Vieja synspilum & Vieja melanurum – 1ère partie (1/2)

Vieja synspilum & Vieja melanurum – Günther, 1862

Le cichlidé Quetzal, également appelé cichlidé à tête de feu, du Guatemala et du Belize avec une longueur de corps de 30 cm est l’une des grandes espèces de cichlidés en Amérique centrale et a besoin d’un aquarium de taille correspondante.

C’est l’une des espèces les plus pacifiques qu’il vaut mieux la garder en petit groupe.

À partir de ce type de maintenance, des couples peuvent se former au sein du groupe, entre des individus qui s’accouplent volontairement et harmonieusement et qui finalement se reproduiront et prendront bien soin de leurs progénitures.

Les cichlidés Quetzal sont des reproducteurs sur substrat découvert, en effet, les femelles pondent leurs œufs sur les pierres et les racines des plantes. Les deux parents s’occupent des alevins.

Vieja synspilum est un cichlidé d’Amérique centrale de toute beauté.

Avec sa taille et sa couleur exceptionnelle, il fait toujours forte impression chez les aquariophiles qui ont la chance de le découvrir sous sa vraie forme et avec toutes ses couleurs.

Outre sa parure magnifique, les Vieja synspilum sont faciles à maintenir, mais seulement s’ils sont fournis avec des conditions de base, principalement un aquarium suffisamment grand et spacieux.

S’il s’agit toujours d’une paire compatible, la jouissance d’une grande litière est quelque chose de difficile à décrire. Bien sûr, les cichlidés sont recommandés.

Vieja synspilum est l’un des Vieja les plus apprécié et sûrement parmi les plus répandus de son espèce  en aquariophilie.

Avec son caractère très doux, la cohabitation est facilement envisageable avec d’autres espèces de cichlidés. Il faudra malgré tout un beau volume pour maintenir ce poisson.

REPARTITION

Origine

Vieja synspilum vient d’Amérique centrale: il y vit dans le bassin versant du Rio Usumacinta au Mexique, au Belize et au Guatemala.

Son habitat est constitué de lacs et de basses vallées fluviales aux eaux légèrement saumâtres.

Vieja synspilum est un cichlidé décrit scientifiquement en 1935 par HUBBS sous le nom de Cichlasoma synspilum.

Beaucoup de ces cichlidés fascinants sont classés dans le genre Paratheraps, et comme la plupart le conduisent dans le genre Vieja, nous le resterons pour l’instant. Vieja synspilum vient d’Amérique centrale.

Répartition mondiale connue de Vieja synspilum

Répartition mondiale connue de Vieja melanurum

Il vit dans la partie sud de la péninsule du Yucatan au Mexique, au nord et au centre du Belize, ainsi que dans la rivière Usumacinta et ses affluents au Mexique et au Guatemala.

On les trouve le plus souvent dans les grandes rivières, lacs ou lagunes où le débit d’eau est lent. Peu importe que les eaux soient claires ou nuageuses, elles habitent les deux. Ils ont également été trouvés dans des eaux saumâtres, et on rapporte même qu’ils se reproduisent en mer (Jean Claude NOURISSAT, 1991).

Le fond est principalement sableux et boueux, avec quelques plantes et beaucoup d’arbres submergés s’y attardent.

Zone géographique : Amérique centrale (sud Mexique, Guatemala, Belize) et Amérique du Nord

Origine : Amérique centrale (sud Mexique, Guatemala, Belize)

Distribution : Belize, Guatemala et Mexique.

Type de localisation : Lago Petén, San Pedro de Martir, Rio Usumacinta, Guatemala.

Bassin de la rivière Usumacinta, rivière Candelaria et côte du Belize. On peut également en trouver dans la péninsule du Yucatan, Mexique.

Les grands Cichlidés d’Amérique centrale comme Vieja melanurum-Paraneetroplus synspilum se trouvent principalement dans le bassin hydrologique du lac Petén au Guatemala, et dans le système du Río Grijalva-Usumacinta, et d’autres bassins qui couvre les zones à l’ouest (Atlantique) du Mexique et du Guatemala, et aussi au Belize.

