Mesonauta festivus – 4éme partie

Mesonauta festivus – HECKEL, 1840

Mesonauta festivus, connu sous le surnom de « Cichlidé drapeau » est une espèce de poissons de la famille des Cichlidés d’Amérique du Sud.

C’est surtout l’un des cichlidés les plus répandus dans le bassin de l’Amazone.

C’est encore un poisson d’aquarium très connu et cela depuis de nombres années (1908) car il possède le double avantage de ne pas être trop exigeant et se reproduire facilement.

Donc, Mesonauta festivus est assez commun, tant dans le monde de l’aquariophilie mais tout autant dans la nature.

Les Mesonauta festivus sont une espèce timide et pacifique qui préfère les eaux densément plantées et plus lentes, où ils se rassemblent en petits bancs pour se nourrir de vers, de crustacés, d’autres petits animaux zoobenthiques, d’algues et d’autres matières végétales.

Les Mesonauta festivus ont peu d’exigences spéciales du moment qu’ils bénéficient d’un bac bien planté avec des zones ouvertes pour la nage.

Les Mesonauta festivus ne sont pas trop difficiles avec les paramètres de l’eau, à condition que la qualité soit bonne.

Certaines espèces sont populaires dans le passe-temps de la pisciculture et sont fréquemment maintenues en aquariophilie.

Ceux-ci ont traditionnellement été appelés Mesonauta festivus, mais à la suite des examens taxonomiques du genre en 1991 et 1998, les espèces les plus souvent observées dans le commerce des aquariums sont les suivantes :

  • Mesonauta guyanae ;
  • Mesonauta insignis ;
  • Mesonauta mirificus.

Mesonauta guyanae.

Mesonauta mirificus.

Mesonauta egregius.

Les Mesonauta rappellent beaucoup les scalaires en termes d’apparence et de soin, au moins en partie, en effet, ils semblent vivre dans des habitats similaires qui ne sont pas de simples ruisseaux mais des ruisseaux légèrement plus grands, plus profonds dans lesquels ils évoluent parmi les arbres tombés ou en eau libre…

Le soin à apporter aux Mesonauta est le même que pour les scalaires, mais les Mesonauta, à la différence, nécessitent à l’âge adulte, plus d’espace et en général ils sembleraient qu’ils soient aussi un peu plus délicats avec la qualité de l’eau.

Malheureusement, aujourd’hui ils sont étonnamment rares et inconnus dans le commerce  aquariophile en comparaison avec les Pterophyllum, Symphysodon et Heros qui ont toujours la faveur des aquariophiles spécialisés ou amateurs.

Bien qu’ils ne soient pas aussi spectaculaires en couleur et en forme que leurs plus proches parents, ces animaux à tous âges et encore plus adultes de plusieurs espèces sont un magnifique ornement pour l’aquarium sans parler de leur comportement qui est passionnant à observer.

Il ne faut pas oublier que faire le distinguo entre toutes les espèces de Mesonauta est assez difficile, les professionnels de l’aquariophilie ne sont pas toujours de bon conseil et souvent les différentes espèces de Mesonauta vendues sous les noms de Mesonauta festivus ou Mesonauta insignis.

Les Mesonauta ne sont certainement pas les habitants les plus colorés de l’aquarium, mais ils impressionnent par une multitude de propriétés positives qui leur ont permis de s’assurer une place permanente dans le passe-temps de l’aquariophilie pendant des années.

Car quelle que soit l’espèce, ils ne sont jamais chers à acquérir.

Ces poissons sont faciles à garder, ne font pas de demandes inhabituelles sur la qualité de leur eau ou en termes de soins : ils sont faciles à garder avec relativement peu d’effort.

Les Mesonauta mesurent en général une taille d’environ 12-15 centimètres ou, dans des cas exceptionnels, atteignent même jusqu’à 20 centimètres comme c’est le cas du mâle Mesonauta Insignis.

Tous les Mesonauta séduiront les aquariophiles qui leur offriront un aquarium digne de leur biotope d’origine ce qui explique qu’ils soient encore conservés dans de nombreux aquariums communautaires à travers le monde.

Il est 17:58:06.

EAU

ENVIRONNEMENT

Le “cichlidé-drapeau” ou plutôt Mesonauta apprécie un aquarium très bien planté avec un débit d’eau modéré.

Cherchez le Mesonauta dans cette jungle !

Des racines de bois et autres branches entremêlées peuvent être utilisées pour la décoration.

Un substrat de sable fin, type sable de Loire, est préférable.

