Mesonauta festivus – 5éme partie

Mesonauta festivus – HECKEL, 1840

Mesonauta festivus, connu sous le surnom de « Cichlidé drapeau » est une espèce de poissons de la famille des Cichlidés d’Amérique du Sud.

C’est surtout l’un des cichlidés les plus répandus dans le bassin de l’Amazone.

C’est encore un poisson d’aquarium très connu et cela depuis de nombres années (1908) car il possède le double avantage de ne pas être trop exigeant et se reproduire facilement.

Donc, Mesonauta festivus est assez commun, tant dans le monde de l’aquariophilie mais tout autant dans la nature.

Les Mesonauta festivus sont une espèce timide et pacifique qui préfère les eaux densément plantées et plus lentes, où ils se rassemblent en petits bancs pour se nourrir de vers, de crustacés, d’autres petits animaux zoobenthiques, d’algues et d’autres matières végétales.

Les Mesonauta festivus ont peu d’exigences spéciales du moment qu’ils bénéficient d’un bac bien planté avec des zones ouvertes pour la nage.

Les Mesonauta festivus ne sont pas trop difficiles avec les paramètres de l’eau, à condition que la qualité soit bonne.

Certaines espèces sont populaires dans le passe-temps de la pisciculture et sont fréquemment maintenues en aquariophilie.

Ceux-ci ont traditionnellement été appelés Mesonauta festivus, mais à la suite des examens taxonomiques du genre en 1991 et 1998, les espèces les plus souvent observées dans le commerce des aquariums sont les suivantes :

  • Mesonauta guyanae ;
  • Mesonauta insignis ;
  • Mesonauta mirificus.

Mesonauta guyanae.

Mesonauta mirificus.

Mesonauta egregius.

Les Mesonauta rappellent beaucoup les scalaires en termes d’apparence et de soin, au moins en partie, en effet, ils semblent vivre dans des habitats similaires qui ne sont pas de simples ruisseaux mais des ruisseaux légèrement plus grands, plus profonds dans lesquels ils évoluent parmi les arbres tombés ou en eau libre…

Le soin à apporter aux Mesonauta est le même que pour les scalaires, mais les Mesonauta, à la différence, nécessitent à l’âge adulte, plus d’espace et en général ils sembleraient qu’ils soient aussi un peu plus délicats avec la qualité de l’eau.

Malheureusement, aujourd’hui ils sont étonnamment rares et inconnus dans le commerce  aquariophile en comparaison avec les Pterophyllum, Symphysodon et Heros qui ont toujours la faveur des aquariophiles spécialisés ou amateurs.

Bien qu’ils ne soient pas aussi spectaculaires en couleur et en forme que leurs plus proches parents, ces animaux à tous âges et encore plus adultes de plusieurs espèces sont un magnifique ornement pour l’aquarium sans parler de leur comportement qui est passionnant à observer.

Il ne faut pas oublier que faire le distinguo entre toutes les espèces de Mesonauta est assez difficile, les professionnels de l’aquariophilie ne sont pas toujours de bon conseil et souvent les différentes espèces de Mesonauta vendues sous les noms de Mesonauta festivus ou Mesonauta insignis.

Les Mesonauta ne sont certainement pas les habitants les plus colorés de l’aquarium, mais ils impressionnent par une multitude de propriétés positives qui leur ont permis de s’assurer une place permanente dans le passe-temps de l’aquariophilie pendant des années.

Car quelle que soit l’espèce, ils ne sont jamais chers à acquérir.

Ces poissons sont faciles à garder, ne font pas de demandes inhabituelles sur la qualité de leur eau ou en termes de soins : ils sont faciles à garder avec relativement peu d’effort.

Les Mesonauta mesurent en général une taille d’environ 12-15 centimètres ou, dans des cas exceptionnels, atteignent même jusqu’à 20 centimètres comme c’est le cas du mâle Mesonauta Insignis.

Tous les Mesonauta séduiront les aquariophiles qui leur offriront un aquarium digne de leur biotope d’origine ce qui explique qu’ils soient encore conservés dans de nombreux aquariums communautaires à travers le monde.

Il est 13:51:50.

Continue reading

Mesonauta festivus – 4éme partie

Mesonauta festivus – HECKEL, 1840

Mesonauta festivus, connu sous le surnom de « Cichlidé drapeau » est une espèce de poissons de la famille des Cichlidés d’Amérique du Sud.

C’est surtout l’un des cichlidés les plus répandus dans le bassin de l’Amazone.

C’est encore un poisson d’aquarium très connu et cela depuis de nombres années (1908) car il possède le double avantage de ne pas être trop exigeant et se reproduire facilement.

Donc, Mesonauta festivus est assez commun, tant dans le monde de l’aquariophilie mais tout autant dans la nature.

Les Mesonauta festivus sont une espèce timide et pacifique qui préfère les eaux densément plantées et plus lentes, où ils se rassemblent en petits bancs pour se nourrir de vers, de crustacés, d’autres petits animaux zoobenthiques, d’algues et d’autres matières végétales.

Les Mesonauta festivus ont peu d’exigences spéciales du moment qu’ils bénéficient d’un bac bien planté avec des zones ouvertes pour la nage.

Les Mesonauta festivus ne sont pas trop difficiles avec les paramètres de l’eau, à condition que la qualité soit bonne.

Certaines espèces sont populaires dans le passe-temps de la pisciculture et sont fréquemment maintenues en aquariophilie.

