Les Crenicichla – Le Groupe Crenicichla reticulata

Premier épisode d’une longue série de fiches sur ces magnifiques poissons, le Groupe Crenicichla reticulata ouvre le bal avec cet articles généraliste sur l’ensemble des espèces  le composant.

La « tribu » des Crenicichlina Fernandez-Yepez 1951 regroupe le genre Crenicichla Heckel, 1840 et le genre voisin Teleocichla Kullander, 1988.

Cette tribu est rapportée à différentes sous familles (Cichlinae, Geophaginae ou Astronotinae) en fonction des auteurs. En effet malgré le nombre important d’espèces de ce groupe, il est trop homogène et ne comporte pas d’espèce relique qui pourrait faciliter son rapprochement à d’autres cichlidae neotropicaux.

Le genre Crenicichla contient plus de 120 espèces dont beaucoup ne sont pas encore décrites et certaines sont extrêmement proches. Il a donc été divisé en groupes et complexes d’espèces afin de regrouper les espèces en fonction de leur ressemblance et/ou de leur origine géographique.

 

Groupe Crenicichla reticulata

[Complexe Crenicichla reticulata ou “Batrachops” ou littéralement en forme de Grenouille (Warzel:1994) Crenicichla reticulata (Heckel, 1840).]

Autrefois nommé genre Batrachops, ce groupe rassemble maintenant plus d’une douzaine d’espèces à grosse tête atteignant une vingtaine de centimètres. Certains membres de ce groupe sont rhéophiles et possèdent une vessie natatoire atrophiée. Les femelles ont une bande orangée sur les flancs et à la base de la nageoire dorsale.

Article à télécharger

En magasins, on rencontre parfois Crenicihla geayi et C. species « belly crawler ».Espèce à large répartition dans le bassin de l’Amazone. Présente également dans l’Essequibo au Guyana. A priori ces spécimens viennent du Guyana car les femelles ont des ocelles dans la dorsale que l’on n’observe pas chez les populations de l’Amazone. Facilement reconnaissable aux narines collées à la lèvre superieure (comme C. johanna du groupe lugubris). Crenicichla elegans Steindacher, 1881 et Batrachops puncticulatus Regan, 1905 sont considérés comme synonymes juniors et correspondent réspectivement aux populations du Pérou et de l’Essequibo

Les membres du sous-groupe Batrachops ne bénéficient pas de la popularité des Crenicichla pailletés du groupe saxatilis, ni des Crenicichla géants et colorés du groupe lugubris ou des Crenicichla nains du groupe regani. La raison de leur manque d’intérêt dans notre passe-temps peut être attribuée à leur coloration un peu fade pendant leur période de repos sexuel, qui peut être décrite comme grise ou brune.

Bien sûr, leurs manières de vivre en aquarium sont moins que parfaites et leur grande taille adulte n’aident pas la chose. Comme nous l’avonsdit, ces Crenicichla dodus occupent le genre Batrachops (ce qui signifie grenouille) à cause de Jakob Heckel qui les a décrits en 1840 et depuis, les ichtyologues ont régulièrement déplacé ces poissons au sein du genre Crenicichla et y reviennent plusieurs fois.

Visiblement, ces poissons se distinguent facilement des autres espèces de Crenicichla en raison de leur apparence physique – le corps rond, la tête ronde et les yeux positionnés dorsalement (lire les yeux de bogue) les éloignent. Ce ping-pong nomenclatural a, pour l’instant, disparu à la suite de publications indépendantes de Kullander et Ploeg, toutes deux publiées en 1986, arguant que les espèces appartiennent à Crenicichla sur la base de la dentition.

Crenicichla Gurupi

Il existe quatre espèces décrites de ‘Batrachops’. C. reticulata (Heckel, 1840) et C. semifasciata (Heckel, 1840) furent les premiers décrits, suivis de C. cyanonotus Cope, 1870 et très récemment de C. stocki Ploeg, 1991. Toutes ces espèces ont été importées en Amérique du Nord, mais les espèces les plus communes rencontrées sont C. semifasciata.

C. stocki a été l’objet d’exportation au début des années 90, lorsque les collectionneurs et les exportateurs brésiliens essayaient de déchiffrer les goûts des amateurs, comme l’augmentation soudaine de l’intérêt pour les Loricariidés de l’Est brésilien et le Pike d’Orange (C. sp. Xingu 1) n’a pas réussi à transférer vers d’autres espèces de la région.

C. reticulata est l’une des espèces de cichlidés les plus répandues en Amazonie, mais sa présence dans notre hobby est extrêmement rare au mieux.

