La photographie d’aquarium et de poissons d’ornement : Episode n°4

Quel photographe d’aquariophilie êtes-vous ?

Nous avons vu dans les articles précédents plusieurs méthodes pour faire des la photographie d’aquarium. Il n’en existe pas une qui fait référence et toutes sont aussi bonnes les unes que les autres : il vous appartient de mettre au point la votre en fonction de vos aquariums, de votre matériel, de vos poissons et de vous goûts !

Ayez L’œil affûté !!!!

Cet article vous présente la méthode proposé par M. MARCEL R.

Comment photographier dans un aquarium

Comment photographier un aquarium

Il n’est jamais évident de prendre des photos d’aquarium: la faible luminosité, les problèmes liés au flash, la paroi de verre, la taille souvent réduite de nos différents pensionnaires (guppys, néons…) et leurs déplacements parfois incessants (chez les Cichlidés certaines espèces s’avèrent très faciles à photographier (Discus, Aulonocara) d’autres vont se cacher à la vue de l’appareil ou perdent leurs couleurs (mon mâle Ophtalmotilapia ventralis kitumba !).

  1. S’assurer que les vitres de l’aquarium soient bien propres, à l’intérieur comme à l’extérieur.

Vérifiez que votre aquarium est parfaitement propre. Beaucoup d’images sont gâchées par les traces d’algues ou de doigts sur les vitres (et ça ne se voit pas dans le viseur…).

Le sol doit être propre et l’eau limpide sinon la qualité de vos images s’en ressentira. L’idéal est de bien nettoyer l’aquarium les jours précédents afin de pouvoir prendre de belles photos le jour J.

On peut utiliser le post-traitement avec un bon logiciel de traitement d’images pour améliorer mais c’est souvent fastidieux de retirer les traces d’algues en utilisant le tampon …

  1. Eteindre toutes les lumières de la pièce et faire l’obscurité en fermant les volets pour éviter les reflets indésirables.
  2. Utiliser un objectif adapté.

En aquariophilie compte tenu de la taille de certains poissons il est bon de disposer d’un objectif macro si vous disposez d’un reflex ou d’un mode macro et d’un bon zoom optique si c’est un compact ou un bridge un objectif 100 macro est donc utile mais pas indispensable un 50 mm peut convenir pour l’ensemble de l’aquarium ou pour des plantes ou poissons de bonne taille.

  1. Pour l’ouverture fermer au maximum tout en conservant une vitesse minimale.

Par exemple, au 1/125ème. J’obtiens ainsi une bonne PDC, j’ouvre au contraire au maximum si je veux que mon fond soit flou.

  1. Utiliser la MAP manuellecar l’autofocus est souvent à la peine, à cause de la vitre et du manque de lumière.
  2. Jouer sur la sensibilité de la prise de vue:

En principe j’utilise le 100 ISO mais dans certains cas (par exemple aquariums publics où le flash est interdit) un réglage à 800 ISO permet de prendre quand même quelques clichés même si le bruit apparait.

  1. Eclairer correctement :

Les bacs récifaux éclairés de façon puissante avec les HQI permettent souvent de se passer du flash, parfois en ajoutant un ou deux tubes supplémentaires en eau douce on peut aussi se passer de flash. Attention au flash unique et direct qui mal réglé peut “brûler” les photos !

On peut déporter un flash avec un diffuseur placé au-dessus du bac.

Un seul flash placé au-dessus de l’appareil peut produire une ombre plus ou moins gênante comme sur ma photo ci-dessous.

  1. Eviter le reflet du flash dans la vitre:

On peut “coller” l’objectif contre la vitre ou prendre avec un certain angle.

  1. Oser prendre des photos avec votre appareil.

Le réflex est un plus pour la qualité des images et pour la vitesse de déclenchement, cependant on peut réussir des photos tout à fait correctes avec un simple compact ou un bridge.

  1. Choisir l’objectif le plus lumineux possible et ouvrir au maximum dans le cas où vous utilisez un reflex, et voulez éviter le recours au flash.

En conclusion, soyez un bon aquariophile :

Aimer les poissons pour bien les soigner.

Un poisson en bonne santé et non stressé est toujours beaucoup plus beau.

Bien les connaître et savoir anticiper les comportements (parade, ponte, défense du territoire…).

Ayez beaucoup de patience pour réussir de belles photos

Pouvoir saisir le moment important

…toutes ces astuces sont aussi les recettes de belles photos de beaux poissons.