Ceux-ci ont traditionnellement été appelés Mesonauta festivus, mais à la suite des examens taxonomiques du genre en 1991 et 1998, les espèces les plus souvent observées dans le commerce des aquariums sont les suivantes :

  • Mesonauta guyanae ;
  • Mesonauta insignis ;
  • Mesonauta mirificus.

Mesonauta guyanae.

Mesonauta mirificus.

Mesonauta egregius.

Les Mesonauta rappellent beaucoup les scalaires en termes d’apparence et de soin, au moins en partie, en effet, ils semblent vivre dans des habitats similaires qui ne sont pas de simples ruisseaux mais des ruisseaux légèrement plus grands, plus profonds dans lesquels ils évoluent parmi les arbres tombés ou en eau libre…

Le soin à apporter aux Mesonauta est le même que pour les scalaires, mais les Mesonauta, à la différence, nécessitent à l’âge adulte, plus d’espace et en général ils sembleraient qu’ils soient aussi un peu plus délicats avec la qualité de l’eau.

Malheureusement, aujourd’hui ils sont étonnamment rares et inconnus dans le commerce  aquariophile en comparaison avec les Pterophyllum, Symphysodon et Heros qui ont toujours la faveur des aquariophiles spécialisés ou amateurs.

Bien qu’ils ne soient pas aussi spectaculaires en couleur et en forme que leurs plus proches parents, ces animaux à tous âges et encore plus adultes de plusieurs espèces sont un magnifique ornement pour l’aquarium sans parler de leur comportement qui est passionnant à observer.

Il ne faut pas oublier que faire le distinguo entre toutes les espèces de Mesonauta est assez difficile, les professionnels de l’aquariophilie ne sont pas toujours de bon conseil et souvent les différentes espèces de Mesonauta vendues sous les noms de Mesonauta festivus ou Mesonauta insignis.

Les Mesonauta ne sont certainement pas les habitants les plus colorés de l’aquarium, mais ils impressionnent par une multitude de propriétés positives qui leur ont permis de s’assurer une place permanente dans le passe-temps de l’aquariophilie pendant des années.

Car quelle que soit l’espèce, ils ne sont jamais chers à acquérir.

Ces poissons sont faciles à garder, ne font pas de demandes inhabituelles sur la qualité de leur eau ou en termes de soins : ils sont faciles à garder avec relativement peu d’effort.

Les Mesonauta mesurent en général une taille d’environ 12-15 centimètres ou, dans des cas exceptionnels, atteignent même jusqu’à 20 centimètres comme c’est le cas du mâle Mesonauta Insignis.

Tous les Mesonauta séduiront les aquariophiles qui leur offriront un aquarium digne de leur biotope d’origine ce qui explique qu’ils soient encore conservés dans de nombreux aquariums communautaires à travers le monde.

Il est 13:51:50.

Continue reading

Mesonauta festivus – 3éme partie

Mesonauta festivus – HECKEL, 1840

Mesonauta festivus, connu sous le surnom de « Cichlidé drapeau » est une espèce de poissons de la famille des Cichlidés d’Amérique du Sud.

C’est surtout l’un des cichlidés les plus répandus dans le bassin de l’Amazone.

C’est encore un poisson d’aquarium très connu et cela depuis de nombres années (1908) car il possède le double avantage de ne pas être trop exigeant et se reproduire facilement.

Donc, Mesonauta festivus est assez commun, tant dans le monde de l’aquariophilie mais tout autant dans la nature.

Les Mesonauta festivus sont une espèce timide et pacifique qui préfère les eaux densément plantées et plus lentes, où ils se rassemblent en petits bancs pour se nourrir de vers, de crustacés, d’autres petits animaux zoobenthiques, d’algues et d’autres matières végétales.

Les Mesonauta festivus ont peu d’exigences spéciales du moment qu’ils bénéficient d’un bac bien planté avec des zones ouvertes pour la nage.

Les Mesonauta festivus ne sont pas trop difficiles avec les paramètres de l’eau, à condition que la qualité soit bonne.

Certaines espèces sont populaires dans le passe-temps de la pisciculture et sont fréquemment maintenues en aquariophilie.

Ceux-ci ont traditionnellement été appelés Mesonauta festivus, mais à la suite des examens taxonomiques du genre en 1991 et 1998, les espèces les plus souvent observées dans le commerce des aquariums sont les suivantes :

  • Mesonauta guyanae ;
  • Mesonauta insignis ;
  • Mesonauta mirificus.

Mesonauta guyanae.

Mesonauta mirificus.

Mesonauta egregius.

Les Mesonauta rappellent beaucoup les scalaires en termes d’apparence et de soin, au moins en partie, en effet, ils semblent vivre dans des habitats similaires qui ne sont pas de simples ruisseaux mais des ruisseaux légèrement plus grands, plus profonds dans lesquels ils évoluent parmi les arbres tombés ou en eau libre…

Le soin à apporter aux Mesonauta est le même que pour les scalaires, mais les Mesonauta, à la différence, nécessitent à l’âge adulte, plus d’espace et en général ils sembleraient qu’ils soient aussi un peu plus délicats avec la qualité de l’eau.

Malheureusement, aujourd’hui ils sont étonnamment rares et inconnus dans le commerce  aquariophile en comparaison avec les Pterophyllum, Symphysodon et Heros qui ont toujours la faveur des aquariophiles spécialisés ou amateurs.

