Méthode d’identification des Gymnogéophagus

Par REIS et MALABARBA (1988), modifiée par REIS et AL. en 1992.

Le gymnogéophagus est un cichlidé néotropical présent dans les bassins versants du Rio Paraguay, du Rio Paraná et du Rio Uruguay, ainsi que dans les rivières côtières de l’Uruguay et du sud du Brésil.

Gymnogeophagus lipokarenos

Sa monophylie est soutenue par deux caractéristiques dérivées :

  • l’absence de supraneuraux,
  • la présence d’une épine en avant dans le premier ptérygiophore de la nageoire dorsale.

Pour s’y retrouver au sein des EARTEATER, une méthode d’identification des Gymnogéophagus est valable pour toutes les espèces de Gymnogeophagus a été mise au point par les scientifiques qui ont procédé à l’identification de ces poissons.

Continue reading

Les « Eartheaters »…et les Gymnogéophagus

Ramassant des gorgées de sable pour filtrer les aliments dans le substrat, les “Eartheaters” (littéralement “mangeurs de terre” ou “bouffeurs de terre”) ont tout à fait le surnom ou le sobriquet approprié, ils ont aussi une allure qui ne laissent pas indiffèrent et surtout ils ont certaines qualités qui finissement presque toujours par attirer presque tous les amateurs de cichlidés américains.

En effet, ils offrent une grande variété de formes, de couleurs et de tailles, et ils démontrent des comportements sociaux et reproductifs très intéressants.

Continue reading

Bourse aquariophile à Créhange & Faulquemont le 18-19 mai 2019

Le club fête ses 23 ans, samedi 18 et dimanche 19 mai 2019 de 9h30 à 17h00 et pour cette occasion, il organise une porte ouverte et une mini-bourse aux poissons, plantes et décors. 

Rue Bir Hakeim (sous sol de l’école de la forêt) à Créhange.

5 – Le saviez-vous ?

Les organes sensoriels des poissons ?

Les organes sensoriels des poissons existent avec de nombreuses adaptations et d’une efficacité variable, en fonction de leur adaptation à leur environnement.

Ce sont 2 fossettes olfactives, situées en avant de la bouche des cartilagineux et narines chez les poissons dits “osseux”.

Chez les poissons “cartilagineux”, ces organes sensoriels sont situés au niveau des ampoules de LORENZINI, sortes de petites ouvertures autour de la bouche.

Ils permettent la perception de faibles champs électriques générés par les contractions musculaires des proies même enfouies dans les sédiments.

Les poissons Benthiques, ceux qui vivent au fond de l’eau, possèdent une vue assez médiocre, mais elle est compensée par une panoplie d’organes sensoriels complémentaires tels que :

  • Les barbillons,
  • Les antennes,
  • des tentacules olfactifs.

La ligne latérale et les NEUROMASTES permettent la captation des vibrations de basses fréquences et ondes de pressions des prédateurs ou des proies.

Aequidens superomaculatum

AEQUIDENS SUPEROMACULATUM, Jaime H. HERNANDEZ-ACEVEDO, Antonio MACHADO-ALLISON et Carlos  LASSO, 2015

Aequidens superomaculatum (Teleostei: Cichlidae) est une nouvelle espèce de l’Orénoque supérieur et du Rio Negro. Aequidens superomaculatum, provient du bassin de Cafio ou de la branche de Casiquiare et de la partie supérieure des bassins des rivières Orinoco et Negro (Venezuela).

Cette nouvelle espèce, Aequidens superomaculatum, a été décrite à partir de prélèvements effectués dans les eaux de drainage du canal de Casiquiare et dans le cours supérieur des rivières Orinoco et Negro (Venezuela). Continue reading

4 – Le saviez-vous ?

Comment se fait la respiration des poissons ?

  • Pénétration par la bouche : Mouvements réflexes, volontaires ou par des déplacements de l’animal.
  • Passage sur les branchies : Échanges gazeux O2 et CO2.
  • Sortie par les ouïes ou fentes branchiales

Les poissons utilisent O2 dissous dans l’eau, l’eau pénètre par la bouche aspirée par des mouvements volontaires ou réflexes ou grâce au courant généré par son déplacement (squale).

  • L’eau passe ensuite sur les branchies, sorte de lamelles fortement vascularisées, le sang se charge en O2 et se purge du CO2 issu du métabolisme.
  • L’eau ressort par les ouïes qui sont protégées par un opercule rigide chez les poissons osseux ou par les fentes branchiales chez les poissons cartilagineux.

 

2 – Le saviez-vous ?

Les autres mesures de taille d’un poisson ?

  1. profondeur de la mâchoire supérieure : la plus grande épaisseur du maxillaire et de la lèvre supramaxillaire ;
  2. longueur du museau : de la symphyse du prémaxillaire au bord de l’orbite osseuse;
  3. diamètre horizontal orbital : entre la marge orbitale osseuse ;
  4. profondeur de la tête : juste en arrière de l’orbite;
  5. diamètre vertical orbital : entre la marge orbitale osseuse;
  6. longueur des maxillaires: de l’extrémité prémaxillaire à l’extrémité postérieure du maxillaire;
  7. longueur de la mâchoire supérieure : de la symphyse du prémaxillaire à l’extrémité postérieure du maxillaire;
  8. plus faible longueur de la mâchoire : de la symphyse dentaire à retroarticulaire;
  9. longueur de la nageoire pectorale : de la base du premier rayon à la pointe du plus long rayon;
  10. profondeur du corps : au niveau d’origine de la nageoire dorsale;
  11. longueur de la nageoire dorsale : de la base au bout du plus long rayon;
  12. longueur de la nageoire pelvienne : de la base du premier rayon au sommet du plus long rayon;
  13. profondeur du corps:  au niveau d’origine de la nageoire anale;
  14. longueur de la nageoire adipeuse : de l’origine au bout:
  15. longueur de la nageoire anale : de la base du premier rayon à la pointe du plus long rayon;
  16. Durée du pédoncule caudal : de l’extrémité de la nageoire anale à la base moyenne de la nageoire caudale;
  17. moindre profondeur du pédoncule caudal;
  18. longueur du lobe supérieur de la nageoire caudale : de la base au sommet du plus long rayon;
  19. longueur du rayon de la nageoire caudale moyenne : de la base au sommet du rayon le plus court;
  20. longueur du lobe inférieur de la nageoire caudale : de la base au sommet du plus long rayon:
  21. longueur standard (Ls ) : de la symphyse maxillaire supérieure à la base moyenne de la nageoire caudale;
  22. longueur prédorsale de la symphyse maxillaire supérieure à l’origine de la nageoire dorsale;
  23. longueur de la tête, de la symphyse de la mâchoire supérieure à la pointe postérieure de l’opercule;
  24. longueur entre le prémaxillaire la partie préoperculeuse : de l’extrémité prémaxillaire des maxillaires au bord postérieur du préopercule ;
  25. longueur prépelvienne, de la symphyse de la mâchoire supérieure à l’origine de la nageoire pelvienne;
  26. longueur de la cornée, de la symphyse de la mâchoire supérieure à l’origine de la nageoire anale;
  27. largeur interorbitale : transversale à la partie la plus étroite du crâne,
  28. largeur du corps : transversale à la partie la plus large du corps au niveau de l’origine de la dorsale, au-dessus de la cavité abdominale.