La définition par l’image du mot “C.A.F” en Aquariophilie !

C.A.F :

  • Coefficient d’Acceptation Féminin
  • Compatibilité Aquariophile Féminine
  • Créativité Aquariophile Féminine
  • …..

Continue reading

BIOTOPE : La rivière Iguazu au Brésil

Un biotope extraordinaire : La rivière Iguazu

La rivière Iguaçu, connue dans le monde entier pour la beauté de ses chutes, a, comme démontré dans ce livre (voir PDF), une autre chose précieuse qui doit être reconnue comme exceptionnelle par l’humanité: le taux élevé d’endémisme de son ichtyofaune.

Il est montré que 70% des espèces de poissons ne se trouvent nulle part ailleurs sur la planète. Ceci, en même temps que est un privilège pour la région, c’est aussi un sujet de profonde préoccupation.

 

La rivière Iguazu (en portugais: Rio Iguaçu [.i.u iɡwasu], espagnol: Río Iguazú [ri.o iɣwasu] également appelé Rio Iguassu) est une rivière au Brésil et en Argentine.

C’est un affluent important de la rivière Paraná. La rivière Iguazu a une longueur de 1 320 kilomètres (820 milles) et un bassin versant de 62 000 kilomètres carrés (24 000 milles carrés).

L’Iguazu est originaire du Parc d’État Serra da Baitaca, créé en 2002, dans les montagnes côtières de la Serra do Mar, dans l’État brésilien du Paraná.

Pour 1 205 kilomètres (749 mi), à sa confluence avec la rivière San Antonio, l’Iguazu coule vers l’ouest à travers l’État de Paraná, au Brésil.

En aval de la confluence, la rivière Iguazu forme la frontière entre le Brésil et la province argentine de Misiones. Continuant vers l’ouest, la rivière tombe d’un plateau, formant les chutes d’Iguazu. Les chutes se trouvent dans les parcs nationaux du Brésil, du parc national d’Iguaçu et de l’Argentine, dans le parc national d’Iguazú. Il se déverse dans le fleuve Paraná au point où se rejoignent les frontières de l’Argentine, du Brésil et du Paraguay, une zone connue sous le nom de « Triple Frontier ».

Malheureusement l’occupation du bassin hydrographique Iguaçu est parmi les plus touchés par ces facteurs. Ses sections haute et moyenne reçoivent énormément pollution urbaine et industrielle, tandis que la partie basse est modifiée par des réservoirs. En même temps, des prospections réalisées dans le bassin du Paraná que ce bassin contient, proportionnellement, le plus grand nombre d’espèces introduites. Leur participation, comme on le verra dans la liste des espèces de ce travail, représente près de 30% du total.

Les activités agricoles et d’élevage ont un impact sur l biotope d’origine de ces poissons. La présence de source de pollution a été observée tout le long du cours de la rivière, car, en plus de la pollution liée à l’agriculture (utilisation des pesticides, ordures…), il existe d’autres sources de pollution diffuses.

Compte tenu de l’importance de la rivière Iguaçu, il devient vital que les autorités locales accordent une plus grande attention aux activités communautaires présentes sur la rivière et les autorités doivent s’efforcer d’atténuer les impacts causés par différentes activités humaines.

 

Faune de l’Iguazu

[pdf-embedder url=”https://cichlidamerique.fr/wp-content/uploads/2018/07/Peixes-do-baixo-rio-Iguaçu.pdf” title=”Peixes do baixo rio Iguaçu”]

Environ 100 espèces de poissons sont originaires de la rivière Iguazu et plusieurs espèces non décrites sont connues. La plupart des espèces de poissons dans la rivière sont des poissons-chats, des characiformes et des cichlidés.

Environ 70% sont endémiques, qui sont en grande partie liés aux chutes, servant à la fois de foyer pour les espèces rhéophiles et d’isolant les espèces au-dessus et au-dessous.

Cela signifie également que, à l’exception de la Steindachneridion melanodermatum menacée dans la partie inférieure, les grands poissons migrateurs connus dans une grande partie du bassin du Paraná sont naturellement absents d’Iguazu.

