous ont été importées, mais pour la plupart des aquariophiles, elles semblent trop grandes ou «inappropriées» même pour les grands aquariums. Ces éléments mettent déjà en évidence que la maintenance de cette espèce n’est pas chose aisée et à la portée de tout aquariophile : Crenicichla stocki s’impose  comme un poisson pour passionné et spécialiste. Continuer la lecture

Crenicichla groupe scottii – Crenicichla scottii

Crenicichla scottii – Eigenmann, 1907.

Crenicichla scottii appartient au groupe des « scottii » dont il est l’un des trois représentants. C’est un poisson assez atypique en ce qui concerne sa maintenance  et sa capacité de résistance en milieu tempéré. Ce poisson, même s’il ne possède pas une robe exceptionnelle et des couleurs chatoyantes a pourtant de nombreux atouts pour séduire un aquariophile.

Répartition géographique

L’aire de répartition de Crenicichla scottii s’étend sur de la partie de l’Uruguay brésilien jusqu’à la partie argentine du fleuve et autour de Buenos Aires en Argentine.

Résultat de recherche d'images pour

Ce Cenicichla a aussi été également trouvé dans le Rio Negro dans le nord de la Patagonie (Argentine). Continuer la lecture

Groupe Crenicichla Wallaci – Crenicichla compressiceps

Crenicichla compressiceps, Heckel 1840

Biotope

Crenicichla compressiceps est endémique du Brésil, bassin du fleuve Amazone, dans le bassin inférieur du fleuve Tocantins, Amérique du Sud.

Ces cichlidés habitent des rapides dans le bassin versant du Rio Tocantins au Brésil et plus particulièrement les rapides en aval de Jatobal, situés entre Novo Repartimento et Jacundà.

Leur biotope typique est caractérisé par du sable fin et des grappes de pierres.

La température de l’eau dans leur environnement naturel varie entre 25 ° et 28 ° C (77 ° et 82 ° F), le pH est de 6,0 à 6,5 et la dureté est inférieure à 1 dGH. Le compressiceps nain réside naturellement dans une eau légèrement acide.

Continuer la lecture

Groupe Crenicichla lugubris – Crenicichla lugubris « Colombia »

Crenicichla lugubris « Colombia » – Heckel, 1840

Un cichlidé ressemblant beaucoup à cette espèce, Crenicichla lugubris, a été décrit par Heckel en 1840. Dans la description faite par Heckel, il n’y a aucune mention d’une bande lumineuse dans la dorsale, mais c’est pourtant une caractéristique typique des femelles qui est régulièrement observée chez d’autres espèces de ce groupe.

Selon une étude de Kullander & Nijssen, faite en 1989, Crenicichla. lugubris ne se trouve que dans le système Corantins, à la frontière entre le Surinam et la Guyane britannique, dans la rivière Essequibo, dans le Rio Branco et dans le Rio Negro inférieur.

Outre les conformations morphologiques, la prétendue répartition de l’espèce (Manaus) suggère également qu’il s’agit ici du vrai C. lugubris. Le motif de coloration, pour autant que l’on puisse le considérer comme tel, consiste en un gris clair uni sur le corps et un peu de pigment rouge sur les nageoires ventrales. Pendant la période de reproduction, qui a généralement lieu en hiver, le poisson change complètement de robe et l’on pourrait penser qu’il s’agit d’un cichlidé entièrement différent.

La partie inférieure de la tête devient jaune et orange, les nageoires ventrales deviennent rouge vif, tandis que les zones sombres et violettes sont visibles sur le flanc. Comme dans la plupart des Crenicichla, la région ventrale de la femelle devient plus claire avec quelques teintes rougeâtres.

Répartition

Amérique du Sud: bassin de l’Amazone, rivières Branco, Negro et Uatumã au Brésil;

Résultat de recherche d'images pour

Essequibo et Branco en Guyane; Corantins au Suriname.

