Mayaheros beani

MAYAHEROS BEANI – JORDANIE, 1889

Autrefois assez couramment répandu et élevé chez les aquariophiles, Mayaheros beani est maintenant l’un des cichlidés les plus rares, les plus désirables et souvent les plus difficiles à obtenir. Pourtant il est très connu comme sous l’appellation de « cichlidé de Sonora » ou celle de « guapote vert », mais aussi sous d’autres noms espagnols tels que « Mojarra de Sinaloa » et « Mojarra verde ».

Pendant de nombreuses années, et jusqu’à assez récemment, il était très facile de se procurer des spécimens de ce poisson.

Plusieurs zoos et autres aquariums publiques présentaient cette espèce ou faisaient des recherches sur elle comptaient de nombreux adultes qui se reproduisaient activement.

Souvent, les poissons se reproduisaient avec un tel succès que les éleveurs étaient confrontés à des centaines, voire des milliers, d’alevins dont ils ne savaient que faire ni comment les placer !

L’aspect « mode » de conservation de Mayaheros s’est estompé avec le temps !

Pourtant, il reste toujours une institution qui maintient encore une population reproductivement active de Mayaheros beani, « l’Arizona Desert Museum », situé à Tucson, Arizona.

Aujourd’hui, peut-être pour des raison de mode ou parce que les amateurs s’en sont lassés, aujourd’hui, ce poisson est devenu rare, et, paradoxe, en raison de sa rareté il est à nouveau très recherché par des amateurs passionnés qui souhaitent l’ajouter à leurs collections de cichlidés vivants.

Le cichlidé Cichlasoma beani est le seul indigène cichlidé dans le versant nord du Pacifique mexicain. Son habitat comprend des eaux claires à boueuses, parfois riches en algues eaux et jusqu’à 2 mètres de profondeur (Miller et al ., 2009).

Il représente une source de nourriture pour les communautés locales (MARTINEZ-CARDENAS) et offre un grand potentiel comme espèce ornementale.

Malheureusement actuellement les populations indigènes de Mayaheros beani, ainsi que d’ espèces de poissons peuvent connaître une réduction de leur nombre en raison des effets liés aux activités anthropiques (VITOUSEK et Al ., 1997; FOLEYET al ., 2005) qui peuvent nuire à la conservation de ces espèces.

Continue reading

Aequidens pallidus

AEQUIDENS PALLIDUS – HECKEL, 1840

Le cichlidé à deux points (Aequidens pallidus) est un poisson d’eau douce d’Amérique du Sud.

Le nom anglais du cichlidé à deux points est “Doublespot acara”.

L’Aequidens pallidus est un cousin du poisson d’ornement à la réputation d’un comportement sulfureux : Andinoacara rivulatus

La patrie d’Aequidens pallidus est le Rio Negro moyen et inférieur, Uatumã, Preto da Eva et Puraquequara au Brésil.

Continue reading

Amphilophus labiatus – 2ème partie

AMPHILOPHUS LABIATUS – GÜNTHER, 1864

INTRODUCTION

Le cichlidé appelé communément “Diable rouge”, Amphilophus labiatus provient d’Amérique centrale, plus précisément du lac Nicaragua. Son nom commun qui pour le moins est équivoque de son caractère est certainement peut-être l’un des noms les plus appropriés que l’on ait donné à un poisson.

Ce gros cichlidé endémique des lacs Managua et Nicaragua en Amérique centrale partage cet environnement avec un autre cichlidé étroitement apparenté, Amphilophus  citrinellus.

S’il est appelé “Diable rouge”, c’est à cause de son comportement agressif et de son tempérament haut en couleurs. Beaucoup d’aquariophiles diront, d’après leurs expériences vécues, que c’est un cichlidé qui terrorisera presque tous les poissons que vous avez dans l’aquarium !

Les cichlidés des lacs de cratère du Nicaragua sont l’un des exemples les plus connus de spéciation sympatrique.

Ils ont évolué d’une population source à une variété d’espèces indépendantes en moins de 22 000 ans.

En dehors, de ce tempérament houleux qui leur est reconnu, à juste titre, il faut noter qu’il existe de nombreuses variétés de couleurs, en passant par le rouge, le blanc et des variantes comportant les deux couleurs. Nul n’est capable de dire si ces couleurs sont le fruit de croisements avec d’autres cichlidés !

