Amatitlania nigrofasciata

Amatitlania nigrofasciata – GÜNTHER, 1867

Le cichlidé bagnard (Amatitlania nigrofasciata) est l’une des espèces d’aquarium les plus connues et répandues dans du monde de l’aquariophilie.

Cette espèce a été décrite pour la première fois en 1867 par Albert Günther sous le nom de Heros nigrofasciatus (RADKHAH & EAGDERI, 2019).

Par la suite, il a été rebaptisé « Cichlasoma nigrofasciatum » puis ensuite « Archocentrus nigrofasciatus ».

Depuis cette époque, il a été affublé de plusieurs autres noms avant que sa taxonomie actuelle ne soit décidée…et rien ne certifie qu’elle ne changera pas encore dans les années à venir.

Amatitlania nigrofasciata (SCHMITTER-SOTO, 2007) est un poisson néotropical appartenant à la famille des Cichlidae dont la répartition d’origine est l’Amérique centrale, plus précisément que l’on trouve au Salvador, au Guatemala et au Panama (FROESE & PAULY, 2019).

Les Amatitlania nigrofasciata sont entrés pour la première fois dans le monde de l’aquariophilie qu’à partir des années 1930 et sont rapidement devenus connus et réputés pour être agressifs envers les autres poissons mais aussi pour d’autres qualités qui sont les leurs et qui font tout leur charme.

Le chercheur Juan SCHMITTER-SOTO a décrit ce genre pour la première fois en 2007 sur la base d’une étude du complexe Archocentrus (DUFFY & AL., 2013).

La popularité de Convict cichlid chez les aquariophiles a eu aussi d’autres effets indésirables comme l’a révélée son introduction dans des zones et pays situés en dehors de son aire de répartition d’origine.

Parce qu’il est si robuste, il est capable de s’adapter facilement aux zones en dehors de son aire de répartition, des populations envahissantes d’Amatitlania nigrofasciata ont été établies aux États-Unis, en Iran et en Australie occidentale.

Des lors, cette espèce est considérée comme invasive et comme un ravageur dans ces zones à cause de la concurrence qu’il exerce à l’encontre de la faune indigène des lieux où il a été introduit.

Pourtant, malgré ce constat peu flatteur, aujourd’hui encore, le « Convict Cichlid », Amatitlania nigrofasciata reste l’un des cichlidés les plus répandu et connu de l’aquariophilie et du monde de la science qui a trouvé en ces cichlidés un grand potentiel expérimental et d’étude comportementale.

Pour de multiples raisons, les Amatitlania nigrofasciata restent pourtant parmi les poissons les plus intéressants à élever et à observer même s’ils n’emportent pas toujours les faveurs de tous les publics.

Malgré leur apparente facilité de maintenance, il est bien souvent préférable qu’elle soit l’affaire d’aquariophiles qui ont déjà une certaine expérience dans l’élevage de poissons agressifs.

Par ailleurs, leur environnement offre un biotope très attrayant qu’il est possible de reconstituer en aquarium dans lequel leurs beaux motifs d’écailles noires et argentées s’intégreront parfaitement.

Malgré l’agressivité de ce poisson, ils sont en fait l’un des cichlidés les plus faciles à entretenir et surtout, les Amatitlania nigrofasciata sont une bonne initiation à la découverte de la famille des cichlidés.

 

REPARTITION

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE

Cette espèce de ce cichlidé est endémique d’Amérique centrale, elle est assez vaste et court jusque dans le nord de l’Amérique centrale.

La localité type de cette espèce est le lac Amatitlán[1] (Lac d’Atitlan) au Guatemala (RADKHAH & EAGDERI, 2019).

This slideshow requires JavaScript.

 

Plusieurs formes géographiques existent, influençant sur les caractéristiques méristiques et la coloration, parfois de façon infime.

Elle s’étend depuis sur le versant pacifique du sud du Guatemala au nord, jusqu’au Salvador et sur l’ensemble des versants atlantique et pacifique du Honduras.

On rencontre Amatitlania nigrofasciata :

  • à partir de la côte du Pacifique, vers Río Sucio au Costa Rica, dans le Rio Suchiate, au Guatemala ;
  • sur le versant Atlantique, dans le Rio Patuca, au Honduras et jusqu’à Río Jutiapa au Guatemala.

Contrairement à ce qui est parfois dit, l’espèce n’est pas présente au Panama, ni au Costa Rica ou encore au Nicaragua, comme ce fut autrefois considéré.

Cependant, il existe une grande incertitude concernant la distribution indigène de cette espèce, notamment sa présence au Nicaragua, et des études moléculaires supplémentaires sont nécessaires pour clarifier la taxonomie de cette espèce.

De nombreuses mentions de cette espèce font en effet état de sa présence vers le sud jusqu’au Panama, mais elles font plus probablement référence aux espèces proches telles que Amatitlania siquia et Amatitlania kanna.

 

Diffusion hors biotope naturel

Mais Amatitlania nigrofasciata est malheureusement une espèce qui a également été introduite à divers endroits du monde.

En conséquence, il a été introduit dans plusieurs pays, notamment:

  • Les États-Unis ;
  • l’Australie ;
  • La Colombie ;
  • le Mexique ;
  • l’Iran ;
  • Porto Rico
  • Les Philippines ;
  • Le Japon ;
  • L’Italie ;
  • Israël ;
  • L’Indonésie ;
  • La Réunion ;
  • La Slovaquie ;
  • L’Allemagne ;
  • Le Pérou ;

…et la liste n’est pas près de s’arrêter à ces pays !

En Europe, y compris sous des latitudes plus élevées il a été constaté que ces poissons pouvaient s’acclimater à condition, lorsqu’ils sont introduits, qu’ils puissent vivre dans les eaux chaudes telles que celles des sources thermales, lieux d’échanges thermiques des centrales électriques… ou tout autre équivalent.

Étant une espèce introduite dans ces pays, Amatitlania nigrofasciata n’a pas de statut de conservation cependant, on pense qu’il peut décimer les populations de poissons indigènes, car il se nourrit d’œufs ou de jeunes d’autres espèces.

De plus, son comportement est agressif et il peut forcer à  se déplacer d’autres espèces de son habitat. (GONZALEZ & AL., 2008)

L’espèce Amatitlania nigrofasciata a été introduite dans les régions tempérées et tropicales du monde entier depuis 1920 (PIAZINNI & AL. 2010) …et cela continue !

Cette espèce a été largement introduite dans d’autres parties du monde par le biais du commerce aquariophile, notamment au Mexique, en Floride, aux Etats-Unis, en Italie, en Iran, au Japon, en Australie occidentale, à Bali et aux Philippines…

Carte des sites mexicains où la présence d’Amatitlania nigrofasciata a été remarqué.

Amatitlania nigrofasciata , Femelle. Poisson pêché dans un canal d’eau douce, Tampa, Floride, novembre 2020

Amatitlania nigrofasciata, Mâle. Poisson pêché dans un canal d’eau douce, Santa Clarita, Californie, décembre 2019.

Les facteurs de cette nature invasive sont :

  • sa large tolérance environnementale ;
  • sa capacité à occuper des habitats endommagés ;
  • son opportunisme ;
  • la qualité des soins parentaux ;
  • sa croissance rapide ;

qui sont un ensemble de facteurs qui ont tous contribué à la nature offensive et l’implantation de Amatitlania nigrofasciata (RADKHAH & EAGDERI, 2019 ; CABI, 2020) dans des biotopes qui ne sont pas ceux dont il est naturellement originaire).

Les chercheurs ont également constaté que cette espèce de poisson a des effets négatifs sur la population d’espèces halieutiques mexicaines, notamment Amphilophus istlanus et Ictalurus balsanus.

Ictalurus balsanus.

MENDOZA ET AL. (2015), ont confirmé les effets négatifs du cichlidé condamné, déclarant que cette espèce peut rivaliser avec les poissons indigènes en raison de son régime alimentaire omnivore et de ses comportements agressifs et territoriaux.

Amatitlania nigrofasciata est si populaire qu’il a aussi été implanté en Iran (LUKAS & AL., 2017), dans la région néotropicale de ce pays, dans deux bassins intérieurs de l’Iran.

Amatitlania nigrofasciata avait été signalé pour la première fois par ESMAEILI & AL. en 2013 au niveau de la rivière Kol, dans le bassin d’Ormuz.

Par la suite, sa présence dans le bassin du lac Namak (Sulaymaniyah Spring) a été enregistrée par MOUSAVI-SABET & EAGDERI (2016).

Le lac Namak, Iran.

La présence de grands Amatitlania nigrofasciata (95,6 millimètres LT) et de petits (49 millimètres TL) à deux périodes de visite différentes (août et décembre 2011) montre l’établissement possible de cette espèce.

Amatitlania nigrofasciata est un poisson d’aquarium très commun dans le monde et aussi en Iran.

Il a très probablement été introduit par la population locale.

Dans la tradition iranienne, les gens relâchent des créatures sauvages, en particulier des poissons, dans la nature lors de certaines fêtes (Nouvel An).

Dans le cas des poissons, nombre d’entre eux sont relâchés dans les habitats d’eau douce tels que les rivières, les étangs et les réservoirs et peuvent ainsi entraîner l’établissement de poissons non indigènes dans de nouveaux environnements.

En Australie, deux populations ont été signalées.

Une population existe dans les eaux artificiellement réchauffées des bassins de refroidissement de la centrale électrique de Hazelwood à Victoria depuis 1978 (ALLEN, 1989).

La deuxième population était censée se trouver dans le Queensland par KOEHN & MACKENZIE (2004), mais l’examen de la littérature référencée pour étayer la présence de cette population; ARTHINGTON & MCKENZIE (1997); ARTHINGTON & BLUHDORN (1995) et DPIQ (2001), ne révèle aucune référence à cette espèce.

L’introduction d’une population de Amatitlania nigrofasciata a été signalée en 2011 dans le lac Buyan, situé à Bali.

Le lac Buyan, Bali

Les systèmes d’eau douce à influence thermique offrent des conditions propices à la survie des espèces non indigènes d’origine tropicale et subtropicale et à la formation de populations proliférantes au-delà de leurs aires de répartition d’origine.

En Allemagne, des cichlidés condamnés non indigènes (Amatitlania nigrofasciata) et des tilapias (Oreochromis sp.) ont établi des populations dans le Gillbach, un petit ruisseau qui reçoit l’eau chaude d’une centrale électrique locale.

La rivière Gilbach et sa centrale électrique. La centrale électrique est la centrale thermique de Niederaußem (la plus grande centrale électrique de ce type en Allemagne). Les guppys étaient (et sont toujours) également présents dans l’Erft inférieur, dans lequel coule le Gillbach. L’Erft inférieur est chauffé par de l’eau chaude pompée jusqu’à 400 m de profondeur à partir des mines de cole. Ici n’existent pas que des guppys, mais aussi de nombreux autres organismes tropicaux : Amatitlania nigrofasciata, Ancistrus , les escargots Melanoides tuberculatus et Planorbella duryi, le ver annélide Branchyura sowerbii , la planaire Dugesia tigrina , les crevettes Neocaridina davidiet Macrobacrium dayanum , ainsi qu’un certain nombre d’adventices aquatiques tropicales : Azolla filiculoides, Egeria densa, Lemna aequinoctialis, L. minuta, Myriophyllum aquaticum, Pistia stratiotes et Shinnersia rivularis. La plupart de ces organismes sont à coup sûr relâchés par les aquariophiles, mais dans certains cas, il n’est pas clair d’où ils proviennent.

La rivière Gilbach.

Il a été émis l’hypothèse que les Oreochromis sp. pêchés dans la rivière Gillbach sont des descendants d’échappés de  fermes d’aquaculture

Les analyses faites révèlent des traces d’ADNmt a trouvé, à la fois, les lignées maternelles d’Oreochromis mossambicus et d’Oreochromis niloticus, qui sont couramment utilisées pour les hybrides en aquaculture.

Il en a tout de même été déduit que les Amatitlania et les tilapias ont très probablement été introduits dans la rivière Gillbach par des aquariophiles amateurs.

Malgré leur forte invasion dans le monde, il semble peu probable que les trois espèces de cichlidés se propagent et persistent de manière permanente au-delà de la gamme d’influence thermique du système fluvial de la rivière Gillbach.

Cependant, les Amatitlania du Gillbach sont connus pour héberger des parasites de poissons indigènes et non indigènes et, par conséquent, les cichlidés non indigènes peuvent constituer des menaces pour la faune de poissons indigènes.

Dans les estomacs des cichlidés importés, un nombre impressionnant d’écailles d’espèces de poissons indigènes ont été trouvés en plus de restes d’insectes et de plantes.

“Nous attribuons cela aux soins agressifs de la couvée d’ Amatitlania nigrofasciata “, explique KLIMPEL.

Les poissons tropicaux défendent leur progéniture en repoussant d’autres poissons puis en mangeant leurs écailles.

«Avec son eau toujours chaude, le Gillbach constitue un réservoir pour les agents pathogènes non indigènes et donc une porte d’entrée vers d’autres cours d’eau.

Dans l’ensemble, cela montre que non seulement la faune tropicale peut s’établir dans des habitats d’eau chaude à long terme créés artificiellement, mais que la structure des agents pathogènes, tels que les parasites, y change également en même temps », résume KLIMPEL.

À l’avenir, le Gillbach pourrait également servir de système modèle pour le changement des communautés fauniques dans le contexte du changement climatique mondial – là, on peut observer “en direct” comment des températures plus élevées et des espèces envahissantes affectent la biodiversité indigène.

 

MILIEU NATUREL & BIOTOPE

Cette espèce de cichlidé d’eau douce, a une mode de vie benthopélagique et  se trouve principalement dans les rivières et les ruisseaux dans toute son aire de répartition d’origine.

Ce cichlidé habite les plans d’eau lentiques et lotiques et n’est pas un poisson migrateur.

Les adultes et les juvéniles fréquentent également les bassins chauds (20-36°C) des sources et de leurs effluents.

En milieu naturel, les Amatitlania nigrofasciata préfèrent évoluer dans les trous d’eau où l’eau y est chaude et agitée de quelques remous.

Il est plutôt rare de les apercevoir en pleine eau ouverte car ils préfèrent séjourner dans les zones leur offrant une couverture et une protection sous n’importe quelle forme.

Les adultes Amatitlania nigrofasciata aiment l’eau s’écoulant de petites criques et ruisseaux aux eaux peu profondes des rivières qui se jettent des de grandes rivières et des rapides.