Résultat de recherche d'images pour

Corantins, Suriname

Biotope

Il habite les deux principaux canaux des rivières et des lacs, des lagunes et des criques dans les eaux blanches ou noires.

 

Synonymes invalides

Il reste avec sa dénomination originale, étant invalide:

  • Crenicichla funebris Heckel, 1840
  • Cychla rutilens Jardine, 1843
  • Cichla rutilens Jardine, 1843
  • Cychla rutilans Jardine, 1843

  

Description

Typique du genre, forme très hydrodynamique, latéralement comprimé, allongé et robuste, de faible hauteur, nageoire caudale arrondie à lancéolée.

Les espèces du groupe C. lugubris sont les plus grands membres du genre, elles ont un nombre élevé d’épines et de nombreuses petites échelles le long de la ligne latérale. Ce groupe est divisé en deux sous-groupes.

La première comprend les espèces ayant au moins 110 échelles dans la ligne horizontale E1, qui possèdent habituellement le museau terni et présentent un changement ontogénétique dense du motif de couleur. Dans ce sous-groupe, on compte C. lugubris, C. adspersa C. lenticulata C. strigata C. cincta, Johanna C (90-110 Les échelles con), rosemariae C. C. marmorata et C. sp. « Venezuela ». La majorité de ces espèces, lorsqu’elles sont juvéniles, ont une ponctuation caractéristique dans la tête, ce patron est visible chez C. adspersa, C. lenticulata, C. marmorata, C. strigata et C. johanna.

Espérance de vie: pas de données.

 

Différences sexuelles

Forme: Corps extrêmement hydrodynamique, comprimé latéralement, allongé et robuste, de faible hauteur, nageoire caudale arrondie à lancéolée.

La couleur de base varie du grisâtre au jaune.

La distinction entre les sexes est assez difficile car les extensions régulièrement observées des nageoires non appariées chez les mâles d’autres espèces ne sont pas visibles chez Crenicichla. Les espèces de ce groupe possèdent de magnifiques couleurs. Les femelles sont plus colorées. À l’état adulte, les femelles ont une fine ligne blanche juste en dessous du bord externe de la nageoire dorsale et leur ventre est rose.

Crenicichla lugubris – Male

Les mâles, en revanche, ne possèdent pas ces caractéristiques, sont légèrement plus longs et moins colorés.

Crenicichla lugubris – Femelle

Les femelles ont une bande blanche dans la nageoire dorsale et développent des ventres rouges lorsqu’elles sont prêtes à se reproduire.

La différence entre mâle et femelle est très visible si l’on détient des individus adultes : Le mâle adulte est plus grand que la femelle.

C’est une espèce de grande taille qui atteint en général 24-25 cm mais il existe des specimens qui dépassent 30 cm T.L. (longueur totale).

 

Eau

Courant : faible à moyen

Le Crenicichla lugubris est un poisson plutôt robuste qui vit naturellement dans une eau ayant une température comprise entre 27 °C et 29 °C pour un pH allant de 5.0 à 6.5. La conductivité de l’eau peut osciller entre 10 μS/cm-1 et 300 μS/cm-1.

Les conditions d’élevage des poissons d’origine sauvage doivent être respectées de manière rigoureuse. Les poissons issus d’élevage de longue date sont généralement acclimatés à une température avoisinant les 26°C dans une eau neutre.

 

Aquarium

Conditions d’élevage: Aquarium d’une taille minimum de 180cm x 60cm x 90cm soit 1000 litres.

Il est recommandé d’utiliser le sable comme substrat. Cette espèce aime aménager son territoire et dès son introduction se mettra probablement à creuser et chambouler le décor que vous aurez préparé. Vous pouvez utiliser les racines pour créer des grottes, les poissons aiment avoir un endroit pour se retirer. Les plantes doivent être solides, de préférence en pots ou bien enracinées.

La décoration sera constituée de rondins et de grosses pierres formant des grottes et des cachettes.