Bien qu’ils ne soient pas aussi spectaculaires en couleur et en forme que leurs plus proches parents, ces animaux à tous âges et encore plus adultes de plusieurs espèces sont un magnifique ornement pour l’aquarium sans parler de leur comportement qui est passionnant à observer.

Il ne faut pas oublier que faire le distinguo entre toutes les espèces de Mesonauta est assez difficile, les professionnels de l’aquariophilie ne sont pas toujours de bon conseil et souvent les différentes espèces de Mesonauta vendues sous les noms de Mesonauta festivus ou Mesonauta insignis.

Les Mesonauta ne sont certainement pas les habitants les plus colorés de l’aquarium, mais ils impressionnent par une multitude de propriétés positives qui leur ont permis de s’assurer une place permanente dans le passe-temps de l’aquariophilie pendant des années.

Car quelle que soit l’espèce, ils ne sont jamais chers à acquérir.

Ces poissons sont faciles à garder, ne font pas de demandes inhabituelles sur la qualité de leur eau ou en termes de soins : ils sont faciles à garder avec relativement peu d’effort.

Les Mesonauta mesurent en général une taille d’environ 12-15 centimètres ou, dans des cas exceptionnels, atteignent même jusqu’à 20 centimètres comme c’est le cas du mâle Mesonauta Insignis.

Tous les Mesonauta séduiront les aquariophiles qui leur offriront un aquarium digne de leur biotope d’origine ce qui explique qu’ils soient encore conservés dans de nombreux aquariums communautaires à travers le monde.

Continue reading

Mesonauta festivus – 2éme partie

Mesonauta festivus – HECKEL, 1840

Mesonauta festivus, connu sous le surnom de « Cichlidé drapeau » est une espèce de poissons de la famille des Cichlidés d’Amérique du Sud.

C’est surtout l’un des cichlidés les plus répandus dans le bassin de l’Amazone.

C’est encore un poisson d’aquarium très connu et cela depuis de nombres années (1908) car il possède le double avantage de ne pas être trop exigeant et se reproduire facilement.

Donc, Mesonauta festivus est assez commun, tant dans le monde de l’aquariophilie mais tout autant dans la nature.

Les Mesonauta festivus sont une espèce timide et pacifique qui préfère les eaux densément plantées et plus lentes, où ils se rassemblent en petits bancs pour se nourrir de vers, de crustacés, d’autres petits animaux zoobenthiques, d’algues et d’autres matières végétales.

Les Mesonauta festivus ont peu d’exigences spéciales du moment qu’ils bénéficient d’un bac bien planté avec des zones ouvertes pour la nage.

Les Mesonauta festivus ne sont pas trop difficiles avec les paramètres de l’eau, à condition que la qualité soit bonne.

Certaines espèces sont populaires dans le passe-temps de la pisciculture et sont fréquemment maintenues en aquariophilie.

Ceux-ci ont traditionnellement été appelés Mesonauta festivus, mais à la suite des examens taxonomiques du genre en 1991 et 1998, les espèces les plus souvent observées dans le commerce des aquariums sont les suivantes :

  • Mesonauta guyanae ;
  • Mesonauta insignis ;
  • Mesonauta mirificus.

Mesonauta guyanae.

Mesonauta mirificus.

Mesonauta egregius.

Les Mesonauta rappellent beaucoup les scalaires en termes d’apparence et de soin, au moins en partie, en effet, ils semblent vivre dans des habitats similaires qui ne sont pas de simples ruisseaux mais des ruisseaux légèrement plus grands, plus profonds dans lesquels ils évoluent parmi les arbres tombés ou en eau libre…

Le soin à apporter aux Mesonauta est le même que pour les scalaires, mais les Mesonauta, à la différence, nécessitent à l’âge adulte, plus d’espace et en général ils sembleraient qu’ils soient aussi un peu plus délicats avec la qualité de l’eau.

Malheureusement, aujourd’hui ils sont étonnamment rares et inconnus dans le commerce  aquariophile en comparaison avec les Pterophyllum, Symphysodon et Heros qui ont toujours la faveur des aquariophiles spécialisés ou amateurs.

Bien qu’ils ne soient pas aussi spectaculaires en couleur et en forme que leurs plus proches parents, ces animaux à tous âges et encore plus adultes de plusieurs espèces sont un magnifique ornement pour l’aquarium sans parler de leur comportement qui est passionnant à observer.

Il ne faut pas oublier que faire le distinguo entre toutes les espèces de Mesonauta est assez difficile, les professionnels de l’aquariophilie ne sont pas toujours de bon conseil et souvent les différentes espèces de Mesonauta vendues sous les noms de Mesonauta festivus ou Mesonauta insignis.

Les Mesonauta ne sont certainement pas les habitants les plus colorés de l’aquarium, mais ils impressionnent par une multitude de propriétés positives qui leur ont permis de s’assurer une place permanente dans le passe-temps de l’aquariophilie pendant des années.

Car quelle que soit l’espèce, ils ne sont jamais chers à acquérir.

Ces poissons sont faciles à garder, ne font pas de demandes inhabituelles sur la qualité de leur eau ou en termes de soins : ils sont faciles à garder avec relativement peu d’effort.

Les Mesonauta mesurent en général une taille d’environ 12-15 centimètres ou, dans des cas exceptionnels, atteignent même jusqu’à 20 centimètres comme c’est le cas du mâle Mesonauta Insignis.

Tous les Mesonauta séduiront les aquariophiles qui leur offriront un aquarium digne de leur biotope d’origine ce qui explique qu’ils soient encore conservés dans de nombreux aquariums communautaires à travers le monde.