Amatitlania nigrofasciata aime bien les habitats rocheux et sablonneux avec des branches d’arbres et des feuilles mortes et vit ainsi dans des cours d’eau bien oxygénés relativement rapides et rocailleux qui lui permettent de trouver refuge dans les diverses fissures ou crevasses offertes par ce type d’environnement, ou parmi les racines et les éboulis.

Amatitlania nigrofasciata aime aussi évoluer dans les endroits où les eaux sont peu profondes et sur les sols meubles où il trouve du limon et des détritus.

Pour ces poissons apprécient les environnements rocheux près du fond des ruisseaux et des ruisseaux, l’hypothèse a été émise qu’au fil de leur évolution, ils aient développé leurs motifs d’écailles afin de se fondre dans les rochers et le feuillage qui les entourent.

Dans son aire de répartition introduite, Amatitlania nigrofasciata a été signalé dans des fossés de drainage adjacents à des installations d’aquaculture ornementale, des lacs artificiels, des sources d’eau chaude et des bassins de refroidissement associés à des installations de production d’énergie.

Compte tenu de son aire de répartition naturelle massive, il s’avère que Amatitlania nigrofasciata  s’adapte facilement à beaucoup de biotopes et se rencontre dans une grande variété d’environnements (rivières, lacs et étangs).

En revanche, on ne le rencontre que très rarement en eaux libres, Amatitlania nigrofasciata préférant rester dans les zones couvertes (racines, végétaux).

La présence de hauts débits dans la rivière se produit pendant la saison des pluies, où la « Burrita noire » (Amatitlania nigrofasciata) et de nombreuses autres espèces de poissons trouvent refuge dans les rochers ou les méandres à proximité pour éviter l’effet d’être entraînés en aval par les forts courants typiques de cette époque.

Au fur et à mesure que la saison sèche avance, les débits chutent de manière significative et les courants diminuent.

Cette situation permet aux individus de revenir à nouveau sur ces sites pour les repeupler (MARN, 2021), tant que les conditions de débit sont adéquates ce qui permet de maintenir ces populations, et le reste de la biodiversité aquatique du fleuve.

Ces poissons vivent dans des zones peu profondes et rocheuses, s’abritant dans des crevasses et des fissures, où ils se nourrissent d’insectes, de vers, de poissons, de plantes et de crustacés.

Pour les chasseurs de cette espèce de cichlidés, il faudra donc toujours se mette en quête de ces endroits où les  eaux offrent beaucoup de cachettes et d’abris, et garder en mémoire que ces poissons se tiennent généralement à l’écart des eaux libres.

 

HABITAT

Amatitlania nigrofasciata est un poisson d’eau douce qui n’est pas migrateur qui aime vivre dans les eaux lentes des lacs et des ruisseaux, de préférence au milieu d’une structure rocheuse, parmi des branches enfoncées et des roches avec une eau dont les températures sont comprises entre 26°C et 29°C et à des altitudes allant jusqu’à 1 500 mètres.

Grace à ses facultés d’adaptation, Amatitlania nigrofasciata est répandu dans une large gamme d’environnements, des ruisseaux et ruisseaux aux berges et hauts fonds des grands fleuves rapides, il est également présent dans les lacs dont les eaux ne sont pas excessivement turbides.

Amatitlania nigrofasciata est une espèce rhéophile, elle préfère les habitats rocheux, où elle trouve refuge dans les diverses fissures et crevasses fournies par ce type de milieu, ou parmi les racines, troncs tombés et autres débris.

Amatitlania nigrofasciata est une espèce de nature sédentaire et quel que soit le territoire choisi par ce poisson, celui-ci comprendra toujours au moins une frayère.

Dans quatre habitats naturels du Costa Rica, où l’espèce a été échantillonnée, le pH de l’eau était compris entre 6,6 et 7,8, tandis que la dureté carbonatée (KH) variait entre 63 et 77 ppm de carbonate de calcium.

La température optimale se situe entre 26°C et 29°C, mais Amatitlania nigrofasciata tolère des températures de l’eau relativement plus basses et, dans sa gamme d’origine et est capable de coloniser des lacs volcaniques jusqu’à des altitudes de 1 500 mètres.

TAXONOMIE

HISTORIQUE

Toutes ces dernières années, il y a eu pas mal de discussions et de controverses sur ce genre !

Albert GÜNTHER avait initialement décrit l’espèce en 1867 (description originale), après que Frederick DuCANE GODMAN et Osbert SALVIN aient collecté des spécimens en Amérique central.

Plus tard, en 1898, cette espèce avait été renommée Cichlasoma nigrofasciatum par JORDAN & EVERMANN.

Comme cela a déjà été souligné, c’est ALLGAYER, en 1994 qui l’a replacé dans le genre « Archocentrus » sous le nom d’Archocentrus nigrofasciatus

En 2001, ALLGAYER a fondé le genre « Cryptoheros » comme malheureusement cette description du « nigro » (Amatitlania nigrofasciata) n’avait pas été vraiment bien comprise et acceptée, ALLGAYER l’a, à nouveau, redéplacé, cette fois dans le genre « Cryptoheros », devenant ainsi « Cryptoheros nigrofasciatus ».

« Convict cichlid » était auparavant inclus dans le genre Cichlasoma, et était connu sous le nom de Cichlasoma nigrofasciata.

En 2007, SCHMITTER-SOTO fit à son tour une description du « Convict cichlid » et l’inclut dans le genre « Amatitlania ».

Depuis cette date, le genre « Amatitlania » a compté :

  • Amatitlania coatepeque,
  • Amatitlania kanna,
  • Amatitlania nigrofasciata
  • Amatitlania siquia.

Mais de nombreux scientifiques pensaient que la description faite avait également été rédigée trop hâtivement, sans raisons suffisantes ni justifications pertinentes permettant au « cichlidé bagnard » d’avoir son propre genre.

En outre, ils s’attendaient à ce que tous les poissons inclus dans le genre Amatitlania soient finalement renvoyés dans le genre Archocentrus.

 

BASE DE DONNEES TAXONOMIQUES

  • GRAS : 212468
  • Fin de vie : 4599944
  • FishBase : 3615
  • GBIF : 2370027
  • iNaturaliste : 132342
  • NCBI : 74111
  • UICN : 18242362
  • WoRMS : 991202
  • Zoobanque : A1189A04-DCEB-4EC5-85DE-5BE629152BFE

NOMS

NOM SCIENTIFIQUE

Un seul nom scientifique est reconnu pour cette espèce : Amatitlania nigrofasciata

 

NOMS COMMUNS

  • Archocentrus nigrofasciatus (Ancienne appellation scientifique) ;
  • Astronotus nigrofasciatum (Ancienne appellation scientifique) ;
  • Cichlasoma nigrofasciatum (Ancienne appellation scientifique) ;
  • Cryptoheros nigrofasciatus (ancien nom) (Ancienne appellation scientifique) ;
  • Heros nigrofasciatus (Ancienne appellation scientifique) ;
  • Bagnard (Français) ;
  • Nigro (Français) ;
  • Black Convict (Anglais) ;
  • Convict cichlid (Anglais) ;
  • Zebra cichlid (Anglais) ;
  • Zebrabuntbarsh (Allemand) ;

 

SYNONYMES

  • Archocentrus nigrofasciatus – (GÜNTHER, 1867) ;
  • Cichlasoma nigrofasciatum – (GÜNTHER, 1867) ;
  • Cryptoheros nigrofasciatus – (GÜNTHER, 1867) ;
  • Heros nigrofasciatus – (GÜNTHER, 1867) (synonyme).

 

ETHYMOLOGIE

« Amatitlania nigrofasciata» est la composition des mots :

  • « Amatitlán » en langue Nahuatl qui fait référence à son milieu Amatl : Le nom de genre vient de la localité type de l’espèce, Amatitlán qui signifie un endroit abondant dans la langue Nahuatl.

D’autre part, l’Amate est une sorte de papier rustique fabriqué à partir de l’écorce de Ficus petiolaris ou Ficus indica.

Papier d’Amate avec motif aztèque Maya.

et

  • « nigrofasciata », un mot composé signifiant “noir” et “bandé” (à bandes noires).

 

DESCRIPTION

Le genre Amatitlania appartient à la sous-famille des Cichlinae et la tribu des Heroini.

En 2007, l’espèce a été déplacée du genre Archocentrus à un nouveau genre «  Amatitlania », basé sur l’étude de Juan SCHMITTER-SOTO relatives aux espèces d’Archocentrus.

Récemment encore déplacé, cette fois vers le genre Amatitlania par Juan SCHMITTER-SOTO (2007) qui au passage a révisé le genre Archocentrus, Archocentrus nigrofasciata et trois espèces nouvellement décrites ont basculé dans le genre Amatitlania.

Au final, ce sont sept espèces (et variétés) qui sont décrites pour le genre Amatitlania, par Juan SCHMITTER-SOTO depuis 2007.

L’espèce type du genre est Amatitlania nigrofasciata.

Cependant, une nouvelle étude de 2008 menée par Oldřich ŘICAN a proposé de déplacer les espèces « Cryptoheros » et « Amatitlania » , (y compris Amatitlania nigrofasciata), dans le genre « Hypsophrys ».

La taxonomie n’est pas une science simple !

Pour conclure, aujourd’hui, il existe actuellement neuf espèces connues dans le genre Amatitlania, dont :

  1. Amatitlania coatepeque – (SCHMITTER-SOTO, 2007) ;
  2. Amatitlania nanolutea – (ALLGAYER, 1994) ;
  3. Amatitlania sajica – (BUSSING, 1974) ;
  4. Amatitlania siquia – (SCHMITTER-SOTO, 2007) ;
  5. Amatitlania altoflava – (ALLGAYER 2001) ;
  6. Amatitlania septemfasciata – (REGAN, 1908) ;
  7. Amatitlania myrnae – (LOISELLE, 1997) ;
  8. Amatitlania kanna – (SCHMITTER-SOTO, 2007) ;
  9. Amatitlania nigrofasciata – (GÜNTHER, 1867).

L’histoire taxonomique d’Amatitlania nigrofasciata n’est certainement pas encore terminée !

 

CLE DES ESPECES

Les espèces du genre Amatitlania ont un corps relativement trapu avec une queue courte et sont donc adaptées à la vie dans des eaux stagnantes et peu fluides.

⇒ voir le paragraphe Clé des espèces du genre Amatitlania

Ces poissons mesurent au maximum une dizaine centimètres de long et, à la différence des mâles, les femelles restent plus petites.

 

MORPHOLOGIE

L’Amatitlania nigrofasciata peut atteindre une longueur maximale et dans de bonnes conditions de maintenance, d’environ 16 centimètres, et comme cela a été souligné, les femelles restent légèrement plus petites de plusieurs centimètres.

Comme signe distinctif principal et qui en fait sa notoriété, Amatitlania nigrofasciata, qui est appelé communément « cichlidé zébré », à cause de sa robe, est de couleur bleu-gris avec des bandes croisées noires qui traversent son corps.

 

Corps

Amatitlania nigrofasciata a un corps de forme ovale avec des nageoires dorsale et anale pointues, et cette espèce est l’une des plus petites variétés de cichlidés d’Amérique centrale.

Le corps d’Amatitlania nigrofasciata est donc ovoïde, haut mais aussi comprimé latéralement.

Amatitlania nigrofasciata a la forme corporelle typique d’un poisson à nageoires rayonnées, avec une tête inclinée et un large abdomen.

La queue de ces poissons est étroite et se termine par une large nageoire caudale en forme d’éventail.

Les mâles ont de longues nageoires pointues et souvent des bosses sur la tête.

Les femelles ont des écailles dorées sur le ventre et une tache sombre sur leur nageoire dorsale.

Chez cette espèce, le pédoncule caudal est court et haut.

Amatitlania nigrofasciata a des écailles cycloïdes relativement grandes, également présentes sur l’opercule et la partie supérieure de la tête.

Ces cichlidés ont des écailles de poisson cténoïdes.

Au fur et à mesure que le poisson grandit, les écailles du poisson se développent avec un motif d’anneaux de croissance concentriques.

Ces anneaux de croissance augmentent en nombre avec la taille de l’échelle et ressemblent à ceux trouvés dans la section transversale des troncs d’arbres.

Dans certains cas, les schémas de croissance des écailles cténoïdes sont utilisés pour déterminer l’âge d’un poisson.

Cercles de croissance des écailles d’Amatitlania nigrofasciata.

Les écailles de poisson sont dérivées du derme, en particulier dans le mésoderme.

Ce fait les distingue des écailles de reptiles.

Les écailles protègent le corps des dangers extérieurs tels que les prédateurs et les infections.

Tous les poissons ne partagent pas le même type d’écailles.

Les écailles de poisson sont recouvertes de peau de poisson, une fine couche de cellules épithéliales.

Ecailles. Grossissement : x50.

Les écailles de poisson sont dérivées du derme, en particulier dans le mésoderme.

Ce fait les distingue des écailles de reptiles.

Les écailles protègent le corps des dangers extérieurs tels que les prédateurs et les infections.

Les écailles de poisson sont recouvertes de peau, une fine couche de cellules épithéliales.

 

Tête

La tête de ce poisson est relativement grosse.

Le museau est court, approximativement égal au diamètre oculaire en longueur.

La bouche est petite et placée en position terminale.

La mâchoire inférieure d’Amatitlania nigrofasciata dépasse la mâchoire supérieure.

Amatitlania nigrofasciata possède de petites dents sur les deux mâchoires.

Comme toutes les espèces de cichlidés et certains poissons d’eau salée, y compris les perroquets et les graminées, les Convict cichlid ont un ensemble de dents pharyngiennes bien développées dans la gorge, en complément de leurs dents régulières.

Les ouïes et la bouche sont gris foncé.

Une autre caractéristique remarquable de toutes les espèces de cichlidés est qu’elles possèdent une narine de chaque côté de leur museau, alors que les autres poissons ont deux.

Amatitlania nigrofasciata utilise cette narine pour aspirer et expulser l’eau afin de la “sentir”.

Fait intéressant, le poisson peut retenir l’eau pendant de longues ou de courtes périodes, selon la quantité dont l’animal a besoin pour goûter les odeurs que l’eau contient.

Les demoiselles d’eau salée (famille des Pomacentridae) ont aussi cette capacité et il existe environ 300 espèces.

La majorité de ces espèces sont des poissons d’eau salée trouvés dans les océans Indien et Pacifique) ont cette même caractéristique, et on pense que les deux espèces sont étroitement liées.

 

Nageoires

Au total, ils ont 5 types de nageoires :

  1. une nageoire dorsale fusionnée avec jusqu’à 19 épines ;
  2. une nageoire caudale en éventail ;
  3. une nageoire pectorale ;
  4. une nageoire pelvienne ;
  5. une longue nageoire anale fusionnée.

