Méthode et prise de vue dans un aquarium publique

Avez-vous déjà essayé de faire des photos lors d’une visite dans un grand aquarium publique ?

Résultat de recherche d'images pour

Vous avez du vous rendre compte que l’exercice n’est pas facile. Beaucoup de photos sont floues ou bougées car les contraintes techniques sont importantes : des salles très sombresl’impossibilité d’utiliser le flash, l’autofocus, etc.

En outre, il faut faire attention à toute cette foule grouillante qui vient s’interposer en vos sujets et votre objectif photo, sans parler du sempiternel gardien qui vient vous dire de ne pas utiliser votre flash…..

Au final, que des contraintes !!!!

….et souvent un résultat très médiocre :

Pourtant avec un peu de méthode, il est possible d’obtenir de bonnes photos.

Les paramètres et leurs contraintes.
Dans ce type de prise de vue, les contraintes sont nombreuses et conditionnent la réussite de vos photos. Voici  une liste de ces principaux paramètres et la manière de les aborder  :

  • Des salles très sombres.
    Les Aquariums sont très peu lumineux. Certains espaces sont même très sombres. La seule solution est de régler la sensibilité Iso à une valeur élevée. 1600 à 3200 est un bon réglage, mais tout dépendra de la luminosité de votre objectif (ouverture maxi du diaphragme). Il sera peut-être nécessaire de monter l’Iso jusqu’à 6400.
  • Des vitres souvent sales.
    Pour éviter que ces traces ne se voient sur vos photos, il faut se tenir à environ 20 à 50 cm de la vitre (voir nota 1). De cette manière, tous les défauts seront flous et noyés dans la photo. La conséquence sera une légère perte de netteté qui pourra être compensé par la post production.
  • Un flash souvent interdit.
    De toute façon, il doit absolument être coupé et ce pour deux raisons :
    – Les reflets vous empêcheront de prendre une photo de face.
    – Le fond sera beaucoup trop dense.
  • La mise au point, un  élément très délicat.
    L’autofocus doit, lui aussi, absolument être coupé car il va se caler sur la vitre. Les photos seront presque systématiquement floues ; vous devez passer en mode mise au point manuelle. La marge de manœuvre va être très faible car l’évaluation de la distance dans l’eau est très difficile et l’ouverture maximum de l’objectif  restreint la profondeur de champ.
  • La vitesse d’exposition.
    Les photos présentées ici ont été faites au 1/60 ème de seconde avec la volonté de ne pas monter l’Iso à 6400. Heureusement, les poissons n’étaient pas très vifs. C’est la limite, une vitesse plus longue ne donnera pas de bon résultat. Elle doit être adaptée à la vitalité des poissons et si la lumière vous le permet, 1/125 ème sera le meilleur réglage. Dans tous les cas, vous devez  utiliser le mode « priorité vitesse »  afin que celle-ci ne varie pas.
  • L’ouverture du diaphragme.
    Vous devez utiliser la focale la plus courte car elle vous permet une ouverture maximale. Le zoom est donc à proscrire, il vous empêchera d’utiliser une vitesse plus rapide.  Une grande ouverture générera une faible profondeur de champs et pour éviter ce problème, ne soyez pas trop près des poissons.
  • Le mode de mesure de l’exposition.
    Utilisez de préférence le mode d’analyse à prépondérance centrale afin que l’exposition ne soit pas influencée par les zones trop sombres de l’aquarium.

Nota 1 : Se tenir près d’une vitre pour éviter de voir les traces est un peu en contradiction avec le fait de se tenir loin pour augmenter la profondeur de champ. En fait il faudrait que les poissons soient assez loin de la vitre. Il ne faut pas hésiter à revenir plus tard sur un aquarium pour avoir de meilleures conditions

La méthode.

Voici les principaux réglages de base :

  1. Coupez le flash.
  2. Coupez l’autofocus.
  3. Utilisez le mode Priorité vitesse.
  4. Utilisez le mode d’analyse à prépondérance centrale.

Une fois dans l’aquarium la première chose à faire est de vérifier la luminosité générale. Le réglage suivant est une base de départ :

Sensibilité Iso : 3200 

Ouverture : f/2.8 à f/3.5

Vitesse : 1/125ème

Si vous n’avez pas assez de lumière pour obtenir ce réglage, vous devrez faire  un choix :

  1. Soit augmenter la sensibilité Iso au risque de voir apparaître du bruit. (sorte de grain)
  2. Soit utiliser la plus grande ouverture, au risque d’avoir une faible profondeur de champ.
  3. Soit baisser votre vitesse. au risque d’avoir des photos « bougées ».
Un petit rappel des équivalences :
Doubler une valeur Iso permet doubler une vitesse.
=> par exemple : 1/125 à Iso 1600 = 1/250 à Iso 3200 = 1/500 à Iso 6400
Doubler une valeur Iso c’est gagner un diaphragme.
=> par exemple : f/8 à Iso 1600 = f/5.6 à Iso 3200 = f/3.5 à Iso 6400

La mise au point.
Nous arrivons au point le plus délicat. L’absence d’autofocus ajoutée à la difficulté d’estimer distance rend très difficile la mise au point. Pour ma part, j’utilise une technique simple et efficace :

  1. Couper l’autofocus et passer en mode mise au point manuelle.
  2. Règler l’appareil photo en mode rafale : environ 3 images / seconde.
  3. Règler la distance de manière approximative, par exemple  1,50 m.
  4. Par rapport à cette distance, se placer légèrement en avant soit environ 1,20 m.
  5. Déclencher et pendant les 3 secondes que va durer la séquence, en prenant soin de se reculer d’environ 1 mètre.

L’appareil va donc faire 8 photos, chacune à une distance différente. De cette manière, vous serez pratiquement certain d’avoir une photo parfaitement nette.

Les trois photos ci-dessus sont tirées d’une séquence de 8 prises de vue réalisées en 3 secondes. Les photos présentées sont la première (n°1) et la dernière (n°8) de la séquence ainsi que la photo  n°4 qui est la plus nette. On voit bien la différence de netteté notamment sur les nageoires. Double cliquez la première image puis utilisez les flèches latérales pour comparer les photos entres elles

Haut de la page

Dans ce type de prise de vue, l’utilisation du format Raw est réellement indispensable. Le sujet manque de contraste et la vitre altère la netteté de l’image. Le traitement post production du fichier Raw va compenser ces problèmes.

D’autre part, ces prises de vue étant très peu contrastées, la latitude de pose est importante. En utilisant le format Raw, la post production vous permettra de régler l’exposition de manière très précise . Durant la prise de vue, vous devez juste surveiller vos réglages afin de pas être dans une zone de sous ou sur-exposition.

Le réglage post production du fichier Raw va se faire sur 5 points précis :

  • Tout d’abord le réglage de l’exposition (1) qui passe de 00 à -1.88 afin que l’ensemble de la photo soit plus dense
  • Ensuite les hautes lumière (2) passent de 00 à -50. Les détails apparaissent dans les parties les plus claires.
  • Les ombres (3) passent de 00 à +15. Elles sont éclaircies afin que le contraste général ne soit pas trop important.
  • Les Blancs (4) passent de 00 à +30, pour donner une photo plus lumineuse.
  • Enfin les noirs (5) sont réglés à -29 pour les avoir plus profonds.

Comme vous pouvez le constater, ce travail à permis d’avoir une photo beaucoup plus nette que l’original. La contraste joue un rôle très important dans le rendu d’une photo.

Jean-Claude ROMON

Laisser un commentaire