Guianacara geayi

GUIANACARA GEAYI – PELLEGRIN, 1902

Les Cichlidés du genre Guianacara sont des poissons originaires des rivières d’eau douce du nord-est de l’Amérique du Sud, notamment dans les Guyanes pour désigner l’aire de répartition principale.

Le genre Guianacara  a été séparé du genre Acarichthys en 2010.

Le genre Guianacara appartient à la famille des Cichlidae (cichlidés).

Ils sont originaires du nord-est de l’Amérique du Sud.

Les espèces de Guianacara sont de taille petite à moyenne, mesurant jusqu’à 20 cm de long, mais restant généralement plus petites.

C’est un cichlidé à croissance moyenne, trouvé dans les eaux douces et acides de la Guyane et du Suriname, surnommé le « cichlidé Bandit » ou « Geayi Cichlid »  et qui doit son nom à la bande distincte couvrant les deux yeux.

Dans l’aquarium, ce sont des poissons actifs et intéressants qui tamisent souvent le sable à travers leurs branchies comme un terrassier et réorganisent le décor comme des plantes ou de la litière de feuilles.

Ils sont quelque peu agressifs malgré leur taille adulte relativement petite et se maintiendront généralement avec des cichlidés modérés à agressifs similaires ou plus grands.

Les bandits cichlidés s’entendront généralement en groupes de cinq ou plus tant que suffisamment d’espace pour les territoires et la structure sous forme de bois flotté, de grottes et de plantes est fourni.

Ce sont des poissons d’aquarium robustes et divertissants qui s’adapteront à la plupart des conditions de maintenance qui leur seront offertes des l’instant qu’elle sont correctes et restent dans une fourchette de valeur fixées.

 Enfin, c’est un cichlidé sud-américain français !

Continue reading

Chuco intermedium

Chuco intermedium – GÜNTHER, 1862

Ce cichlidé n’a pas peur des hauteurs, car il peut être trouvé à une altitude d’au moins 1200 mètres au-dessus du niveau de la mer (ALLGAYER 1989), ce qui en fait probablement le cichlidé commun le plus élevé d’Amérique centrale.

Ce poisson principalement rhéophile (lié aux Theraps), assez étrangement, se trouve également dans certains lacs. Cependant, il ne semble plus être présent dans le lac Petén d’où est originaire l’holotype car Juan ARTIGAS n’a pas réussi à en trouver malgré plusieurs tentatives.

Chuco intermédium est une espèce variable avec différentes populations allopatriques.

Par exemple, on connaît la variante Rio Chamula du système Tulija, avec fond jaune et marquages ​​clairs, la variante du Rio Nututum dont les marques se sont complètement estompées au fil des ans, le Rio Corso sans les points sur la tête, le Rio Bascan avec le corps bicolore et d’autres variantes du Rio Chocolhaito, Rio Blanco, Rio Chancala, Mizol-Ha River et Rio Puyacatengo River.

La variété commune la plus élevée vit dans les rivières d’approvisionnement de Laguna Montebello, situées dans le parc national du même nom au Guatemala.

L’espèce se transforme au nord-est en Chuco godmanni et au sud-est en Chuco microphthalmus.

Couple de Chuco godmani et leurs alevins.

Chuco micropthalmus.

Ce poisson, qui vit souvent dans des endroits assez profonds, derrière des piliers de ponts, des troncs d’arbres et d’autres obstacles, est dans tous les cas toujours très difficile à observer, sinon plus à capturer.

Outre les différences morphologiques entre les populations, il existe également des variations au sein des populations.

Une caractéristique frappante de cette espèce est le «carré», formé par la bande dorsale qui s’élargit vers le bas et est perpendiculaire aux quatrième et cinquième bandes transversales horizontales.

Cependant, cette caractéristique ne s’est pas développée aussi clairement dans toutes les populations.

Les troisième et quatrième ceintures croisées sont souvent constituées de courroies croisées doubles mais plus étroites. Celles -ci peuvent se poursuivre jusqu’ à la nageoire dorsale.

On note la présence de nombreuses taches sombres sur la tête et le dos.

Si dans la nature, ces animaux atteignent un vingtaine de centimètres, il n’en est rien en aquarium et si leur maintenance est bien faite, ils pourront croitre encore de quelques centimètres et mesurer environ 30 centimètres.

La conservation de ces poissons nécessite de très grands aquariums et devient donc une aquariophilie un peu élitiste.