La nageoire dorsale est longue avec une pointe pointue avec 17 à 19 épines et 7 à 9 rayons .

Les nageoires pectorales s’étendent longtemps au-delà de l’origine de la nageoire anale.

Leurs nageoires anales sont longues avec des extrémités pointues avec 8 à 10 épines et 6 ou 7 rayons.

Leur nageoire dorsale est longue avec une pointe pointue avec 17 à 19 épines et 7 à 9 rayons.

Les nageoires pectorales s’étendent longtemps au-delà de l’origine de la nageoire anale.

Le bord de la nageoire caudale est arrondi.

Les nageoires des mâles sont plus longues que celles des femelles.

Les nageoires dorsales et anales, se prolongent en pointe chez le mâle, elles ont une coloration gris-bleu.

De plus, ces cichlidés ont des rayons épineux à l’arrière de leurs nageoires pectorales, dorsales, pelviennes et anales pour décourager les prédateurs.

L’aspect avant des nageoires est doux, ce qui permet au poisson de se positionner très précisément et de manœuvrer sans effort dans l’eau, bien que les Convict cichlid ne soient pas des nageurs rapides.

 

TAILLE

Ces cichlidés sont des poissons relativement petits, car la taille moyenne des spécimens mâles est d’environ 15 centimètres de longueur et les femelles 10 centimètres pour la femelle.

Amatitlania nigrofasciata mâle sauvage.

Amatitlania nigrofasciata femelle sauvage.

En aquarium, les tailles peuvent etre plus grandes et Amatitlania nigrofasciata peut atteindre une taille maximale avoisinant les 16 centimètres pour le mâle et environ 13 centimètres maximum pour la femelle.

C’est l’une des rares espèces de poissons où les mâles sont plus grands que les femelles.

 

COLORATION

La livrée de ces poissons est variable selon l’habitat et son état physiologique.

En effet, les Amatitlania nigrofasciata affichent des variations de couleur importantes dans toute leur diversité de localisation.

Les mâles sont de couleur monotone, moins pimpante que les femelles qui possèdent une tache orange sur le ventre.

Amatitlania nigrofasciata mâle.

 

Comme leur nom l’indique si bien, tout leur corps est argenté et recouvert de bandes noires qui peuvent être pleines ou fendues.

Ces poissons sont de couleur bleu-gris, bleu-lavande ou crème avec huit à neuf bandes verticales sombres, et derrière la tête du poisson, les bandes forment une forme en « U » brisé.

Amatitlania nigrofasciata femelle.

Le nom, anglais « Convict cichlid » (cichlidé bagnard, en français) vient des bandes verticales sombres, qui donnent au poisson un aspect traditionnel de « prisonnier ».

Les nageoires sont de couleur claire à jaune pâle.

Grâce (ou à cause) à l’élevage industriel de cette espèce, il existe quelques variantes de couleur disponibles, y compris le « White cichlid » ou « Pink Convict »… qui sont toutes plus ou moins des variétés pseudo-albinos, crème ou rose et qui n’ont pas les barres verticales comme dans la forme d’origine.

Cependant, les Amatitlania nigrofasciata peuvent parfois être sans bandes ou avoir des taches ou des taches au lieu de rayures.

Certaines zones du corps de ce poisson peuvent être plus claires ou plus foncées que d’autres zones (notamment sur l’abdomen).

Micrographie électronique à balayage colorée (SEM) d’une cellule cutanée de poisson cichlidé condamné (Cichlasoma nigrofasciatum) sur la surface de l’échelle.

La peau de Amatitlania nigrofasciata, comme de nombreux autres vertébrés, se compose de deux couches principales :

  1. L’épiderme superficiel ;
  2. Le derme plus profond.

L’épiderme est constitué de deux couches ou plus moins épaisses.

La plus profonde est faite d’une série de cellules appelées « couche germinale » ou « strate germinativum ».

Elle est principalement de couleur de fond gris-bleu aux nuances irisées, plus claire sur les flancs et le dos que sur le ventre.

Micrographie électronique à balayage colorée (SEM) d’une cellule cutanée de poisson Amatitlania nigrofasciata sur la surface de l’échelle.

Amatitlania nigrofasciata se caractérise par une coloration gris bleuté parcourue par 8 à 10 bandes verticales brunes.

Une série de 6-8 (exceptionnellement jusqu’à 9-10) larges bandes noires verticales est observée dans la partie centrale du corps, deux bandes verticales affectent l’opercule et la base de la nageoire caudale.

Souvent, les bandes verticales centrales s’étendent sur la nageoire dorsale.

Amatitlania nigrofasciata est souvent pigmenté de couleurs plus claires, principalement remarquables au niveau du ventre et le plus souvent de couleur jaune à rougeâtre, mais aussi sous la nageoire dorsale (avec aussi du bleu et du vert).

Fait amusant : Les jeunes Amatitlania nigrofasciata commencent à développer leurs couleurs à l’âge de 3 jours, et bizarrement apparaissent d’abord des bandes horizontales plutôt que verticales !

Les bandes verticales caractéristiques de cette espèce n’apparaissent qu’à l’âge de 2 mois et elles sont toutes entièrement visibles que lorsque les jeunes Amatitlania nigrofasciata atteignent l’âge de 3 mois.

 

La coloration chez ce cichlidé joue un rôle comportemental important.

Les chromatophores[2] contenant de la mélanine sont responsables du motif emblématique, fait de rayures zébrées qui caractérisent ce poisson.

Dans la nature, par l’intensité des couleurs, ces bandes aident Amatitlania nigrofasciata à déterminer et imposer sa capacité à garder le dessus dans un combat l’opposant à un de ses pair ou vis-à-vis d’une autre espèce.

Amatitlania nigrofasciata vs Andinoacara rivulatus.

Autre fait amusant ou pour le moins intéressant, ainsi, il a été observé que lorsqu’un poisson bagué (avec des bandes) et un poisson non bagué entraient en conflit, le poisson bagué était de beaucoup susceptible de gagner (même s’il est de plus petite taille) !

Mais Amatitlania nigrofasciata possèdent de nombreuses robes et de ce fait, certaines de ses variantes régionales, longtemps considérées comme des Amatitlania nigrofasciata, sont maintenant considérées comme des espèces différentes.

L’une de ces anciennes espèces de « nigro » est Amatitlania siquia, appelée « cichlidé à point rouge hondurien » ou le « bagnard à point rouge hondurien » dont l’aire de répartition s’étend du versant atlantique du Honduras au sud du Costa Rica.

Deux autres espèces autrefois incluses dans Amatitlania nigrofasciata, sont devenues :

  • Amatitlania kanna issus du versant atlantique du Panama ;

et

  • Amatitlania coatepeque issu du lac Coatepeque au Salvador.

Mais l’espèce type reste Amatitlania nigrofasciata et rassemble toutes ces  espèces dans le genre Amatitlania.

L’espèce Amatitlania nigrofasciata reste cantonnée à la population septentrionale allant du Salvador au Guatemala, sur le versant Pacifique et du Honduras au Guatemala sur le versant Atlantique.

Un certain nombre de synonymes existent pour cette espèce, notamment :

  • Archocentrus nigrofasciatus ;
  • Cichlasoma nigrofasciatum ;
  • Cryptoheros nigrofasciatus ;
  • Heros nigrofasciatus.

La sélection, la consanguinité et d’autres procédés d’élevage et de laboratoire ont vu apparaître des pigmentations de plusieurs autres couleurs, voire même des monstruosités génétiques.

Malheureusement suite à une trop grande consanguinité liée à une reproduction intensive de certains élevages, ces teintes tendent à disparaître.

Les Hybrides : des variétés de couleurs et de formes !

Il est possible de trouver des pseudos « Convict cichlids » dans plusieurs variétés de couleurs différentes, dont seules quelques-unes ont une véritable origine naturelle.

Polar blue parrot Convict cichlid.

Malheureusement, la plupart des variantes de « nigro » sont le produit de l’élevage sélectif et d’un génie (?) génétique.

On distingue ainsi :

  • Une variante de nigro noire : C’est ce à quoi la plupart des gens pensent quand ils pensent à un cichlidé noir condamné. Des bandes noires sur des écailles argentées rappellent l’uniforme d’un prisonnier.

  • Une variante de nigro non bagué : C’est-à-dire avec un corps argenté dépourvu de bandes ou n’ayant que quelques bandes très légèrement visibles et donnant l’impression d’être délavées.

Cette forme est également connue sous le nom de forme de couleur amélanique (absence de mélanisme) et peut se trouver naturellement.

Le mélanisme (du grec « melas » signifiant « noir ») est un phénotype animal caractérisé par la couleur entièrement noire de la peau, des plumes, des écailles ou des poils.

Dans le cas où les parties noires habituellement présentes (taches, stries…) sont distinguables, au moins légèrement, mais anormalement élargies, on parle plutôt de pseudo-mélanisme.

On parle parfois de mélanisme pour l’espèce humaine pour désigner un excès de mélanine considéré comme pathologique (dans la maladie d’Addison par exemple).

Le mélanisme, quel qu’en soit le mécanisme, est un excès d’origine génétique de la production de mélanine, pigment de couleur noire.

Il peut donc être considéré comme le phénomène inverse du leucisme et de l’albinisme, qui eux sont dus à un déficit ou une absence de mélanine et d’autres pigments, également d’origine génétique, et qui donnent des animaux de couleur très claire ou entièrement blanche.

Mais il existe beaucoup de variantes hybridées telles que :

  • Une variante de nigro rose : Un « Convict cichlid » leucistique ou incolore a un corps blanc rosé sans bandes ni taches sombres.

Cela peut aussi etre le fait d’une production naturelle…de façon exceptionnelle. Dans la majorité des cas, il s’agit de sélections faites à partir de ces cas exceptionnels !

  • Une variante de nigro marbré : Le corps est argenté avec de grandes taches ou taches noires au lieu de bandes.

Cette variété est aussi connue sous le nom de « Calico Convict ».

  • Une variante de nigro dorée : Les écailles sont jaune d’or avec des bandes noires ou brunes et un abdomen orange.

Il s’agit d’une forme de couleur artificielle qui ne se produit pas à l’état sauvage.

  • Une variante de nigro bleu : Les écailles sont de couleur céruléenne avec des bandes ou des taches noires.

 

Il s’agit également de formes de couleur qui ont été développées pour les aquariophiles en mal de sujets originaux, atypiques et surtout non naturels.

…mais le comble de l’horreur arrive maintenant !

Il y a une dizaine d’années, des poissons d’ornement fluorescents transgéniques ont été signalés sur le territoire péruvien.

De plus, l’élevage et l’hybridation avec des poissons non transgéniques ont été largement testés dans des laboratoires confinés et dans des conditions d’élevage péruviennes.

Cependant, il n’existe pas encore d’informations sur leur risque potentiel en cas de rejet dans des zones climatiques thermiquement très proches de leurs régions d’origine (Asie du Sud-Est).

En fait, c’est au début de l’année 2000 que  les premiers poissons transgéniques ornementaux ont été développés au niveau des laboratoires asiatiques.

La technique consistait à procéder à l’introduction de gènes produisant des protéines fluorescentes vertes, rouges extraites de la méduse abyssale (Aequorea victoria), puis d’une anémone de mer (Anemonia manjano) et d’autres organismes marins.

Aequorea victoria.

Anemonia manjano.

Ce sont les marchés asiatiques qui ont encouragé la production industrielle et le commerce de ces monstruosités, et ainsi, en 2006, , grâce certainement à quelque(s) aquariophiles particulièrement éco-responsables, le premier « nigrofasciata fluorescent » a pu être découvert sur le territoire péruvien en milieu naturel.

 

Un tel constat a permis de démonter aussi l’hybridation de ces nigrofasciata fluorescents avec des espèces sauvages confirmant au passage que sa reproduction était possible : une véritable catastrophe biologique !

 

DIFFERENCIATION

Amatitlania diffère de Archocentrus grâce à son dimorphisme sexuel qui se manifeste en termes de taille et de couleur alors qu’il n’y a pas de dimorphisme sexuel de couleur chez Amatitlania.

Chez Archocentrus, le comportement de parade nuptiale diffère et ces poissons ont un museau arrondi (légèrement pointu chez Amatitlania et un corps latéralement moins aplati.

SCHMITTER-SOTO, en 2007, avait a révisé le genre Archocentrus, en basculant Archocentrus nigrofasciata et trois nouvelles espèces dans le genre Amatitlania et, à ce titre, il avait fourni une clé des espèces étroitement apparentées.

Amatitlania nigrofasciata se distingue des congénères par les caractères suivants :

  1. Présence de deux (contre une) rangées distales d’écailles interradiales sur la nageoire anale ;
  2. Les bras du premier os épibranchial sont parallèles (vs divergents) ;
  3. L’extrémité postérieure du bras dentigère du dentaire arrondie ou carrée (par rapport à triple épine ou pointue émoussée) ;
  4. La coloration péritonéale est uniformément foncée ; 
  5. Son corps est moins profond que celui de ses congénères Amatitlania kanna  et Amatitlania. siquia ;
  6. la 4ème barre noire non en forme de Y ( SCHMITTER-SOTO, 2007 ).

 

Clé des espèces du genre Amatitlania

11a (6a) Écailles circumpeduncular modalement 15–16; profondeur du corps généralement supérieure à 50% de SL, toujours plus de 48% de SL; bande du museau à l’œil généralement bien définie.                                                           

=> 12

11b Écailles circumpeduncular modalement 17–18; profondeur du corps généralement inférieure à 48% de SL, toujours inférieure à50% de SL; bande du museau à l’œil généralement diffuse.        

=> 13

12a (11a)  Bleu des yeux cerclés d’or; modalement 2–2,5 écailles de la ligne latérale au premier rayon de la nageoire dorsale (Fig. 20);vertèbres caudales modales : 15    

=> Amatitlania kanna

Amatitlania kanna

12b ⇒  Yeux bleuâtres ou verdâtres; échelles modales de 1,5 de la ligne latérale au premier rayon de la nageoire dorsale ; caudal vertèbres modales 14                  

 => Amatitlania siquia

13a (11b)  Quatrième barre sur le côté du corps en forme de Y ; profondeur du corps généralement inférieure à 47% de SL, toujours moins de 48% de SL; lèvre inférieure souvent avec une projection caudale à l’angle dorsal; vertèbres abdominales :13            

=> Amatitlania coatepeque

Amatitlania coatepeque

13b  Quatrième barre sur le côté du corps en forme de I (Fig. 18); profondeur du corps généralement supérieure à 47% de SL, toujours plus de 46% de SL; lèvre inférieure, normale à l’angle; vertèbres abdominales 12                                                                                                                                                                                            => Amatitlania nigrofasciata

 

DUREE DE VIE

La durée de vie de ces poissons en milieu naturel serait de 8 à 10 ans.

