Mesonauta festivus – 5éme partie

Mesonauta festivus – HECKEL, 1840

Mesonauta festivus, connu sous le surnom de « Cichlidé drapeau » est une espèce de poissons de la famille des Cichlidés d’Amérique du Sud.

C’est surtout l’un des cichlidés les plus répandus dans le bassin de l’Amazone.

C’est encore un poisson d’aquarium très connu et cela depuis de nombres années (1908) car il possède le double avantage de ne pas être trop exigeant et se reproduire facilement.

Donc, Mesonauta festivus est assez commun, tant dans le monde de l’aquariophilie mais tout autant dans la nature.

Les Mesonauta festivus sont une espèce timide et pacifique qui préfère les eaux densément plantées et plus lentes, où ils se rassemblent en petits bancs pour se nourrir de vers, de crustacés, d’autres petits animaux zoobenthiques, d’algues et d’autres matières végétales.

Les Mesonauta festivus ont peu d’exigences spéciales du moment qu’ils bénéficient d’un bac bien planté avec des zones ouvertes pour la nage.

Les Mesonauta festivus ne sont pas trop difficiles avec les paramètres de l’eau, à condition que la qualité soit bonne.

Certaines espèces sont populaires dans le passe-temps de la pisciculture et sont fréquemment maintenues en aquariophilie.

Ceux-ci ont traditionnellement été appelés Mesonauta festivus, mais à la suite des examens taxonomiques du genre en 1991 et 1998, les espèces les plus souvent observées dans le commerce des aquariums sont les suivantes :

  • Mesonauta guyanae ;
  • Mesonauta insignis ;
  • Mesonauta mirificus.

Mesonauta guyanae.

Mesonauta mirificus.

Mesonauta egregius.

Les Mesonauta rappellent beaucoup les scalaires en termes d’apparence et de soin, au moins en partie, en effet, ils semblent vivre dans des habitats similaires qui ne sont pas de simples ruisseaux mais des ruisseaux légèrement plus grands, plus profonds dans lesquels ils évoluent parmi les arbres tombés ou en eau libre…

Le soin à apporter aux Mesonauta est le même que pour les scalaires, mais les Mesonauta, à la différence, nécessitent à l’âge adulte, plus d’espace et en général ils sembleraient qu’ils soient aussi un peu plus délicats avec la qualité de l’eau.

Malheureusement, aujourd’hui ils sont étonnamment rares et inconnus dans le commerce  aquariophile en comparaison avec les Pterophyllum, Symphysodon et Heros qui ont toujours la faveur des aquariophiles spécialisés ou amateurs.

Bien qu’ils ne soient pas aussi spectaculaires en couleur et en forme que leurs plus proches parents, ces animaux à tous âges et encore plus adultes de plusieurs espèces sont un magnifique ornement pour l’aquarium sans parler de leur comportement qui est passionnant à observer.

Il ne faut pas oublier que faire le distinguo entre toutes les espèces de Mesonauta est assez difficile, les professionnels de l’aquariophilie ne sont pas toujours de bon conseil et souvent les différentes espèces de Mesonauta vendues sous les noms de Mesonauta festivus ou Mesonauta insignis.

Les Mesonauta ne sont certainement pas les habitants les plus colorés de l’aquarium, mais ils impressionnent par une multitude de propriétés positives qui leur ont permis de s’assurer une place permanente dans le passe-temps de l’aquariophilie pendant des années.

Car quelle que soit l’espèce, ils ne sont jamais chers à acquérir.

Ces poissons sont faciles à garder, ne font pas de demandes inhabituelles sur la qualité de leur eau ou en termes de soins : ils sont faciles à garder avec relativement peu d’effort.

Les Mesonauta mesurent en général une taille d’environ 12-15 centimètres ou, dans des cas exceptionnels, atteignent même jusqu’à 20 centimètres comme c’est le cas du mâle Mesonauta Insignis.

Tous les Mesonauta séduiront les aquariophiles qui leur offriront un aquarium digne de leur biotope d’origine ce qui explique qu’ils soient encore conservés dans de nombreux aquariums communautaires à travers le monde.

Il est 21:53:33.

REPRODUCTION

GENERATLITES

Mesonauta festivus serait apparemment difficile à reproduire, c’est tout au moins la réputation qui lui est faite !

Il ne faut jamais oublier que la reproduction de ce cichlidé dépend beaucoup des conditions d’eau qui doit être cristalline, pure….c’est autant de motifs qui induisent souvent la reproduction.

