Chuco intermedium

Chuco intermedium – GÜNTHER, 1862

Ce cichlidé n’a pas peur des hauteurs, car il peut être trouvé à une altitude d’au moins 1200 mètres au-dessus du niveau de la mer (ALLGAYER 1989), ce qui en fait probablement le cichlidé commun le plus élevé d’Amérique centrale.

Ce poisson principalement rhéophile (lié aux Theraps), assez étrangement, se trouve également dans certains lacs. Cependant, il ne semble plus être présent dans le lac Petén d’où est originaire l’holotype car Juan ARTIGAS n’a pas réussi à en trouver malgré plusieurs tentatives.

Chuco intermédium est une espèce variable avec différentes populations allopatriques.

Par exemple, on connaît la variante Rio Chamula du système Tulija, avec fond jaune et marquages ​​clairs, la variante du Rio Nututum dont les marques se sont complètement estompées au fil des ans, le Rio Corso sans les points sur la tête, le Rio Bascan avec le corps bicolore et d’autres variantes du Rio Chocolhaito, Rio Blanco, Rio Chancala, Mizol-Ha River et Rio Puyacatengo River.

La variété commune la plus élevée vit dans les rivières d’approvisionnement de Laguna Montebello, situées dans le parc national du même nom au Guatemala.

L’espèce se transforme au nord-est en Chuco godmanni et au sud-est en Chuco microphthalmus.

Couple de Chuco godmani et leurs alevins.

Chuco micropthalmus.

Ce poisson, qui vit souvent dans des endroits assez profonds, derrière des piliers de ponts, des troncs d’arbres et d’autres obstacles, est dans tous les cas toujours très difficile à observer, sinon plus à capturer.

Outre les différences morphologiques entre les populations, il existe également des variations au sein des populations.

Une caractéristique frappante de cette espèce est le «carré», formé par la bande dorsale qui s’élargit vers le bas et est perpendiculaire aux quatrième et cinquième bandes transversales horizontales.

Cependant, cette caractéristique ne s’est pas développée aussi clairement dans toutes les populations.

Les troisième et quatrième ceintures croisées sont souvent constituées de courroies croisées doubles mais plus étroites. Celles -ci peuvent se poursuivre jusqu’ à la nageoire dorsale.

On note la présence de nombreuses taches sombres sur la tête et le dos.

Si dans la nature, ces animaux atteignent un vingtaine de centimètres, il n’en est rien en aquarium et si leur maintenance est bien faite, ils pourront croitre encore de quelques centimètres et mesurer environ 30 centimètres.

La conservation de ces poissons nécessite de très grands aquariums et devient donc une aquariophilie un peu élitiste.

Ce contenu est réservé aux membres du site. Si vous êtes un utilisateur existant, veuillez vous connecter. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.

Existing Users Log In

Login With Google

Powered by wp-glogin.com

   
New User Registration
*Required field