Ces poissons pugnaces mais attrayants vivent facilement 8 à 10 ans en captivité, bien que certains éleveurs rapportent que leurs poissons ont vécu jusqu’à 20 ans…ce qui parait beaucoup et reste à vérifier !

Ce fait relève de cas exceptionnels.

– 

DIMORPHISME SEXUEL

Les sexes chez les Amatitlania nigrofasciata sont facilement distinguables si on a des sujets en bonne santé et surtout non issus de croisements consanguins.

Couple de Amatitlania nigrofasciata : Femelle à gauche et mâle à droite.

Amatitlania nigrofasciata est une espèce qui devient facilement sexable quand elle atteint l’âge adulte.

A ce stade, en effet, la femelle reste plus petite que le mâle et possède un ventre plus rebondit.

 

Le nombre de bandes sur les 2 animaux n’est nullement un facteur de discernement des sexes.

 

Le mâle

Les mâles Amatitlania nigrofasciata sont plus grands et leurs nageoires dorsale et anale sont effilées, elles ont parfois des reflets bleu vert.

Les mâles Amatitlania nigrofasciata atteignent une taille plus importante, ils sont plus massifs et leurs nageoires impaires sont bien développées avec des terminaisons plus effilées.

En grandissant, les mâles Amatitlania nigrofasciata arborent une bosse frontale.

Certains spécimens, généralement les plus vieux développent une véritable bosse frontale, ce statut caractérise généralement un mâle dominant.

A âges égaux, les mâles sont toujours bien plus gros que les femelles.

Dans un couple, le mâle Amatitlania nigrofasciata est nettement plus grand et plus lourd (environ 15 centimètres, femelle environ 10 centimètres), mais, pour se différencier, la femelle est plus colorée, elle a des écailles or-orange sur les côtés et une touche de couleur turquoise au niveau des nageoires dorsale et anale, la nageoire caudale est courte et de forme arrondie.

Pendant la saison de frai, les mâles s’assombrissent.

 

La femelle

La femelle Amatitlania nigrofasciata a généralement les flancs rougeâtres.

La femelle Amatitlania nigrofasciata est aussi plus colorée que le mâle.

Elle a aussi des rayures noires plus intenses sur le corps et des nuances roses ou oranges dans la région ventrale et sur la nageoire dorsale.

Les femelles Amatitlania nigrofasciata sont plus petites, elles présentent un abdomen d’un jaune doré éclatant et la base des nageoires dorsale et anale sont d’un bleu métallique avec quelques écailles dorées.

La femelle Amatitlania nigrofasciata est pailletée de jaune, pourpre, de vert métallique au niveau de la dorsale et de l’abdomen.

Les femelles Amatitlania nigrofasciata ont une tache sombre caractéristique sur la nageoire dorsale et deviennent encore plus colorées lorsqu’elles sont en état de frai.

A ce moment, elles présentent une modification de la coloration abdominale pendant la saison de reproduction, donnant un ton bleu que l’on peut également voir dans la nageoire ventrale.

Chez les Amatitlania nigrofasciata, le dimorphisme sexuel est finalement assez marqué, et on retiendra que :

  • Le mâle est plus grand par rapport à la femelle ;
  • Les nageoires dorsale et ventrale du mâle qui sont plus longues et se terminent en pointe, leur longueur dépasse le point où se termine la nageoire caudale ;
  • La femelle, en revanche, a une nageoire dorsale et ventrale plus courte avec une extrémité arrondie, qui atteint la région basale de la nageoire caudale.

COMPORTEMENT

CARACTERE

Bien qu’il s’agisse d’une excellente espèce pour débutants à bien des égards, il est préférable de maintenir Amatitlania nigrofasciata dans un aquarium spécifique.

Le plus gros problème d’un éleveur qui se lance dans la maintenance de ce poisson sera la gestion de l’agressivité de cette espèce envers les autres poissons.

A ce titre, il faudra surveiller les éventuels signes ou traces de blessure sur les partenaires d’Amatitlania nigrofasciata qui indiqueront si ces poissons se sont battus.

Les cicatrices de combat visibles comprennent les égratignures, les déchirures et les marques sur les écailles ou les nageoires.

Pour information, il faut savoir qu’un poisson blessé (peu importe lequel), dans le cas présent, Amatitlania nigrofasciata fera plus d’efforts pour rester hors de vue et donc la disparition d’un poisson est un signe d’alerte !

Habituellement, tous les guérissent d’eux-mêmes au fil du temps, mais une blessure particulièrement désagréable nécessitera des soins médicaux.

La meilleure façon de réduire l’agressivité des Amatitlania nigrofasciata est de les installer dans un grand bac et de donner à chaque poisson beaucoup d’espace.

En dehors des combats qui ne sont pas courants et dont il ne faut pas exagérer la fréquence et l’intensité, l’éleveur de Amatitlania nigrofasciata devra veiller à bien garder le bac de ces poissons, bien propre et l’eau de bonne qualité.

Une maintenance négligée de ces paramètres, engendrera rapidement un bac sale où pourront se développer des infections parasitaires comme les Spiroxys et l’Ichthyophthirius multifiliis.

Les bacs sales où l’entretien est négligé et irrégulier sont également une cause majeure d’infections bactériennes qui causent, entre autres maladies, la pourriture des nageoires.

Par conséquent, il ne faut pas négliger l’entretien de l’aquarium des Amatitlania nigrofasciata et faire de changements d’eau toutes les 2 semaines,

S le bac est pourvu de plantes, il faudra veiller à ce qu’elles soient bien taillées et éliminer tout matériau mort ou en décomposition.

Quoiqu’il en soit, s’il faut retenir quelque chose, Amatitlania nigrofasciata est une espèce agressive et territoriale qui devient carrément violente lors de la reproduction…et cette espèce se reproduit souvent !

Amatitlania nigrofasciata est un poisson impressionnant, capable de s’attaquera à des poissons beaucoup plus gros que lui et contre lesquels il gagnera souvent et même facilement malgré sa taille inférieure !

Ces poissons sont farouchement territoriaux et attaqueront tout autre poisson qui pénètre sur leur territoire.

Il arrive d’observer ces poissons en train de s’embrasser, ce n’est nullement un signe d’affection , bien au contraire c’est tout l’inverse quand cela se produit, en fait, ils s’affrontent !

Les Amatitlania nigrofasciata ne sont pas de nature très amicale et n’interagiront positivement les uns avec les autres que lors de l’accouplement.

Lorsque le Amatitlania nigrofasciata ne se bat pas, il reste seul.

Ce sont des poissons actifs le reste du temps et il est possible de les regarder nager et se promener dans tout le bac.

Une fois qu’ils ont choisi un territoire, en bon locataires, ils sont aussi très doués, comme architectes d’intérieur, pour nettoyer et évacuer les débris ou les détritus qui l’entourent et remodeler l’aquarium selon leur convenance ou gouts !.

Dans un très grand aquarium, Amatitlania nigrofasciata peut être maintenu en communautaire, avec d’autres cichlidés robustes issus d’Amérique centrale.

En milieu naturel, les Amatitlania nigrofasciata sont actifs et diurnes, ils se nourrissent au sein de grands bancs de leurs compères et consomment ensemble des algues, des crustacés, des poissons, des insectes, des plantes et des vers…

En aquarium, les Amatitlania nigrofasciata passent la majeure partie de leur temps dans la partie basse de l’aquarium, à fouiller le substrat à la recherche de nourriture.

A la venue de la nuit, quel que soit leur habitat, les Amatitlania nigrofasciata cherchent la retraite et la sécurité à l’abri des grottes.

La reproduction a lieu en couples monogames qui fraient dans de petites grottes et crevasses rocheuses pour éviter la prédation.

C’est pourquoi, Amatitlania nigrofasciata est une espèce qu’il est toujours préférable de maintenir en couple constitué.

Les relations interspécifiques chez Amatitlania nigrofasciata sont jugées bonnes, et souvent c’est l’inverse qui est donné au sujet d’Amatitlania nigrofasciata.

Quand on analyse la situation, on s’aperçoit que la plupart du temps, Amatitlania nigrofasciata est  maintenu dans de petits aquariums communautaires surpeuplés et trop petits.

Dès lors, dans de telles conditions de maintenance inadaptées, il devient agressif car il ne peut se définir un territoire et cette agressivité augmente encore plus en période de reproduction.

Comme beaucoup de cichlidés, cette espèce est franchement territoriale et cette information doit bien etre en considération dans la réalisation du bac de ce poisson.

Ce caractère s’aggrave encore en période de reproduction durant laquelle le couple défendra ses œufs contre quiconque s’approche d’un peu trop près.

De façon générale, il est donc considéré, plus ou moins à tort mais aussi réellement comme très agressif, aussi bien avec les autres espèces qu’avec les membres de sa propre espèce.

Amatitlania nigrofasciata est un poisson au comportement de groupe hiérarchisé.

Dans la nature, la concurrence pour les ressources (nourriture, territoires…) est courante dans le cadre des interactions sociales entre membres d’un groupe, et une façon de le minimiser est l’établissement de hiérarchies de dominance.

Les Amatitlania nigrofasciata, à leur stade adulte, établissent des hiérarchies de dominance à travers à travers des interactions agonistiques.

A savoir que cette espèce établit des hiérarchies de dominance dès le stade juvénile qui se traduisent par la suite de la croissance des individus qui peuvent ainsi avoir des tailles différentes, c’est pourquoi : on parle de comportement agonistique[3].

On distingue chez ces cichlidés plusieurs types d’attitudes agonistiques qui se traduisent par des :

  • Claquements et coups de queues ;
  • Simulacres de combat de bouche à bouche ;
  • Feintes ;
  • Morsures ;
  • Véritables combats de bouche à bouche.

Généralement, les individus qui décident de se battre commencent par se livrer à une phase préliminaire de démonstration ou de déploiement du corps et des nageoires (érection des opercules, des nageoires et coups de queues).

Puis, si aucun ne cède, le combat s’intensifie jusqu’aux feintes qui sont tentées dans un premier temps, puis en fin par des prises de bouches, des coups de tête suivis de morsures.

Parfois, les plus faibles se « subordonnent » directement et rapidement avant de subir trop de dommages physiques.

L’affrontement prend ensuite sa vraie mesure et culmine avec combats de bouche et des poursuites en cercles pour déterminer quel sera le vainqueur du duel.

Les individus qui triomphent deviennent des « dominants » et forts de ce statut, prennent l’avantage sur tous les autres ce qui leur permet d’obtenir plus de nourriture et d’avoir un avantage sélectif  sur les femelles en période de reproduction.

Il ne faut jamais oublier que Amatitlania nigrofasciata est vif et actif, il aussi un poisson très agressif que ce soit envers ses congénères ou envers les autres poissons, ainsi un couple de Amatitlania nigrofasciata peut rapidement s’approprier une partie du bac et défendra ce territoire jalousement surtout en période de frai.

Un bac d’une centaine de litres peut convenir pour un couple d’Amatitlania nigrofasciata seul mais il faut faire attention quand on parle de volume du bac pour ce poisson car, plus encore chez ce cichlidé que chez d’autres, le plus important n’est pas le litrage mais la surface au sol.

Malgré son fort caractère et agressivité, Amatitlania nigrofasciata peut malgré tout cohabiter avec d’autres poissons à la seule condition qu’ils soient de taille égale ou supérieure, ses attaques sont très violentes, ce qui explique pourquoi certains males présentent parfois des blessures sur le flanc.

En période de frai, à l’occasion des opérations d’entretien de son bac, Amatitlania nigrofasciata n’hésitera pas à vous mordiller la main, ou à cogner contre la vitre du bac s’il se sent menacé.

Amatitlania nigrofasciata est robuste et très tolérant à la nature de l’eau, il est élevé depuis longtemps en captivité, il faudra prévoir un bac peu planté avec plusieurs abris, des pierres plates et un débit de filtration assez important.

Notre poisson passe sa journée à creuser le sol, il est donc déconseillé d’avoir du substrat sous le gravier car il peut creuser jusqu’à découvrir le fond du bac.

Si on veut un bac bien rangé et bien planté, ce poisson n’est pas recommandé, il retourne tout, déconstruit et rebâtit en permanence refaisant la décoration à sa convenance.

Le côté agressif et territoriale très prononcé de cette espèce est à double tranchant parmi les aquariophiles: on adore ce cichlidé ou bien on le déteste !

Généralement, un jeune aquariophile se prendra de passion pour ce poisson au comportement très intéressant et riche, pour sa reproduction facile et son comportement parent.

Dans un second, enrichi par cette expérience, l’aquariophile se détournera de cette espèce « trop facile et trop encombrante.

Le fait de détester est surtout dû aux aquariophiles qui tentent l’aventure de la maintenance de ce cichlidé caractériel sans s’être documenté ou renseigné auparavant.

En fin, certains aquariophiles ou cichlidophiles aguerris chercheront la perle rare et la souche pure pour retrouver un poisson originel et toujours aussi intéressant à observer.

Les passionnés ne peuvent qu’admirer le spectacle de la reproduction, et pour éviter les reproductions, ils n’hésitent pas à mettre d’autres colocataires qui seront de féroces prédateurs afin d’observer ce spectacle sans avoir les problèmes de surpopulation !

Ainsi le spectacle se répète périodiquement, au rythme des reproduction qui ont lieu environ tous les mois et demi pour un bon couple reproducteur.

Les scientifiques ont découvert pour la première fois en 2019 des signes d’attachement au sein d’un couple d’Amatitlania (Amatitlania siquia).

« Un tel attachement émotionnel au partenaire est un des premiers critères définissant l’amour romantique, qui est généralement considéré comme propre à notre espèce.

Pourtant cette étude, publiée dans PROCEEDINGS OF THE ROYAL SOCIETY B (Biological Sciences 20190760) semble indiquer que l’amour romantique est peut-être un sentiment que l’on retrouve aussi chez d’autres espèces ».

https://inee.cnrs.fr/fr/cnrsinfo/peine-de-coeur-dans-laquarium-le-chagrin-damour-rend-les-poissonspessimistes

Il semble également qu’ils font des efforts au sein du couple pour s’adapter l’un à l’autre, changeant leur comportement initial pour s’adapter à leur partenaire !

Autrement dit, si c’est un bon conjoint dans un couple, il semblerait que ce ne soit pas forcément un bon poisson pour un bac communautaire .

