Le bac de « Stéphane 94 »

UN AQUARIUM EN BÉTON DE 4500 LITRES !

 Stéphane va nous parler ici de la fabrication de son impressionnant aquarium en béton.

 

Je vais essayer de vous expliquer en quelques mots la construction de mon bac en béton.
Tout d’abord j’ai toujours été passionné par les Cichlidés d’Amérique centrale en lisant des articles et en voyant des photos de certaine personne ( merci, tout particulièrement, à Jean Claude Nourissat, qui a énormément apporté dans le monde aquariophile, de par ses voyages, sa passion et sa générosité…). Malheureusement pour avoir des gros Cichlidés d’Amérique, il faut pouvoir leur fournir un espace conséquent.

Mon projet est né quand ma compagne vétérinaire, a décidé de créer sa clinique au sous-sol de mon pavillon…. je n’ai pas mis longtemps pour la convaincre d’installer un aquarium dans la salle d’attente et il ne restait plus qu’à lui donner les dimensions, 3 mètres x 1.30 x1.30……….. elle a dit oui !

Donc, comme c’est un bac qui ne bougera pas, j’ai décidé de le faire en béton. Pour la construction du bac je me suis inspiré de plusieurs articles et infos souvent pris à certains membres de l’AFC, que je remercie au passage.

Ayant une hauteur de pièce de 2,20 m, et le bac étant prévu pour être regardé assis, j’ai décidé de le construire à partir du sol, c’est à dire sans support, la solution s’imposait et de toute façon je n’avais pas le choix. Tout d’abord, j’ai cassé la dalle de béton existante puis j’ai collé des plaques de polystyrène expansé de 3 cm au sol et sur les murs dans le future emplacement du bac.
Ensuite, j’ai mis en place une armature métallique au sol et sur les murs et j’ai coulé la chape d’une épaisseur d’environ vingt centimètres qui servira également le fond de l’aquarium.Dans le béton, j’ai incorporé du liquide hydrofuge et de la fibre qui se vend dans les magasins de bricolage, les fibres évitant les microfissures..



Puis, réalisation du coffrage pour couler l’ensemble du bac en une seule fois. Il ne faut toute fois pas oublier de fixer un linteau en bois à l’intérieur du coffrage là où ce trouvera la vitre pour réaliser une feuillure (endroit où la vitre se positionnera)ainsi que le passage d’un tuyau en partie haute pour le trop plein et un en bas pour vider ou faire des gros changements d’eau.

L’épaisseur des murs fait 17 cm environ.


Voilà, l’ensemble du bac étant coulé, je doit encore réaliser l’étanchéité intérieure, je vais utiliser un ciment spécial pour piscine (15 mm environ) et deux couches de PLASPACTUMA.


Pour les enduits hydrofuge : http://www.compaktuna.be/fr/productlist.asp?cat=4
Il s’agit de PUTZUNA et PLASPACTUNA.

Le seul fournisseur en France se trouve à Nantes, et je suis allé chercher ces fournitures directement : je vous dis pas les frais de port s’il j’avais du me faire livrer !
Pour le verre, la vitre va faire 271 cm x 108 cm en 19 mm le tout pour 439 euros HT , pour un poids de 150 kg.

La mise en place a été donc dure et délicate. Pour coller la vitre en 19 mm il a fallu 15 tubes de silicone:
Silicone NOVARSIL: translucide et son primaire ( à appliquer environ une heure avant de coller la vitre), il s’agit d’un produit Allemand et vous pouvez vous le procurer chez :

HP AQUARIUMS
2 Impasse de Rodern
zone d’activités sud
67600 SELESTAT

Tel : 03.88.82.82.03

L’éclairage va se faire avec deux lampes HQI 250w 10000k
Changement d’eau par goutte à goutte.
Chauffage du bac à l’aide du chauffage central.

Pour la filtration, j’utilise 3 caisses de plastique de qualité alimentaire (type aquariums) sur un support métallique que j’ai fait « galvaniser »
la pompe pour la remontée d’eau se trouve dans le bac derrière une grosse pierre. en fait il y a deux pompes de 5000 litres/heure car on ne sait jamais si une tombe en panne, ça me laisse le temps de la changer.