Les conditions physico-chimiques de l’eau devront offrir une température entre 24 à 28°C dans l’aquarium mais à l’état sauvage, Mesonauta est présent dans une large gamme de températures.

Mais comme cela a déjà été souligné, il déteste le froid !

Un pH de 6,0 à 8,0 ne sera toléré, mais un pH d’environ 6,5 est suggéré.

En revanche, l’aquariophile devra privilégier pour la maintenance de ses Mesonauta festivus une eau très douce, avec GH < 5 et KH < 4.

La chimie idéale de l’eau pour Mesonauta festivus est la suivante :

Une eau douce tropicale,

Une température située de 25 à 32 degrés Celsius (77 à 90 degrés Fahrenheit). Mesonauta festivus se produit dans une large gamme de températures à l’état sauvage.

Une température située dans une fourchette de 24 – 28°C est fortement conseillée dans son aquarium.

Mesonauta festivus s’adapte assez bien à des variations de PH et de dureté tout en restant dans les limités évoquées précédemment.

Une fourchette située entre 6,0 – 8,0 sera tolérée mais le pH optimal est d’environ 6,5

Enfin, l’éclairage du bac abritant les Mesonauta festivus ne doit jamais être trop fort.

Avertissement : Mesonauta festivus est très sensible aux valeurs de pollution de l’eau de son aquarium  qui doit être très bien filtrée et oxygénée, exempte de nitrates et de phosphates.

Par conséquent, pour héberger ces poissons, il faudra recourir à la mise en place de :

  • Un système de filtration puissant ;
  • Un système de filtration sur de la tourbe granuleuse ;
  • Des changements d’eau partiels fréquents et abondants, précédés d’un siphonage soigneux du fond ;
  • Des ajouts réguliers d’oligoéléments et de bioéléments qui sont fortement recommandés.

ZONE DE VIE

Mesonauta festivus aime bien évoluer dans les couches basses et milieu des cours d’eau.

ALIMENTATION

EN MILIEU NATUREL

Mesonauta festivus est un omnivore généraliste par nature.

L’alimentation des poissons sauvages adultes est principalement composée de de terre, de crustacés, des végétaux (y compris apparemment certaines algues) et d’autres proies du zoobenthos.

Mesonauta festivus a un régime alimentaire très varié, qui comprend du periphyton, diverses espèces d’algues telles que :

  • Oryza ;
  • Echinochloa polystachya ;
  • Paspalum ;
  • Lemna.

et toutes sortes de petits invertébrés trouvés dans l’eau.

Le Mesonauta festivus est omnivore, les poissons sauvages doivent être nourri avec des proies vivantes ou congelées comme les vers de vase, daphnies, artémias, …

En milieu naturel, les Mesonauta mangent une variété de graminées et d’algues benthiques ainsi que des crustacés, des insectes, des annélides (vers) et du plancton benthique.

En fait, les principaux aliments qu’ils consomment sont issus du périphyton et se présentent sous la forme de « périphyton[1] », d’organismes vivant sur les rochers.

Peu exigeants et opportunistes comme la grande majorité des cichlidés, en matière de nourriture, dans la nature, ils recueillent de petites particules de nourriture qu’ils trouve par le fond.

EN AQUARIUM

Mesonauta festivus accepte la majorité des aliments préparés.

Le régime alimentaire quotidien devrait être complété par des distribution de nourriture vivante composée de vers de vase, daphnies, artémias… et de la matière végétale.

Un apport en nourriture végétale est indispensable.

Dans l’aquarium, Mesonauta festivus est omnivore et accepte tous les types d’aliments de petite taille préparés pour les aquarium, des aliments surgelés, de préférence chironomus, des aliments lyophilisés, secs en flocons ou des micro-granulés.

REGIME

Omnivore, Mesonauta festivus apprécie la nourriture vivante ou congelée ainsi que les végétaux.

Il n’est vraiment pas difficile !

C’est un omnivore généraliste par nature, il accepte la majorité des plats préparés mais ces mets devraient être régulièrement complétés par des aliments vivants tels que les vers de vase, les daphnies et les Artémias auquel il faudra ajouter de la matière végétale.

Artémia salina.

Il faut aussi, de temps à autres, leur donner des aliments vivants comme les vers Tubifex, les puces d’eau et les larves de moustiques et alterner avec de la nourriture séchée.

Les suppléments à base de laitue ou d’avoine sont importants et seront bien acceptés, ces aliments éviteront que ces poissons s’en prennent aux plantes du bac !