Cette espèce vit à proximité de grosses racines dans lesquelles elle peut trouver refuge en cas de danger. Ce type d’habitat se rencontre non loin des berges. Le sol est généralement constitué de sable, de galets et de rochers.

Le Crenicichla lugubris réside naturellement dans une eau légèrement acide.

Pour être maintenus en groupe, il faut d’énormes bacs qui permettront de garder plusieurs spécimens (aquariums publics) avec des abris en fonction de leur taille et un filtre qui se déplace 3 fois le volume de l’aquarium.

Ce poisson étant un prédateur, il est recommandé de le maintenir dans un environnent spécifique, sans autre espèce. En effet, tout poisson entrant dans sa bouche constituera une proie potentielle. Un aquarium de 1000 litres est le minimum conseillé pour sa maintenance. Si vous tentez tout de même de l’associer à d’autres espèces, les poissons insérés devront être d’une taille au moins comparable au prédateur dans un volume beaucoup plus conséquent.

L’espèce apprécie un environnement particulièrement riche en végétation. L’ajout de plantes lui offrira de nombreuses cachettes qui atténueront son éventuel stress. Pour coller au mieux avec son biotope, vous pouvez recouvrir le fond du bac de sable et déposer un amas de pierres de manière à former des grottes. Ce poisson a la particularité de creuser son territoire dans le sable. De ce fait, il est susceptible de déraciner les plantes et de modifier le décor de l’aquarium.

Pour éviter que l’eau ne devienne trop polluée, il est recommandé d’effectuer un renouvellement mensuel de 20% à 30% du volume d’eau. Attention, l’eau ajoutée doit être à une température voisine de celle de l’aquarium.

Le maintien de ces cichlidés est moins problématique, bien qu’une certaine expérience avec de gros poissons soit requise.

Eau

  • Température de l’eau: 27-29 ° C
  • Paramètre de l’eau: pH: 5.5-6.5
  • Dureté totale jusqu’à 15ºdGH

 

Nourriture

Le Crenicichla lugubris est un carnivore.

Cette espèce peut être nourrie avec des aliments secs (paillettes, granulés), de la nourriture fraîche et de la nourriture congelée. Pour éviter les carences, il est recommandé de varier les types de nourriture.

Comme pour tous les poissons, il convient de ne pas trop les nourrir pour éviter de polluer l’eau. Pour un poisson adulte, vous pouvez le nourrir une fois par jour.

Le comportement alimentaire et l’utilisation de l’habitat de Crenicichla lugubris a été étudiés dans le río Cinaruco, une rivière de plaine d’inondation dans les llanos vénézuéliens. L’analyse des contenus stomacaux de Crenicichla lugubris a montré que les grands spécimens (> 100 mm SL) de C. lugubris se nourrissaient surtout de petits poissons (par exemple les Characidae, les cichlidés), mais que les juvéniles (<100 mm SL) consommaient principalement des insectes aquatiques, des écailles de poisson et des crevettes.

En aquarium, il sera possible de l’accoutumer aux nourritures sèches et congelées moyennant une période d’adaptation mais il restera indispensable d’avoir des cultures vivrières vivantes. La nourriture sera variée contenant des granulés ou des flocons de bonne qualité pour écrevisses, aliments vivants ou congelés tels que larves de moustiques ou artémias, crevettes et moules et aliments végétaux sous forme d’algues ou de spiruline.

Dans la nature ils attendent dans leurs abris de passer des poissons de petite et moyenne taille à ceux qui attrapent, ils sont des poissons carnivores, bien que nous puissions nous habituer à la nourriture congelée et même à la nourriture sèche. Il est très important de leur fournir de la nourriture vivante.

 

Comportement

Le Crenicichla lugubris est un véritable carnassier. C’est un poisson qui chasse à l’affût et qui fait partie des grands prédateurs de son biotope.

Son tempérament est plutôt grégaire quand il est jeune, mais en vieillissant, il devient de plus en plus agressif. Au moment où ils atteignent le stade subadulte, Crenicichla lugubris, comme d’autres espèces de Crenicichla, deviennent très intolérants les uns des autres.

