[1ère partie] La phytothérapie, pour les poissons aussi !

La phytothérapie, pour les poissons aussi !

 

Phytothérapie – une médecine douce pour soigner nos poissons

Après plusieurs heures de recherche sur Internet, dans les livres et revue spécialisées, j’ai finalement réussi à glaner quelques informations, pas assez à mon goût mais je souhaite quand même partager avec vous le fruit de mes recherches … ça nous change de l’allopathie que tout le monde connait et qui malheureusement utilise pas mal de produits chimiques et qui selon moi n’est pas forcément bénéfique pour notre organisme.

Parfois, malheureusement nous n’avons pas le choix et il nous faut suivre des traitements dits traditionnels.

Qu’est-ce que la médecine douce ?

C’est une médecine alternative à la médecine allopathie et qui est dîtes naturelle. On utilise donc les vertus (préventives ou curatives) des plantes dîtes médicinales, celles-ci peuvent se situer dans les racines, les fruits, les bourgeons, les feuilles, l’écorce etc.

On la trouve sous diverses formes : gélule, comprimé, granulés, teinture mère, huiles essentielles, eau florale, décoction, jus, cataplasme…

La médecine douce est très vaste, les plus connues sont la phytothérapie, l’homéopathie mais aussi la gemmothérapie, l’argilothérapie, l’acupuncture et bien d’autres encore. Rassurez-vous il n’est pas question de vous proposer des bains de boues à pratiquer sur vos petits poissons ni vous apprendre à manier des aiguilles…

Continuer la lecture

La photographie d’aquarium et de poissons d’ornement : Episode n°4

Quel photographe d’aquariophilie êtes-vous ?

Nous avons vu dans les articles précédents plusieurs méthodes pour faire des la photographie d’aquarium. Il n’en existe pas une qui fait référence et toutes sont aussi bonnes les unes que les autres : il vous appartient de mettre au point la votre en fonction de vos aquariums, de votre matériel, de vos poissons et de vous goûts !

Ayez L’œil affûté !!!!

Continuer la lecture

Bien nourrir ses poissons…

Nous avons pris l’habitude de classer les poissons en « herbivores », « omnivores » ou « carnivores », en transposant les terminologies communément utilisés pour les animaux terrestres. En se basant sur leurs habitudes alimentaires, on peut éventuellement les classer en détritivores, omnivores, planctonivores ou piscivores.

On pourrait aussi ajouter aussi le terme d’opportuniste !

Résultat de recherche d'images pour

Tant sur le plan scientifique que sur le plan étymologique, vous l’aurez compris, l’emploi des termes comme « carnivores » ou « herbivores » n’est réellement pas approprié.

Continuer la lecture

La photographie d’aquarium et de poissons d’ornement : Episode n°3

Pourquoi faites-vous de la photo ?

La photographie d’aquarium et de poissons d’ornement : Episode n°3

Si vous ne vous êtes jamais posé cette question simple, il est peut-être temps de le faire pour cadrer votre démarche créative.

Maintenant  que vous vous êtes peut-être intéressé  à la technique photo avec les deux précédents articles, vous avez découvert que vous pouviez changer plusieurs paramètres et que le résultat dépendait de ces réglages. Il ne vous en fallait pas plus pour tomber dans les fiches techniques et autres guides.

Mais on fait assez vite le tour de la question technique et au final vos images n’étaient pas meilleures après avoir étudié tout cela. Sans chercher à devenir pro, vous admirez certains photographes dont les images peuvent vous rendre jaloux et vous aimeriez faire quelque chose pour « faire mieux ». Il vous faut adopter une démarche créative.

Pourquoi vous pouvez vous sentir perdu au début

Une fois les bases de la photo maîtrisées, vous voulez passer à autre chose, sortir du cadre.

La photographie d’aquarium et de poissons d’ornement : Episode n°3

Si vous pratiquez la photographie et que vous vous sentez perdu, ne vous inquiétez pas, c’est normal. La complexité n’a fait que croître avec le numérique, ses multiples réglages, le recours à un logiciel de post-traitement et autres plaisirs informatiques.

Apprendre la photo est un processus sans fin

Nous sommes nombreux à faire de la photographie car nous aimons nous remettre en question en permanence, chercher quelles sont nos envies, découvrir de nouveaux domaines.