Les  « Diables rouges » à l’état sauvage ont tendance à être beaucoup plus foncés pour se fondre dans leur environnement, les spécimens captifs présentent des couleurs beaucoup plus vives tirant vers le blanc, le rouge et le rose.

En outre, pour lui trouver d’autres défauts, Amphilophus labiatus est un cichlidé qui re-décorera l’aquarium à sa convenance…au grand damne de son propriétaire. Bien souvent, les Amphilophus labiatus adorent creuser et déraciner les plantes…tout chambouler : ce sont de véritables bulldozers.

Une fois qu’ils auront fini de terroriser et ‘attaquer les autres poissons de l’aquarium, ils aiment se retirer dans une grotte paisible et sauront développer avec leur soigneurs une certaine complicité, rare chez les poissons.

Les Diables Rouges sont des gloutons et vont manger tout ce que vous leur donnerez.

Cela comprend les flocons, les granulés de cichlidés, les aliments surgelés, les vers, les grillons et les poissons vivants…

Soyez prudent lorsque vous les nourrissez avec des poissons rouges à vocation de « nourriciers » à cause de l’élément maladie. Essayez, de préférence, de leur fournir un régime alimentaire équilibré et ne distribuez pas trop les mêmes aliments tout le temps.

Originaire des eaux d’Amérique centrale, le diable rouge est un cichlidé très populaire dans les aquariophiles et les cichlidophiles en raison de sa personnalité unique et de sa couleur vive.

Et pourtant, il est très difficile de trouver une belle souche d’Amphilophus labiatus en magasin, trop souvent à cause des hybridations faites entre eux et les Amphilophus citrinellus (Midas cichlid).

Le « Red Devil Cichlid », Amphilophus labiatus (anciennement Cichlasoma labiatum) est un magnifique poisson, agréable, passionnant et adapté pour de grands aquariums d’exposition.

C’est un très gros cichlidé d’Amérique centrale, atteignant jusqu’à 38 centimètres et surtout connu pour être l’un des cichlidés parmi les plus féroces et les plus agressifs.

D’un point de vue esthétique, ce cichlidé a une grande variabilité dans sa structure corporelle et sa coloration. La coloration à l’état sauvage est souvent du brun foncé au gris, ce qui les aide à se fondre dans leur environnement naturel et le substrat. Pourtant, certains sont rouge vif, tandis que d’autres sont blancs ou jaunes.

Parfois, certains des individus les plus colorés auront également une queue à bout noir et des nageoires à bout noir. Leurs lèvres sont épaisses et caoutchouteuses et peuvent être noires ou oranges.

Quelle que soit sa couleur, c’est un poisson extrêmement charismatique que les amateurs ont tendance à devenir fous. C’est un cichlidé très «conscient du propriétaire». Ils formeront rapidement tout un attachement à leur propriétaire et «joueront» avec vous comme un chien le ferait avec son maître.

Ainsi, malgré la vitre qui sépare les deux mondes, ils sont connus pour suivre leurs propriétaires dans la pièce, ils savent aussi mendier de la nourriture, montrer leurs couleurs et leur vitesse à aller d’une extrémité du bac à l’autre, et faire d’autres choses amusantes et ludiques. Ils répondront également à d’autres stimuli, en particularité aux interactions telles que l’alimentation et le nettoyage de l’aquarium.

Malgré sa grande taille, sa nature belliqueuse et ses nombreux défauts, Amphilophus labiatus reste un poisson prisé des amateurs de cichlidés.

De nombreux détenteurs de “Red Devil” rapportent comment ces poissons intelligents apprennent rapidement à reconnaître leurs propriétaires, les comparant à des « chiens domestiques », tels sont leurs caractères et leurs réponses aux stimuli visuels.

Mais si ce poisson est nommé le “Diable rouge”, c’est bien pour une très bonne raison : Il est connu pour son comportement très agressif et il a la dentition (dents) pour le soutenir. Les grandes dents d’Amphilophus labiatus et leurs mâchoires fortes montrent que c’est un prédateur véridique qui doit être respecté. Les diables rouges sont tout particulièrement remarquables grâce à leurs lèvres épaisses, bien plus épaisses que tout autre cichlidé et dont l’apparence est de plus en plus profilée à l’âge adulte.

C’est un poisson très beau mais violent, emblématique, Amphilophus labiatus est l’un des cichlidés des plus remarquables du monde des cichlidés américains, il sera, sans nul doute, un hôte attrayant et passionnant dans un grand bac d’exposition.