Comme la plupart des cichlidés, ce sont des mangeurs opportunistes qui peuvent donc manger de minuscules poissons ou mordiller les longues queues des partenaires du bac, souvent dans le moment de frénésie qui suit la distribution de nourriture et pendant lequel ils feront l’amalgame de ces nageoires effilées avec la nourriture !

Les Mesonauta festivus accepteront avec enthousiasme les nourritures issues du commerces aquariophile spécialisées pour cichlidés sous forme de flocons omnivores.

Ils mangeront avec le même appétit les aliments vivants, les aliments congelés et lyophilisés tels que les vers de vase, le tubifex, le plancton océanique et les micro-pellets de cichlidés.

Plusieurs petites tétées sont suggérées quotidiennement, au lieu d’une seule grande alimentation.

En fait, dès qu’il s’agit de manger, les Mesonauta festivus ne sont pas du tout délicats !

Ils acceptent parfaitement tout, de la nourriture vivante (leur préférée, car ce sont des prédateurs) au porridge, aux écailles, aux granulés et aux surgelés (crevettes en saumure, larves, etc.), et en particulier les légumes (pois, courgettes, etc.) laitue, etc.) si nous ne voulons pas qu’elles dégradent nos plantes.

AQUARIUM

Mesonauta guyanae en aquarium.

Mesonauta festivus est un poisson paisible, qui n’endommage pas les plantes, mais devrait être maintenu avec des espèces aussi pacifiques.

L’aquarium doit avoir un couvercle car quand un Mesonauta festivus a peur, il  saute hors de l’eau.

Les Mesonauta cohabitent souvent, dans la nature, avec les scalaires.

…mais pas seulement avec les scalaires !

Un animal adulte peut mesurer jusqu’à 15 centimètres de longueur et doit donc être conservé à partir d’un volume de bac de 200 litres (100 x 40 x 50) qui sera idéalement filtré avec de la tourbe.

Un tel aquarium pour les Mesonauta festivus devra de préférence, avoir une plantation dense.

De plus, des cachettes devront être disponibles et si possible réalisées à l’aide de racines de tourbières, qui s’étendent verticalement à travers tout l’aquarium.

Les Mesonauta aiment les grands aquariums bien plantés que la végétation rassure, ils sont plutôt grégaires et vont toujours en groupe, d’au strict minimum 3 ou 4 spécimens.

Il faudra éviter un brassage trop important de l’eau de l’eau, mais veiller à donner une bonne oxygénation de l’eau : c’est un compromis assez difficile à obtenir.

Enfin, il faudra aussi éviter un éclairage trop violent et privilégier une lumière tamisée qui peut être facilement obtenue avec des plantes flottantes.

CONFIGURATION DE L’AQUARIUM

Mesonauta festivus nécessite un bac de taille moyenne avec de nombreuses roches et du bois de tourbe, disposés pour former des cachettes, et de nombreuses plantes robustes (comme Anubias barteri ou Microsorum pteropus) car il a l’habitude de creuser des trous entre les racines des plantes.

Le bac doit avoir un substrat sombre, une plantation suffisante (plantes à grandes feuilles qui atteignent la surface), des grottes et des racines (bois de tourbière) et des pierres plates pour le frai.

Utilisez également des pierres plates, car les Mesonauta festivus les utilisent pour le frai.

Si ce bac est construit sur ces indications, rapidement Mesonauta festivus se l’appropriera et déterminera ensuite son territoire…et s’ensuivra le frai si les animaux sont matures !

DECOR & AQUARIUM BIOTOPE

Créez des endroits pour que vos Mesonauta puissent se cacher parmi les rochers, les racines et les tourbières.

Ils ont aussi besoin de quelques roches plates pour le frai, mais surtout Mesonauta festivus devra avoir suffisamment de places disponibles pour se cacher.

Ce sera notamment le cas avec des grottes en pierre, dans les racines ou dans les abris aménagés.

Ce facteur doit être suffisamment pris en compte lors de la mise en place de l’aquarium.

PLANTES

Ils sont également assez timides et facilement intimidés.

Un bac bien planté avec une eau de bonne qualité est la clé du succès.

Le bac des Mesonauta festivus sera un bac réalisé avec une végétation dense et des plantes rustiques telles que Sagittaria, Vallisneria et Cryptocorynes.

Les plantes hautes et fortes, telles que Vallisneria, Echinodorus et autres Anubias barteri ou Microsorum pteropus sont adaptées aux aquariums amazoniens.

Toute plante tendre sera considérée comme de la nourriture puisque ce cichlidé incorpore de nombreux légumes à son alimentation.

