Bourse aquariophile le 27 février 2022 à Charleville-Meyzières

L’Aqua Club 08 à Charleville-Mézières organise une grande bourse aux plantes et aux poissons à la salle de Nevers à Charleville-Mézières. Ouverture au public de 10h à 17h (Entrée gratuite). Contacts Téléphone : 03 24 37 38 48. Pour la réservation des bacs et pour plus amples renseignements contactez : 03 24 37 38 48. Email : contact@aquaclub08.com Site internet : www.aquaclub08.com Adresse  : Rue d’Etion, Étion,   08000 Charleville-Mézières, (more…)

Frédéric MELKI, ichtyologue et photographe

Extrait d’un interview de Interview de Fréderic MELKI, photographe subaquatique qui propose la lecture de son livre. La passion de la nature est un phénomène inexplicable qui vous prend au berceau : on préfère regarder les grenouilles plutôt que les voitures, élever des poissons plutôt que collectionner des petits soldats. L’envie de montrer ces spectacles que si peu de personnes prennent la peine d’observer, ainsi qu’une sensibilité artistique, m’ont amené naturellement à photographier la nature. Parallèlement, mon premier voyage en Guyane, dans les années 90, m’a conduit à Twenké, sur le Haut Maroni où j’ai pu réaliser mes premières découvertes de la diversité des poissons guyanais. A chacun de mes voyages ultérieurs j’ai approfondi la connaissance des poissons, devenant progressivement un spécialiste du sujet. C’est donc tout naturellement que j’ai relié deux de mes passions en photographiant les poissons de Guyane dans leur milieu naturel. (more…)

Herichthys tamasopoensis – 1ére partie

Herichthys tamasopoensis, ARTIGAS AZAS, 1993

De nombreux aquariophiles et plus particulièrement des cichlidophiles ont entendu parler de la ville de Tamasopo, dans l’État mexicain de San Luis Potosí.

Tamasopo est situé dans les contreforts de la Sierra Madre Oriental, dans la région de Huasteca, du nom du peuple indien indigène de la région.

Tamasopo est célèbre pour ses cascades enchanteresses dans une forêt tropicale luxuriante

Le Rio Tamasopo est un affluent du Rio Panuco.

Les cascades de Tamasopo se trouvent à proximité, un groupe de trois cascades qui forment une cascade qui tombe violemment dans un puits de 5 mètres de profondeur, sur les rives duquel se trouvent de belles plages.

Tamasopo est un lieu touristique populaire dans les montagnes, bien connu pour ses cours d’eau pittoresques, ses cascades, ses belles piscines d’eau minérale bleue et ses cavernes où l’on peut nager et profiter de la fraîcheur de l’eau contrastant avec l’air chaud.

Certains aquariophiles ont certainement même entendu parler du Rio Tamasopo et peuvent même être familiers avec l’un des beaux poissons qui vivent dans ces eaux, le « sabre de Montezuma » (Xiphophorus montezumae).

Mais il y a d’autres joyaux nageant dans ces eaux et ce n’est pas celui-là qui nous intéresse.

C’est un cichlidé qui a été négligé pendant de nombreuses années, jusqu’à ce que Juan Miguel ARTIGAS AZAS l’examine de plus près et se rende compte qu’il s’agissait de quelque chose de différent, en fait d’une nouvelle espèce de cichlidé non décrite.

Jusqu’à ce jour, chose incroyable, personne n’y avait prêté attention.

Finalement, Juan Miguel ARTIGAS AZAS a décrit ce poisson comme Herichthys tamasopoensis en 1993.

Juan Miguel ARTIGAS AZAS.

Les Herichthys tamasopoensis appartiennent à la même famille que le seul cichlidé originaire des États-Unis, le cichlidé du Texas (Herichthys cyanoguttatus), mais ils sont plus petits et font environ la moitié de la taille de ce poisson, ont un corps plus mince, et sont beaucoup plus paisibles.