Continue reading

Mesonauta festivus – 1ère partie

Mesonauta festivus – HECKEL, 1840

Mesonauta festivus, connu sous le surnom de « Cichlidé drapeau » est une espèce de poissons de la famille des Cichlidés d’Amérique du Sud.

C’est surtout l’un des cichlidés les plus répandus dans le bassin de l’Amazone.

C’est encore un poisson d’aquarium très connu et cela depuis de nombres années (1908) car il possède le double avantage de ne pas être trop exigeant et se reproduire facilement.

Donc, Mesonauta festivus est assez commun, tant dans le monde de l’aquariophilie mais tout autant dans la nature.

Les Mesonauta festivus sont une espèce timide et pacifique qui préfère les eaux densément plantées et plus lentes, où ils se rassemblent en petits bancs pour se nourrir de vers, de crustacés, d’autres petits animaux zoobenthiques, d’algues et d’autres matières végétales.

Les Mesonauta festivus ont peu d’exigences spéciales du moment qu’ils bénéficient d’un bac bien planté avec des zones ouvertes pour la nage.

Les Mesonauta festivus ne sont pas trop difficiles avec les paramètres de l’eau, à condition que la qualité soit bonne.

Certaines espèces sont populaires dans le passe-temps de la pisciculture et sont fréquemment maintenues en aquariophilie.

Ceux-ci ont traditionnellement été appelés Mesonauta festivus, mais à la suite des examens taxonomiques du genre en 1991 et 1998, les espèces les plus souvent observées dans le commerce des aquariums sont les suivantes :

  • Mesonauta guyanae ;
  • Mesonauta insignis ;
  • Mesonauta mirificus.

Mesonauta guyanae.

Mesonauta mirificus.

Mesonauta egregius.

Les Mesonauta rappellent beaucoup les scalaires en termes d’apparence et de soin, au moins en partie, en effet, ils semblent vivre dans des habitats similaires qui ne sont pas de simples ruisseaux mais des ruisseaux légèrement plus grands, plus profonds dans lesquels ils évoluent parmi les arbres tombés ou en eau libre…

Le soin à apporter aux Mesonauta est le même que pour les scalaires, mais les Mesonauta, à la différence, nécessitent à l’âge adulte, plus d’espace et en général ils sembleraient qu’ils soient aussi un peu plus délicats avec la qualité de l’eau.

Malheureusement, aujourd’hui ils sont étonnamment rares et inconnus dans le commerce  aquariophile en comparaison avec les Pterophyllum, Symphysodon et Heros qui ont toujours la faveur des aquariophiles spécialisés ou amateurs.

Bien qu’ils ne soient pas aussi spectaculaires en couleur et en forme que leurs plus proches parents, ces animaux à tous âges et encore plus adultes de plusieurs espèces sont un magnifique ornement pour l’aquarium sans parler de leur comportement qui est passionnant à observer.

Il ne faut pas oublier que faire le distinguo entre toutes les espèces de Mesonauta est assez difficile, les professionnels de l’aquariophilie ne sont pas toujours de bon conseil et souvent les différentes espèces de Mesonauta vendues sous les noms de Mesonauta festivus ou Mesonauta insignis.

Les Mesonauta ne sont certainement pas les habitants les plus colorés de l’aquarium, mais ils impressionnent par une multitude de propriétés positives qui leur ont permis de s’assurer une place permanente dans le passe-temps de l’aquariophilie pendant des années.

Car quelle que soit l’espèce, ils ne sont jamais chers à acquérir.

Ces poissons sont faciles à garder, ne font pas de demandes inhabituelles sur la qualité de leur eau ou en termes de soins : ils sont faciles à garder avec relativement peu d’effort.

Les Mesonauta mesurent en général une taille d’environ 12-15 centimètres ou, dans des cas exceptionnels, atteignent même jusqu’à 20 centimètres comme c’est le cas du mâle Mesonauta Insignis.

Tous les Mesonauta séduiront les aquariophiles qui leur offriront un aquarium digne de leur biotope d’origine ce qui explique qu’ils soient encore conservés dans de nombreux aquariums communautaires à travers le monde.

Continue reading

Biotodoma cupido – 4éme partie

Biotodoma cupido – HECKEL, 1840

Parfois, les aquariophiles ont la chance extraordinaire de trouver de belles espèces mystérieuses, et avec la bonne combinaison de leur savoir-faire et de patience, le poisson mystère devient une ressource populaire.

Cela n’a pas été malheureusement le cas de Biotodoma cupido qui est l’une des espèces de cichlidés nains les plus paisibles et les plus calmes, mais c’est aussi l’une des moins connues et donc des moins reproduites en captivité.

En parcourant la presse spécialisée et les différents média d’Internet, on se rend vite compte qu’il existe très peu de rapports, de récits sur sa maintenance ou sur des reproductions effectuées en aquarium.

Pour commencer, cette espèce ne ressemble à aucun membre du genre Geophagus, en effet, elle possède :

  • une grande tête pointue;
  • la mâchoire supérieure allongée ;
  • la gorge aplatie ;
  • un profil ventral caractéristique à ce genre ;
  • Le diamètre de l’œil chez Biotodoma cupido est approximativement égal à la longueur du museau, alors qu’il est considérablement moindre dans le Geophagus.

Dans sa monographie sur la famille des Cichlidae, publiée en 1904, PELLEGRIN avait attribué cette espèce au genre Biotodoma sur la base de différences dans l’anatomie des branchies et la structure du crâne.