Comment faire des photos d’aquarium

Il arrive de visiter des aquariums, de voir des poissons, des ambiances merveilleuses et la tentation est grande d’immortaliser ça en photo pour en garder des souvenirs, mais les conditions de lumière sont difficiles, le flash est interdit alors je vais vous donner les astuces nécessaires pour que vous réussissiez vos photos.

Les conditions photo dans un aquarium

L’ambiance lumineuse dans un aquarium est très sombre, l’éclairage principal est dans l’aquarium, les lampes éclairent les poissons et leur environnement. Plus vous avez des poissons en eau profonde et moins vous aurez de lumière et à l’inverse, des poissons vivants en surface auront des aquariums plus éclairés pour reconstituer fidèlement leurs conditions de vie en milieu naturel.

Les vitres sont très épaisses, plus de 10 centimètres, ce qui occasionnera des déformations et des modifications des couleurs (aberrations chromatiques) et altèrera la netteté des photos.

Ces vitres occasionneront des reflets et les traces de doigts n’aideront pas non plus.

Souvent il y a foule et il faut jouer des coudes pour pouvoir accéder aux plus beaux spécimens alors patience, c’est les vacances…

Quelle sensibilité pour photographier un aquarium ?

Il faudra utiliser une sensibilité très élevée, car il y a très peu de lumière, les ambiances sont très sombres et le flash est strictement interdit. Une sensibilité allant de 1600 ISO à 3200 ISO voir plus pour certaines salles. Si vous avez des difficultés pour évaluer vous-même quelle sensibilité ISO choisir, optez pour l’ISO automatique, comme ça c’est votre appareil photo qui se débrouillera tout seul et il fera ça très bien.

Quel mode utiliser pour photographier un aquarium ?

Dans un aquarium, du fait du manque de lumière et que les poissons sont des sujets qui sont souvent imprévisibles et très dynamiques, le mode priorité vitesse aura ma préférence. Pourquoi le mode priorité vitesse ?

Nous manquons de lumière et je ne veux pas risquer d’avoir une vitesse trop lente qui occasionnera des flous de bouger donc j’assure avec une vitesse suffisamment rapide pour ne pas avoir ce problème.

Les poissons sont rapides et imprévisibles alors là aussi il me faut une vitesse d’obturation assez rapide pour assurer et ne pas les avoir flous parce qu’ils ont bougé.

Le mode priorité vitesse me permet de choisir une vitesse confortable comme 1/160e/sec, mais si votre appareil ne peut pas monter en ISO pour vous permettre cette vitesse, prenez-en une plus basse.

Quel objectif pour photographier un aquarium ?

Pour réussir nos photos d’aquarium, quelle focale utiliser ?

Le téléobjectif est inutile, trop gourmand en lumière et en vitesse d’obturation rapide, nous n’avons pas les conditions de lumière nécessaires pour utiliser des zooms comme un 75-300mm70-200mm100-400mm

Une optique standard comme le 18-55 (si vous avez un 18-135mm ou un 18-200mm, ça marche aussi…sera très bien, car nous l’utiliserons aux alentours de 50mm et nous pourrons aussi utiliser le grand-angle pour capter des petits panoramiques des aquariums.

 

Comment photographier un aquarium ?

Pour faire vos photographies dans un aquarium, vous devez vous approcher le plus possible de la paroi vitrée, vous y coller même, cela vous évitera la plupart des reflets et vous verrez moins les impuretés, car plus vous êtes proche de la vitre, plus vous aurez les traces et impuretés floues, car hors de la profondeur de champ.

N’utilisez pas de filtre polarisant pour enlever les reflets, ils prennent entre, l’équivalent d’un à deux diaphragme en perte de lumière.

Veillez bien aussi à être le plus souvent perpendiculaire à la vitre pour éviter les déformations.

Pour avoir une exposition correcte, le mode de mesure de la lumière à utiliser sera la mesure évaluative ou multizone, comme ça vous aurez une couverture assez large de vos besoins en lumière.

Faites du RAW à la place du JPEG, comme ça vous pourrez jouer plus facilement avec la balance des blancs, sinon utilisez le mode AWB, car, difficile de dire quelle balance adopter tant les sources sont nombreuses et différentes.

Pour la mise au point et l’autofocus, le mode AF-C ou AI-SERVO pour les poissons en mouvement, là comme dans les autres réglages, il n’y a pas de réglages systématiques et immuables, il faut savoir s’adapter et modifier ses réglages en fonction de l’évolution des conditions de prise de vues.