J’ai eu avant la mise en eau un souci concernant des fissures mais il s’agissait des premières couches d’enduit hydrofuge, j’ai donc gratté et appliquer deux nouvelles couches de PLASPACTUNA.

Pour le système de chauffage du bac, je suis parti de ma deuxième sortie de la chaudière, celle qui sert pour le sèche serviette et qui fonctionne même en position été. L’installation qui va jusqu’au bac est relié par un tuyau ( ceux que l’on utilise pour les sols chauffant) et est caché derrière les pierres. Ce système est précis à 0.1 .pour le thermostat, j’ai utilisé un appareil avec une sonde de chez hobby 350 Frs environs relié à une pompe de circulation. Il ne faut pas oublier d’installer une purge au niveau du bac.

La population du départ est composée de:
1 couple Hypsophrys nicaraguensis (bleu)
3 Herichthys » bocourti
4 Herichthys » pearsei
2 Vieja synspilus ( points bleus)
4 Vieja argentea
5 Vieja melanurus
6 Vieja zonata
1 couple de Petenia splendida ( rouge)

Le texte et les photos sont de Stéphane GOUBET AFC 168.94

Toutes les infos supplémentaires sont disponibles auprès de Stéphane ( stephgou@free.fr ) et vous pouvez admirez cet aquarium à cette adresse :

Clinique vétérinaire

16 avenue de la plaine
94430 Chennevières sur marne

Depuis la fabrication de cet aquarium hors normes, Stéphane n’a cessé de le faire évoluer….

Propos de Stéphane : Cet éternel débat entre cichlidés Américains et ceux des grands lacs Africains m’amuse beaucoup mais c’est quand même assez stérile 
Les goûts et les couleurs comme chacun sait, ça ne s’explique pas et chacun fini par faire ce qu’il veux de son aquarium 

Par contre j’ai du mal à comprendre que l’on s’obstine à vouloir maintenir des poissons dans des conditions qui ne ressemblent pas à leurs origines. Alors oui les discus peuvent vivre dans l’eau de conduite (chauffée quand même), et bien d’autre venant de milieu acide mais pourquoi le faire 
Il y a une diversité telles en poissons qu’il suffit d’adapter sa population aux conditions que l’on peux leur offrir 
Je pense que cela relève aussi d’une certaine philosophie de notre hobby. Chez moi, j’utilise l’eau de pluie, parce que j’ai la possibilité de la récolter et que ici ça ne manque pas et aussi que je suis attiré par les cichlidés d’AMS. Si cela n’aurait pas été possible j’aurai des AMC ou du Tanga et qui sais peut être du Malawi.
Bien-sur tout ceci n’est que mon avis très personnel de ce que j’ai envie de faire de ma passion et elle n’engage que moi.

Pour toujours rester sur du geophagus à bosse rouge au sol, un beau gros groupe de scalaires d’élevage « phénotype sge » (vendus sous l’appellation commerciale « sp Perou » même s’ils sont aussi péruviens que moi) adaptés à l’eau dure
Je n’en mettrais pas avec des geo à bosse dans un bac de taille classique car ces derniers sont très toniques mais dans ce volume et avec 120 cm de hauteur …. Ils ne devraient pas se gêner.

Allez, je me lance dans la liste théorique :
– 12 steindachneri,
– 30 scalaires d’élevage,
– une centaine de tétras (d’une seule espèce, même chez Amano Lisbonne, les bancs se mélangent c’est pas terrible) qui nagent bien en OS type Hyphessobrycon pulchripinnis,
– en surface, copella arnoldi ou apparenté (ou des hachettes ? en eau dure je ne sais pas)
– corydoras et loris à gogo

Plantation :
J’éviterai les plantes enracinées dans le sable car, avec cette hauteur d’eau tu vas galérer pour planter (et replanter car les G. steindachneri sont de bons fouisseurs)
– Anubias, Microsorium, Bolbitis seront fixés par du fil sur les racines,
– Pistia, voire plus gros, flotteront en surface
– Des bons gros spots HQI pour que la lumière fende l’eau entre les Pistias.

