Krobia sp. “Oyapock” – Kullander & Nijssen 1989

Crobia “Oyapok” ou ” Krobia sp. “Oyapock” – Kullander & Nijssen 1989

 

Sous-ordre : Percoidei (percidiform), Famille : Cichlidae, Sous-famille : Cichlasomatinae, Tribu : Cichlasomatini.

Cette espèce de Krobia a été redécouverte seulement vers 1989 et les scientifiques se demandent encore si ce cichlidé a été décrit plus tôt.

Ce pourrait être une espèce d’Aequidens oubliée.

Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Super-classe Osteichthyes
Classe Actinopterygii
Sous-classe Neopterygii
Infra-classe Teleostei
Super-ordre Acanthopterygii
Ordre Perciformes
Sous-ordre Labroidei
Famille Cichlidae

Habitat

Les habitats de ce cichlidé sont encore des rivières de forêt tropicale intactes, qui sont caractérisées pour être relativement plats. Les plantes, à la fois l’eau et les plantes flottantes, et les branches tombées ou pendantes, même des arbres entiers, caractérisent ces eaux où le courant est très faible.

Région : pays guayana, dans le nord-est Amapä et à la fois, dans le Rio Oiapoque, ainsi que dans le Rio Caripi.

Description

Longueur jusqu’à 15 cm TL, généralement jusqu’à 12 cm. A noter que la femelle est plus petite. Un spécimen typique (mâle) a une longueur de 9 cm environ.

Il ressemble beaucoup aux graines de Guyanensis, mais la couleur du vert turquoise est totalement disparue. Une ligne orange entre dans la bouche et elle a un impact. Il est difficile de faire la distinction entre les sexes.

La couleur est gris-jaune-olive avec une bande sombre discontinue venant de l’œil et se terminant à l’arrière de la nageoire dorsale. Dans la partie supérieure du pédoncule caudal est une tache noire. L’intensité de la coloration peut varier en fonction de leur état de santé et de leur humeur.

Différenciation

Le mâle est plus grand comme nous l’avons déjà souligné, sa coloration est légèrement plus claire et ses nageoires non appariées sont plus allongées.

Eau

  • Dureté : 6-20 ° dGH,
  • PH 6,0-7,5,
  • Température 22-28 ° C

Nourriture

Dans la nature, c’est avant tout un micro-prédateur, il faudrait idéalement donc privilégier la nourriture vivante.

Dans l’aquarium: toute nourriture vivante bien connue du monde aquariophile, gel, granulés, flocons.

Ils mangent de tout et sont pas particulièrement attirés par les plantes. Ce sont des poissons relativement faciles à satisfaire.

Aquarium

Aquarium à partir de 100 litres, avec de grandes pierres, des chicots, des abris, modérément planté de plantes, avec un endroit libre pour la baignade. Relativement paisible; peut-être se contenter de se ressembler dans un grand aquarium. Dans le sol, peu de fouilles et de plantes ne gâchent pas. La composition de l’eau sans prétention. L’aération, la filtration et le remplacement régulier d’une partie de l’eau sont nécessaires.

Dans la nature ils sont souvent dans des milieux sans plantes aquatiques.

 

Reproduction

Type : Reproducteur de substrat

A l’âge de 10-14 mois, il atteint une longueur de 6-9 cm et la reproduction devient envisageable : Un aquarium de ponte d’une capacité de 50-60 litres, avec un sol de sable pur feront l’affaire pour un couple. Le frai commence habituellement le matin et dure environ 2 heures.

La ponte est déposée sur une grande pierre plate, une feuille de plante ou un mur d’aquarium. Les deux parents s’occupent alternativement de la portée, en ventilant et brassant l’eau  avec leurs nageoires, puis pour les jeunes.

Fertilité: jusqu’à 500 œufs. À une température de 27 ° C, les larves écloront après 42-56 heures. Alimentation de départ: rotifères, nauplies d’artémia et cyclops.

Comportement

Ce poisson est un cichlidé paisible et d’une timidité absolue. Il se sentira bien dans un bac communautaire avec des cohabitants pacifiques. Il est important faire en sorte de copier le plus possible son habitat et biotope naturel afin qu’il se sente bien.

L’ajout de feuilles mortes dans le bac est nécessaire pour son bien être car celles-ci sont ensuite traînées en avant et en arrière dans le bac, disposées pour trouver la bonne position. Ces feuilles sont parfois transportées par les animaux.

 Socialisation

Une socialisation avec d’autres cichlidés pacifiques est possible: il partage son biotope naturel avec différentes espèces de cichlidés sud américains. Il peut donc être associé avec tous les autres cichlidés paisibles et et non bagarreurs. De même, le silure, la carpe denticulée et le Salmler sont possibles comme compagnons de bac, si vous vous lancez dans un bac régional.

Krobia__1996-02-S-25-41

A ne pas confondre avec :

Krobia Red Eyes Crique Soumourou –  spécimen sauvage

Krobia xinguensi ou Krobia Xingu

Krobia itaniy

Krobia guianensis

Et en plus, un peu de géographie …

La rivière OYAPOCK

L’Oyapock traverse l’écorégion des forêts humides guyanaises. Il monte dans le Tumuk Humak (Les monts Tumuc-Humac sont une chaîne de montagnes imaginaire qui se serait située à la frontière entre le Brésil et la Guyane.

Il n’existe en fait aucun relief particulier à cet endroit, en dehors des inselbergs du massif du Mitaraka, à proximité du tripoint Brésil–Guyane–Suriname. Ces monts imaginaires ont donné leur nom à un parc naturel brésilien, le parc national des montagnes du Tumucumaque [Parque Nacional das Montanhas do Tumucumaque], créé en 2002.) et se jette dans l’Océan Atlantique, où son estuaire forme une grande baie bordant le cap d’Orange.

La bouche de l’Oyapock est le nord de la fin de la côte du Brésil , car il est où la frontière entre le Brésil et la Guyane française rencontre l’océan, mais à proximité du Cap Orange, qui sépare la baie de Oyapock de l’océan Atlantique, est le plus au nord le point de la Côte brésilienne.

Village d’Ilha Bela, sur la rive brésilienne de l’Oyapock. Base arrière de l’orpaillage illégal en Guyane.

Au Brésil, le cap et l’embouchure de l’Oyapock sont souvent confondus avec le point le plus septentrional du pays (et pas seulement avec son littoral), et dans le passé, cette information pouvait même être trouvée dans les manuels scolaires de géographie.

Pourtant, le véritable point le plus septentrional du Brésil se situe à l’intérieur des terres, sur le mont Caburaí , dans l’État de Roraima., des centaines de kilomètres de l’Oyapock et presque un degré plus au nord.

Histoire

Vicente Yáñez Pinzón aurait été la première personne européenne à voir la rivière Oyapock dans les premières années du 16ème siècle. Il a été rendu Japoc, Yapoc, Iapoco, Wiapoco, et même appelé le fleuve Vicente Pinzón.

Les premiers colons européens ont appelé la rivière comme Wiapoco, et il a été le site des premières colonies par le Britannique Robert Harcourt en 1608 et le Hollandais Jan Van Ryen en 1627. Le nom Oiapoque a été officiellement utilisé à partir de 1900, quand un différend La France a été résolu par l’arbitrage diplomatique suisse .

fiche_photos_oyapock