L’astuce aussi comme le flash est interdit c’est d’utiliser une torche avec des leds, comme ça vous pourrez éclairer certaines scènes pour améliorer la qualité de vos images.

Utilisez une torche Manfrotto dont voici le lien sur Amazon, mais il en existe bien d’autres, en voici quelques-unes, toujours sur Amazon.

http://www.aquabases.com/laphotojuikio.htm

La sensibilité 

Elle est utilisée en photo numérique pour utiliser au mieux, la quantité de lumière disponible, moins il y a de lumière plus on élève ce chiffre, en numérique elle commence vers 100 à 200 ISO, pour finir aux environs de 800 à 1600 ISO, suivant les appareils.

A 100/200 ISO, on aura une grande finesse, mais il faudra disposer de d’assez de lumière pour avoir une bonne vitesse de prise de vue (et donc éviter le flou de bougé, du sujet et du photographe), plus le chiffre de sensibilité augmente, plus la vitesse augmente aussi.

Exemple : A 200 ISO, si on a une vitesse de 1/25° de seconde, et si on monte la sensibilité à 400 ISO (donc deux fois 200 ISO), on aura une vitesse doublée, donc 1/50° de seconde, et ainsi de suite.

Mais tout serait parfait si le bruit n’augmentait pas aussi! Donc la qualité de la photo est moins bonne avec cette augmentation.

Le bruit est plus ou moins bien géré, suivant les appareils.

On peut utiliser le sensibilité pour avoir plus de profondeur de champ.

Les deux images ci-dessous sont prises avec les mêmes réglages, sauf la sensibilité.

Photo prise avec une sensibilité de 200 ISO.

C’est tout à fait possible de faire une bonne photo avec cette sensibilité, mais le moindre mouvement…

vitesse 1/6 ième de seconde, ouverture 3.8

Photo prise avec une sensibilité de 1600 ISO. C’est mieux mais avec du bruit (un peu) en plus!

vitesse 60 ième de seconde, ouverture 3.8

La seule possibilité pour avoir plus de vitesse, sans utiliser le flash, a été de monter la sensibilité.

  

Le bruit

Ce phénomène se présente sous forme de points plus ou moins colorées, ceci de manière aléatoire.

Plusieurs causes :

  • la sensibilité, plus elle est élevée plus il y a du bruit, surtout dans les zones sombres.
  • les très basses vitesses engendrent plus de bruit.
  • la qualité de l’électronique, présente dans l’appareil.
  • une photo sombre retouchée, a toutes les chances de faire apparaître du bruit.

 

L’exposition:

C’est la quantité de lumière que reçoit le capteur, trop surexposé, pas assez sous-expose, l’exposition se mesure en choisissant, une vitesse et une profondeur de champ, souvent automatique, elle ne convient pas forcement à tous les cas, il faut parfois corriger cette exposition, si la possibilité nous en est donnée!

Bouton de correction d’exposition:

Correction en IL donnée en fraction

 (ex: -ou +1/3 IL pour corriger l’exposition d’un tiers).

Photo sur-exposée, de 2 IL, les zones qui apparaissent blanches ou très claires,  sont impossibles à retoucher, car les informations sur ces zones sont perdues!

Photo sur-exposée.

Photo correctement exposée, sans correction d’exposition.

Photo sous-exposée de 1IL.

Photo sous-exposée, la photo peut-être retouchée, mais laissera apparaître du bruit!

La focale, zooms et autres objectifs:

Attention, les longueurs de focales utilisées ici, sont données en équivalent 24*36!

Pour NIKKON, il faut utiliser un coefficient multiplicateur de 1.5 par rapport au 24*36 (ex: objectif 60 mm*1.5=90 mm).

=> Exemple de correspondance avec d’autres appareils:

– Canon PowerShot S3 IS,objectif 6–72 mm=équivalent 36-432 mm. -Nikon Coolpix P5100, objectif 7.5 – 26.3 mm=équivalent 36-126mm.

En prenant comme base les réflex 24*36 (full frame), un grand angle aura une focale inférieure à 50 mm, un objectif standard 50 mm, un téléobjectif, plus de 50 mm.

Avec un même objectif, la focale varie suivant la dimension du capteur de l’appareil.

Pour la photo d’aquarium, on essaiera de prendre une focale de 50 à 100 mm, correspondance 24*36 (taille du capteur), si le photographe manque de recul pour prendre ce qu’il souhaite, alors il visera un plus grand angle. Le télé de plus de 100 mm, est à proscrire, il n’est pas adapté à notre cas (la photo d’aquarium!).