Continue reading

Amphilophus labiatus – 1ère partie

AMPHILOPHUS LABIATUS – GÜNTHER, 1864

INTRODUCTION

Le cichlidé appelé communément “Diable rouge”, Amphilophus labiatus provient d’Amérique centrale, plus précisément du lac Nicaragua. Son nom commun qui pour le moins est équivoque de son caractère est certainement peut-être l’un des noms les plus appropriés que l’on ait donné à un poisson.

Ce gros cichlidé endémique des lacs Managua et Nicaragua en Amérique centrale partage cet environnement avec un autre cichlidé étroitement apparenté, Amphilophus  citrinellus.

S’il est appelé “Diable rouge”, c’est à cause de son comportement agressif et de son tempérament haut en couleurs. Beaucoup d’aquariophiles diront, d’après leurs expériences vécues, que c’est un cichlidé qui terrorisera presque tous les poissons que vous avez dans l’aquarium !

Les cichlidés des lacs de cratère du Nicaragua sont l’un des exemples les plus connus de spéciation sympatrique.

Ils ont évolué d’une population source à une variété d’espèces indépendantes en moins de 22 000 ans.

En dehors, de ce tempérament houleux qui leur est reconnu, à juste titre, il faut noter qu’il existe de nombreuses variétés de couleurs, en passant par le rouge, le blanc et des variantes comportant les deux couleurs. Nul n’est capable de dire si ces couleurs sont le fruit de croisements avec d’autres cichlidés !

Les  « Diables rouges » à l’état sauvage ont tendance à être beaucoup plus foncés pour se fondre dans leur environnement, les spécimens captifs présentent des couleurs beaucoup plus vives tirant vers le blanc, le rouge et le rose.

En outre, pour lui trouver d’autres défauts, Amphilophus labiatus est un cichlidé qui re-décorera l’aquarium à sa convenance…au grand damne de son propriétaire. Bien souvent, les Amphilophus labiatus adorent creuser et déraciner les plantes…tout chambouler : ce sont de véritables bulldozers.

Une fois qu’ils auront fini de terroriser et ‘attaquer les autres poissons de l’aquarium, ils aiment se retirer dans une grotte paisible et sauront développer avec leur soigneurs une certaine complicité, rare chez les poissons.

Les Diables Rouges sont des gloutons et vont manger tout ce que vous leur donnerez.

Cela comprend les flocons, les granulés de cichlidés, les aliments surgelés, les vers, les grillons et les poissons vivants…

Soyez prudent lorsque vous les nourrissez avec des poissons rouges à vocation de « nourriciers » à cause de l’élément maladie. Essayez, de préférence, de leur fournir un régime alimentaire équilibré et ne distribuez pas trop les mêmes aliments tout le temps.

Originaire des eaux d’Amérique centrale, le diable rouge est un cichlidé très populaire dans les aquariophiles et les cichlidophiles en raison de sa personnalité unique et de sa couleur vive.

Et pourtant, il est très difficile de trouver une belle souche d’Amphilophus labiatus en magasin, trop souvent à cause des hybridations faites entre eux et les Amphilophus citrinellus (Midas cichlid).

Le « Red Devil Cichlid », Amphilophus labiatus (anciennement Cichlasoma labiatum) est un magnifique poisson, agréable, passionnant et adapté pour de grands aquariums d’exposition.

C’est un très gros cichlidé d’Amérique centrale, atteignant jusqu’à 38 centimètres et surtout connu pour être l’un des cichlidés parmi les plus féroces et les plus agressifs.

D’un point de vue esthétique, ce cichlidé a une grande variabilité dans sa structure corporelle et sa coloration. La coloration à l’état sauvage est souvent du brun foncé au gris, ce qui les aide à se fondre dans leur environnement naturel et le substrat. Pourtant, certains sont rouge vif, tandis que d’autres sont blancs ou jaunes.

Parfois, certains des individus les plus colorés auront également une queue à bout noir et des nageoires à bout noir. Leurs lèvres sont épaisses et caoutchouteuses et peuvent être noires ou oranges.

Quelle que soit sa couleur, c’est un poisson extrêmement charismatique que les amateurs ont tendance à devenir fous. C’est un cichlidé très «conscient du propriétaire». Ils formeront rapidement tout un attachement à leur propriétaire et «joueront» avec vous comme un chien le ferait avec son maître.