Malheureusement, dans les animaleries spécialisées, il est souvent vendu comme tel.

Bien qu’au premier abord (cela se discute), il s’agirait être une excellente espèce pour débutants, à bien des égards, il est préférable de maintenir cette espèce dans un bac spécifique.

C’est une espèce agressive et territoriale qui devient carrément violente lors de la reproduction.

Amatitlania nigrofasciata est capable de s’en prendre à des poissons mesurant plusieurs fois sa taille et de gagner facilement dans les conflits qui s’ensuivront tel « David contre Goliath » !

Par conséquent, il est donc fortement conseillé de garder ces poissons dans un très grand bac et dans la mesure du possible au sein dans une communauté de cichlidés robustes d’Amérique centrale.

Il a été démontré que cette espèce de cichlidé était beaucoup plus agressive dans les eaux chaudes que dans les eaux froides.

En effet, les attaques sont plus nombreuses à l’égard des intrus dans une eau chaude (29°C) que dans une eau plus tempérée (23°C).

Les données montrent que les Amatitlania nigrofasciata femelles présentent des taux plus élevés d’agressivité parentale dans l’eau chaude que dans l’eau froide.

Cette observation est compatible avec la découverte précédente que les Amatitlania nigrofasciata sont plus agressif, dans l’ensemble, dans une eau plus chaude.

De toute évidence, la température affecte particulièrement les soins parentaux et doit être pris en compte dans la gestion de ces cichlidés quand ils s’occupent de leur couvée.

Malgré ce tableau assez noirci et peu engageant du caractère et du comportement de ce cichlidé, quand on prend le temps de les observer attentivement, on s’aperçoit qu’ils sont assez intelligents.

Les Amatitlania nigrofasciata sont capables de mémoriser leur horaire d’alimentation et peuvent apprendre à vous reconnaître comme celui qui les nourrit et prend soin d’eux.

Apprivoisés, ils viendront jusqu’à vous quand il sera temps de manger.

Parfois, ils se comportent timidement, c’est généralement un signe qu’ils sont malades ou blessés.

Lorsqu’ils sont en bonne santé, ils se montreront facilement mais resteront proches de leurs territoires au niveau inférieur du bac.

 

Une étude montre des preuves expérimentales d’une nature altruiste chez des Amatitlania nigrofasciata

par l’Université de la ville d’Osaka

https://phys.org/news/2021-03-experimental-evidence-altruistic-nature-small.html

Si vous aviez la possibilité de manger un délicieux repas par vous-même ou de partager ce repas avec vos proches, vous auriez besoin d’une très bonne excuse prête si vous choisissiez la première.

Il s’avère que les poissons partagent une tendance similaire à s’occuper les uns des autres.

Pour la toute première fois, un groupe de recherche dirigé par le chercheur Shun SATOH et Masanori KOHDA, professeur à la GRADUATE SCHOOL OF SCIENCE, OSAKA CITY UNIVERSITY, ont montré ces tendances altruistes chez les poissons à travers une série de tâches de choix prosocial (PCT) où ils ont donné à des Convict cichlid mâles deux choix :

  1. l’option antisociale de recevoir de la nourriture pour eux seuls ;

et

  1. l’option prosociale de recevoir de la nourriture pour eux-mêmes et leur partenaire.

« En conséquence, on peut dire que les poissons cichlidés condamnés font correctement la distinction entre les femelles appariées, les femelles inconnues et les mâles rivaux, et modifient leurs choix en fonction de la situation », déclare le Dr SATOH.

Cependant, que s’est-il passé exactement ?

Un poisson mâle expérimental a été placé dans un réservoir, et un poisson a été présenté au poisson mâle dans un autre réservoir.

Lorsqu’un partenaire avec qui le poisson mâle avait de l’expérience dans l’éducation des enfants se trouvait dans l’aquarium de présentation, le poisson mâle faisait activement un choix prosocial et les deux poissons recevaient de la nourriture.

En revanche, lorsqu’il n’y avait personne dans le bassin de présentation, les poissons mâles ne préféraient ni l’option prosociale ni l’option antisociale.

Pour comprendre comment le contexte social affectait la nature prosociale du poisson, l’équipe a changé les partenaires en mâles rivaux ou des femelles que le poisson mâle expérimental n’avait jamais rencontrées auparavant.

Les résultats ont montré que les poissons mâles choisissent activement l’option antisociale de ne pas nourrir le mâle rival, tout en choisissant l’option prosociale de nourrir la femelle inconnue comme s’il s’agissait de leur propre partenaire reproducteur.

Dans cette dernière expérience, l’équipe a également présenté la femelle appariée originale près du réservoir expérimental contenant le poisson mâle.

En l’absence de la femelle appariée, les poissons mâles ont fait le choix prosocial qui fournissait de la nourriture à la femelle inconnue, mais en présence de la femelle appariée, ils ont fait le choix antisocial.

« Ces résultats PCT reflètent ceux d’expériences similaires avec des primates », explique le Dr SATOH.

« Cependant, c’est la première fois qu’un comportement attentionné et insouciant est observé chez les poissons. Personne ne s’était jamais attendu à un comportement social aussi délicat et exquis de la part d’un si petit poisson. »

Pourtant, il reste encore beaucoup de travail à faire.

« Grâce à des expériences comportementales plus rigoureuses, nous espérons clarifier si ces poissons ont vraiment une psycho-socialité et la motivation pour la produire et aussi comment l’esprit de ce type de poisson a évolué pour la produire », explique le professeur KOHDA.

Des hypothèses circulent quant à l’origine de ce désir de s’occuper.

Pourrait-il s’agir d’un lien qui nous relie au-delà de nos ancêtres primates, pour finalement revenir aux poissons ?

Les chercheurs prévoient une étude plus approfondie.

A suivre…

 

COHABITATION

Lorsque vous gardez des Amatitlania nigrofasciata avec d’autres poissons, deux situations très différentes et opposées peuvent survenir.

  1. La première situation lorsque la cohabitation est paisible et sans problème ;
  2. La seconde, lorsqu’ils font preuve d’agressivité envers leurs compagnons de bac.

Les problèmes surviennent soit pendant la période de frai, soit lorsque d’autres poissons s’immiscent sur leur territoire.

Quand ils protègent leur territoire protégeant, les Amatitlania nigrofasciata attaquent sans crainte n’importe qui, même des rivaux plus nombreux ou plus gros qu’eux !

Cela dépend essentiellement des dimensions du bac offert au(x) Amatitlania nigrofasciata.

Il faut compter une surface au sol de 0,5 mètre x 0,6 mètre = 0,3 mètre² par couple de cichlidés d’une taille de 10 centimètres par sujet.

Bien que les Amatitlania nigrofasciata puissent se contenter de pas beaucoup d’espace pour vivre, ils n’apprécient pas le surpeuplement et attaqueront leurs camarades de bac s’ils n’ont pas beaucoup d’espace pour eux-mêmes.

Par ailleurs, la maintenance d’un spécimen seul d’Amatitlania nigrofasciata est fortement déconseillée.

Un tel type de maintenance en fera un sujet franchement agressif et hostile avec les autres occupants du bac ou, pire encore, malheureux s’il est tout seul dans son bac !

Idéalement, ce poisson devra être conservé en couple et dans un aquarium spécifique à cette espèce.

Cependant, il est toujours possible d’inclure ce poisson dans un bac communautaires, à condition de trouver des partenaires qui ne souffriront pas trop des « bousculades » d’Amatitlania nigrofasciata.

Dans leur habitat naturel, les Amatitlania nigrofasciata partagent l’espace avec d’autres espèces de cichlidés bien connues comme :

Ces colocataires sauvages sont les meilleurs colocataires de bac des Amatitlania nigrofasciata car ils peuvent très bien se défendre contre eux.

Il est tout à faire possible de mettre inclure d’autres cichlidés à fort caractère.

Dans tous les cas, il faudra absolument éviter des espèces paisibles de cichlidés comme le Discus et les Apistogramma… ils peuvent ne pas être en mesure de gérer les brutalités des Amatitlania nigrofasciata et par ailleurs ce sont des cichlidés d’Amérique du sud et non d’Amérique centrale : Leurs besoins en eau sont aussi totalement différents des Amatitlania nigrofasciata.

Toutes les crevettes, escargots et autres « non-poissons » risquent d’être mangés par ces omnivores.

A noter aussi que les cichlidés africains ne doivent jamais être conservés avec des cichlidés sud-américains et par conséquent encore moins avec des Amatitlania nigrofasciata !

Evitez la combinaison de cichlidés africains avec ces cichlidés américains, les premiers sont souvent porteurs de certains parasites qui donneront des soucis de santé à toute espèce sud-américaine.

Chez les cichlidés d’Amérique centrale, la liste des colocataires possibles est longue et parmi les heureux élus, ils sont nombreux de la taille de Amatitlania nigrofasciata.

On compte parmi ces poissons, les genres :

  • Cryptoheros ;
  • Thorichthys ;

Mais vu le comportement de Amatitlania nigrofasciata et sachant qu’il est parfaitement capable de se défendre même avec des cichlidés de plus grande taille, on peut lui adjoindre comme occupants musclés des :

  • Trichromis salvini ;
  • Hypsophrys nicaraguensis ;
  • D’autres cichlidés américains d’une taille de 15-20 centimètres.

Si la hauteur d’eau le permet, avec un bac d’une contenance minimum 200 litres, la maintenance de cette espèce de cichlidé avec un groupe de vivipares peut être tentée, si possible avec des gros platys, et si possible des gros Xiphophorus.

Une telle combinaison de populations aura l’avantage, grâce aux naissances de vivipares, d’offrir une source de nourriture vivantes ces cichlidés et développera leur instinct de prédateurs.

Garder les des Amatitlania nigrofasciata en bac communautaire est de loin la solution la plus facile !

En mono-spécifique, la maintenance entre relèvera plus du challenge mais elle permettra l’observation des comportement spécifiques de ces poissons et offrira le spectacle de défense des parents.

Pour un nombre supérieur de poissons, ou pour un aquarium communautaire, il faudra passer sur au moins 450 litres (voire 600 litres selon les espèces envisagées).

Rappel : Les Amatitlania nigrofasciata partagent difficilement leur zone de vie et peuvent devenir très agressif si l’aquarium est trop petit.

En groupe, prenez 5 ou 6 jeunes Amatitlania nigrofasciata sans tenir compte de leur taille.

Pour les autres espèces, choisissez des poissons robustes, combatifs (non territoriaux si possible) pour équilibrer les tempéraments.

En effet, les espèces trop timides ou trop faibles seront éliminées, même si les poissons font 2 fois la taille du Nigro.

Dans tous les cas, gardez en tête que la cohabitation peut potentiellement dégénérer et qu’il vous faudra alors intervenir pour isoler certains poissons.

Attention à l’association avec d’autres espèces d’Amatitlania car il existe de forts risques d’hybridation entre ces espèces.

Apalone ferox est une espèce de tortues de la famille des Trionychidae. On l’appelle également Tortue à carapace molle. Elle est parfois classée dans le genre Trionyx sous le nom de Trionyx Ferox. Ces tortues sont carnivores et se nourrissent de poissons, escargots, insectes et autres amphibiens.

A titre d’information, plusieurs spécimens de cichlidés condamnés ont été récemment capturés puis introduits dans l’Aquarium de Costa de Almería ils sont devenus les compagnons de bac de la tortue molle de Floride.

EAU

ENVIRONNEMENT

Les Amatitlania nigrofasciata sont des poissons extrêmement tolérants, ces animaux sont souvent qualifiés de « sans prétention » chez les aquariophiles, ce qui, dans l’ensemble et pour l’essentiel est assez vrai.

Leur assurer des conditions optimales de maintenance reste cependant une nécessité et est très important même lorsqu’il s’agit d’un animal qualifié de largement tolérant.

Les propriétés chimiques de l’eau de distribution lui correspondent le plus souvent et leur maintenance sera bien assurée dans l’eau du robinet domestique.

Il sera toujours possible d’adoucir l’eau dans le cas d’une eau très dure, mais entre 10 et 15 Nk, ces paramètres d’eau lui conviennent déjà parfaitement bien.

Amatitlania nigrofasciata préfère un pH neutre, mais peut également se satisfaire d’une eau légèrement alcaline et légèrement acide.

En termes de température, ils s’adaptent très bien à une température de 23-24°C mais se sentent vraiment bien à 28 C : La température idéale de maintenance est comprise entre 25-26°C.

Ce poisson supporte bien la chaleur et se montre tout à fait tolérant vis-à-vis des écarts de température tant qu’ils sont compris entre 20 à 36°C !

Dans la nature, le poisson vit dans une plage de températures assez large.

Le jour, la température de l’air est d’environ 26 à 29°C (79 à 84°F), tandis que la nuit, elle diminue notoirement.

Une telle adaptation à leur milieu de vie a créé au niveau de leur métabolisme une tolérance qui leur permet de demeurer dans des lacs volcaniques à environ 1 500 mètres (4 900 pieds) de haut.

Heureusement, ils ont une tolérance très élevée aux variations de la qualité de l’eau, il n’y a donc pas matière à s’inquiéter trop si les paramètres de l’eau de leur bac sont temporairement incorrects.

 

Paramètres de l’eau en aquarium

Très résistant, Amatitlania nigrofasciata s’adapte à la plupart des conditions offertes.

La dureté peut atteindre jusqu’à 30 dGH.

Amatitlania nigrofasciata tolère une plage de température assez large mais une valeur de 24 à 28°C est recommandée pour l’entretien à long terme de l’aquarium.

La température peut suivre le rythme des saisons, et donc varier entre 20 et 28 degrés Celsius.

En effet, les garder à basse température en hiver peut être bon pour reposer leur métabolisme, cela aura aussi un effet bénéfique supplémentaire en réduisant leur instinct reproducteur, car ce sont généralement des cichlidés très prolifiques.

Le pH idéal s’établit de 6,0 à 7,5.

Sa marge de tolérance va de 6,0 – 8,0 en pH et se situe idéalement entre l’alcalin et le neutre est idéal.

Dureté : 90 – 447 ppm

Le KH de l’eau peut être compris entre 12 et 20.

Impérativement, il faudra bien filtrer l’eau de leur bac, car Amatitlania nigrofasciata produisent une quantité relativement importante de déchets, ils font aussi “font beaucoup de saleté”, en creusant et fouillant dans le sol, ce qui implique que l’élimination des impuretés est très importante et par conséquent le filtre doit avoir une surface biodégradable appropriée (filtration chimique) qui sera assurée, de préférence par un filtre externe à compartiments.