Les Biotodoma cupido, sont des “Eartheaters” qui habitent les eaux amazoniennes calmes et à faible débit.

Pour mémoire, il existe deux espèces de Biotodoma scientifiquement décrites à ce jour:

  • Biotodoma wavrini ;

                et

  • Biotodoma cupido.

Les Biotodoma cupido fréquentent les baies peu profondes avec des fonds sableux ou vaseux et sont sporadiquement rencontrés parmi les racines, les roches et la litière de feuilles.

La température des plans d’eau qu’habitent les deux espèces varie de 27 à 29°C.

Une bande noire caractéristique traverse verticalement chaque couverture branchiale, sans contourner l’œil, pour atteindre sa marge inférieure.

Sous les yeux se trouvent de nombreuses lignes et points opalescents.

Les lèvres ne sont ni épaisses ni charnues et la bouche est relativement petite.

Un trait caractéristique du genre est une tache noire, qui (selon l’espèce) se produit au-dessous ou au-dessus de la ligne latérale, mais dans les deux cas, elle est bordée par deux zones en forme de virgule.

Comme la bouche des deux espèces est relativement petite, la nourriture doit être de petite taille.

Les poissons atteignent en moyenne une dizaine de centimètres.

Les paramètres de l’eau idéaux pour les Biotodoma cupido sont :

  • un pH situé entre 5 à 6,5 ;
  • une température moyenne 28°C (82 °F) ;
  • un GH en dessous de 10.

Ces “Eartheaters” sont très sensibles aux concentrations élevées de nitrates, donc des changements d’eau hebdomadaires substantiels sont nécessaires.

Un filtre dénitrifiant s’avérera également utile dans leur entretien.

Le courant d’eau dans l’aquarium ne doit pas être trop vif.

Les cichlidés pondent leurs œufs à l’air libre, généralement sur une branche d’arbre ou une pierre.

Plusieurs hypothèses ont été faites sur la raison, du fait que les spécimens sur le marché sont presque tous des mâles, car il est plus facile de les capturer préférant les eaux peu profondes que les femelles qui préfèrent les eaux plus profondes (hypothèse contredite cependant par le fait qu’en général les spécimens sur le marché sont très jeunes), ou par le fait que le Biotodoma atteindre la maturité sexuelle après plusieurs années de vie.

De plus, les Biotodoma ne sont pas très faciles à reproduire :

  • Ils ne tolèrent absolument pas la pollution de l’eau, donc une filtration surdimensionnée et des changements cohérents très fréquents sont obligatoires ;
  • ils doivent être élevés en groupes, d’au moins 6 à 8 spécimens, pour lesquels un grand réservoir, d’au moins 150 centimètres ;
  • ils tombent facilement malades s’ils ne sont pas nourris avec une alimentation variée et abondante, avec 4 à 5 petits repas par jour et pas un seul repas ;
  • ils ont besoin de sable fin comme fond, car ils creusent et vont manger ;

…en bref, ce sont des “Diva” de l’aquariophilie, tant leurs exigences de maintenance sont précises, mais quel plaisir de les voir se déplacer en groupe parmi les morceaux de bois et les éléments du décor de l’aquarium.

C’est tout  un spectacle que d’observer et étudier leur comportement social, ainsi que la manière dont ils établissent leur échelle hiérarchique au sein du groupe et vis-à-vis des autres poissons.

Un jeune couple de Biotodoma cupido.

Pour ceux qui se lanceront dans leur maintenance et tenteront l’aventure de leur maintenance, malgré les difficultés rencontrées, leur reproduction, assez difficile sera de nature à les réjouir.

Quelle aubaine pour l’aquariophile qui parviendra, à la fois, à accomplir la reproduction et l’élevage des Biotodoma cupido !

Articles précédents

Continue reading

Biotodoma cupido – 3éme partie

Biotodoma cupido – HECKEL, 1840

Parfois, les aquariophiles ont la chance extraordinaire de trouver de belles espèces mystérieuses, et avec la bonne combinaison de leur savoir-faire et de patience, le poisson mystère devient une ressource populaire.

Cela n’a pas été malheureusement le cas de Biotodoma cupido qui est l’une des espèces de cichlidés nains les plus paisibles et les plus calmes, mais c’est aussi l’une des moins connues et donc des moins reproduites en captivité.

En parcourant la presse spécialisée et les différents média d’Internet, on se rend vite compte qu’il existe très peu de rapports, de récits sur sa maintenance ou sur des reproductions effectuées en aquarium.

Pour commencer, cette espèce ne ressemble à aucun membre du genre Geophagus, en effet, elle possède :

  • une grande tête pointue;
  • la mâchoire supérieure allongée ;
  • la gorge aplatie ;
  • un profil ventral caractéristique à ce genre ;
  • Le diamètre de l’œil chez Biotodoma cupido est approximativement égal à la longueur du museau, alors qu’il est considérablement moindre dans le Geophagus.

Dans sa monographie sur la famille des Cichlidae, publiée en 1904, PELLEGRIN avait attribué cette espèce au genre Biotodoma sur la base de différences dans l’anatomie des branchies et la structure du crâne.

Les Biotodoma cupido, sont des “Eartheaters” qui habitent les eaux amazoniennes calmes et à faible débit.

Pour mémoire, il existe deux espèces de Biotodoma scientifiquement décrites à ce jour:

  • Biotodoma wavrini ;

                et

  • Biotodoma cupido.