Herichthys tamasopoensis est magnifiquement marqué avec des centaines de taches semblables à des perles sur tout son corps de couleur olive à grise, et il a sept taches noires le long de ses flancs, mais quand ces poissons sont en tenue de reproduction, ils brillent vraiment.

Les taches deviennent presque comme des rayures et, chez certains spécimens, tout le flanc, du milieu du dos au pédoncule caudal, devient presque noir.

La moitié avant du corps prend une teinte bleu pâle éclatante et chez les mâles, les joues et la dorsale deviennent rouge rosé.

Certains mâles matures développeront également une bosse nucale enflée sur la tête.

Avec des couleurs comme celles-ci et un comportement beaucoup plus civil que leurs cousins du Texas, c’est une merveille qu’ils ne soient pas plus populaires chez les cichlidophiles.

Le cichlidé du Rio Tamasopo se trouve, évidemment, dans le Rio Tamasopo, où l’eau est claire et coule sur des rochers et du gravier.

Dans ce lieu magique, Herichthys tamasopoensis semble privilégier l’eau propre et bien oxygénée au pied des cascades.

A savoir que le Rio Tamasopo est principalement rocheux et ne possède pas beaucoup de plantes aquatiques endémiques, mais les roches sont couvertes d’algues et d’aufwuchs, qui se trouvent être les aliments préférés du cichlidé Tamasopo.

Plus en aval, on trouve également dans le Rio Ojo Frio, le Rio Gallinas et enfin le Rio Pánuco.

Tout au long de son aire de répartition, la température de l’eau varie d’assez chaude à fraiche, ce qui montre que cette espèce n’est pas très exigeante quant à la température de l’eau.

L’eau des Rio dans lesquels évolue Herichthys tamasopoensis est riche en minéraux avec un pH de 7,8 à 8,0, ce qui explique qu’en captivité et en aquarium, Herichthys tamasopoensis préfère une eau plus dure et plus alcaline.

La maintenance de cette espèce de cichlidé n’est pas exceptionnelle mais elle s’adresse à l’aquariophile un peu expérimenté et surtout soucieux de se lancer dans l’élevage d’un cichlidé atypique et demandant quelques précautions pour son élevage.

Continue reading

Les filtres à décantation

Souvent, des posts sont faits pour demander à la communauté du forum comment chacun s’y est pris pour faire son filtre à décantation, en particulier quand il s’agit de grands volumes. Il n’existe pas de “prototype” à l’état pur, ce qui vous est proposé dans les lignes qui suivent est le fruit de l’expérience et du bricolage de chacun d’entre vous.

Continue reading

Maskaheros regani – 4ème partie

MASKAHEROS REGANI – MILLER, 1974

 

Maskaheros regani est un cichlidé endémique de l’isthme de Tehuantepec au Mexique que l’on trouve dans le bassin hydrographique supérieur de la rivière Coatzacoalcos et le cours moyen de la rivière Grijalva…

Les Maskaheros regani vivent de manière grégaire, en petit nombre et c’est probablement l’un des cichlidés les plus énigmatiques du Mexique en termes de comportement.

Ce cichlidé peut être maintenu avec succès avec d’autres membres de la communauté de cichlidés d’Amérique centrale s’il y a suffisamment de roches et de racines pour fournir un abri et suffisamment de territoire pour tous les poissons.

Le couple cohabite souvent assez harmonieusement, mais il faut veiller à ce que la femelle ne soit pas harcelée.

Il est bien dommage que ce poisson ne soit pas répandu dans le monde aquariophile car un couple de Maskaheros regani est sans aucun doute un magnifique ajout à tout grand système d’Amérique centrale.

En outre, ce poisson a besoin d’un peu de soins supplémentaires et patience pour se développer correctement, mais s’il est maintenu dans de bonnes conditions, vous serez récompensé par sa palette de couleurs exceptionnelles qui font de Maskaheros regani, l’un des plus gros et plus beaux cichlidés d’Amérique centrale.