On remarque qu’il est modérément agressif avec d’autres espèces de cichlidés ce qui en fait un poisson assez difficile à maintenir en bac communautaire. Il est modérément agressif avec d’autres espèces – si elles sont grandes sinon elles feront partie de leur régime alimentaire – mais le comportement intraspécifique est très agressif.

C’est un poisson solitaire qui réside naturellement à proximité du fond. C’est une espèce au tempérament plutôt vif.

Le Crenicichla lugubris est un poisson agressif qui ne tolère aucune incursion dans sa zone de vie. Il est particulièrement violent contre les autres espèces territoriales et il peut provoquer des combats musclés. Il est généralement un peu plus tolérant avec les poissons non territoriaux. En période de reproduction, il devient encore plus agressif, protégeant sa progéniture avec acharnement.

Il se montre également très violent envers ses congénères.

Naturellement, il a tendance à creuser le sable et à transformer son environnement.

Le Crenicichla lugubris est un poisson dont la maintenance est plutôt réservée à des aquariophiles avertis. Elle ne pourra être réalisée avec succès qu’en effectuant un minimum de travail de documentation. De plus les conditions particulières d’élevage peuvent facilement entraîner la mort de l’espèce ou d’autres poissons.

L’une des particularités de ces grandes espèces est le comportement social des juvéniles qui, lorsqu’ils ont encore les taches caractéristiques -et-rayures, sont très paisibles et cherchent le contact les uns avec les autres. La cohésion d’un groupe peut être si forte qu’ils chassent conjointement les intrus de leur territoire. Dans l’habitat naturel, cela peut être le devoir des parents, qui gardent leur progéniture pour une période de six mois ou plus. Après environ un an – la période peut varier selon les espèces et les conditions – le changement de couleur a lieu. Un changement concomitant dans leur comportement est perceptible, et des escarmouches parmi les membres du groupe sont fréquemment vues.

 

Reproduction

Mode de reproduction : Le Crenicichla lugubris est un poisson ovipare qui pond sur substrat découvert.

Un couple reproducteur aurait besoin d’un aquarium spécifique d’au moins 400 litres. Le couple constitué est monogame et se reproduira généralement dans des cavités.

Après la ponte, la femelle reste près de sa progéniture tandis que le mâle surveille le territoire environnant et repousse fermement toute intrusion.

Le développement des œufs est relativement lent puisque l’éclosion a lieu environ cinq jours et les alevins nagent librement à partir de la semaine suivant leur naissance, toujours sous la garde attentive de leurs parents.

Vidéo

https://youtu.be/7VMBlh7rU08

Références

Günther, A.; 1862; « Catalogue of fishes in the British Museum Vol. IV »; London.

Heckel, J.; 1840; « Johann Natterer’s neue Flussfische brasiliens nach den Beobachtungen und Mitteilungen des Ent.deckers beschrieben »; Ann. wien. Mus. Nat. Vol. 2; pp 327- 470.

Kullander, S. O. & Nijssen, H. 1989; « The cichlids of Surinam ». Leiden.

Pellegrin, J.; 1904; « Contribution à l’étude anatomique, biologique et taxonomique des poissons de la famille des Cichlides » Mem. Soc. zool. France, 16; pp 41-399.

Ploeg, A. 1987; « Crenicichla marmorata Pellegrin, 1904 du bassin du Rio Trombetas, Bresil, nouvelle description illustre »; Rev.p. Aquariol.; 14 (3); pp 85-88.

Regan, C. T.; 1905; « A revision of the fishes of the South American cichlid genera Crenacara, Batrachops and Crenicichla »; Proc. zool. Soc. London; pp 152-168.

Stawikowski, R. & Werner, U. 1988; « Die Buntbarsche der neuen Welt­ Südamerika ». Essen.

https://www.cichlidae.com/article.php?id=122

Télécharger le fichier