Les Biotodoma cupido fréquentent les baies peu profondes avec des fonds sableux ou vaseux et sont sporadiquement rencontrés parmi les racines, les roches et la litière de feuilles.

La température des plans d’eau qu’habitent les deux espèces varie de 27 à 29°C.

Une bande noire caractéristique traverse verticalement chaque couverture branchiale, sans contourner l’œil, pour atteindre sa marge inférieure.

Sous les yeux se trouvent de nombreuses lignes et points opalescents.

Les lèvres ne sont ni épaisses ni charnues et la bouche est relativement petite.

Un trait caractéristique du genre est une tache noire, qui (selon l’espèce) se produit au-dessous ou au-dessus de la ligne latérale, mais dans les deux cas, elle est bordée par deux zones en forme de virgule.

Comme la bouche des deux espèces est relativement petite, la nourriture doit être de petite taille.

Les poissons atteignent en moyenne une dizaine de centimètres.

Les paramètres de l’eau idéaux pour les Biotodoma cupido sont :

  • un pH situé entre 5 à 6,5 ;
  • une température moyenne 28°C (82 °F) ;
  • un GH en dessous de 10.

Ces “Eartheaters” sont très sensibles aux concentrations élevées de nitrates, donc des changements d’eau hebdomadaires substantiels sont nécessaires.

Un filtre dénitrifiant s’avérera également utile dans leur entretien.

Le courant d’eau dans l’aquarium ne doit pas être trop vif.

Les cichlidés pondent leurs œufs à l’air libre, généralement sur une branche d’arbre ou une pierre.

Plusieurs hypothèses ont été faites sur la raison, du fait que les spécimens sur le marché sont presque tous des mâles, car il est plus facile de les capturer préférant les eaux peu profondes que les femelles qui préfèrent les eaux plus profondes (hypothèse contredite cependant par le fait qu’en général les spécimens sur le marché sont très jeunes), ou par le fait que le Biotodoma atteindre la maturité sexuelle après plusieurs années de vie.

De plus, les Biotodoma ne sont pas très faciles à reproduire :

  • Ils ne tolèrent absolument pas la pollution de l’eau, donc une filtration surdimensionnée et des changements cohérents très fréquents sont obligatoires ;
  • ils doivent être élevés en groupes, d’au moins 6 à 8 spécimens, pour lesquels un grand réservoir, d’au moins 150 centimètres ;
  • ils tombent facilement malades s’ils ne sont pas nourris avec une alimentation variée et abondante, avec 4 à 5 petits repas par jour et pas un seul repas ;
  • ils ont besoin de sable fin comme fond, car ils creusent et vont manger ;

…en bref, ce sont des “Diva” de l’aquariophilie, tant leurs exigences de maintenance sont précises, mais quel plaisir de les voir se déplacer en groupe parmi les morceaux de bois et les éléments du décor de l’aquarium.

C’est tout  un spectacle que d’observer et étudier leur comportement social, ainsi que la manière dont ils établissent leur échelle hiérarchique au sein du groupe et vis-à-vis des autres poissons.

Un jeune couple de Biotodoma cupido.

Pour ceux qui se lanceront dans leur maintenance et tenteront l’aventure de leur maintenance, malgré les difficultés rencontrées, leur reproduction, assez difficile sera de nature à les réjouir.

Quelle aubaine pour l’aquariophile qui parviendra, à la fois, à accomplir la reproduction et l’élevage des Biotodoma cupido !

Articles précédents

Continue reading

Biotodoma cupido – 2éme partie

Biotodoma cupido – HECKEL, 1840

Parfois, les aquariophiles ont la chance extraordinaire de trouver de belles espèces mystérieuses, et avec la bonne combinaison de leur savoir-faire et de patience, le poisson mystère devient une ressource populaire.

Cela n’a pas été malheureusement le cas de Biotodoma cupido qui est l’une des espèces de cichlidés nains les plus paisibles et les plus calmes, mais c’est aussi l’une des moins connues et donc des moins reproduites en captivité.

En parcourant la presse spécialisée et les différents média d’Internet, on se rend vite compte qu’il existe très peu de rapports, de récits sur sa maintenance ou sur des reproductions effectuées en aquarium.

Pour commencer, cette espèce ne ressemble à aucun membre du genre Geophagus, en effet, elle possède :

  • une grande tête pointue;
  • la mâchoire supérieure allongée ;
  • la gorge aplatie ;
  • un profil ventral caractéristique à ce genre ;
  • Le diamètre de l’œil chez Biotodoma cupido est approximativement égal à la longueur du museau, alors qu’il est considérablement moindre dans le Geophagus.

Dans sa monographie sur la famille des Cichlidae, publiée en 1904, PELLEGRIN avait attribué cette espèce au genre Biotodoma sur la base de différences dans l’anatomie des branchies et la structure du crâne.

Les Biotodoma cupido, sont des “Eartheaters” qui habitent les eaux amazoniennes calmes et à faible débit.

Pour mémoire, il existe deux espèces de Biotodoma scientifiquement décrites à ce jour:

  • Biotodoma wavrini ;

                et

  • Biotodoma cupido.

Les Biotodoma cupido fréquentent les baies peu profondes avec des fonds sableux ou vaseux et sont sporadiquement rencontrés parmi les racines, les roches et la litière de feuilles.

La température des plans d’eau qu’habitent les deux espèces varie de 27 à 29°C.

Une bande noire caractéristique traverse verticalement chaque couverture branchiale, sans contourner l’œil, pour atteindre sa marge inférieure.