Indépendamment de sa tolérance qui est grande face à une qualité d’eau dégradée, comme pour tous les cichlidés, il faudra procéder à des changements d’eau partiels et réguliers pour éliminer les produits de décomposition qui se seront accumulés.

Même Amatitlania nigrofasciata apprécie un milieu limpide et débarrassé de tout élément nocif.

Mais, il ne faut pas oublier que ce cichlidé vit près des zones côtières et préfère ainsi les eaux basiques et moyennement dures : pH de 7,0 à 8,2, GH > 10 (jusque 30).

Les Amatitlania nigrofasciata peuvent vivre dans un environnement légèrement saumâtre, bien qu’ils ne soient pas adaptés à une configuration saumâtre complète.

Ainsi, tant que la salinité de l’eau est d’environ 10% de la normale dans un réservoir d’eau salée avec une densité inférieure à 1,0002, le poisson ira bien.

La dureté de l’eau doit rester comprise entre 6 et 8 dGH.

 

ZONE DE VIE

Amatitlania nigrofasciata vit de préférence au niveau inférieur et moyen du cours d’eau, en milieu confiné, il occupera toutes les strates d’eau de l’aquarium.

Cependant, ils prospèrent dans les cours d’eau rapides avec des fonds rocheux et de l’eau chaude.

Pour se fondre dans le substrat rocheux, ils ont tendance à rester près du fond.

C’est aussi là qu’ils construisent leurs abris et établissent leurs territoires.

ALIMENTATION

EN MILIEU NATUREL

Le régime d’alimentation de Amatitlania nigrofasciata  est Omnivore.

Dans la nature, cette espèce se nourrit principalement de vers, de crustacés, d’insectes et de matières végétales.

  • Les habitudes alimentaires des jeunes Amatitlania nigrofasciata sont plutôt celles d’un insectivore doublé d’un herbivore et détritivore ;
  • Les habitudes alimentaires des Amatitlania nigrofasciata adultes sont insectivores, carnivores et omnivores.

Comme d’autres cichlidés, ces poissons sont capables de projeter vers l’avant leur mâchoire (mâchoire protractile[4]), l’agrandissant ainsi d’environ 4,2% de leur longueur standard, ce qui leur permet de capturer un large éventail de proies et d’avoir une alimentation variée.

Dans la nature, cette espèce a un régime alimentaire très varié, comprenant de petits poissons, des crustacés, des mollusques, des vers, des insectes, des larves d’insectes aquatiques, des détritus organiques, des plantes et des algues.

Un statut social inférieur et le stress associé d’un individu dans un groupe de Amatitlania nigrofasciata peuvent affecter la fonction digestive de ces cichlidés.

 

EN AQUARIUM

Comme beaucoup d’omnivore, cette espèce n’est pas très difficile à nourrir.

En aquarium, Amatitlania nigrofasciata est omnivore et se nourrira, sans difficulté, de tout ce que son éleveur pourra lui proposer.

Cependant, malgré ses grandes facultés d’adaptation, pour lui conserver une bonne santé, un comportement sain et de belles couleurs, il convient de varier ses repas le plus possible et d’alterner entre les aliments carnés et végétaux…tout en n’oubliant pas que ce sont des poissons vifs et féconds qui dépensent beaucoup d’énergie, ce qui explique logiquement qu’ils sont très voraces !

Comme à l’accoutumée, la distribution de nourriture se fera en quantité suffisante pour les rassasier en quelques minutes et si possible la ration alimentaire sera divisée en plusieurs portions journalières.

Il est possible de donner une alimentation partiellement carnée à ces poissons sous condition de privilégier les aliments frais ou congelés.

Concernant la partie végétale, l’astuce consistera à leur donner des épinards, salade fraiche, de la salade pochée à l’eau chaude…

Les Amatitlania nigrofasciata accepteront aussi sans difficultés les aliments secs traditionnels (paillettes, granulés et pellets) en complément.

Ce sont des omnivores, à la fois des aliments vivants et des aliments congelés peuvent être donnés, tels que des larves de moustiques, des daphnies et des morceaux de cœur de bœuf, des aliments verts tels que de la laitue, des épinards, des concombres et des endives, ainsi que des bâtonnets de cichlidés.

 

REGIME

Des granulés pour cichlidés de bonne qualité sont l’alimentation de base, mais il faut varier régulièrement avec des aliments vivants et/ou congelés et compléter parfois avec des légumes (comprimés ou paillettes de spiruline, ou autres matières végétales).

La levure a été utilisée comme ingrédient ou à l’état transformé pour améliorer les performances de croissance des poissons (STONES & MILLS, 2004).

Même s’ils sont gourmands et ne posent aucune difficulté à s’alimenter, y compris les spécimens d’origine sauvage, Il faut donner aux Amatitlania nigrofasciata une alimentation équilibrée et nutritive.

Les aliments en flocons et en granulés doivent avoir une teneur élevée en légumes et un équilibre raisonnable de protéines et de glucides.

Vous ne devez utiliser que des flocons et des granulés spécialement conçus pour les cichlidés.

Les aliments pour poissons achetés en magasin ne sont qu’une composante de leur régime alimentaire :  Si possible, il faudra donner aux Amatitlania nigrofasciata l’occasion de chasser des proies vivantes.

Les proies vivantes, telles que les vers de vase, vers de terre et les artémias aident ces poissons à puiser dans leurs instincts de chasse sauvage.

Sous réserve de maitriser et/ou bien connaitre le point de pèche de ce type d’alimentation, moyennant une certaine prise de risque, il sera possible d’utiliser des insectes aquatiques vivants et des larves qui constituent une partie importante de leur alimentation dans leur milieu naturel.

Assurez-vous simplement que toute proie vivante provient d’une source sanitaire relativement saine et surtout non polluée !

Vous pouvez également offrir à vos poissons des légumes cultivés du jardin, de temps en temps.

Les concombres blanchis, le brocoli et la laitue font d’excellentes gâteries.

Idéalement, 3 petits repas par jour est une bonne base d’alimentation pour ces cichlidés car cela aide à prévenir la suralimentation et tout trouble alimentaire.

Pour mémoire, voici une liste de certains des meilleurs aliments que vous pouvez donner à un cichlidé condamné :

  • Flocons et granulés de cichlidés ;
  • Vers de vase (vivants et congelés) ;
  • Daphnie ;
  • Insectes ;
  • Artémia ;
  • Algues ;
  • Laitue ;
  • Brocoli ;
  • Épinard ;
  • Carottes ;
  • Concombres ;
  • Crevette grises et roses (broyées) ;
  • Vairons d’alimentation ;
  • Larves diverses ;

Cependant, il faudra rappeler que les aliments vivants sont dangereux en raison d’éventuelles infections bactériennes et fongiques et de vers parasites et de protozoaires qu’ils peuvent véhiculer et inoculer.

En cas de suralimentation , les reliquats non consommés de ces aliments diminueront rapidement et considérablement les paramètres de l’eau du réservoir.

La nourriture artificielle est dépourvue de ces vices par rapport aux deux derniers, c’est donc le meilleur choix pour l’alimentation des poissons.

Plusieurs fois par semaine, il faudra penser ajouter au menu des Amatitlania nigrofasciata des aliments riches en spiruline.

Manger des aliments végétaux est essentiel et vital pour le bon fonctionnement du système digestif des Amatitlania nigrofasciata.

Dernière règle de base, la plus simple : Donnez toujours à ces poissons juste assez de nourriture pour les occuper pendant quelques minutes.

 

AQUARIUM

Dans leur milieu naturel, ce sont des poissons qui vivent dans un décor assez encombré, et toujours à couvert.

L’eau y est rapide et bien oxygénée.

En aquarium, proposez un décor principalement rocheux.

L’agencement des pierres doit former des grottes et des cachettes pour les Nigros.

Dans l’idéal, un agencement imitant une caverne serait parfait !

Un aquarium de  80 centimètres de façade, 50 à 60 centimètres de large et de plus de 100 litres suffit, au strict minimum, pour faire vivre un couple seul dans de bonnes conditions de maintenance.

Comme la plupart des cichlidés, la partie décor n’est pas à négliger et doit faire l’objet d’une certaine attention !

En effet, ces cichlidés sont territoriaux et Amatitlania nigrofasciata, malgré sa petite taille, fait partie du top au niveau agressivité.

C’est pour toutes ces raisons qu’il faudra prévoir un territoire d’environ 0,8  mètre × 0,5 mètre = 0,40 mètre² et, si d’autres poissons doivent cohabiter, chaque territoire devra être séparé par des barrières visuelles conséquentes, tels des amas de pierres, une végétation touffue à base de grandes Vallisneria ou de grandes racines (voir plusieurs branches).

Attention, si des empilements rocheux sont créés (pour faire des grottes), il faut les réaliser avant l’ajout du sable et surtout bien solidariser les pierres entre elles pour éviter un éboulement fatal pour les poissons et/ou l’aquarium !!!

En effet, si vous déposez les roches directement sur le sable, les Amatitlania nigrofasciata vont creuser des trous pour faire des cavernes sous les roches, et leur travail de sape aura souvent pour conséquence de créer un éboulement catastrophique.

Vous pouvez également prévoir des grottes supplémentaires sous la forme de pots de fleurs en argile de taille appropriée posés sur le côté.

Ils sont opportunistes et pas trop regardants sur la nature de ces futurs nids !

Enfin, quand vous composez l’environnement rocheux votre aquarium, pensez à constituer des territoires nets, distincts et satisfaisants pour toutes les espèces que vous envisagez de faire cohabiter, ainsi cela limitera les risques de conflits entre différentes espèces pour l’attribution du meilleur territoire.

Pour séparer les territoires, le plus facile et esthétique consiste à utiliser les racines, les plantes ou tout autre élément séparant visuellement les différentes zones de vie et symbolisant les frontières virtuelles de chaque territoire.

Pour le fond de l’aquarium, il faut choisir un sol fait d’un sable non coupant tel que le sable de Loire.

L’ajout de quelques galets ou de roches, complétera un décor basique.

Utilisez des roches, des tourbières et des racines pour fournir de nombreuses cachettes et des sites de frai potentiels pour les poissons.

Côté filtration, il faudra opter pour une filtration assez puissante car ce poisson aime un courant moyen et l’eau bien oxygénée et propre.

 

CONFIGURATION DE L’AQUARIUM

Contrairement à ce que pourrait suggérer leur surnom de « cichlidé bagnard », les Amatitlania nigrofasciata sont plus heureux lorsqu’ils ont à leur disposition un grand aquarium avec beaucoup d’espace.

 

DECOR & AQUARIUM BIOTOPE

Idéalement, l’aquarium des Amatitlania nigrofasciata devra reproduire son biotope d’origine, à savoir un substrat de sable, avec de nombreuses pierres et racines fournissant un grand nombre d’abris et de sites de ponte.

Assurez-vous de placer des racines et des branches pour que votre aquarium ressemble à son milieu naturel, mais vous pouvez également construire des grottes à partir de pierres.

L’insertion de repères facilite la territorialisation des poissons, car ils peuvent comparer leur surface à ces cailloux et branches.

Il est aussi possible d’ajouter de pots en terre cuite renversés et semi enterrés dans le sable : ce type de structure peut servir à faire une grotte avec structure solide et inébranlable qui sera recouverte de cailloux.

On peut ajouter des plantes, mais il conviendra de choisir des plantes avec un système racinaire important, car à défaut, elles risquent d’être déracinées, car les Nigro sont de grands fouisseurs.

Remplissez le substrat avec de la terre à petits grains, car ils aiment fouiller et ranger, afin qu’ils puissent réaliser leurs désirs.

On peut ajouter des plantes, mais il conviendra de choisir des plantes avec un système racinaire important, car à défaut, elles risquent d’être déracinées, car les Nigro sont de grands fouisseurs.

Il faut toujours bien choisir le substrat, un sable à petits grains, car ils aiment fouiller et ranger, pour qu’ils ne se blessent pas la bouche et surtout afin qu’ils puissent réaliser leurs désirs.

Le type de bac qu’il faut éviter !

 

PLANTES

Pour ce qui est des plantes, même si Amatitlania nigrofasciata apprécie la présence de nombreux végétaux, pourtant il déracine beaucoup les plantes quand il fouille le sol.

Les plantes aquatiques fournissent à vos poissons l’ombre dont ils ont besoin pour se sentir en sécurité.

Le plus simple et facile consiste à lester les plantes ou les mettre dans des pots enterrés et cachés dans le sol, ou les fixer sur les éléments du décor.

Il est possible d’utiliser des plantes épiphytes ancrées aux pierres comme les Anubias, Microsorum, Bolbitis, même si ce ne sont pas des plantes d’origine centraméricaine, elles sont les plus adaptées à un tel arrangement.

Dans tous les cas, choisissez des plantes très robustes (Vallisneria, Cryptocoryne…) et ancrez-les bien car elles aiment creuser beaucoup, surtout pendant l’accouplement !

Les plantes dans ce type d’installation sont difficiles à placer, en fait elles seraient presque certainement déracinées par les poissons qui creusent dans le fond, et puis comme déjà mentionné, leur habitat dans la nature est plutôt nu.

Pour les puristes qui recherchent la réalisation d’un bac biotope réaliste et conforme à l’habitat des Amatitlania nigrofasciata, il existe des plantes également répandues en Amérique centrale.

Les plus robustes et adaptées à mettre dans un tel aquarium sont :

  • Les Vallisneria ;
  • certaines Echinodorus tels que Echinodorus cordifolius et Echinodorus bleheri ;
  • Juncus repens ;
  • Lobelia cardinalis ;
  • Proserpinaca palustris ;
  • Sagittaria subulata ;
  • Hydrocotyle verticillata ;
  • Ceratophyllum demersum ;

Les plantes flottantes peuvent également être très utiles, elles servent à la fois à tamiser la lumière du bac et parce qu’elles peuvent absorber les nitrates et les phosphates de l’eau.

Par leur action ces plantes contribuent à la bonne gestion de l’aquarium tout en apportant le plaisir d’avoir un bac planté.

Au fond du bac, il est envisageable de disposer quelques feuilles de Catappa, ou des feuilles de chêne séchées, afin d’obtenir une sorte de litière.

Ces feuilles ont un rôle chimique utile et bénéfique et suite à leur décomposition et à la création de cette matière organique, une certaine microfaune pourra aussi se développer qui sera très utile par la suite, en particulier pour l’alimentation des alevins.

 

ECLAIRAGE

Compte tenu du milieu naturel dans lequel vit ce poisson, il n’est pas nécessaire ni recommandé d’installer un éclairage fort, en particulier si le décor ne contient pas de plantes vivantes.