La plus sublime de récompenses en aquariophilie, c’est la reproduction de nos protégés.

 Avec Maskaheros regani, cela donne ce résultat !

Continue reading

8éme Salon Azuréen de l’aquariophilie et terrariophilie le 5 et 6 février 2022 à Antibes

Le 18éme Salon Azuréen de l’aquariophilie et terrariophilie se tiendra à Antibes les Samedi 5 et Dimanche 6 Février 2022. L’association Aquario-passion organise sa Vingtième et unième Bourse aux Poissons et Coraux, dans le cadre du dix-huitième Salon Azuréen de l’Aquariophilie et de la Terrariophilie. Adresse  Chapiteau de l’Espace du Fort Carré 6, avenue du 11 Novembre, 06600 ANTIBES Programme 08.00 – 11.00 : Accueil des Poissons et Coraux 10.00 : Ouverture salon au public 12.00 – 13.00 : Contrôle sanitaire de la bourse 13.00 : Ouverture de la bourse aux membres AP et autres associations aquariophiles (vente des Poissons et Coraux) 13.15 : Ouverture de la bourse au public (vente des Poissons et Coraux) 18.00 : Fermeture du Salon Uniquement Dimanche 6 Février 2022 17.00 : Tirage des gagnants des bons de soutien à l’Association. Renseignements et réservations  Aquario-passion au 04 93 33 50 53 (entre 18h30 et 21h SVP). Site de l’association https://www.aquario-passion.com/ (more…)

Maskaheros regani – 3ème partie

MASKAHEROS REGANI – MILLER, 1974

 

Maskaheros regani est un cichlidé endémique de l’isthme de Tehuantepec au Mexique que l’on trouve dans le bassin hydrographique supérieur de la rivière Coatzacoalcos et le cours moyen de la rivière Grijalva…

Les Maskaheros regani vivent de manière grégaire, en petit nombre et c’est probablement l’un des cichlidés les plus énigmatiques du Mexique en termes de comportement.

Ce cichlidé peut être maintenu avec succès avec d’autres membres de la communauté de cichlidés d’Amérique centrale s’il y a suffisamment de roches et de racines pour fournir un abri et suffisamment de territoire pour tous les poissons.

Le couple cohabite souvent assez harmonieusement, mais il faut veiller à ce que la femelle ne soit pas harcelée.

Il est bien dommage que ce poisson ne soit pas répandu dans le monde aquariophile car un couple de Maskaheros regani est sans aucun doute un magnifique ajout à tout grand système d’Amérique centrale.

En outre, ce poisson a besoin d’un peu de soins supplémentaires et patience pour se développer correctement, mais s’il est maintenu dans de bonnes conditions, vous serez récompensé par sa palette de couleurs exceptionnelles qui font de Maskaheros regani, l’un des plus gros et plus beaux cichlidés d’Amérique centrale.

La plus sublime de récompenses en aquariophilie, c’est la reproduction de nos protégés.

 Avec Maskaheros regani, cela donne ce résultat !

Continue reading

Tahuantinsuyoa macantzatza – 2éme article

Tahuantinsuyoa Macanzatza  – KULLANDER, 1986

Les cichlidés néotropicaux sont extrêmement variés en morphologie, en comportement et en écologie (LOWE-McCONNELL, 1991) bien qu’ils comprennent moins d’espèces que leurs parents en Afrique qui peuplent les lacs.

Au début du 20éme siècle, lorsque REGAN (1905) a complètement révisé ce groupe, et par voie de conséquence le nombre d’espèces et de genres a considérablement augmenté.

Parmi les nouvelles espèces, une d’entre-elles se distingue par son nom qui est presque imprononçable à la première lecture : Tahuantinsuyoa macantzatza, le cichlidé de l’Empire Inca !