Sous les yeux se trouvent de nombreuses lignes et points opalescents.

Les lèvres ne sont ni épaisses ni charnues et la bouche est relativement petite.

Un trait caractéristique du genre est une tache noire, qui (selon l’espèce) se produit au-dessous ou au-dessus de la ligne latérale, mais dans les deux cas, elle est bordée par deux zones en forme de virgule.

Comme la bouche des deux espèces est relativement petite, la nourriture doit être de petite taille.

Les poissons atteignent en moyenne une dizaine de centimètres.

Les paramètres de l’eau idéaux pour les Biotodoma cupido sont :

  • un pH situé entre 5 à 6,5 ;
  • une température moyenne 28°C (82 °F) ;
  • un GH en dessous de 10.

Ces “Eartheaters” sont très sensibles aux concentrations élevées de nitrates, donc des changements d’eau hebdomadaires substantiels sont nécessaires.

Un filtre dénitrifiant s’avérera également utile dans leur entretien.

Le courant d’eau dans l’aquarium ne doit pas être trop vif.

Les cichlidés pondent leurs œufs à l’air libre, généralement sur une branche d’arbre ou une pierre.

Plusieurs hypothèses ont été faites sur la raison, du fait que les spécimens sur le marché sont presque tous des mâles, car il est plus facile de les capturer préférant les eaux peu profondes que les femelles qui préfèrent les eaux plus profondes (hypothèse contredite cependant par le fait qu’en général les spécimens sur le marché sont très jeunes), ou par le fait que le Biotodoma atteindre la maturité sexuelle après plusieurs années de vie.

De plus, les Biotodoma ne sont pas très faciles à reproduire :

  • Ils ne tolèrent absolument pas la pollution de l’eau, donc une filtration surdimensionnée et des changements cohérents très fréquents sont obligatoires ;
  • ils doivent être élevés en groupes, d’au moins 6 à 8 spécimens, pour lesquels un grand réservoir, d’au moins 150 centimètres ;
  • ils tombent facilement malades s’ils ne sont pas nourris avec une alimentation variée et abondante, avec 4 à 5 petits repas par jour et pas un seul repas ;
  • ils ont besoin de sable fin comme fond, car ils creusent et vont manger ;

…en bref, ce sont des “Diva” de l’aquariophilie, tant leurs exigences de maintenance sont précises, mais quel plaisir de les voir se déplacer en groupe parmi les morceaux de bois et les éléments du décor de l’aquarium.

C’est tout  un spectacle que d’observer et étudier leur comportement social, ainsi que la manière dont ils établissent leur échelle hiérarchique au sein du groupe et vis-à-vis des autres poissons.

Un jeune couple de Biotodoma cupido.

Pour ceux qui se lanceront dans leur maintenance et tenteront l’aventure de leur maintenance, malgré les difficultés rencontrées, leur reproduction, assez difficile sera de nature à les réjouir.

Quelle aubaine pour l’aquariophile qui parviendra, à la fois, à accomplir la reproduction et l’élevage des Biotodoma cupido !

Continue reading

Biotodoma cupido – 1ère partie

Biotodoma cupido – HECKEL, 1840

Parfois, les aquariophiles ont la chance extraordinaire de trouver de belles espèces mystérieuses, et avec la bonne combinaison de leur savoir-faire et de patience, le poisson mystère devient une ressource populaire.

Cela n’a pas été malheureusement le cas de Biotodoma cupido qui est l’une des espèces de cichlidés nains les plus paisibles et les plus calmes, mais c’est aussi l’une des moins connues et donc des moins reproduites en captivité.

En parcourant la presse spécialisée et les différents média d’Internet, on se rend vite compte qu’il existe très peu de rapports, de récits sur sa maintenance ou sur des reproductions effectuées en aquarium.

Pour commencer, cette espèce ne ressemble à aucun membre du genre Geophagus, en effet, elle possède :

  • une grande tête pointue;
  • la mâchoire supérieure allongée ;
  • la gorge aplatie ;
  • un profil ventral caractéristique à ce genre ;
  • Le diamètre de l’œil chez Biotodoma cupido est approximativement égal à la longueur du museau, alors qu’il est considérablement moindre dans le Geophagus.

Dans sa monographie sur la famille des Cichlidae, publiée en 1904, PELLEGRIN avait attribué cette espèce au genre Biotodoma sur la base de différences dans l’anatomie des branchies et la structure du crâne.

Les Biotodoma cupido, sont des “Eartheaters” qui habitent les eaux amazoniennes calmes et à faible débit.

Pour mémoire, il existe deux espèces de Biotodoma scientifiquement décrites à ce jour:

  • Biotodoma wavrini ;

                et

  • Biotodoma cupido.

Les Biotodoma cupido fréquentent les baies peu profondes avec des fonds sableux ou vaseux et sont sporadiquement rencontrés parmi les racines, les roches et la litière de feuilles.

La température des plans d’eau qu’habitent les deux espèces varie de 27 à 29°C.

Une bande noire caractéristique traverse verticalement chaque couverture branchiale, sans contourner l’œil, pour atteindre sa marge inférieure.

Sous les yeux se trouvent de nombreuses lignes et points opalescents.

Les lèvres ne sont ni épaisses ni charnues et la bouche est relativement petite.

Un trait caractéristique du genre est une tache noire, qui (selon l’espèce) se produit au-dessous ou au-dessus de la ligne latérale, mais dans les deux cas, elle est bordée par deux zones en forme de virgule.