Les Mesonauta festivus peuvent se reproduire à partir de 6 mois, de préférence dans un grand aquarium d’environ une centaine de litres au minimum.

Il conviendra de faire en sorte que ce bac n’ait de mouvement d’eau et une filtration conseillée avec de la tourbe.

PREPARATION A LA REPRODUCTION

Mise en condition des reproducteurs

Il semble possible de provoquer la ponte en abaissant le niveau d’eau dans l’aquarium et en augmentant la température jusqu’à 28°C.

Dans le mesure du possible, il conviendra de maintenir un pH compris entre 5,5 et 6,5, le gH à 5 et le kH entre 0 à 2.

Si ces critères sont respectés et que le couple est prêt à pondre, les futurs poissons commenceront rapidement à nettoyer la place du bac.

Formation du couple & Parade nuptiale

La ponte peut se faire sur une feuille plate ou une pierre lisse.

La parade nuptiale est semblable à celle de nombreux cichlidés et se déroule sans problème ni blessure entre les 2 futurs parents.

Quand la femelle est jeune, la ponte ne dépasse pas environ 250 œufs, mais si c’est elle a à l’âge adulte, la ponte peut atteindre jusqu’à 1000 œufs.

Les parents prendront soin et ventileront la couvée pendant 2 ou 3 jours, c’est-à-dire quand ils éclosent, après 4 ou 5 jours, ils commencent à nager et c’est à ce moment-là qu’ils doivent commencer à les nourrir avec des naupliies de crevettes en saumure.

LES SIGNES D’UNE PROCHAINE REPRODUCTION

La papille génitale est un facteur certain : Elle est pointue sur le mâle, émoussée sur la femelle.

Le signe le plus évident d’une ponte se produit quand les futurs parent commencent à nettoyer le site de ponte !

AVANT LA REPRODUCTION

La reproduction de Mesonauta festivus en aquarium est relativement facile et l’élevage  légèrement plus difficile.

Il est difficile d’établir les sexes exacts et il est cependant toujours préférable de former un couple très uni dans un groupe de 5/7 jeunes individus.

Afin d’élever une couvée, un aquarium séparé sera nécessaire pour les cichlidés drapeau seuls. Ils se reproduisent à la manière typique des cichlidés en préparant un territoire, en nettoyant un site de frai qui est normalement une pierre plate ou une feuille, puis ils y pondent leurs œufs.

Pour un bon résultat il est nécessaire :

  1. d’insérer les reproducteurs dans une cuve qui leur est dédiée, remplie d’eau douce et équipée d’un filtrage avec des granules de tourbe ;
  2. d’avoir une eau d’une couleur brune, semblable à celle du thé. C’est très important car les acides humiques de la tourbe empêchent l’attaque des moisissures et des bactéries sur les œufs qui autrement seraient perdues dans les 2 ou 3 jours suivant la ponte ;
  3. de ne pas effrayer les parents qui peuvent facilement avoir peur et manger les œufs ;
  4. de disposer le bac dans un endroit calme et peu fréquenté.

Essayez d’utiliser de l’eau chaude de 26 à 29°C (77-84°F) avec un pH d’environ 6,5 et une dureté d’environ 5 dH.

Valeurs idéales

Les valeurs idéales pour élever correctement le Mesonauta festivus sont :

  • Température: 22,5 / 28 ° C
  • Tél: 5,6 / 7,3
  • Gh: 3/17 dgh

Le Festivus est considéré, à tort, comme un cichlidé difficile à reproduire en raison des difficultés parfois rencontrés par certains aquariophiles à réussir à inciter le couple à se reproduire.

En fin de compte, il convient très bien à l’aquariophile débutant, à condition qu’il soit conservé dans des aquariums avec des plantes robustes et beaucoup de roches et de bois de tourbe comme mobilier car il a tendance, lors de la reproduction, à creuser de nombreux trous dans le sable.

Les œufs sont de préférence pondus sur une feuille de plante préalablement coupée.

Le mâle et la femelle participent à parts égales aux soins des œufs et des alevins. Cependant, le soin des couvées est très médiocre dans les aquariums.

Une fois que les alevins sont devenus libres, ils recherchent la couche végétale flottante ci-dessus.

Les parents défendent leur territoire, mais se soucient beaucoup de leur progéniture.

Toutes les espèces de Festivus sont faciles à reproduire.

Une fois qu’un couple est identifié, ils peuvent être séparés dans un bassin d’élevage séparé avec de l’ardoise ou des pierres plates.