Ainsi, malgré la vitre qui sépare les deux mondes, ils sont connus pour suivre leurs propriétaires dans la pièce, ils savent aussi mendier de la nourriture, montrer leurs couleurs et leur vitesse à aller d’une extrémité du bac à l’autre, et faire d’autres choses amusantes et ludiques. Ils répondront également à d’autres stimuli, en particularité aux interactions telles que l’alimentation et le nettoyage de l’aquarium.

Malgré sa grande taille, sa nature belliqueuse et ses nombreux défauts, Amphilophus labiatus reste un poisson prisé des amateurs de cichlidés.

De nombreux détenteurs de “Red Devil” rapportent comment ces poissons intelligents apprennent rapidement à reconnaître leurs propriétaires, les comparant à des « chiens domestiques », tels sont leurs caractères et leurs réponses aux stimuli visuels.

Mais si ce poisson est nommé le “Diable rouge”, c’est bien pour une très bonne raison : Il est connu pour son comportement très agressif et il a la dentition (dents) pour le soutenir. Les grandes dents d’Amphilophus labiatus et leurs mâchoires fortes montrent que c’est un prédateur véridique qui doit être respecté. Les diables rouges sont tout particulièrement remarquables grâce à leurs lèvres épaisses, bien plus épaisses que tout autre cichlidé et dont l’apparence est de plus en plus profilée à l’âge adulte.

C’est un poisson très beau mais violent, emblématique, Amphilophus labiatus est l’un des cichlidés des plus remarquables du monde des cichlidés américains, il sera, sans nul doute, un hôte attrayant et passionnant dans un grand bac d’exposition.

Continue reading

Bourse aquariophile à Chaligny le 20 septembre 2020

Compte tenu des circonstances actuelles, le club aquariophile de Chaligny ne sait pas encore s’il pourra organiser sa bourse du 20 septembre 2020 à Chaligny de 10h à 12h et de 14h00 à 17h00.

Cependant, les inscriptions, sont effectives dés maintenant..

Site : https://www.fedeaqua.org/manifestations/82-54-chaligny-bourse-de-l-association-aquariophile-chalineene-cichlides/event_details

Adresse :

Salle polyvalente

Rue Edmond Pintier

54230 CHALIGNY

Hypselecara coryphaenoides – 2ème partie

HYPSELECARA CORYPHAENOIDES – HECKEL, 1840

INTRODUCTION

Même si un nombre considérable de poissons varient leur couleur selon l’humeur et l’émotion, le cichlidé au chocolat est remarquable, non seulement grâce à ses changements de couleurs, sa palette de couleurs mais aussi pour la vitesse à laquelle il réalise ces changements.

Dans des conditions normales, la couleur générale du corps va du brun pâle au brun foncé et le ventre est d’un beau brun-violet métallique.

Le corps est de couleur marron. D’où, bien sûr, le surnom – chocolat. Beau poisson brun avec des rayures brunes.

Sa forme ressemble à la plupart des héros, il a de belles nageoires qui virent au rouge.

Une tache sombre apparaît en haut du dos…

C’est l’une des espèces sud-américaines les moins connues. Il est inclus dans le groupe des héroïnes, comme le Heros severum; cependant, ce groupe n’est pas une classification scientifique. Il peut être maintenu avec d’autres cichlidés américains pacifiques.

C’est un bel animal qui porte bien le nom que lui ont donné les néerlandais de “cichlidé émeraude”.

Ce n’est pas un poisson pour débutant, un aquariophile averti, ayant une certaine expérience des cichlidés sud  américains devrait pouvoir le garder comme il se doit.

Continue reading

Hypselecara coryphaenoides – 1ère partie

HYPSELECARA CORYPHAENOIDES – HECKEL, 1840

INTRODUCTION

Même si un nombre considérable de poissons varient leur couleur selon l’humeur et l’émotion, le cichlidé au chocolat est remarquable, non seulement grâce à ses changements de couleurs, sa palette de couleurs mais aussi pour la vitesse à laquelle il réalise ces changements.

Dans des conditions normales, la couleur générale du corps va du brun pâle au brun foncé et le ventre est d’un beau brun-violet métallique.

Le corps est de couleur marron. D’où, bien sûr, le surnom – chocolat. Beau poisson brun avec des rayures brunes.

Sa forme ressemble à la plupart des héros, il a de belles nageoires qui virent au rouge.