Une ambiance à base de lumière tamisée avec une zone un peu plus fortement éclairée (plantes au sol ou ancrées sur des rochers) conviendra parfaitement au bien être de ce cichlidé.

 

FILTRATION-BRASSAGE DE L’EAU & OXYGENATION

Ces cichlidés préfèrent un mouvement d’eau modéré, et un système de filtration efficace est important pour garder l’eau propre et bien oxygénée.

La filtration du bac contenant les Amatitlania nigrofasciata doit impérativement être puissante, c’est-à-dire d’un volume réel correspondant à deux fois minimum le volume du bac par heure.

Avec ces poissons, le système de filtrage doit etre surdimensionné car ce sont des cichlidés qui produisent une forte charge organique.

En revanche, le débit d’eau doit être assez lent pour correspondre à leur habitat naturel.

 

REPRODUCTION

Amatitlania nigrofasciata est un cichlidé biparental monogame d’eau douce d’Amérique centrale.

Amatitlania nigrofasciata est un pondeur sur substrat caché.

Nota : Ce mode de ponte est principalement caractéristique aux Cichlidés et Silures.

La ponte sur substrat caché est une forme évolutive et déviée de la ponte sur substrat découvert.

Les contraintes de l’environnement ont forcé les diverses espèces à adopter cette forme de ponte.

Les incidences morphologiques et éthologiques qui en découlent sont très importantes.

Ce sont souvent des espèces de petites tailles ayant un dimorphisme sexuel marqué qui sont les plus typiques.

Le mâle de taille supérieure, possède des nageoires impaires dont les allongements sont plus importants. Il est aussi souvent doté de colorations plus vives.

Les femelles adoptent une coloration et un patron particulier pendant le cycle de reproduction.

Les espèces lacustres du lac Tanganyika ayant ce mode de ponte n’ont pas développé ces éventails de dimorphisme et d’éthologie.

Amatitlania nigrofasciata est strictement monogame, des liens de couple peuvent se former avant d’établir un territoire commun, ou mâle et femelle peuvent occuper indépendamment un territoire avant de trouver un partenaire.

La monogamie fonctionne comme une stratégie d’accouplement dans laquelle les deux parents s’occupent de la progéniture par des comportements tels que l’alimentation.

Le couple forme ce qu’on appelle une cellule parentale.

Les mâles Amatitlania nigrofasciata s’engagent généralement dans la défense du territoire tandis que les femelles restent à proximité de la progéniture, bien que les deux parents soient connus pour changer de rôle (SNEKSER & ITZKOWITZ, 2009).

En dehors de la saison des pluies, la reproduction a lieu tout au long de l’année.

Quand arrive cette période de reproduction, il n’est pas rare d’observer que ces poissons deviennent assez agités et animés d’une certaine frénésie, c’est le moment où les mâles non accouplés se disputent les femelles disponibles.

En captivité, la reproduction de cette espèce est très facile !

Aucun protocole particulier n’est à suivre : la reproduction est spontanée pour peu que vos poissons soient en bonne santé.

Ces poissons sont tellement prolifiques qu’il est possible d’obtenir jusqu’à une ponte par mois.

La reproduction des Amatitlania nigrofasciata est donc particulièrement aisée, voire même trop facile, c’est entre autres une des raisons qui explique la dégénérescence des souches de cette espèce de cichlidé américain.

Ajouté à cela sa capacité à s’hybrider avec plusieurs espèces proches, telles que Thorychthis meeki et Cryptoheros spilurum… l’hybridation de Amatitlania nigrofasciata est toujours fortement déconseillée et jugée « contre nature », car elle met en danger la pérennité de toutes ces espèces.

 

Croissance & résilience

Chez Amatitlania nigrofasciata, le temps minimum de doublement de la population est élevé et s’effectue en moins de 15 mois (tm <1 ; Fertilité = 100-150).

Attention, suivez le rythme !

Outre ce taux élevé, c’est une espèce précoce qui est capable de se reproduire très vite car la maturité sexuelle peut être atteinte dès l’âge de 16 semaines, alors que généralement les spécimens deviennent adultes vers les mois 6.

La croissance des alevins est assez rapide, ils atteignent la taille d’environ 30 millimètres en deux mois et pourtant cela reste un petit poisson dont les plus gros spécimens ne dépassent pas 150-160 millimètres de longueur.

 

Système d’accouplement

Les Amatitlania nigrofasciata sont monogames, de sorte que des liens de couple peuvent se former avant d’établir un territoire commun, ou, le mâle et la femelle peuvent chacun détenir un territoire avant de s’apparier.

Les Amatitlania nigrofasciata choisissent également un support de couvaison dans ce territoire qui sera potentiellement le site de reproduction et de dépôt d’œufs.

Lorsque les jeunes deviennent indépendants, le lien du couple se dissout.

Les adultes séparés peuvent former un nouveau couple et recommencer tout le processus de la reproduction entre nouveaux partenaires.

Une caractéristique clé du choix du compagnon des cichlidés condamnés est que les mâles et les femelles préfèrent le plus grand des deux compagnons lorsqu’il a le choix.

Parmi les poissons téléostéens, les grosses femelles sont généralement plus fécondes bien que les preuves suggèrent que les Amatitlania nigrofasciata femelles ajustent la production d’œufs en fonction de ces facteurs externes

Une grande taille confère des avantages à bien des égards.

Les grands mâles Amatitlania nigrofasciata sont jugés plus aptes à la défense du territoire et les couples contenant de grands mâles réussissent mieux à sécuriser territoires de couples contenant des mâles plus petits.

Les liens de couple se dissolvent pendant la phase de soins parentaux, mais généralement seuls les mâles abandonnent leur partenaire femelle à ce stade.

Lorsque la perte de partenaire (accident, prédation…) survient juste avant le frai, les femelles sont susceptibles de frayer avec un nouveau mâle immédiatement, tandis que les mâles ont besoin d’une plus longue période de temps avant de se décider à pondre avec une autre femelle.

 

AVANT LA REPRODUCTION

Maturité sexuelle

Amatitlania nigrofasciata peut atteindre la maturité sexuelle très rapidement à l’âge de 4 mois environ alors que la maturité sexuelle de cette espèce se produise plus souvent à partir de 6 mois.

Cette précocité et aptitude à se reproduire aussi vite en font une espèce particulièrement très prolifique en aquarium et envahissante ce qui est souvent déjà le cas (à une bien moindre proportion) pour cette espèce dans son biotope naturel.

 

Formation d’un couple reproducteur

Amatitlania nigrofasciata est l’une des espèces de cichlidés les plus faciles à reproduire qui existe en aquariophilie, à tel point qu’il pourrait presque détrôner le traditionnel Guppy (qui est ovovivipare et non-cichlidé, à la différence).

Au premier abord et en fonction de ces critères, c’est le cichlidé ou poisson idéal pour le nouveau venu qui veut se lancer, sans trop de risque d’échouer, dans la maintenance de cichlidés et l’élevage de poissons en général.

L’appariement mâle + femelle est aussi simple à obtenir que de réunir un mâle et une femelle ensemble dans un même aquarium.

Dans cette éventualité, il est conseillé de prendre le couple dans deux animaleries différentes car les animaux qui sont mis en vente dans une même animalerie sont souvent issus de la même portée.

Si cela échoue, ce qui reste plutôt exceptionnel et très rare, il reste toujours la bonne vieille méthode qui consiste à faire l’acquisition d’un groupe de juvéniles de les faire grandir ensemble : Cette méthode est conseillée car elle offre l’occasion d’observer l’évolution comportementale des Amatitlania nigrofasciata pendant leur croissance, dans le cadre d’une vie en grouppe…

À moins de disposer d’un très grand aquarium (> à 600 litres), il faudra cependant  toujours se tenir prêt à déplacer les spécimens excédentaires une fois qu’un couple s’est formé, car le mâle en particulier ne tolérera pas d’autres poissons sur son territoire et ces poissons seront mis en danger de survivre.

Si l’espace (la taille du bac) n’est pas un problème, vous pouvez constater que d’autres couples supplémentaires se formeront dans d’autres parties de cet aquarium.

La reproduction de plusieurs couples dans un même bac est un spectacle particulièrement plaisant à observer qui met en évidence les comportements de cette espèce.

L’idéal consiste, par conséquent, à trouver un couple de Amatitlania nigrofasciata qui s’est autoformé au sein d’un groupe de plusieurs individus dans un grand bac de 200 à 300 litres.

Un mâle de 10 à 12 centimètres de longueur et une femelle 2 centimètres plus petite, plus colorée, avec des reflets orange sous un ventre rebondi constituent généralement un couple géniteur très prolifique dès qu’il est formé.

Il faut savoir que dans un aquarium, l’association mâle + femelle, réalisée « sous contrainte » de l’éleveur reste quand même vouée à la réussite car les 2 poissons n’ont pas d’autre choix de s’accoupler pour répondre à leur instinct de conservation passant par la reproduction.

En milieu naturel, l’appariement fonctionne selon d’autres critères et l’un de ces critères de sélection est la taille des poissons.

L’effet de la densité de population sur la sélection sexuelle des Amatitlania nigrofasciata a fait l’objet d’études scientifiques.

Il a été démontré la préférence de la femelle Amatitlania nigrofasciata pour le mâle.

En effet, c’est la femelle qui choisit son mâle en fonction de la taille et après avoir vérifié la capacité de combat de ce dernier.

La femelle Amatitlania nigrofasciata choisit toujours le plus grand des deux mâles si un plus petit mâle est à côté du plus gros mâle, et surtout si le plus gros mâle bat le plus petit mâle dans un combat.

Les femelles choisissent toujours le plus grand des deux mâles lorsqu’elles ont la possibilité de choisir un mâle plus gros par rapport à un plus petit et surtout si le mâle est celui qui a vaincu le plus petit dans un affrontement.

Chez les Amatitlania nigrofasciata (comme chez la plupart des téléostéens), la taille est donc directement corrélée à la capacité de combat (KOOPS & GRANT 1993).

Cela s’explique assez facilement et logiquement, car dans la nature et face à un environnement plutôt hostile dans son ensemble, les couples d’Amatitlania nigrofasciata dont les mâles sont les plus grands, sont :

  1. Des concurrents supérieurs pour les sites de reproduction ;
  2. Plus efficaces pour repousser les prédateurs de la progéniture ;
  3. Plus aptes élever plus de progéniture et l’accompagner jusqu’à son indépendance.

Ainsi, la plupart des études conduites sur les Amatitlania nigrofasciata mettent parfaitement en évidence que les femelles s’engagent dans un accouplement qu’avec un mâle plus grand.

La taille du mâle agit comme un indicateur plus efficace de sa capacité d’agressivité, montrant ainsi qu’il peut repousser les intrus du nid du couple avant qu’ils ne puissent se rapprocher de la progéniture.

Parallèlement, lors d’affrontement entre mâles Amatitlania nigrofasciata, il a été démontré que les individus de taille significativement plus grande par rapport à leur adversaire gagnent souvent des combats sans beaucoup de contact physique.

Pourtant, si la femelle , pour une quelconque raison n’est pas en mesure de comparer et donc d’évaluer la taille de 2 mâles lors de son choix d’appariement, il semblerait qu’elle n’ait aucune préférence particulière.

Les femelles Amatitlania nigrofasciata préfèrent l’accouplement avec un mâle plus gros, car il a été démontré que les mâles plus gros peuvent élever plus de progéniture jusqu’à l’indépendance des jeunes Amatitlania nigrofasciata.

En outre, les gros mâles sont de meilleurs combattants pour chasser les prédateurs qui pourraient attaquer la progéniture et sont d’excellents « compétiteurs » pour l’obtention des meilleurs sites de reproduction.

Les femelles ont tendance à préférer les mâles qui sont environ 30 % plus gros qu’elles-mêmes.

L’explication est simple et logique, il faut que les mâles soient assez gros pour défendre le nid, mais pas trop gros au point qu’ils pourraient considèrent la femelle comme de la nourriture !

Une fois un couple formé, les femelles sont rapidement liées à leur mâle préféré, elles le manifestent en nageant près de lui et se livrant à des parades nuptiales.

Autre critère, les sites de reproduction

Lorsque, dans un même endroit, la densité de nids est plus élevée, les femelles Amatitlania nigrofasciata ont tendance à être plus grandes, ce qui pourrait expliquer plus précisément par la préférence pour les partenaires et la compétition d’accouplement dépendant de la densité, par opposition à la prédation et à la concurrence des ressources.

De plus, deux régimes de densité de nids ont été comparés, l’un élevé et l’autre faible, il n’y avait pas de différence significative dans la survie des couvées entre les deux, cependant, il a été observé que les Amatitlania nigrofasciata préféraient se reproduire plus loin les uns des autres, pas à proximité.

Ces comportements d’accouplement chez les Amatitlania nigrofasciata montrent qu’il y a d’autres coûts liés à la reproduction dans un environnement à forte densité de population, un exemple étant la perte d’énergie en raison de l’agression accrue qui en résulte lors de la garde du territoire.

 

Préparation du bac

Disposez d’un bac d’une contenance d’au moins de 120 litres dans lequel seront disposées des caches au sein de roches, de pierres ou de morceaux de terre cuite avec un sol constitué de sable.

À moins que vous ne disposiez d’un grand aquarium, un aquarium d’une taille inférieure est très vivement décommandé si d’autres poissons (cichlidés ou non cichlidés) doivent habiter l’aquarium pendant la reproduction du couple de Amatitlania nigrofasciata.

A moins de disposer d’un très grand aquarium, (300-400 litres ou plus) il faudra renoncer à une telle cohabitation en cette période délicate et obligatoirement déplacer les spécimens restants une fois le couple formé, car le mâle, en particulier, ne tolérera pas la présence d’autres poissons sur son territoire.

L’aménagement du bac de reproduction doit se faire de manière simple mais avec une certaine logique.

La mise en place du décor joue un rôle fondamental car elle contribue, en quelque sorte, à la gestion du caractère de ces poissons à fort tempérament, en cette période de reproduction.

Un bac bien aménagé permettra une gestion plus facile de l’agressivité des Amatitlania nigrofasciata, bien agencé, il les rendra moins stressés et surtout moins agressifs entre eux et envers d’autres cichlidés américains.

Dans ces conditions et pour copier leur milieu d’origine, la recette du succès a été donnée et est connue : il faudra utiliser de nombreuses pierres et de des morceaux de bois de tailles et formes différentes qui seront disposés afin de diviser l’aquarium en divers territoires.

L’agencement des éléments du décor doit être fait de manière à créer différentes barrières visuelles sur le fond de l’aquarium.