Près d’une trentaine d’espèces introduites se trouvent dans la rivière, dont environ un tiers provient d’autres continents (comme la carpe, l’achigan à grande bouche, le tilapia et le silure africain) et le reste d’Amérique du Sud (dorade, Cichla kelberi, pacu, Brycon hilarii, Prochilodus lineatus et Odontesthes onariensis).

Histoire de l’Aquariophilie au XIXème siècle – Episode 3

Le 19ème siècle : Le siècle des révolutions industrielles

L’évolution des techniques de l’Aquariophilie grâce au développement des connaissances et les aquariums privés.

 ….la naissance de l’Aquariophilie et ses dérivés.

Edward EDWARDS (1803 – 1879) un zoologiste marin, en 1864, s’intéressât à l’observation des formes de la vie marine dans les eaux magnifiques du détroit de Menai, il commença à étudier les habitudes et les caractères des poissons dans leur milieu natif.

Il fut incité à tenter un « arrangement artificiel pour conserver les poissons, en santé, dans l’isolement » afin de pouvoir étudier de plus près leurs habitudes. Par une imitation ou plutôt reproduction des conditions naturelles dans lesquelles les poissons prospèrent, il a réussi à introduire de telles améliorations dans la construction des aquariums qui lui ont permis de conserver ses poissons pendant une période presque illimitée sans changement d’eau.

Son amélioration la plus notable était son «réservoir à fond sombre de la chambre à eau», résultat d’une étude attentive des bassins rocheux, avec leurs fissures et leurs gouffres, dans les rochers des rives du détroit de Menai. Cette amélioration retarda longtemps le goût pour les aquariums domestiques, et le principe du réservoir d’EDWARDS fut adopté avec succès dans tous les grands établissements de ce pays et dans de nombreuses écoles zoologiques continentales et américaines.

“Ceci est l’aquarium, constitué d’un réservoir en verre ou d’une fontaine, généralement de forme oblongue, avec des côtés droits, et d’une taille plus grande ou plus petite, mais cependant de dimensions suffisantes pour admettre un plancher de sable et de pierres, avec quelques les plantes aquatiques, de sorte que les poissons de toutes sortes puissent librement se déplacer dans l’eau au-dessus et au-dessous de ces objets. ”

GOODRICH, 1859

Souvenez-vous….

Continue reading

Histoire de l’Aquariophilie au XIX ème siècle – Episode 2

Le 19ème siècle : Le siècle des révolutions industrielles

Concevoir le contenant qu’est l’aquarium était une chose compliquée au regard des technologies du XIX ème siècle. L’ère industrielle en cours, le progrès des techniques et la maîtrise des matériaux nouveaux vont aider à franchir ce pas !

Mais plus que l’instrument qui venait de naître, le concept de l’aquarium devait à son tour être défini.

Après l’invention du nom, la découverte du concept de l’Aquarium.

Pierre CARBONNIER, 1864, “Guide pratique du pisciculteur”

Continue reading

Histoire de l’Aquariophilie au XIX ème siècle – Episode 1

Le 19ème siècle : Le siècle des révolutions industrielles

 

Introduction

En commençant la rédaction des articles sur les origines et fondements de l’aquariophilie et sur celles de l’objet « Aquarium », j’étais bien loin de penser et m’imaginer qu’il y avait autant d’options, d’hypothèses, de revendications….sur qui, le premier, a inventé l’aquarium, à savoir qu’il y a tout autant d’auteurs qui ont aussi écrit à ce sujet !

En fait à cette époque, la vraie question qui se posait aux découvreurs et défricheurs de l’Aquariophilie, avant tout, était :

Quelle définition donne-t-on au « mot « aquarium » et surtout qu’entend-on par ce mot ?

 

Un rappel des faits…

Les tentatives pour retenir et observer des poissons vivants dans un contexte domestique ou urbain remontent à plusieurs milliers d’années. Continue reading

Histoire de l’Aquariophie au XVIIIème siècle

Le 18ème siècle : Le siècle des lumières

Le roi Louis XIV avait, lui aussi, manifesté beaucoup de de sympathie pour les poissons. A Fontainebleau il avait retrouvé les fameuses carpes que la légende prétendait amenés par François 1er.

