Un nouveau Vieja….pas si nouveau que cela !

Dans le présent document (en pièce jointe de cet article) est décrite une nouvelle espèce de cichlidés d’Amérique centrale, le Vieja coatlicue sp. nov., issu du bassin de la Rivière Coatzacoalcos (Oaxaca-Veracruz), Isthme de Tehuantepec, au Mexique. En lisant ces lignes, j’imaginais la découverte d’une nouvelle espèce de Vieja, un poisson inconnu encore à ce jour et tout fraîchement découvert : Une pépite !

Couple capturé pendant la nuit. A) Le, mâle adulte en état de reproduction, capturé sur la rivière Pinal, Santa Maria Chimalapa, oaxaca ; B) La femelle adulte en état de reproduction, capturée sur la rivière Pinal, Santa Maria Chimalapa, oaxaca.

En fait, il n’en est rien ou presque rien.

Ce Vieja qui jusqu’à maintenant a facilement été confondu avec le Vieja zonata lequel a été décrit par Meek (1905) sous le nom générique de « Cichlasoma » est en fait une espèce déjà connue du monde de l’Aquariophilie depuis un certain temps et qui l’avait appelé Vieja sp. « Coatzacoalcos».

De manière particulière et anecdotique, Vieja coatlicue sp. nov., a aussi souvent été confondu avec V. zonata,

A savoir : Les exemplaires utilisés à l’époque pour la description de V. zonata provenaient de Niltepec, d’Oaxaca,  au Mexique. Les auteurs avaient effectué une expédition dans la localité où le spécimen holotype avait été prélevé mais n’avaient  pas eu le succès d’en prélever dans la Rivière Niltepec. Quelques exemplaires avaient été capturés dans la Rivière Ostuta.

Parfois, à l’instar des anciennes espèces de Vieja, cette espèce avait été aussi affublé du synonyme Paratheraps ‘Werner et Stawikowski 1987) ou Paraneetroplus (Regan 1905,Nuttall, 2011 ; 2014).

Juvéniles de Vieja coatlicue, Rio Almoloya, el Ajal, Barrio de la soledada

Il ne faut pas oublier que le type Vieja avait été proposé par Fernández-Yépez (1969) avec Vieja panamensis comme exemplaire type. Étant donné l’incertitude taxonomique de différents organismes génériques (ex Cichlasoma), il avait été choisi de valider le type « Vieja » et de lui inclure divers organismes spécifiques (Allgayer 2002 ; Kullander 2003 ; Miller et chou.,2009). Toutefois, les spécialistes, par la suite, ont démontré que c’était un groupe constitué de plusieurs espèces qui, dans la foulée ont été renommées comme une partie du type Paraneetroplus (McMahan et chou., 2010)…

La non-existence d’une étude approfondie pour les types Vieja,  Paraneetroplus…provoque toujours une utilisation arbitraire et inconsistante de ces noms !

Ainsi, dans ce domaine et dans la grande famille des Vieja, les rebondissements taxonomiques sont nombreux : Ces poissons ont appelés successivement « Vieja »,  « cichlasoma », « Theraps », « Parathatheraps » et « Paraneetroplus »….

L’histoire ne s’arrêtera pas là : les spécialistes de la Taxonomie n’en ont pas encore fini !

Cependant, soyons clairs, tout le monde parle du même poisson quand il parle de « Vieja » ce qui n’est pas toujours le cas avec les noms courants qui ne sont pas les mêmes pour tout le monde et parfois attribués à plusieurs espèces différentes.

Récemment McMahan et chou. (2015) ont ressuscité le type Vieja, et avec Rícan et chou. (2016) et lui attrbuent aujourd’hui huit espèces :

  • V. bifasciata (Steindachner, 1864),
  • V. breidohri (Werner et Stawikowski, 1987),
  • V. fenestrata (Günther, 1860),
  • V. guttulata (Günther, 1864),
  • V. hartwegi (Taylor et Miller, 1980),
  • V. maculicauda (Regan, 1905),
  • V. melanura (Günther, 1862)
  • V. zonata (Meek, 1905).

Pour s’y retrouver face aux changements d’appellations, en qualité d’aquariophile non scientifique, je préfère avoir recours à ce document plus parlant et plus synthétique.

Mais revenons au petit nouveau du genre « Vieja », Vieja coatlicue sp. Nov, c’est lui la vedette et le sujet de cet article.

Le document en annexe nous décrit formellement cette espèce endémique du bassin de la Rivière Coatzacoalcos, augmentant ainsi à neuf le nombre d’espèces décrites dans le type Vieja.

La traduction très partielle de ce document livre quelques informations interessante sur ce poisson assez connu.

ÉTYMOLOGIE

L’épithète spécifique « coatlicue », dérive du mot d’origine maligne « Coatlicue » et le signifie « Celle du flanchet de serpents ». Dans la mythologie mexicaine (Aztèque), ce nom fait référence à la mère de tous les dieux et des hommes.