A ce moment, le territoire défendu est important, et si le bac n’est pas bien agencé en cachettes et barrières visuelles, ou tout simplement trop petit, les autres occupants du bac seront obligés d’être sur le territoire et risquent des combats avec mise à mort…

En effet, la disposition des morceaux de bois est importante car elle doit permettre à la femelle de se cacher si le mâle est excessivement agressif, il faut donc aménager des zones abritées parmi lesquelles le couple choisira sa zone de ponte et qui permettront au couple de mieux contrôler la zone d’éclosion  puis d’élevage des larves.

Les cavités sombres sont préférées comme nids pour dissimuler le couvain et les rendre moins visibles pour les prédateurs visuels.

Dans les grottes, les entrées simples ou abris ne disposant que d’une entrée unique sont privilégiées pour réduire la probabilité d’intrusion et sont probablement plus gérables pour les femelles en termes de défense de leur couvée.

Quand il se prépare à se reproduire, le couple choisit un endroit sécurisé, toujours une caverne, tous les poissons présents dans le bac sont maintenus à l’écart.

This slideshow requires JavaScript.

Le couple creuse aussi des cuvettes un peu partout aux alentours du futur site de ponte, entre les roches, des petites cuvettes qui serviront d’abris pour les futurs alevins.

Ainsi, ayant séparé le bac en plusieurs compartiments et disposer des abris, cela atténuera l’agressivité des cichlidés en phase de reproduction car ils n’auront pas à défendre une zone ouverte mais seulement une zone visuellement délimitée pour eux, permettant ainsi également des colocataires de réservoir tels que Poeciilidés, Corydoras, de rester plus longtemps.

Afin d’ajouter une touche « industrielle » au décor du bac, comme cela a déjà été suggéré, il est parfaitement possible d’ajouter des pots de fleurs en argile pour servir de potentiels sites de frai.

L’aquarium de reproduction doit obligatoirement disposer d’un fond constitué de sable fin car ces cichlidés ont l’habitude de creuser, et plus encore en période de reproduction car ils cherchent à créer une zone propice à la reproduction.

Dans ce bac, encore, l’utilisation du sable fin est obligatoire pour qu’ils ne se blessent pas.

L’eau sera d’un pH compris entre 6,5 et 7,2, d’une dureté totale d’environ 10 °GH, fortement filtrée et régulièrement renouvelée sera maintenue à une température de 25°C.

 

Conditionnement des reproducteurs

Conditionnez les Amatitlania nigrofasciata avec une alimentation variée et effectuez de grands changements d’eau hebdomadaires (jusqu’à 50%) pour les encourager à frayer.

Outre ce conditionnement, il est aussi possible de jouer sur la température de l’eau …

Pour faire simple et pour que vos poissons soient en état de frai, il faut chauffer le bac d’élevage jusqu’à 29°C et effectuer un changement partiel de l’eau (15 à 20%) chaque semaine.

Ce stratagème reproduira les conditions climatiques du milieu naturel des Amatitlania nigrofasciata et agira comme un déclic qui déclenchera le processus de reproduction et stimulera leur envie de pondre.

Mais, comme le futur éleveur s’en rendra vite compte, qu’il y ait ou non un travail de conditionnement avant la reproduction de cette espèce, l’éleveur sera souvent surpris, un beau jour, en découvrant un troupeau d’alevins en train de nager …

 

Parade nuptiale

La parade nuptiale commence lorsque le mâle Amatitlania nigrofasciata commence à nettoyer une pierre, en traînant son abdomen et en déplaçant son corps dans un côte à côte, ou quand il forme des trous dans le gravier.

Généralement, dans la foulée, la femelle attirée par les mouvements du mâle vient l’aider à évacuer le sable ou gravier vers les bords de l’aquarium.

Par la suite, le mâle Amatitlania nigrofasciata effectue une course-poursuite à l’encontre de sa femelle.

Cette course à l’égard de la femelle, est souvent très vive voire qualifiée d’agressive, et il arrive que dans de nombreux cas qu’il la maltraite en lui donnant des coups de tête ou de queue, ou en mordant une partie de ses nageoires.

C’est notamment pour ces raisons, que l’aquarium doit disposer de plusieurs cachettes qui ne seront qu’accessibles à la femelle seule et seront des refuges où le mâle ne pourra entrer : cela évitera de graves blessures à la femelle.

Ensuite, le mâle effectue à nouveau des mouvements dans le gravier et dans la zone choisie pour le frai, attirant la femelle.

Les Amatitlania nigrofasciata s’engagent dans un rituel de parade nuptiale avant le frai, secouant la tête l’un vers l’autre et tournant autour de l’un et de l’autre.

Ensuite, le poisson mâle se positionne verticalement, change de couleurs et prend une teinte plus vive et plus foncée tandis que la femelle se presse vers le mâle.

Enfin, le mâle et la femelle frottent leur papille génitale au-dessus du plan de ponte sans toutefois y déposer d’œufs et ils entament une ultime séquence de nettoyage du site de ponte.

Souvent, ils choisissent un support de ponte rectangulaire et mesurant une quinzaine de centimètres de longueur sur 7 à 10 centimètres de largeur.

 

Prémices

Un couple qui est prêt à frayer change systématiquement de couleurs.

Dans le cas du mâle, ce dernier intensifie ses couleurs et les lignes verticales prennent une coloration plus foncée ainsi que la partie antérieure.

La femelle, quant à elle, devient légèrement rouge et prend une coloration bleue dans le ventre, les lignes latérales s’assombrissent et l’ovipositeur devient apparent et visible

Dans un second temps, la femelle va sélectionner puis nettoyer un site de ponte.

 

PENDANT LA REPRODUCTION

Ponte

Au cours d’une saison sèche qui dure environ 5 mois, la plupart des femelles ne pondent qu’une seule fois, tandis que les mâles peuvent se reproduire 5 à fois dans le même laps de temps.

Le frai commence par une ultime parade originale, pendant laquelle le contraste des zébrures s’intensifie et la papille génitale de la femelle apparaît clairement signe que la ponte est proche.

La ponte a lieu sur une surface lisse sur laquelle la femelle dépose les ovocytes en rangées, environ 5 à 10 ovocytes, que le mâle féconde ensuite en passant dessus.

Les œufs sont collés au plafond de la tanière par la femelle et fécondés, à ce même endroit par le mâle.

Le processus de ponte des œufs par séries se répète consécutivement jusqu’à atteindre environ 100 à 150 ovocytes.

Après quelques parades nuptiales préliminaires, jusqu’à 300 œufs, pour les pontes les plus exceptionnelles seront pondus: la moyenne étant d’environ 150-200 œufs et en général sur une pierre plate bien protégée.

La ponte est le plus souvent déposée dans la cavité creusée et préparée par le couple, ou sur une pierre plate.

Les femelles plus âgées pondent généralement plus d’œufs que les poissons plus jeunes.

La femelle dépose ses œufs par petit paquets ou par rangées alignées, que le mâle féconde immédiatement après elle.

 

Les œufs restent collés au plafond de la tanière et, en quelques jours, ils éclosent en “embryons libres” qui tombent sur le sol de la grotte et qui forment un tas tremblant/frétillant regroupé sur le sol de la tanière.

Les ovocytes d’Amatitlania nigrofasciata sont de couleur brun grisâtre et de forme ovale.

Il est assez rare de pouvoir les observer et suivre leur développement car ils sont déposés, bien abrités des prédateurs et de l’observation de l’éleveur !

Parfois, le couple ayant creusé un trou sous une roche (attention aux risques d’éboulement) y déposera sur les parois, à l’abri, tous ses œufs adhésifs.

L’opération se répète jusqu’à la ponte totale des œufs par la femelle.

La ponte peut durer de 1 à 2 heures.

Ensuite, la fécondation effectuée, le mâle est généralement évincé du nid, mais il reste impliqué et protège les environs contre toute agression extérieure.

A partir de ce moment, le mâle va défendre farouchement le lieu de ponte et pourra se montrer très combatif durant cette période.

Lorsque les œufs sont pondus sur une feuille, ce qui arrive parfois en milieu naturel, il est possible d’observer le couple en train de déplacer sa feuille « nurserie » et l’emmener dans un endroit sélectionné, plus adéquat et certainement rendu disponible, alors qu’il ne l’était certainement pas avant l’accouplement de ce couple.

Les œufs pondus, il se produit assez souvent qu’au bout d’une douzaine d’heures certains œufs deviennent blancs ce qui signifie  généralement qu’ils n’ont pas été fécondés et/ou qu’ils sont parasités par des champignons.

Si la couvée est détruite, pour diverses raisons, le couple peut faire une deuxième ponte après environ deux semaines.

Pour mémoire, les Amatitlania nigrofasciata sont capables de faire une nouvelle ponte au bout de 7 semaines !

Pour un petit poisson, les Amatitlania nigrofasciata sont étonnamment agressifs et attaqueront même un doigt imprudent à ce stade : Plus d’un éleveur /soigneur s’est même fait mordre pas ces poissons alors qu’il introduisait sa main dans le bac  pour une quelconque opération de maintenance !

 

Période d’incubation

La ponte étant effectuée, c’est la femelle qui prend la responsabilité de garder et de s’occuper des œufs, tandis que le mâle patrouille les périmètres du territoire du couple, gardant tout venant à distance.

La femelle Amatitlania nigrofasciata ventile les œufs en la brassant avec ses nageoires, produisant ainsi de l’eau douce riche en oxygène, essayant ainsi d’empêcher la mort des œufs qui pourrait être causée par les champignons.

Dans sa surveillance des œufs, elle élimine également les œufs malades et infertiles.

Ils ventilent également les œufs, déplaçant l’eau avec leurs nageoires sur la couvée pour assurer l’oxygénation.

Les Amatitlania nigrofasciata ventilent les œufs jour et nuit.

La nuit, ils utilisent leur odorat pour vérifier/reconnaître la présence de leurs œufs dans l’obscurité, et ils gardent leurs nageoires pelviennes en contact avec les œufs pour rester à la bonne distance pour l’éventation.

Dans l’obscurité, le couple de Amatitlania nigrofasciata se reconnaît et détecte les prédateurs en utilisant son odorat.

 

Eclosion

Les œufs éclosent en 3-4 jours.

Les œufs éclosent au bout de quelques jours, restent un temps accrochés à leur support puis tombent et sont regroupés par le couple jusqu’à la nage libre.

Les alevins tombés sur le sol de la grotte y séjournent jusqu’à finir de résorber leur sac vitellin ou , de préférence en milieu naturel, il arrive parfois que le couple déplace leur progéniture et la conduit dans un endroit sélectionné plus adéquat.

Pendant cette période, la femelle continue à veiller sur les et n’hésite pas à les transférer plusieurs fois dans de nouvelles fosses creusées dans le fond à l’aide de sa bouche.

Après l’éclosion, les larves passent encore 72 heures (et plus, suivant la température de l’eau) à absorber leurs sacs vitellins et à développer leurs nageoires avant de devenir des alevins nageant librement.

Ils sont ensuite déplacés dans une fosse pré-creusée dans le substrat, où ils restent jusqu’à ce que leurs sacs vitellins soient absorbés.

Les œufs éclosent en 3-4 jours et les alevins tombent sur le sol de la grotte.

 

Nage libre des alevins

Les jeunes sortent de la tanière à une taille d’environ 4,5–5,0 millimètres de longueur standard (SL) et semblent indépendants et évoluent, sans surveillance rapprochée des parents, de façon désordonnée et dispersée.

Dès que les alevins nagent librement, ils s’alimentent de microalgues, d’animalcules, de naupliies d’Artémias, de poudre pour alevins de tailles adaptées à leur croissance, qu’ils trouvent en fouillant le sol.

La plus grande préoccupation des jeunes consiste inlassablement à fouiller le substrat afin de se nourrir de microalgues et animalcules, particules et détritus en tout genre.

Au bout de quinze jours l’alimentation peut comporter des produits congelés finement découpés.

Dans les cours d’eau du Costa Rica, les jeunes (alevins) nagent librement forment un disque bidimensionnel sur le substrat.

Il est rare que des alevins montent dans la colonne d’eau, vraisemblablement parce que le courant de la rivière au-dessus de la couche limite les emporterait, et parce que les espaces interstitiels dans le substrat sont leur refuge contre les prédateurs de la couvée.

Les parents sont positionnés au centre, nageant à quelques centimètres au-dessus du substrat et orientés dans des sens opposés l’un de l’autre, pour assurer une vigilance à 360° pour anticiper l’approche d’intrus.

Les deux parents travaillent toujours ensemble à la défense virulente du « nuage d’alevins », et les rassembleront inlassablement en fonction des dangers rencontrés.

Parfois, en fonction du danger immédiat, les parents peuvent mettre les alevins dans leur bouche pour les protéger.

Tous les intrus ne représentent pas le même degré de menace pour ces cichlidés.

Les Poeciilidés, en particulier, sont des intrus communs qui n’attaquent pas, individuellement les alevins de cichlidés.

Astyanax fasciatus passe également au-dessus des couvées et est simplement repoussé par les parents.

Un banc d’Astyanax fasciatus.Astyanax n’attaque le couvain que si celui-ci est dérangé par une autre cause, telle que des manipulations humaines du couvain, ou à l’occasion d’une attaque par de grands adultes Parachromis dovii.

Quand une attaque d’Astyanax commence, ce sont une cinquantaine autres individus profitent de l’aubaine et se joignent au primo-attaquant pour la curée !

Avec cette technique de prédation, les Astyanax arrivent ainsi, par leur nombre bien supérieur, à submerger les défenses des parents, ce type d’attaque a pour effet de disperser le troupeau d’alevins, l’éloigner autant que possible de la zone de couvée, ce qui obligera les alevins à :

  • Retrouver par eux-mêmes le chemin du retour vers le nid protecteur, à l’aide d’indices visuels et chimiques ;

ou

  • Rejoindre des familles voisines et s’y faire adopter.

Les attaques de défense parentale sont le plus souvent dirigées contre les cichlidés juvéniles qui constituent des proies plus appréciables par leur taille que des larves ou alevins.

Malgré la vigilance parentale et la défense de la couvée, les prédateurs font des ravages et réduisent le nombre de jeunes dans une couvée, et finalement, le nombre de couvées qui persistent à survivre au printemps est faible.

Le succès de la couvée (ce qui permet d’avoir au moins un alevin survivant jusqu’à l’âge de son indépendance) est fortement lié à l’habitat et les protections naturelles qu’il propose à ces poissons comme aux prédateurs.

Dans les sections peu profondes des cours d’eau, la survie des couvées était relativement élevée, environ (48 %) par rapport aux couvées élevées dans les sections plus profondes de la « mare » de la rivière (15 %