Lorsqu’ils sont prêts à se reproduire, le couple préparera une zone sur une pierre plate où la femelle déposera plus de 200 œufs qui sont immédiatement fécondés par le mâle.

Les deux parents garderont les œufs jusqu’à ce que les alevins éclosent dans deux à trois jours.

Les alevins minuscules sont transférés par les parents dans une zone en éventail où ils sont gardés jusqu’à ce qu’ils deviennent nageurs libres; généralement 3 ou 4 jours après l’éclosion.

Il est important que les parents soient laissés seuls pendant cette période et que le bac soit placé dans un endroit calme.

Les parents Mesonauta festivus peuvent facilement devenir effrayés, ce qui peut les amener à manger leur couvée.

Nourrissez les crevettes de saumure nouvellement écloses ou une nourriture pour alevins en poudre préparée dans le commerce jusqu’à ce qu’elles deviennent assez grandes pour prendre le tarif normal.

PENDANT LA REPRODUCTION

Ponte

Ensuite, après cette phase de séduction préliminaire, les deux parents nettoient le lieu qu’ils ont choisi pour déposer leurs œufs.

Une fois l’aire de reproduction nettoyée, la femelle dépose ses œufs qui seront ensuite fécondés par le mâle.

La reproduction a lieu sur une pierre plate ou  une surface similaire.

Une fois la zone de reproduction préparée et nettoyée, les ovules seront déposés par la femelle et fécondés par le mâle.

La dépose des œufs a généralement lieu le soir, à l’issue d’un longue et intense parade nuptiale du mâle.

En moyenne, les premières fois, 200-300 œufs peuvent être pondus.

Eclosion & nage libre

Les deux poissons gardent les œufs et lorsque les alevins éclosent deux à trois jours plus tard.

Les parents les transfèrent généralement dans une fosse, un nid creusé dans le substrat.

En bons parents parents, les Mesonauta veillent sur leur progéniture jusqu’à ce que les alevins atteignent la nage libre.

L’éclosion a lieu et après 3 ou 4 jours supplémentaires après la ponte.

Lorsque les alevins nagent librement, les parents les transfèrent dans des trous qu’ils creusent au fond, parmi les racines des plantes; maintenant ils peuvent être nourris avec des naupliies de crevettes de saumure spécialement éclos.

Stade larvaire

Deux ou trois3 jours après l’éclosion, les alevins ont réabsorbé le sac vitellin et nagent librement.

Les jeunes poissons dès qu’ils sont capable de nager peuvent être alimentés directement avec des naupliies d’artémias fraîchement écloses, puis rapidement de la poudre alimentaire pour alevins jusqu’à ce que les petits poissons soient suffisamment grands pour prendre de plus gros aliments.

 

Une fois libres et autonomes pour se déplacer, les alevins sont assez gros pour accepter les micro-vers, les crevettes fraîchement écloses et les aliments secs en poudre préparés dans le commerce.

Garde parentale

Du début de la ponte jusqu’à l’éclosion des larves, puis jusqu’au moment où celles-ci atteignent le stade de la ange libre, pendant tout ce temps, les deux reproducteurs surveillent attentivement le nid, chassant parfois avec brutalité les invités indésirables.

Les deux poissons assument des tâches parentales mais peuvent être facilement effrayés, ce qui les amène souvent à manger les alevins. Quand cela se produit, la réaction est souvent la même et conduit souvent à les parents à manger leurs alevins!

Par précaution, il est conseillé que le bac d’élevage soit placé dans un endroit calme et isolé, loin de toute source de perturbation visuelle et sonore !

Les cichlidés drapeau sont assez faciles à reproduire et une fois qu’un couple s’est formé, ils se reproduiront régulièrement avec de bons soins sans aucun traitement spécial.

Les deux parents garderont la couvée et continueront de nettoyer et d’éventer les œufs pour faire circuler l’eau autour d’eux. Les œufs éclosent normalement après environ 48 heures.

Une fois éclos, les parents peuvent déplacer la couvée vers une fosse pré-creusée dans le sable et ils peuvent répéter ce processus jusqu’à ce que les alevins deviennent nageurs.

Les Mesonauta festivus s’uniront et formeront un lien fort monogame au début de leur vie.

Dans la nature, la femelle pond environ 100 œufs sur des feuilles soigneusement nettoyées ou sur des roches plates, et le mâle les fertilisera en libérant un nuage de sperme sur elles.

Une fois les alevins nés, le père et la mère surveilleront la zone autour des jeunes pendant environ 5 jours, jusqu’à ce qu’ils soient libres de nager librement.