Ces trois photos, sont prises à environ deux mètres de l’aquarium.

300 mm, F5.6, 1/10ième, quasi inutilisable, même avec un pied on perçoit du tremblement !

70 mm, F4.5, 1/15iéme, sur pied

28 mm, f3.5, 1/25iéme, sur pied

Le nombre de pixels:

Plus petit éléments d’affichage, d’un capteur ou d’un écran.

A quoi peuvent-ils servir, quand ils sont nombreux, deux réponses, premièrement à un agrandissement papier.

Pour un tirage normal 10*15 cm = 1.5 voire 1 mégapixels suffisent.

Deuxièmement pour le recadrage, si par exemple vous avec un poisson que vous voulez isoler, sur un tirage un peu large.

C’est en gros les seuls intérêts, d’avoir beaucoup de pixels.

Et encore certains appareils (bons marchés?) avec beaucoup de pixels (par exemple, 8 ou10 mégapixels), offrent une piètre qualité d’image!

Si votre seule intention est d’afficher vos photos, sur votre ordinateur ou votre télévision, il n’est pas nécessaire, d’avoir plus de 4 mégapixels.

Pour mémoire et c’est ç retenir, une TV full HD n’a qu’une résolution de 1920*1080 pixels, soit 2 mégapixels!

Les meilleurs écrans de PC plafonnent à 1920*1200, soit 2.3 mégapixels !

La profondeur de champ et la macro

La notion de profondeur de champ indique l’ouverture du diaphragme de l’objectif.

  • Grande ouverture => laisse passer beaucoup de lumière

et

  • Faible ouverture => peu de lumière.

Elle sert à définir ce qui sera net sur la photo (sans bougé, du sujet et/ou du photographe!), un chiffre bas (ex: F2.8, grande ouverture, indique une faible profondeur de champ, tandis qu’un chiffre élevé (ex: F11 et +), faible ouverture, maximise celle-ci, mais si on augmente la profondeur de champ on diminue la vitesse, ce sont deux chose interconnectées!

Une ouverture F2.8 grande vitesse, peu de profondeur de champ, F11 ou + petite vitesse, grande profondeur de champ (mais souvent pas assez!)

Très critique en macrophotographie (donc pour un gros plan, une vue rapprochée), elle s’amincit au fur et à mesure qu’on approche l’appareil du sujet, même avec un chiffre élevé.

Le bouton macro :

Certains appareils compacts, ne permettent pas de faire de la macro, on peut estimer qu’on peut faire de la macro avec un rapport de grossissement de 1/3 (exemple: le sujet approché de taille 24*64, aura une taille lors de la visée, de 1/3 de sa taille originelle) mais c’est plutôt de la proxyphoto, alors que la véritable macro permet d’avoir un sujet à sa taille réelle rapport 1:1).

Là c’est le fabricant qui décide, sans suivre une vraie règle !

Profondeur de champ F3.3, vitesse 1/50ième/s.

Profondeur de champ F13, vitesse 1/8 ième/s, avec une telle vitesse, le pied est presque obligatoire

Ce qu’il faut essayer de faire et d’éviter

  • Le flash:

En aquariophilie, il est clair que si on peut se passer d’utiliser le flash, c’est mieux, mais dans le cas ou c’est indispensable (pas assez de lumière, par exemple), on arrive à des résultats pas si mauvais!

On essaiera de donner un léger angle à l’appareil (ne pas avoir l’appareil parallèle à la vitre de l’aquarium), pour éviter que le flash apparaisse sur la photo.

Il faut penser à bien enlever l’éventuelle poussière sur les vitres, ça fait des points blancs sur la photo !

Avec un léger angle, pour éviter de voir le flash.

  • Trop d’angle

Lors de la photo au flash, on à vu qu’il fallait donner un léger angle à l’appareil, mais si on donne trop d’angle (avec ou sans flash!), d’abord il est trés difficile voire impossible de faire fonctionner l’autofocus, mais le résultat est…beurk !

Prise avec beaucoup d’angle.

en étant perpendiculaire.

  • Reflets:

Quelle plaie ces reflets, c’est que la pièce est trop lumineuse, on ferme donc les volets !

  • mise au point:

S’assurer que la mise au point soit faite sur le sujet, au besoin si l’appareil le permet et le sujet aussi (il est immobile!), désactiver l’autofocus et mettre au point manuellement.

La mise au point est faite sur la zone rouge.

 A télécharger : La fiche de l’article