Comme la bouche des deux espèces est relativement petite, la nourriture doit être de petite taille.

Les poissons atteignent en moyenne une dizaine de centimètres.

Les paramètres de l’eau idéaux pour les Biotodoma cupido sont :

  • un pH situé entre 5 à 6,5 ;
  • une température moyenne 28°C (82 °F) ;
  • un GH en dessous de 10.

Ces “Eartheaters” sont très sensibles aux concentrations élevées de nitrates, donc des changements d’eau hebdomadaires substantiels sont nécessaires.

Un filtre dénitrifiant s’avérera également utile dans leur entretien.

Le courant d’eau dans l’aquarium ne doit pas être trop vif.

Les cichlidés pondent leurs œufs à l’air libre, généralement sur une branche d’arbre ou une pierre.

Plusieurs hypothèses ont été faites sur la raison, du fait que les spécimens sur le marché sont presque tous des mâles, car il est plus facile de les capturer préférant les eaux peu profondes que les femelles qui préfèrent les eaux plus profondes (hypothèse contredite cependant par le fait qu’en général les spécimens sur le marché sont très jeunes), ou par le fait que le Biotodoma atteindre la maturité sexuelle après plusieurs années de vie.

De plus, les Biotodoma ne sont pas très faciles à reproduire :

  • Ils ne tolèrent absolument pas la pollution de l’eau, donc une filtration surdimensionnée et des changements cohérents très fréquents sont obligatoires ;
  • ils doivent être élevés en groupes, d’au moins 6 à 8 spécimens, pour lesquels un grand réservoir, d’au moins 150 centimètres ;
  • ils tombent facilement malades s’ils ne sont pas nourris avec une alimentation variée et abondante, avec 4 à 5 petits repas par jour et pas un seul repas ;
  • ils ont besoin de sable fin comme fond, car ils creusent et vont manger ;

…en bref, ce sont des “Diva” de l’aquariophilie, tant leurs exigences de maintenance sont précises, mais quel plaisir de les voir se déplacer en groupe parmi les morceaux de bois et les éléments du décor de l’aquarium.

C’est tout  un spectacle que d’observer et étudier leur comportement social, ainsi que la manière dont ils établissent leur échelle hiérarchique au sein du groupe et vis-à-vis des autres poissons.

Un jeune couple de Biotodoma cupido.

Pour ceux qui se lanceront dans leur maintenance et tenteront l’aventure de leur maintenance, malgré les difficultés rencontrées, leur reproduction, assez difficile sera de nature à les réjouir.

Quelle aubaine pour l’aquariophile qui parviendra, à la fois, à accomplir la reproduction et l’élevage des Biotodoma cupido !

Continue reading

Gymnogeophagus balzanii – 4éme partie

Gymnogeophagus balzanii – PERUGIA, 1891

Avec plus de 2400 espèces décrites et une distribution mondiale répartie dans toute l’Afrique, l’Asie et les Néotropiques, la famille des Cichlidae fait partie du groupe le plus diversifié du monde des vertébrés.

Au sein de cette grande famille si riche, il existe un groupe de poissons, les Gymnogeophagus sont des cichlidés très colorés et affublés du nom de “Eartheaters”, des poissons spécialisés sur le plan écologique et comportemental.

Ce nom pas très flatteur de «Eartheaters» se rapporte à l’habitude qu’ont  ces poissons de prendre constamment des bouchées du substrat et d’en tamiser dans leur bouche le contenu à la recherche de nourriture.

Les Eartheaters “Gymnogeophagus” appartiennent à une sous-famille de cichlidés néotropicaux nommés Geophaginae.

Les Gymnogeophagus ont l’une des distributions les plus méridionales parmi les cichlidés des Néotropiques.

D’autre part, il existe plusieurs formes de couleurs disponibles, en fonction de la localité.

Dans les biotopes où ils sont capturés, on les rencontre souvent en présence de Crenicichla, d’autres  espèces de Geophagus, d’Apistogramma…

Les Gymnogeophagus se distinguent des autres cichlidés par des différences ostéologiques: ils possèdent une colonne vertébrale dirigée vers l’avant au-dessus du premier ptérygophore dorsal (support osseux de la nageoire dorsale).

Les Gymnogeophagus  sont une espèce très intéressante de cichlidé particulièrement intéressante en aquariophilie, en particulier pour l’aquariophile qui sera  capable de fournir les conditions spécifiques de maintenance de cette espèce pour sa santé à long terme.

La maintenance de ce type de poisson en fait malheureusement une pratique peu recommandée pour l’aquariophile débutant car pour assurer une certaine longévité à ces poissons que sont les Gymnogeophagus balzanii, il faudra peut être bousculer les habitudes aquariophiles et envisager une maintenance en aquarium à la maison, peut-être en extérieur, qui sait même dans un étang de jardin qui peut être occupé par ces poissons tropicaux pendant la période estivale.

Les Gymnogéophagus ne font pas partie de ces cichlidés que l’on trouve souvent dans les aquariums amateurs.

C’est probablement dû au fait que ces “mangeurs de terre”, pour être pleinement heureux, ont besoin d’une baisse périodique de la température de l’aquarium, ce qui est directement lié à l’environnement naturel dont ils proviennent.

Cependant, ces poissons, pour ceux qui en prendront bien soin, seront récompensés par de belles couleurs, des comportements intéressants et la volonté de se reproduire.

Dans ces conditions, la maintenance de  Gymnogeophagus balzanii en fait le poisson idéal pour vous.

Continue reading