6 – Le saviez-vous ?

Les nageoires

D => Nombre de rayons sur la nageoire dorsale

A => Nombre de rayons sur la nageoire anale

Rayons durs ou épineux

Les rayons épineux sont simples et rigides. Ce sont des pièces exosquelettiques qui soutiennent le replis cutanés non musculaires de la nageoire.

D = 20-24    => Dorsale avec 20 à 24 rayons mous

D = 3 + 9-10    => Dorsale avec 3 rayons durs et 9 à 10 rayons mous

Rayons mous ou rameux

Les rayons mous sont ramifiés et flexibles. Ce sont des pièces exosquelettiques qui soutiennent le replis cutanés non musculaires de la nageoire.

La nageoire caudale par ses puissants mouvements d’ondulation a un rôle locomoteur important. Sa forme varie selon les espèces.

La nageoire dorsale joue un rôle de quille (maintien de l’équilibre) ; elle est constituée en avant de rayon épineux et en arrière de rayons mous, une seconde nageoire dorsale, en arrière de la première, constituée de rayons mous est présente chez de nombreuses espèces.

5 – Le saviez-vous ?

Les organes sensoriels des poissons ?

Les organes sensoriels des poissons existent avec de nombreuses adaptations et d’une efficacité variable, en fonction de leur adaptation à leur environnement.

Ce sont 2 fossettes olfactives, situées en avant de la bouche des cartilagineux et narines chez les poissons dits “osseux”.

Chez les poissons “cartilagineux”, ces organes sensoriels sont situés au niveau des ampoules de LORENZINI, sortes de petites ouvertures autour de la bouche.

Ils permettent la perception de faibles champs électriques générés par les contractions musculaires des proies même enfouies dans les sédiments.

Les poissons Benthiques, ceux qui vivent au fond de l’eau, possèdent une vue assez médiocre, mais elle est compensée par une panoplie d’organes sensoriels complémentaires tels que :

  • Les barbillons,
  • Les antennes,
  • des tentacules olfactifs.

La ligne latérale et les NEUROMASTES permettent la captation des vibrations de basses fréquences et ondes de pressions des prédateurs ou des proies.

4 – Le saviez-vous ?

Comment se fait la respiration des poissons ?

  • Pénétration par la bouche : Mouvements réflexes, volontaires ou par des déplacements de l’animal.
  • Passage sur les branchies : Échanges gazeux O2 et CO2.
  • Sortie par les ouïes ou fentes branchiales

Les poissons utilisent O2 dissous dans l’eau, l’eau pénètre par la bouche aspirée par des mouvements volontaires ou réflexes ou grâce au courant généré par son déplacement (squale).

  • L’eau passe ensuite sur les branchies, sorte de lamelles fortement vascularisées, le sang se charge en O2 et se purge du CO2 issu du métabolisme.
  • L’eau ressort par les ouïes qui sont protégées par un opercule rigide chez les poissons osseux ou par les fentes branchiales chez les poissons cartilagineux.

 

2 – Le saviez-vous ?

Les autres mesures de taille d’un poisson ?

  1. profondeur de la mâchoire supérieure : la plus grande épaisseur du maxillaire et de la lèvre supramaxillaire ;
  2. longueur du museau : de la symphyse du prémaxillaire au bord de l’orbite osseuse;
  3. diamètre horizontal orbital : entre la marge orbitale osseuse ;
  4. profondeur de la tête : juste en arrière de l’orbite;
  5. diamètre vertical orbital : entre la marge orbitale osseuse;
  6. longueur des maxillaires: de l’extrémité prémaxillaire à l’extrémité postérieure du maxillaire;
  7. longueur de la mâchoire supérieure : de la symphyse du prémaxillaire à l’extrémité postérieure du maxillaire;
  8. plus faible longueur de la mâchoire : de la symphyse dentaire à retroarticulaire;
  9. longueur de la nageoire pectorale : de la base du premier rayon à la pointe du plus long rayon;
  10. profondeur du corps : au niveau d’origine de la nageoire dorsale;
  11. longueur de la nageoire dorsale : de la base au bout du plus long rayon;
  12. longueur de la nageoire pelvienne : de la base du premier rayon au sommet du plus long rayon;
  13. profondeur du corps:  au niveau d’origine de la nageoire anale;
  14. longueur de la nageoire adipeuse : de l’origine au bout:
  15. longueur de la nageoire anale : de la base du premier rayon à la pointe du plus long rayon;
  16. Durée du pédoncule caudal : de l’extrémité de la nageoire anale à la base moyenne de la nageoire caudale;
  17. moindre profondeur du pédoncule caudal;
  18. longueur du lobe supérieur de la nageoire caudale : de la base au sommet du plus long rayon;
  19. longueur du rayon de la nageoire caudale moyenne : de la base au sommet du rayon le plus court;
  20. longueur du lobe inférieur de la nageoire caudale : de la base au sommet du plus long rayon:
  21. longueur standard (Ls ) : de la symphyse maxillaire supérieure à la base moyenne de la nageoire caudale;
  22. longueur prédorsale de la symphyse maxillaire supérieure à l’origine de la nageoire dorsale;
  23. longueur de la tête, de la symphyse de la mâchoire supérieure à la pointe postérieure de l’opercule;
  24. longueur entre le prémaxillaire la partie préoperculeuse : de l’extrémité prémaxillaire des maxillaires au bord postérieur du préopercule ;
  25. longueur prépelvienne, de la symphyse de la mâchoire supérieure à l’origine de la nageoire pelvienne;
  26. longueur de la cornée, de la symphyse de la mâchoire supérieure à l’origine de la nageoire anale;
  27. largeur interorbitale : transversale à la partie la plus étroite du crâne,
  28. largeur du corps : transversale à la partie la plus large du corps au niveau de l’origine de la dorsale, au-dessus de la cavité abdominale.

3 – Le saviez-vous ?

Morphologie – caractères communs : LES ÉCAILLES

  • Les écailles “Ganoïdes” : Ce sont plaques dermiques épaisses, plus ou moins rectangulaires, donnant à l’animal un aspect cuirassé.
  • Les écailles “Placoïdes” : On les trouve chez les poissons cartilagineux, ce sont des sortes de petites dents enchâssées dans la peau avec la pointe dirigée vers l’arrière – Ce type d’écailles donne une peau rugueuse (papier de verre) longtemps utilisée autrefois comme un revêtement ornemental en ébénisterie (galuchat).
  • Les écailles “Cycloïdes” : Elles sont présentes chez les poissons osseux, ce de sont minces lames disposées comme les ardoises d’un toit, elles se recouvrent les unes les autres à l’arrière, elles grandissent durant toute la vie de l’animal et s’accroissent par la périphérie, inégalement suivant les saisons.
  • Les écailles “Cténoïdes” : Elles sont présentes les poissons osseux à rayons épineux.

1 – Le saviez-vous ?

Comment se fait la mesure de la longueur d’un poisson ?