Donc, déjà je tiens à rectifier les dimensions de mon bac, en fait il fait cotes intérieures 3 m x 1m30 x 1m30 et non pas 3m30 x 1m20 x 1m20, donc effectivement un beau volume d’eau. Donc voilà mon choix est fait, ça sera AMS, bon même si ça va être un peu compliqué au début pour gérer les paramètres, mais je compte sur votre expérience pour me filer un coup de main

De plus ce qui n’était pas prévu au début, je vais recevoir dimanche une cuve de 1000 l pour récupérer l’eau de pluie.

Ensuite, je refais l’isolation sur le dessus du bac mur extérieur, j’ai trop de condensation l’hiver. Ensuite, je referai le décor qui sera composé de racines, galets, avec des plantes.

Valesneria gigantea sur le fond qui vont cacher le mur
Mousse de java
Microsorium pteropus
Anubia différentes variétés
Nymphea zenkerie red et green

Pour les plantes je dois me rendre au poisson d’or

Pour la population

35 Pterophyllum de chez JF
25 géophagus red head de chez JF
20 Gasteropelecus sternicla ( poisson hachette )
100 Hemigrammus bleheri (nez rouges)
6 Laetacara dorsigera

LES TRAVAUX

Alors voilà quelques photos, j’avance lentement mais surement !

Vue avant isolation, car j’avais pas prévu au début et en fait la condensation se collait sur le mur extérieur et ruisselait entre le bac et la maison, résultat le crépis de la salle d’attente commence à se décoller par endroit.

Mise en place du tuyau de droite arrivée d’eau de pluie et j’ai également refait le robinet qui était grippé et rouillé

Pose des plaques d’isolant

Vue de l’intérieur avant décoration

J’ai placé quelques branches et pierres.

La difficulté pour travailler dans ce bac est sa grandeur ou plus exactement le fait qu’il faille enjamber la vitre frontale pour aller dans le bac et en sortir pour voir le résultat obtenu. Evidemment, cela aurait été une galère sans nom pour Stéphane seul : il lui fallait un adjoint-coatch aquascapeur => Votre serviteur !
Ainsi, comme dans les vidéos d’Amano Takashi, j’ai fait le patron derrière la vitre à l’extérieur et j’ai fait marner mon apprenti-propriétaire des lieux et dudit aquarium !
Admirez la performance au passage !

Pendant ce temps, j’ai pu savourer la technique japonaise !

Quoiqu’il en soit, cette tache nous a occupés tout l’après-midi et jusqu’à 19h00.
Toute plaisanterie douteuse faite, je tire mon chapeau à Stéphane qui transpirait sous la chaleur des 2 spots HQI et s’est cogné une centaine de fois la tête sur le mur ou tout autre obstacle.

Pour votre information, 50 kg de pouzzolane ont été installés en fond du bac, à gauche et à droite, puis recouverts partiellement des 200 litres de sable de filtration de piscine qui ont été répartis dans le bac.
En fidèles disciples du maître japonais, nous avons essayé de respecter la règle du nombre d’or, il semblerait effectivement qu’il soit plutôt d’argent : ce qui nous a comblé dans notre travail. Chacun en pensera ce qu’il veut, cette technique est aboutie et même sans la respecter scrupuleusement, le résultat en vaut la chandelle. Nous avons fait aussi attention à ne pas mettre des roches de types trop différents : il y a des pierres plates à droite qui simulent un éboulis et des galets que l’on imagine bien dans le fond d’une rivière : les 2 roches se mélangent devant la racine de droite.

On trouve deux types de bois : des branches et des racines
Stéphane disposait dans l’ancien agencement de son bac de tous ces bois sauf 2 branches qui ont été ajoutées. Il avait en outre une énorme racine dont – selon avis et il me contredira s’il le veut – il ne tirait pas le meilleur effet. Nous avons essayé de la mettre en valeur dans le décor : elle se trouve à gauche. Les branches (3 seulement) ont servies à simuler les branches d’un arbre mort tombé dans l’eau : elles sont orientées vers le fond supérieur droit du 5000 litres.

Stéphane a aussi voulu aménager des zones nues dont l’effet majeur est de mettre en valeur les éléments du décor que je viens de décrire. La principale zone sépare les 2 îlots de bois et de pierres, elle est presque centrale. Le contraste « racines entrelacées + pierres » et « zones dénudées » met en valeur chaque partie du décor, nue ou équipée.