Une tache sombre apparaît en haut du dos…

C’est l’une des espèces sud-américaines les moins connues. Il est inclus dans le groupe des héroïnes, comme le Heros severum; cependant, ce groupe n’est pas une classification scientifique. Il peut être maintenu avec d’autres cichlidés américains pacifiques.

Continue reading

Andinoacara rivulatus – 5éme partie

Andinoacara rivulatus – Günther, 1860

INTRODUCTION

Attention avant de vous laisser charmer par les couleurs métalliques de ce très beau Cichlidé Américain. Le « Green Terror » rivulatus est un des plus beaux poissons avec une brillance métallique globale verte et bleue. Andinoacara rivulatus dit “la terreur verte”, appelée précédemment Andinoacara rivulatus, est un poisson d’eau douce des plus coloré de la famille des cichlidés, ils ont une magnifique gamme de couleurs allant violet, rose, rouge et / ou bleu électrique…et finalement peu de vert !

Ces raisons en font que celui qu’on surnomme malgré tout « La terreur verte » est un poisson extrêmement populaire auprès de nombreux détenteurs de cichlidés en raison de sa grande coloration et de son apparence, mais malheureusement, il a aussi la mauvaise réputation d’être trop agressif envers ses autres compagnons de bac.

L’Andinoacara rivulatus avec sa taille maximale de 30 centimètres devra être maintenu dans un aquarium adapté à sa morphologie impressionnante et surtout son caractère bien trempé.

500 litres, c’est le volume minimum correct pour espérer offrir à cette espèce un bac à sa convenance et en particulier, si on souhaite le faire cohabiter avec d’autres cichlidés, il va falloir prévoir beaucoup plus grand !

Les mâles sont les plus colorés de cette espèce et développent une bordure rouge brillant sur leur nageoire caudale, mais les femelles sont également assez frappantes.

Ce poisson provient du côté Pacifique de l’Amérique du Sud, plus précisément de la rivière Tumbes au Pérou et jusqu’à la rivière Esmeraldas en Équateur.

Il est polymorphe et peut avoir une bordure blanche ou or-orange à la queue et aux nageoires dorsales. Il a été historiquement confondu avec deux autres espèces qui ont toujours une bordure blanche étroite et clairement définie, la plus distribuée vers le sud Aequidens stalsbergi (souvent considérée comme la “vraie” terreur verte) et Andinoacara blombergi plus au nord ou Andinoacara stalsbergi.

La terreur verte est une espèce rustique originaire des eaux calmes et lentes d’Amérique du Sud. Connus pour leurs belles couleurs et leurs mauvaises attitudes, ils ajouteront beaucoup de couleur et de personnalité à n’importe quel aquarium.

Les Terreurs vertes sont souvent confondues avec leur parent moins agressif, le Blue Acara (Aequidens pulcher).

Aequidens pulcher

Les terreurs vertes ont une couleur de base beige avec des rayures verticales et foncées sur le corps et des marques bleu-vert irisées distinctives sur leurs opercules (couvertures branchiales) ainsi que des écailles bleu-vert irisées sur leurs flancs qui deviennent translucides à leurs nageoires.

Continue reading

Andinoacara rivulatus – 4éme partie

Andinoacara rivulatus – Günther, 1860

INTRODUCTION

Attention avant de vous laisser charmer par les couleurs métalliques de ce très beau Cichlidé Américain. Le « Green Terror » rivulatus est un des plus beaux poissons avec une brillance métallique globale verte et bleue. Andinoacara rivulatus dit “la terreur verte”, appelée précédemment Andinoacara rivulatus, est un poisson d’eau douce des plus coloré de la famille des cichlidés, ils ont une magnifique gamme de couleurs allant violet, rose, rouge et / ou bleu électrique…et finalement peu de vert !

Ces raisons en font que celui qu’on surnomme malgré tout « La terreur verte » est un poisson extrêmement populaire auprès de nombreux détenteurs de cichlidés en raison de sa grande coloration et de son apparence, mais malheureusement, il a aussi la mauvaise réputation d’être trop agressif envers ses autres compagnons de bac.

L’Andinoacara rivulatus avec sa taille maximale de 30 centimètres devra être maintenu dans un aquarium adapté à sa morphologie impressionnante et surtout son caractère bien trempé.

500 litres, c’est le volume minimum correct pour espérer offrir à cette espèce un bac à sa convenance et en particulier, si on souhaite le faire cohabiter avec d’autres cichlidés, il va falloir prévoir beaucoup plus grand !