Cela est peut-être particulièrement vrai s’il n’y a pas de plantes flottantes appropriées dans l’aquarium.

En d’autres termes, s’il n’y a pas de plantes flottantes correctement, il peut être judicieux d’avoir des lamelles sur votre aquarium de cichlidés en drapeau.

FILTRATION

Ces poissons ont des exigences très élevées sur la qualité de l’eau.

Par conséquent, l’eau doit être changée plus souvent.

L’eau de l’aquarium doit idéalement être filtrée à travers la tourbe.

Une légère couleur ambrée de l’eau de leur aquarium mettra leurs couleurs en valeurs !

Bien que cette espèce impose un entretien très simple, il est important de noter qu’elle est très sensible aux polluants.

Par conséquent, il est important d’être rigoureux et régulier sur les opérations de maintenance et de tenir à jour les changements d’eau partiels au rythme d’au moins une fois par mois, de nettoyer à chaque fois au rinçage des masses filtrantes des filtres et de veiller à l’accumulation d’excréments générateurs d’azote afin que les problèmes ne se produisent pas.

ECLAIRAGE

L’éclairage ne doit pas être trop fort ni, non plus, trop atténué par des plantes flottantes en surface qui deviendraient trop abondantes, comme :

  • Limnobium laevigatum ;
  • Salvinia natans ;
  • Pistia stratiotes.

Il faudra donc surveiller la croissance de toutes ces plantes flottantes pour contrôler l’intensité d’éclairage du bac des Mesonauta festivus.

Des lors qu’il peut trouver un endroit ou s’abriter, en pleine lumière ou dans une ambiance tamisée, les Mesonauta n’ont pas de préférence en termes de lumière et d’éclairage en aquarium.

L’aquariophile choisir selon ses gouts !

Notes

[1] Le périphyton (les germanophones utilisent aussi parfois le mot « aufwuchs ») est un mélange complexe d’algues, de cyanobactéries, de champignons et microbes hétérotrophes et de détritus. Il participe au phénomène de fouling (biofouling).

Là où il est présent, il est une des bases des chaines alimentaires et réseaux trophiques subaquatiques, et conditionne notamment la richesse en invertébrés (et notamment en macro invertébrés benthiques, dont en milieu lotique.

Dans certains contextes, un périphyton biominéralisant et encroutant peut conduire à la production d’une roche dite biogénique (tuf calcaire).

REFERENCES

KULLANDER, S.O. & A. Mesonauta C. SILFVERGRIP. 1991. Review of the South American cichlid genus Mesonauta Günther with descriptions of two new species. Revue suisse Zool. 98: 407-448.

SCHINDLER, I. 1998. Mesonauta guyanae spec. nov., A new cichlid fish from the Guyana shield, South America (Teleostei: Cichlidae)

STAWIKOWSKI, R. OCH U. WERNER (1998). Die Buntbarsche Amerikas, Groupe 1. Ulmer-Verlag, Stuttgart

SCHINDLER, I. (2003-2005). Die Gattung Mesonauta (Teil 1-8). DCG-Informationen 34 (4)

STAWIKOWSKI, R. OCH (2006). Alte Bekannte? Neues über Flaggenbuntbarsche. DATZ-Sonderheft “Amazonas” 2

Littérature

STAECK, Wolfgang. 2013. “Un nouveau drapeau cichlidé du Venezuela”. Bulletin de Buntbarsche. (n ° 274)

En ce qui concerne les espèces déjà décrites, certaines notes mises à jour.

[1] La vagilité, en biologie et essentiellement en biologie marine, qualifie la faculté d’un organisme se propager au sein d’un environnement par un déplacement qualifié de vagile. C’est donc la capacité d’un organisme de se déplacer librement et de migrer.

[2] végétation ripicole C’est une végétation qui vit en bordure des eaux courantes. Du latin ripa (« rive ») et colo (« habiter »).

[3] Le périphyton (les germanophones utilisent aussi parfois le mot « aufwuchs ») est un mélange complexe d’algues, de cyanobactéries, de champignons et microbes hétérotrophes et de détritus. Il participe au phénomène de fouling (biofouling).

Là où il est présent, il est une des bases des chaines alimentaires et réseaux trophiques subaquatiques, et conditionne notamment la richesse en invertébrés (et notamment en macroinvertébrés benthiques, dont en milieu lotique.

Dans certains contextes, un périphyton biominéralisant et encroutant peut conduire à la production d’une roche dite biogénique (tuf calcaire).

Laisser un commentaire