Autre chose que nous avons prises en compte : il faut observer le bac sous différents angles et pas seulement en se plaçant juste en face. Ce bac est situé dans une salle d’attente d’une clinique vétérinaire et sert de salle d’attente pour les patients animaux et surtout leurs maîtres appelées à occuper les fauteuils placés sur les côtés. Nous avons testé tous les fauteuils pour voir et découvrir l’agencement de la décoration sous des angles différents. Le rendu est bon sous tous les angles car parfois il a fallu modifier l’ensemble et garder en même temps l’effet de découverte du bac en entrant dans la salle.

PS : Je serais clinique de connaitre les réactions des consultants (humains) de la clinique qui connaissent cet aquarium et surtout s’étonnaient qu’il fut vide !

J’en connais qui sourient déjà en lisant ces lignes.

En ce qui me concerne, cette expérience sur un bac de taille hors normes comme celui de Stéphane, m’a bien plu et j’en suis assez fier ou au moins content, c’est de plus un travail collaboratif avec Stéphane qui a fait le plus dur. Nous avons passé une bonne après-midi (au moins moi, lui il a des bosses partout !).
J’ai oublié de vous raconter comment nous faisions pour que Stéphane puisse voir le résultat des changements effectués : c’est tout simple, je faisais des photos régulièrement avec tph et je lui montrais. Lui validait les modifications apportées et nous avancions ainsi !

Un bon nettoyage de la vitre frontale a couronné le tout et  a laissé l’impression d’un bac dont l’eau serait limpide. Comme deux imbéciles heureux (et réellement satisfaits) après le dîner, nous avons installé deux fauteuils en face du bac pour rêver de sa mise en eau future…ce qui n’était pas si difficile que cela !

L’autre coté du bac

Dur labeur

Une première vue générale

sans le maître d’ouvrage

une autre

sous un autre angle

Retour sur les lieux

vue d’en haut

Il bosse bien !

Stéphane attache les petites racines

Les modifications…

L’eau a perdu sa couleur ambrée….pour une autre !

On continue et on peaufine le décor

Stéphane, reconverti en laveur de carreaux !

Avec une vitre propre, cela a une autre allure et on commence à rêver !

On immortalise l’instant et le travail : Bravo !

sous tous les angles

La brique servira de HLM à Loricaridés

C’est fini !!!!!

Passage chez TRUFFAUD

Dans l’eau jusqu’à demain

Non , c’est super compliqué à fixer. Marlène est venue m’aider, sinon j’y serait encore !

Remplissage du bac : C’est long à remplir 5000 litres d’eau de contenance !

Filtration en route , j’ai mis du perlon, ça va aller vite à s’éclaircir

Quelques photos : L’eau est à 27°,5

Quelques poissons pour voir comment ça se passe :

10 nez rouge
3 Octocinclus

Eau limpide, très beaux effets de lumière qui seront renforcés avec quelques plantes flottantes en plus.

Je l’avais toujours pensé : les « nez rouges » sont très bien adaptés par leur nage rapide et « serrée » : une bonne cinquantaine, voire plus, sera du meilleur effet

Donc passage dans le 91 où j’ai rencontré JF, un grand merci pour l’accueil  , un joli bac dans le salon avec des poissons magnifiques.

Récupération de 20 pterophyllum et 8 geophagus.

Ensuite , petit repas sur le pouce chez Pierre

…un grand merci à Fabienne C du forum que j’ai vu également là bas et qui m’a préparé un excellent repas ….

Aller une petite vidéo , bon alors je vous préviens, ça déchireeeeee

Quelques photos

Puisque je ne m’en lasse pas, voici 2 vidéos, dont une de l’ensemble pour apprécier l’espace de nage.

Par contre les Géophagus ne sortent pas trop : ils sont timides !

Pour les Géophagus ils commencent enfin à sortir et ont également un comportement grégaire pour le moment, mais assez craintifs. Laissons leur le temps !

Par contre les géo sous HQI, c’est M A G N I F I Q U E

Aller un peu de vidéos !

 Désolé pour la qualité des photos, c’est pris avec le téléphone !