Continue reading

Salon aquariophile du club AVOBACS d’Argenteuil le 14 novembre 2020

L’association AVOBACS vous attend nombreux pour son 15ème Salon aquariophile en région parisienne. Retrouvez-nous et les poissons dont vous rêviez de 10h30 à 16h00 dans la nouvelle salle de 500 m2, l’ATRIUM, à Argenteuil. Site : https://avobacs.fr/ Salle Atrium Route de cormeille Argenteuil – 95100 En transports en commun Gare du Val d’Argenteuil – Ligne J Arrêt Gare du Val d’Argenteuil – Bus 164 En voiture Parking Gratuit Boulevard de la Résistance & Route de Cormeille Parking Gratuit Val D’Argenteuil Partager :Click to share on Twitter (Opens in new window)Click to share on Facebook (Opens in new window)MoreClick to share on Skype (Opens in new window)Click to share on WhatsApp (Opens in new window)Click to print (Opens in new window)Like this:Like Loading... (more…)

Bourse aquariophile à Nantes le 18 octobre 2020

Le club Aquaplane CE Airbus Nantes reporte à 2021 (date non précisée) sa bourse aquariophile initialement prévue le dimanche 18 octobre 2020. Site internet : https://aquaplane-ce-airbus.cmonsite.fr/ Partager :Click to share on Twitter (Opens in new window)Click to share on Facebook (Opens in new window)MoreClick to share on Skype (Opens in new window)Click to share on WhatsApp (Opens in new window)Click to print (Opens in new window)Like this:Like Loading... (more…)

Mayaheros beani

MAYAHEROS BEANI – JORDANIE, 1889

Autrefois assez couramment répandu et élevé chez les aquariophiles, Mayaheros beani est maintenant l’un des cichlidés les plus rares, les plus désirables et souvent les plus difficiles à obtenir. Pourtant il est très connu comme sous l’appellation de « cichlidé de Sonora » ou celle de « guapote vert », mais aussi sous d’autres noms espagnols tels que « Mojarra de Sinaloa » et « Mojarra verde ».

Pendant de nombreuses années, et jusqu’à assez récemment, il était très facile de se procurer des spécimens de ce poisson.

Plusieurs zoos et autres aquariums publiques présentaient cette espèce ou faisaient des recherches sur elle comptaient de nombreux adultes qui se reproduisaient activement.

Souvent, les poissons se reproduisaient avec un tel succès que les éleveurs étaient confrontés à des centaines, voire des milliers, d’alevins dont ils ne savaient que faire ni comment les placer !

L’aspect « mode » de conservation de Mayaheros s’est estompé avec le temps !

Pourtant, il reste toujours une institution qui maintient encore une population reproductivement active de Mayaheros beani, « l’Arizona Desert Museum », situé à Tucson, Arizona.

Aujourd’hui, peut-être pour des raison de mode ou parce que les amateurs s’en sont lassés, aujourd’hui, ce poisson est devenu rare, et, paradoxe, en raison de sa rareté il est à nouveau très recherché par des amateurs passionnés qui souhaitent l’ajouter à leurs collections de cichlidés vivants.

Le cichlidé Cichlasoma beani est le seul indigène cichlidé dans le versant nord du Pacifique mexicain. Son habitat comprend des eaux claires à boueuses, parfois riches en algues eaux et jusqu’à 2 mètres de profondeur (Miller et al ., 2009).

Il représente une source de nourriture pour les communautés locales (MARTINEZ-CARDENAS) et offre un grand potentiel comme espèce ornementale.

Malheureusement actuellement les populations indigènes de Mayaheros beani, ainsi que d’ espèces de poissons peuvent connaître une réduction de leur nombre en raison des effets liés aux activités anthropiques (VITOUSEK et Al ., 1997; FOLEYET al ., 2005) qui peuvent nuire à la conservation de ces espèces.

Continue reading

Aequidens pallidus

AEQUIDENS PALLIDUS – HECKEL, 1840

Le cichlidé à deux points (Aequidens pallidus) est un poisson d’eau douce d’Amérique du Sud.

Le nom anglais du cichlidé à deux points est “Doublespot acara”.

L’Aequidens pallidus est un cousin du poisson d’ornement à la réputation d’un comportement sulfureux : Andinoacara rivulatus

La patrie d’Aequidens pallidus est le Rio Negro moyen et inférieur, Uatumã, Preto da Eva et Puraquequara au Brésil.

Continue reading