Plus tard, ils essaieront de tout faire pour apprendre aux alevins à nager en meute.

C’est ce qui se passe dans la nature, très similaire à ce qui se passe dans l’aquarium, l’important est de simuler certaines conditions qui se produisent dans leur habitat naturel.

L’eau devra toujours être légèrement acide avec un pH autour de 6,5 , douce, avec un dgh autour de 5, et une température entre 25 et 28 degrés.

Il n’y a pas besoin d’un bac d’élevage séparé, tant que vos compagnons de bac ne sont pas agressifs.

Une fois que les alevins sont nés, ils devront être nourris avec des naupliies de crevettes en saumure.

Le couple utilisera des pierres ou de grandes feuilles pour pondre leurs œufs. En environ 3 jours, ils naissent et restent sur les feuilles et les pierres. dans une semaine, ils commencent à nager et le couple élève les chiots.

Les alevins acceptent généralement les aliments industrialisés, si cela ne se produit pas, essayez de les encourager avec des aliments vivants, tels que l’artémie du nouveau-né.

ELEVAGE

Le Festivus atteint sa maturité sexuelle à un an.

CONSERVATION

INTRODUCTION EN DEHORS SON BIOTOPE

Sans objet.

USAGES HUMAINS

Aquariophilie et parfois la pêche sportive.

MENACE POUR LES HUMAINS

Sans objet.

MARCHE AQUARIOPHILE

Les Mesonauta n’ont pas un grand succès en aquariophilie !

Pendant des décennies, ce poisson a joui d’une popularité modérée, apparaissant par intermittence chez les détaillants.

STATUT DE CONSERVATION

Mesonauta festivus, n’a pas été évalué à l’état sauvage, donc l’état actuel de la population sauvage n’est pas connu.

REFERENCES

NOTES

[1] Le périphyton (les germanophones utilisent aussi parfois le mot « aufwuchs ») est un mélange complexe d’algues, de cyanobactéries, de champignons et microbes hétérotrophes et de détritus. Il participe au phénomène de fouling (biofouling).

Là où il est présent, il est une des bases des chaines alimentaires et réseaux trophiques subaquatiques, et conditionne notamment la richesse en invertébrés (et notamment en macro invertébrés benthiques, dont en milieu lotique.

Dans certains contextes, un périphyton biominéralisant et encroutant peut conduire à la production d’une roche dite biogénique (tuf calcaire).

KULLANDER, S.O. & A. Mesonauta C. SILFVERGRIP. 1991. Review of the South American cichlid genus Mesonauta Günther with descriptions of two new species. Revue suisse Zool. 98: 407-448.

SCHINDLER, I. 1998. Mesonauta guyanae spec. nov., A new cichlid fish from the Guyana shield, South America (Teleostei: Cichlidae)

STAWIKOWSKI, R. OCH U. WERNER (1998). Die Buntbarsche Amerikas, Groupe 1. Ulmer-Verlag, Stuttgart

SCHINDLER, I. (2003-2005). Die Gattung Mesonauta (Teil 1-8). DCG-Informationen 34 (4)

STAWIKOWSKI, R. OCH (2006). Alte Bekannte? Neues über Flaggenbuntbarsche. DATZ-Sonderheft “Amazonas” 2

LITTERATURE

STAECK, Wolfgang. 2013. “Un nouveau drapeau cichlidé du Venezuela”. Bulletin de Buntbarsche. (n ° 274)

En ce qui concerne les espèces déjà décrites, certaines notes mises à jour.

[1] La vagilité, en biologie et essentiellement en biologie marine, qualifie la faculté d’un organisme se propager au sein d’un environnement par un déplacement qualifié de vagile.

C’est donc la capacité d’un organisme de se déplacer librement et de migrer.

[2] végétation ripicole : C’est une végétation qui vit en bordure des eaux courantes.

Le mot vient du latin ripa (« rive ») et colo (« habiter »).

[3] Le périphyton (les germanophones utilisent aussi parfois le mot « aufwuchs ») est un mélange complexe d’algues, de cyanobactéries, de champignons et microbes hétérotrophes et de détritus.

Il participe au phénomène de fouling (biofouling).Là où il est présent, il est une des bases des chaines alimentaires et réseaux trophiques subaquatiques, et conditionne notamment la richesse en invertébrés (et notamment en macroinvertébrés benthiques, dont en milieu lotique.

Dans certains contextes, un périphyton biominéralisant et encroutant peut conduire à la production d’une roche dite biogénique (tuf calcaire).

 

Laisser un commentaire