 Petite vidéo

Le Corydoras est un poissons de surface

Distribution de vers de vase : les poissons hachette ressemblent à des ballons

 Jeudi 3 Déc 2015 : un petit topo sur ma population.
Tout ce passe bien : les Corydoras sterbai sont très actifs et se baladent en petit groupe dans tout le bac.
La population actuelle :*34 corydaras sterbai
*46 nez rouges (hermigrammus bleheri) environ
*21 poissons hachette ( Thoracocharax stellatus )
*5 peckoltia vittata L015
*8 géophagus red head
*20 pterophyllum dantum
*3 otocinclus
*30 crevettes red cherry

Samedi 12 Décembre 2015 – Petite vidéo : ils sont un peu stressés je viens de nettoyer la vitre.

Hier soir, changement d’eau => 500 l d’eau de pluie

J’ai trouvé une solution pour faire monter les scalaires, vidéo à l’appui

Une petite vidéo des scalaires curieux

Sinon, c’est un peu la panique chez les Geophagus, car certains se sont déjà reproduits. Le mâle et la femelle incubent.

Une petite vidéo, l’eau est encore verte avec le traitement.

A la demande générale de Richard, voici la vidéo du jour (10 mars 2017) les Scalaires sont un peu à l’arrière car je viens de changer 800 l  avec de l’eau de pluie.

Les géo ce matin

Quelques photos : les discus grandissent tranquillement et commencent à prendre des couleurs.

Donc les nouvelles de mon bac, c’est très mitigé !

Je m’explique : les plantes dépérissent et depuis pas longtemps les scalaires aussi. Ils ne bougent plus trop et ce tiennent derrière. J’en ai d’ailleurs perdu 2 : les yeux et le corps étaient devenus énormes ( on aurait dit des molly ballon ??)

Mon PH c’est une catastrophe, je ne mets plus que de l’eau du robinet et mon PH ne cesse de monter, je pense que la cuve en béton y est pour quelque chose, car en faisant des changement avec de l’eau de conduite, j’arrive à le faire descendre, c’est pour dire …..et en 3-4 jours je passe de 8 à 8,30 .

4 mars 2017 : vidéo avec reflets

Pour les plantes dans mon bac,  je pense que l’effet plantes qui dépérissent n’aide pas pour le rendu, et je pense remonter la grosse branche qui est au sol dans la longueur qui gène la perspective au milieu .

Petite vidéo du nourrissage des geo end co

Vidéo faite à l’instant après un changement d’eau d’environ 800 litres

Dim 16 Oct – 11:15

Désolé mais j’ai pas pu résister, j’ai craqué pour un groupe de 6 Guianacara sp Jatapu

16 octobre 2016 : nouvelle déco après un petit plongeon dans le bac

Petite photo pendant la réfection

Alors papa red head lâcherait bien ses petits ici, mais monsieur Guianacara a décidé de squatter sous la grosse souche !

17 Novembre 2016

Alors quelques news , hier matin coup de téléphone de ma chérie au boulot  » loulou , le bac est dans le noir les lampes ne s’allument plus  »

Bon retour du taf dans l’après midi, effectivement bac dans le noir,!

Remarques des clients en salle d’attente : « on a pas de chance, on a pas vu les poissons aujourd’hui  »

Je ne suis pas doué en electricitté :

j’ai 2 anciennes ampoules, dans un premier temps je tente le remplacement.

Oupsss,une ampoule me glisse des mains et tombe dans l’eau !!!!

Je regarde 5 minutes au fond du bac et  ne la trouve pas !

Tu m’étonnes gros nul, ça flotte une ampoule !!!!!

Bon bref, ça ne fonctionne toujours pas !!!!!

Donc, je prends un seul spot de 50 w LED.

Donc voici le rendu, beaucoup plus tamisé, les couleurs ressortent moins, mais les poissons seront peut-être mieux.

Et pour la bosse du guianacara la voici, aussi !

j’ai anticipé vos demandes, je viens de faire une vidéo, on voit bien sur la fin, en passant :De quelle variété de satanoperca s’agit-il ?

L’envie ne passe pas, mais impossible de prendre la décision, donc je viens de plonger et j’ai bougé un peu la décoration : j’ai reculé la grosse souche et ajouté une branche.

A SUIVRE