Coatlicue est la déesse de la vie et de la mort, le souverain de la terre et de la fertilité.

NOMS COMMUNS

Solotsowi, Yoktsowi, Tsowi (Zoque) ; Hmáh sá, Hmáh saih, Chi `hmáh yal, A hmáh saih

(Chinanteco) Mojarra noire, Mojarra foncée, Mojarra de la profondeur, Mojarra pocera (espagnol).

DESCRIPTION

C’est une espèce de taille moyenne appartenant au groupe Vieja (sensu McMahan et chou., 2015) ; elle est très apparentée avec V. zonata (espèce du versant du Pacifique).

Il se distingue du reste de ses des congénères Vieja par une bande longitudinale foncée complète qu’il court depuis la région operculaire jusqu’à la base de l’aileron débit, formant une tache.

La bande est coupée de manière transversale par six à huit barres foncées diffuses, avec des taches supraorbitales et supra-humérales diffuses.

[pdf-embedder url=”https://cichlidamerique.fr/wp-content/uploads/2018/06/Vieja-coatlicue.pdf” title=”Vieja coatlicue”]

Coloration en vie : Les Vieja coatlicue sp. nov présentent une palette de fonds de coloration variable, suivant :

  • les conditions environnementales,
  • l’état de maturité
  • l’heure du jour où les poissons sont capturés.

Toutefois, dans la région ventrale, il faut noter :

  • la présence d’une zone de couleur blanchâtre.
  • Les Veja coatlicue sp. nov. ont sur la partie dorsale des colorations jaunâtres, orange ou verdâtres ;
  • la coloration située entre ces deux sections peut présenter différentes tonalités et être saupoudrée par de petites taches de petites tailles comparables à celles écailles latérales.
  • Dans la région de la joue, on trouve des séries de petites taches de couleur brune ou orange. Ces couleurs sont plus intenses pendant les phases reproductrices.

Sur quelques exemplaires prélevés, il est possible d’observer une tache postorbital, plus marquée chez les adultes, prolongée par la bande longitudinale sombre.

Les exemplaires matures et de grande taille de Vieja coatlicue sp. nov. présentent généralement des colorations verdâtres et bleutées intenses, principalement dans la région céphalique (sur la tête) ; quelques cas ont mis en évidence une couleur bleue irisée autour des yeux.

Les nageoires pectorales ont une couleur jaune avec des tonalités verdâtres. Les autres nageoires ont des colorations qui vont des teintes blanchâtres, jaunes, verdâtres et foncées, dont l’intensité varie avec l’âge.

Veja coatlicue sp. nov. présente généralement des taches brun-foncées sur le corps.

Holotype de Vieja coatlicue sp. Nov. (taille adulte 326.7 mm) capturé dans le rio Uxpanapa, Veracruz, Mexique

 

Il est/sera difficile de faire la différence entre :

  • Vieja coatlicue sp. Nov
  • Viela zonata
  • Vieja Coatzacoalcos
  • Vieja sp.Coatzacoalcos

Faites votre choix !!!!

REPARTITION

La distribution des espèces du type Vieja inclut la région d’Amérique centrale. Dans le des côtes du Pacifique, est étendues depuis la Rivière Tequistlán (=Tequisistlán), Oaxaca, le Mexique, jusqu’au Lac Coatepeque à El Salvador. Tandis que dans les côtes du versant atlantique, ils vont depuis la Rivière Chachalacas, Veracruz, le Mexique, jusqu’à la Rivière Chagres en Panama (McMahan et chou., 2015). Dans le bassin de la Rivière Coatzacoalcos, une espèce de Vieja est aussi présente sans être décrite.

Veja coatlicue sp. nov. se trouve en grande abondance le long de son bassin supérieur et partie moyenne de la Rivière « la Coupe » et de la Rivière « Uxpanapa », outre la Rivière Almoloya et L’Ajal.

C’est une espèce qui est présente dans les rivières du versant pacifique de l’Isthme de Tehuantepec ; Vieja coatlicue sp. nov. est connu par les pêcheurs locaux comme « Chirri ». Ces pecheurs font mention de population en grande abondance dans la partie peu profonde de ces rivières.

 

Rio coatzacoalcos

  • Rivière au Mexique
  • 4,1146 avis Google
  • Longueur : 325 km
  • Débit : 28 090 m³/s
  • Superficie du bassin : 17 563 km²
  • Source : Sierra de Niltepec
  • Embouchure : Golfe du Mexique
  • Ponts : Antonio Dovalí Jaime Bridge

 

COHABITATION

Veja coatlicue sp. nov.  A été rencontré en compagnie d’autres espèces de cichlidés :

  • Maskaheros regani,
  • Paraneetroplus bulleri,
  • Thorichthys callolepis,
  • Thorichthys panchovilla
  • Trichromis salvini

Photos de Vieja coatlicue par Rubén Contreras

This slideshow requires JavaScript.