En juin 1702, des carpes provenant des demeures royales de Meudon et de Fontainebleau furent envoyées à Marly pour empoissonner les bassins du parc. Un mémoire daté des 12 et 13 juin de cette année a gardé la trace des 92 poissons pêchés à Fontainebleau. Un vrai feu d’artifice que Louis XIV apprécia beaucoup, au point d’avoir élu sa carpe préférée. Continue reading

Histoire de l’Aquariophilie au XVII ème siècle

Histoire de l’Aquariophilie au XVII ème siècle.

L’Aquariophilie n’est pas vraiment née, au moins telle qu’on l’entend à nos jours, les prémices sont là et les bases sont posées. Les siècles et millénaires passés ont montré une chose, au moins : l’engouement des hommes pour les poissons à des fins autres que nourricières est bien présent et réel.

Conserver des poissons hors de leurs milieux naturels, qu’ils soient salins ou d’eau douce n’est pas une chose aisée, cela demande des moyens matériels et “financiers” qui ne permettent pas d’en faire une attractivité appelée aujourd’hui : Loisir.

Le 17ème siècle : Naissance de la science moderne…. Continue reading

Histoire de l’Aquariophilie: de l’Antiquité à nos jours [1ère partie]

Histoire de l’aquariophilie

Peu d’aquariophiles, d’eau douce ou d’eau de mer, connaissent vraiment l’histoire de leur hobby l’aquariophilie et plus particulièrement l’histoire de la science qui fut précurseur de notre hobby : l’Aquariologie.

Par aquariologie, on entend tout ce qui étudie les faunes (ichtyologie) et flores (botanique aquatique) de l’aquarium et du bassin de jardin.

L’aquariologie regroupe quelques étapes importantes des sciences de divers domaines d’activités avec l’eau: aquacultureaquariophiliebiologiezoologie, etc. L’aquariologie étudie les milieux aquatiques captifs, fermés, principalement les aquariums. Un spécialiste en aquariologie est un aquariologue (terme officiel), mais est parfois qualifié d’aquariologiste (terme impropre).

Cette chronique va vous permettre d’en savoir un peu plus sur cet art apparu il y a plus de 50 000 ans dont le développement s’est accéléré au XIX siècle et qui constitue notre passion actuelle.

  Continue reading

Le saviez–vous ? L’Inventeur de l’aquarium est français ! …et, en plus, c’est une femme !

L’Inventeur de l’aquarium est français !

…et, en plus, c’est une femme !

C’est une femme, une française, originaire de la Corrèze, Jeanne Villepreux épouse Power (1794-1871), Autodidacte passionnée qui inventa vraiment l’aquarium dès 1832, pour réaliser ses expérimentations sur les Argonautes, mollusques, qui proliféraient à Messine. Ses “cages à la Power ” ont été fabriquées pour leur observation. Ceci vingt ans plus tôt qu’il ne l’est généralement indiqué. Elle a également été à l’origine de la biologie marine et de l’océanographie.

Le fabuleux destin d’une obscure brodeuse devenue la première femme océanologue au monde…

Continue reading

[2ème partie] La phytothérapie, pour les poissons aussi !

La phytothérapie, pour les poissons aussi !

Les fruits d’aulne

Les fruits d’aulne ont la particularité de baisser très efficacement le PH, compter un fruit pour 15L.

Les fruits d’aulnes sont très utilisés en aquariophilie et notamment dans la maintenance de crevettes.

Ils ont des propriétés antifongiques, et antibactériennes, permette de baisser légèrement le Ph, et facilitent la mue des crevettes et autres.

Les cônes d’aulne nommé aussi fruit d’aulne contiennent des acides humiques et tanniques de qualité qui protègent naturellement vos poissons d’aquarium de nombreuses maladies.

Ils sont recommandés pour les poissons originaires des zones tropicales à eau “noire”, comme les Discus, les cardinalis, les scalaires, les cichlidés nains, mais aussi les crevettes qui en plus d’apprécier les tannins aiment venir manger la micro-faune et flore qui se

développe sur le fruit.

Caractéristiques des cônes :

  • Créent une eau d’aquarium proche de celle où vivent à l’état naturel les poissons tropicaux
  • Favorisent le bien-être, la vitalité et stimule le frai
  • Préviennent les mycoses des poissons et les moisissures des œufs
  • Acidifient l’eau et baisse le pH
  • Ce sont des produits 100% naturel.

Continue reading