Les mâles sont les plus colorés de cette espèce et développent une bordure rouge brillant sur leur nageoire caudale, mais les femelles sont également assez frappantes.

Ce poisson provient du côté Pacifique de l’Amérique du Sud, plus précisément de la rivière Tumbes au Pérou et jusqu’à la rivière Esmeraldas en Équateur.

Il est polymorphe et peut avoir une bordure blanche ou or-orange à la queue et aux nageoires dorsales. Il a été historiquement confondu avec deux autres espèces qui ont toujours une bordure blanche étroite et clairement définie, la plus distribuée vers le sud Aequidens stalsbergi (souvent considérée comme la “vraie” terreur verte) et Andinoacara blombergi plus au nord ou Andinoacara stalsbergi.

La terreur verte est une espèce rustique originaire des eaux calmes et lentes d’Amérique du Sud. Connus pour leurs belles couleurs et leurs mauvaises attitudes, ils ajouteront beaucoup de couleur et de personnalité à n’importe quel aquarium.

Les Terreurs vertes sont souvent confondues avec leur parent moins agressif, le Blue Acara (Aequidens pulcher).

Aequidens pulcher

Les terreurs vertes ont une couleur de base beige avec des rayures verticales et foncées sur le corps et des marques bleu-vert irisées distinctives sur leurs opercules (couvertures branchiales) ainsi que des écailles bleu-vert irisées sur leurs flancs qui deviennent translucides à leurs nageoires.

Continue reading

Andinoacara rivulatus – 3éme partie

Andinoacara rivulatus – Günther, 1860

INTRODUCTION

Attention avant de vous laisser charmer par les couleurs métalliques de ce très beau Cichlidé Américain. Le « Green Terror » rivulatus est un des plus beaux poissons avec une brillance métallique globale verte et bleue. Andinoacara rivulatus dit “la terreur verte”, appelée précédemment Andinoacara rivulatus, est un poisson d’eau douce des plus coloré de la famille des cichlidés, ils ont une magnifique gamme de couleurs allant violet, rose, rouge et / ou bleu électrique…et finalement peu de vert !

Ces raisons en font que celui qu’on surnomme malgré tout « La terreur verte » est un poisson extrêmement populaire auprès de nombreux détenteurs de cichlidés en raison de sa grande coloration et de son apparence, mais malheureusement, il a aussi la mauvaise réputation d’être trop agressif envers ses autres compagnons de bac.

L’Andinoacara rivulatus avec sa taille maximale de 30 centimètres devra être maintenu dans un aquarium adapté à sa morphologie impressionnante et surtout son caractère bien trempé.

500 litres, c’est le volume minimum correct pour espérer offrir à cette espèce un bac à sa convenance et en particulier, si on souhaite le faire cohabiter avec d’autres cichlidés, il va falloir prévoir beaucoup plus grand !

Les mâles sont les plus colorés de cette espèce et développent une bordure rouge brillant sur leur nageoire caudale, mais les femelles sont également assez frappantes.

Ce poisson provient du côté Pacifique de l’Amérique du Sud, plus précisément de la rivière Tumbes au Pérou et jusqu’à la rivière Esmeraldas en Équateur.

Il est polymorphe et peut avoir une bordure blanche ou or-orange à la queue et aux nageoires dorsales. Il a été historiquement confondu avec deux autres espèces qui ont toujours une bordure blanche étroite et clairement définie, la plus distribuée vers le sud Aequidens stalsbergi (souvent considérée comme la “vraie” terreur verte) et Andinoacara blombergi plus au nord ou Andinoacara stalsbergi.

La terreur verte est une espèce rustique originaire des eaux calmes et lentes d’Amérique du Sud. Connus pour leurs belles couleurs et leurs mauvaises attitudes, ils ajouteront beaucoup de couleur et de personnalité à n’importe quel aquarium.

Les Terreurs vertes sont souvent confondues avec leur parent moins agressif, le Blue Acara (Aequidens pulcher).

Aequidens pulcher

Les terreurs vertes ont une couleur de base beige avec des rayures verticales et foncées sur le corps et des marques bleu-vert irisées distinctives sur leurs opercules (couvertures branchiales) ainsi que des écailles bleu-vert irisées sur leurs flancs qui deviennent translucides à leurs nageoires.

Continue reading