C. cyanonotus et les espèces péruviennes et boliviennes non décrites sont les plus rares.

Le groupe “Crenicichla reticulata” compterait donc 13 espèces parmi lesquelles :

  • stocki, Ploeg 1991
  • semifasciata, (Heckel 1840)
  • cyanonotus, Cope 1871
  • geayi, Pellegrin 1903
  • sedentaria, Kullander 1986
  • sp. “belly crawler”
  • cametana, Steindachner 1911
  • cyclostoma, Ploeg 1986
  • jegui, Ploeg 1986
  • reticulata, (Heckel 1840)
  • sp. “Tapajos shoulder spot”
  • sp. Aff Geayi
  • sp. Aff Jegui

Mais, depuis quelques années, la population de ce groupe pourrait etre porté à 17 espèces avec l’ajout de :

  • Caura
  • “Rio Piria”
  • “Bolivia”
  • “Gurupi”

 

Répartition des espèces du groupe Crenicichla reticulata

C. reticulata est l’une des espèces de cichlidés les plus répandues dans le bassin amazonien. Contrairement aux deux autres Crenicichla largement répandus, C. regani et C. johanna, C. reticulata ne présente aucune variation géographique de la couleur ou plutôt un motif, comme diraient certains critiques «quelle couleur?».

 

Vie en aquarium

En ce qui concerne leurs manières de vivre dans un aquarium, aucun d’entre eux n’est un citoyen modèle. Ils sont très territoriaux, plus que le crenicichla du groupe saxatilis ou lugubris.

Ils sont particulièrement friands de bois flotté avec de grands trous ou des grottes, qu’ils occupent et défendent constamment, parfois même contre les humains. Wild C. reticulata a été attrapé par douzaines sur une rive remplie de «trous de Pleco» à Rio Uatuma, un affluent de la rive gauche de l’Amazone, à quelques centaines de kilomètres en aval de Manaus. C’était une rivière infestée de piranhas et ces crenicichla occupaient des trous creusés dans le sol mou utilisé auparavant par le grand poisson-chat Loricariid. Cachés les uns des autres, de nombreux adultes adultes vivant à quelques centimètres l’un de l’autre ont été attrapés. Ce comportement a été précédemment non enregistré. L’eau était trouble avec un pH de 6,4.

Pendant la reproduction, les femelles changent de robe avec avec une barre orange à rouge qui se manifeste sur les flancs et les rayons de la dorsale.

Chez les espèces réophiles, la barre rouge est restreinte à la moitiée supérieure des rayons mous.

Un site à consulter : http://pikecichlid.com/art-dwarfpike.html

 

References

HECKEL, J. 1840. Johann Natterer’s neue Flussfische Brasilien’s nach den Beobachtungen und Mittheilungen des Entdeckers beschrieben. (Erste Abtheilung, die Labroiden.) Annln wien. Mus. Natges. 2: 327-470.

KULLANDER, S.O. & H. NIJSSEN. 1989. The cichlids of Surinam. E.J. Brill, Leiden and other cities.

KULLANDER, S.O. 1981b. Cichlid fishes from the La Plata basin. Part I. Collections from Paraguay in the Museum d’Histoire naturelle de Geneve. Revue suisse Zool. 88: 675-692.

KULLANDER, S.O. 1982. Cichlid fishes from the La Plata basin. Part III. The Crenicichla lepidota species group. Revue suisse Zool. 89: 627-661.

KULLANDER, S.O. 1986. Cichlid fishes of the Amazon River drainage of Peru. Swedish Museum of Natural History, Stockholm.

PLOEG, A. 1986. The fishes of the cichlid genus Crenicichla in French Guiana. Bijdr. Dierk. 56: 221-231.

PLOEG, A. 1987. Review of the cichlid genus Crenicichla Heckel, 1840 from Surinam, with descriptions of three new species. Beaufortia 37: 73-98.

PLOEG, A. 1991. Revision of the South American cichlid genus Crenicichla Heckel, 1840, with descriptions of fifteen new species and considerations on species groups, phylogeny and biogeography. Academisch Proefschrift, Universiteit van Amsterdam. Thesis.

REGAN, C.T. 1905. A revision of the fishes of the South-American cichlid genera Crenacara, Batrachops, and Crenicichla. Proc. zool. Soc. Lond. 1905: 152-168.

REGAN, C.T. 1913. A synopsis of the cichlid fishes of the genus Crenicichla. Ann. Mag. nat. Hist. (8) 11: 498-540.

Warzel, F. 1994. Remarks on some species of the Crenicichla reticulata group. Cichlid Yearbook 4. Cichlid Press.