A savoir que c’est le morphe de Belize qui est le plus recherché, car c’est généralement le plus coloré de tous.

Lire plus

Vieja melanurum se limiterait au lac Petén et au Río de la Pasión, affluent du Río Usumacinta en ce qui concerne sa différence de localisation géographique avec Paratheraps synspilum.

Les différences morphologiques qui ont été signalées entre ces deux espèces nominales dans la littérature sont vagues et tournent autour des caractéristiques évoquant une bande sombre qui commence à la nageoire caudale et se rétrécit en avant vers à moitié du corps.

Cette bande est signalée comme droite (horizontale) chez Vieja melanurum mais en pente (oblique vers la zone ventrale) chez Paratheraps synspilum.

Biotope naturel

Les Vieja synspilum vivent principalement dans les lacs côtiers où l’eau dans certaines régions peut être quelque peu cassante et varier de claire à très nuageuse.

Le fond peut être constitué d’argile ou de sable et il y a des racines et des branches tombées où elles peuvent se cacher.

Habitat

Vieja synspilum est chez lui dans le nord du Guatemala et du Belize, c’est-à-dire uniquement du côté atlantique de l’Amérique centrale.

Il peuple des eaux souvent troublées, comme « nuageuses » à écoulement lent.

Ces eaux sont douces à moyennement dures, avec une gamme de pH qui varie de légèrement acide à légèrement alcaline. Cela suggère que Vieja synspilum s’adapte assez facilement à son milieu.

Vieja synspilum a tendance à se rencontrer dans les parties basses ou immobiles cours d’eau des basses terres des rivières et dans de nombreux lacs.

On le trouve parfois dans des milieux aquatiques légèrement saumâtres, bien qu’on ne sache pas vraiment s’il peut survivre longtemps dans ces habitats.

Vieja synspilum aime les rivières à courant lent et des lacs du versant atlantique de l’Amérique centrale.

Surface habitable : L’ eau peut être très transparente et trouble. On les trouve souvent dans les grandes étendues d’eau, comme les lagunes ou les grandes rivières, où l’écoulement de l’eau est lent.

Le fond vaseux et sableux est communément trouvé, et des billes normalement dispersées sont trouvées. Des plantes telles que Ceratophylum sp., Vallisneria sont présentes dans certains cas, et Euchornia sp.

Vieja synspilum  est un poisson très robuste et euryhalin, dans la nature il fréquente à la fois les eaux douces des rivières et les eaux saumâtres des lagunes côtières ; en aquarium, il n’est pas particulièrement exigeant en ce qui concerne les valeurs physico-chimiques de l’eau qui ne doit être que très bien filtrée et oxygénée; il est préférable d’effectuer régulièrement des changements d’eau partiels précédés d’un siphonnage minutieux du fond; des ajouts hebdomadaires d’oligo-éléments et de bio-éléments sont recommandés.

Vieja synspilum se rencontre dans les parties basses et plates des rivières et dans de nombreux lacs.

On le trouve parfois dans des eaux légèrement saumâtres, mais on ne sait pas s’il peut survivre dans cet environnement à long terme.

Informations supplémentaires : Endémique du bassin de la rivière Usumacinta dans le sud du Mexique et du Guatemala, s’étendant au Belize et au versant est de la partie sud de la péninsule du Yucatan au Mexique.

Biotope envahi

Le cichlidé roux habite les lacs et la basse vallée fluviale avec une légère tolérance au milieu saumâtre (FROESE et PAULY, 2012).

Cette espèce se trouve dans les eaux tropicales avec des températures allant de 24 à 30 ° C. Il produit un maximum de 1000 œufs et sa maturité sexuelle est atteinte à 10 cm.

Moyens d’introduction : libération probable d’aquarium.

Statut :

  • isolé dans le Dakota du Sud;
  • établie en Floride et à Porto Rico.

Impact de l’introduction :

  • Les impacts de cette espèce sont actuellement inconnus, car aucune étude n’a été réalisée pour déterminer comment elle a affecté les écosystèmes de l’aire de répartition envahie.
  • L’absence de données n’équivaut pas à un manque d’effets. Cela signifie cependant que des recherches sont nécessaires pour évaluer les effets avant de pouvoir tirer des conclusions.