Image associée

La photographie d’aquarium et de poissons d’ornement : Episode n°3

Un processus sans faim !!!!

Pour découvrir l’article qui suit…..

Continuer la lecture

La gastronomie appliquée à l’aquariophilie….

Les aliments et ingrédients maison….

Vous trouverez dans la lecture de cet article un bref aperçu des aliments et ingrédients maison utilisables régulièrement ou occasionnellement, seuls ou en mixture, mais aussi une série de recettes glanées sur Internet, fruit d’expériences d’aquariophiles parmi lesquelles chacun pourra trouver celle qui correspond aux besoins de ses poissons.

Attention, ces préparations suite aux mélanges qu’elles impliquent peuvent vous soulever le coeur  et/ou provoquer des débats en cuisine avec votre conjoint quand celui ci vous verra utiliser ses instruments de cuisine.

Le terme nourriture préparée désigne toute nourriture non vivante préparée par l’aquariophile. Les recettes qui suivent, bien que spécifiques, peuvent et sont utilisés pour la plupart des autres poissons. Cependant, certains aquariophiles, après bien des expériences déconseillent l’utilisation de viandes rouges (hémoglobine) pour les poissons à intestin long (cichlidés) tandis que d’autres la proposent à dose « contrôlée ».

On raconte un grand nombre de bêtises sur la nécessité de varier l’alimentation mais, d’après l’état actuel de nos connaissances, ce ne serait nécessaire que dans la mesure où un aliment présente des carences qu’un régime varié pourrait composer. Sinon, il n’y a pas de raison de supposer qu’une alimentation uniforme conviendrait moins bien aux poissons qu’aux nombreux animaux de laboratoire.

Il faut néanmoins retenir que les meilleurs aliments sont ceux qui contiennent le plus de protéines.

Alors, bon courage, endossez votre tenue de cuisinier, accaparez vous la cuisine et mitonnez à vos poissons des petits plats dont ils raffoleront et qui auront aussi l’avantage d’être moins onéreux que les nourritures proposées en aquariophilie.

Pour lire la suite et et découvrir les recettes

Continuer la lecture

Méthode et prise de vue dans un aquarium publique

Avez-vous déjà essayé de faire des photos lors d’une visite dans un grand aquarium publique ?

Vous avez du vous rendre compte que l’exercice n’est pas facile. Beaucoup de photos sont floues ou bougées car les contraintes techniques sont importantes : des salles très sombresl’impossibilité d’utiliser le flash, l’autofocus, etc.

En outre, il faut faire attention à toute cette foule grouillante qui vient s’interposer en vos sujets et votre objectif photo, sans parler du sempiternel gardien qui vient vous dire de ne pas utiliser votre flash…..

Au final, que des contraintes !!!!

….et souvent un résultat très médiocre :

Pourtant avec un peu de méthode, il est possible d’obtenir de bonnes photos.

Continuer la lecture

La photographie d’aquarium et de poissons d’ornement : Episode n°2

Le conseil du jour : Ayez l’œil et saisissez l’instant !

Ça y est, les APN sont sortis des placards voire même les vieux appareils argentiques pour les nostalgiques mais surtout les premiers essais de photos d’aquarium et de leurs pensionnaires ont été réalisées et les flashs crépitent à tout va !

…..et quels sont les résultats ?

Est ce que c’est cela que vous avez obtenu ?

ou cette photo ?

Image associée

Il ne faut pas aller trop vite et penser que l’on est devenu un spécialiste en la matière en 24 heures : on ne s’improvise pas Yann Arthus-Bertrand ou Henri Cartier-Bresson comme cela !

La photographie demande de la technique, de la pratique et c’est avant tout un art !

Pour vous aider dans vos travaux photographiques, un deuxième article à lire….

Continuer la lecture

La photographie d’aquarium et de poissons d’ornement : Episode n°1

Faire des photos en aquarium chez soi, aussi belles que celles de certains professionnels sans endosser un lourd scaphandre, sans se mouiller….

sans investir dans un équipement coûteux, sans risque….

cela est parfaitement possible en suivant quelques astuces simples qui vous permettront d’obtenir des résultats remarquables auxquels vous ne vous attendiez pas.