Pendant des années on a craint que ces poissons ne disparaissent et que l’espèce ne s’éteigne, mais finalement, en 2003, des spécimens de plus en plus nombreux sont apparus dans le commerce aquariophile.

Fort heureusement, le commerce aquariophile a permis son importation en plus grand nombre  depuis le début des années 2000.

Tahuantinsuyoa macantzatza n’est pas un gros cichlidé, il est plutôt de petite taille et atteint sa pleine croissance avec une longueur maximale de 12 centimètres, de ce fait, ces poissons conviennent aux aquariums de taille moyenne.

Fort de cet avantage, Ils ont aussi l’avantage de ne pas n’endommager pas les plantes et peuvent donc être logés dans des aquariums décorés de bois de tourbière et de quelques plantes.

Leurs soins intéressants de la couvée en tant qu’éleveurs de bouche larvophile (les œufs sont mis en route et élevés d’abord sur un substrat, puis les larves sont protégées dans la bouche) permettent des observations comportementales exceptionnelles et intéressantes .

En particulier, il est toujours excitant d’observer le transfert des alevins, de bouche à bouche entre les parents.

Pour l’alimentation, ce sont des poissons qui n’ont pas d’exigences particulières posées et pour faciliter le tout, l’eau ne doit pas être trop dure et présenter une tendance légèrement acide.

Tahuantinsuyoa macantzatza est une espèce relativement récente dans le monde de l’aquariophilie, malheureusement peu connue et qui a été décrite seulement à la fin du 20ème siècle.

Bien qu’ils se reproduisent dans l’aquarium, ils peuvent être difficiles à frayer mais restent une espèce rare dans l’aquariophilie.

Cette espèce permet les observations intéressantes du comportement.

En particulier, il est toujours passionnant d’observer le transfert des alevins entre les parents.

Ce cichlidé sud-américain de taille moyenne est donc attrayant à plus d’un titre, on ne le trouve que dans des zones quelque peu reculées du moyen et du haut Rio Ucayali au Pérou.

Très similaires aux célèbres « Pulcher » et « Green Terrors » du genre Andinoacara, ces cichlidés sont suffisamment uniques pour avoir été placés dans leur propre genre.

Dans la nature, ils habitent des eaux rocheuses et rapides et sont une espèce robuste et adaptable dans l’aquarium.

Avec leur petite taille, ils sont beaucoup plus petits que certains de leurs proches parents et un couple sera généralement à l’aise dans un aquarium de taille moyenne.

Même si ce cichlidé pourtant originaire de cette région ne répond pas aux critères de l’expression “C’est le Pérou !” signifiant qu’il est une pure merveille et richesse, d’une certaine façon, il confirme néanmoins l’expression montrant ainsi que même s’il n’est pas si extraordinaire et que sa découverte ne figurait pas un véritable eldorado, il n’en reste pas moins un poisson riche à découvrir !

A l’époque de Pizarro et Atahualpa le roi des Incas, le Pérou était un symbole de richesse et  le nom était devenu commun pour désigner un trésor ou une fortune.

La découverte assez récente de la présence de Tahuantinsuyoa macantzatza au Pérou révèle qu’il existe encore des trésors à y découvrir !

 

Continue reading

L’Aquaponie – 3éme partie – La mise en pratique du filtre aquaponique et un bricolage “maison”

La mise en pratique du filtre aquaponique et mon bricolage

Partant de l’article présenté dans le forum  [Rubrique « Généralités » : Aquaponie], j’ai aussitôt voulu mettre en application le procédé sur l’un de mes aquariums.

Je m’étais bien essayé à un bricolage rapide avec une jardinière récupérée dans le jardin et posée vite-fait sur l’aquarium, ce procédé, aussi convainquant et efficace qu’il puisse être était insuffisant.

Il fallait dont passer à la vitesse supérieure et bricoler quelque chose de plus performant et « percutant ».

Continue reading