N’oublions pas que l’aquariophile d’ornement a pour but d’élever des poissons dans un but décoratif, l’aquarium et les poissons ont un certain intérêt visuel et peut parfois toucher jusqu’à l’œuvre d’art.
Pas de panique, il n’est pas question d’enfiler masques et tubas, non je vous propose de photographier vos protégés dans vos aquariums.

En effet, les aquariums sont quasiment la seule opportunité de découvrir le monde qui existe sous l’eau,celui de nos cichlidés américains et particulier mais pas seulement, et  en outre les aquariums offrent généralement des spectacles fascinants mais pas toujours évidents à photographier.

A priori, on le constate souvent, les aquariums ne sont pas les lieux les mieux adaptés pour photographier et les situations sont rendues difficiles par la présence de reflets et réfractions dues aux parois des aquariums, les sources de lumières sont parfois insuffisantes et il n’est pas question de se servir du flash, et pour terminer les animaux ne sont pas toujours coopératifs et ne prennent pas les poses que nous souhaiterions…ils sont souvent très ou trop rapides!

Mais vous aller voir qu’avec quelques petites astuces il devient plus facile de tirer le portait de ces créatures. Dans la lecture de cette série d’articles relevés sur le net et écrits par d’autres passionnés, je vous propose donc de faire vôtres les règles, astuces, petits trucs qui vous aideront à mieux saisir l’ambiance des vos aquariums, les instants uniques que vous voulez saisir et la beauté de vos poissons que vous pourrez faire partager au plus grand nombre.
Un mot d’ordre doit guider vos travaux photographiques : Saisissez l’émotion
Ces photos que vous ferez sont aussi l’occasion d’immortaliser des réactions de vos poissons ou aussi de ceux qui viennent les admirer !

Comme vous l’avez compris, la photographie en aquarium c’est un peu « comment obtenir la meilleure photo dans un endroit qui n’est généralement pas photogénique ». Mais n’oubliez pas que l’important c’est aussi et surtout de se faire plaisir !

N’essayez pas de forcément ramener la photo du siècle, mais plutôt de passer un moment qui vous aura fait plaisir et que vous partagerez avec d’autres passionnés ou amateurs !

1er article : Les conseils viennent d’un photographe nommé PAUL VAN ALLEN dont vous pourrez découvrir une partie du travail, pour ne pas dire l’oeuvre à l’URL suivante : https://www.flickr.com/photos/pva1964/albums/72157618508154710

En revanche pour lire son article et découvrir ses conseils de photographe, il faut être abonné au site.

Continuer la lecture

Comment faire un aquarium naturel et low-tech ?

Il s’agit de faire un aquarium le plus simple possible et le plus économique en fonctionnement : une petite pompe pour le brassage de l’eau, un éclairage moyen ou modéré, un chauffage réglé à 23 – 27° l’hiver, un substrat à base d’un simple sable avec, éventuellement, un peu d’argile, ou un substrat pour bassin, une eau de robinet, ou de pluie, ou les deux, des plantes simples 100% aquatiques, et des plantes flottantes….et bien sûr, d’y accueillir des cichlidés !

Continuer la lecture

Les mycobactérioses des poissons transmissibles à l’homme…

Les mycobactérioses des poissons transmissibles à l’homme sont probablement sous-diagnostiquées. Plusieurs outils permettent de les dépister et d’identifier les mycobactéries responsables.

Certaines mycobactéries qui infectent ou colonisent des poissons sont transmissibles à l’homme, provoquant des lésions cutanées dont l’évolution est parfois invalidante. Elles sont fréquemment observées et probablement sous-diagnostiquées chez les poissons d’aquarium et, dans une moindre mesure, d’élevage.

Des traitements antibiotiques existent pour l’homme, mais ils sont longs et ne préviennent pas toujours les séquelles. Chez les poissons, en raison de la persistance des mycobactéries dans le milieu aquatique, de l’absence de traitements efficaces et du caractère chronique de la maladie, les conséquences sont souvent sévères et nécessitent le plus souvent un vide sanitaire après l’élimination des animaux infectés. Des mesures de prévention de la contamination sont également indispensables.

Continuer la lecture