Remarques : Spécimens de bons: Dakota du Sud (UF 96525).

Au titre des notes aquariologiques, cette espèce a également été capturée par les pêcheurs de la Guajataca Reservoir, dans le comté de Quebradillas sur l’île de Puerto Rico, et un seul poisson (104 mm SL, 58 g) a été capturé par électro-pêche dans le lac Gateway à Ellsworth Air Force base, dans le comté de Pennington, Dakota du Sud aux Etats-Unis, le 15 Septembre 1993.

Ce spécimen, issu probablement d’un aquarium, est conservé au muséum local.

Paraneetroplus melanurus se rencontre naturellement le long du versant atlantique dans le Río Grijalva-Usuma-cinta, et vers l’est et le sud dans tout Quintana Roo, au Mexique et au Belize jusqu’au système de Lago de PeténGuatemala.

Une population introduite est vraisemblablement établie à Singapour (Ng et Tan 2010), et lemens, probablement des poissons de compagnie libérés, ont été signalés dans les eaux libres des États-Unis (Fuller et al. 1999) et des Philippines.pins (Froese et Pauly 2009).

Références : Axelrod, HR 1993. Le lexique coloré le plus complet des cichlidés. Tropical Fish Hobbyist Publications, Inc., Neptune City, New Jersey.

Centre pour les espèces envahissantes et la santé des écosystèmes. 2017.

EDDMapS: Système de cartographie de détection précoce et de distribution. Université de Géorgie, Tifton, GA. http://www.eddmaps.org.

Conkel, D. 1993. Cichlidés d’Amérique du Nord et d’Amérique centrale. Tropical Fish Hobbyist Publications, Inc., Neptune City, New Jersey.

Froese, R. et D. Pauly (éditeurs). 2012. FishBase. Publication électronique sur le World Wide Web. Disponible sur: http://www.fishbase.org. Version (08/2012).

Greenfield, DM et JE Thomerson. 1997. Poissons des eaux continentales du Belize. University Press of Florida, Gainesville, FL.

Konings, A. 1989. Cichlidés d’Amérique centrale. Tropical Fish Hobbyist Publications, Inc., Neptune City, New Jersey.

Shafland, PL, KB Gestring et MS Stanford. 2008. Poissons exotiques d’eau douce de la Floride – 2007. Florida Scientist 71 (3): 220-245

EAU

Les valeurs moyennes de l’eau pour la maintenance de Vieja synspilum s’établissent comme suit :

  • Température : 76 – 86 ° F (24 – 30 ° C)
  • pH : 7,0
  • Dureté : 10 – 15 ° H

Comme déjà mentionné, les valeurs de l’eau jouent un rôle subalterne dans maintenance de Vieja synspilum. Cela est démontré de manière impressionnante par la découverte dans les biotopes les plus divers de leur milieu originel.

Gestion de la température

La température de soin idéale est comprise entre 24 à 28 °C. La limite la plus basse pour les soins de longue durée est de 22°C.

A court terme, 19°C sont tolérés.

En ce qui concerne les fortes températures, la température maximale de 32°C peut être atteinte, si nécessaire et seulement pendant un court laps de temps.

Cette température doit être considérée comme la limite maximale !

Qualité de l’eau

Des changements d’eau réguliers sont essentiels pour des soins réussis.

L’expérience le montre, mais aussi le bon sens, et tous ceux qui en ont maintenus ces poissons arrivent à la conclusion suivante que si les changements d’eau sont négligés, ces animaux grandissent mal, ne montrent pas de couleurs saines et ne prennent soin d’eux-mêmes : ils se laissent dépérir !

Avec un rythme régulier de changement d’eau, l’aquariophile aura  toujours l’occasion de s’émerveiller devant la beauté et la couleur de ses protégés.

Bien sûr, il est possible de manquer un changement d’eau qui sera reporté à plus tard, mais le rythme de changement du tiers du volume du bac tous les 15 jours peut être considéré comme un minimum.

Pendant la phase de changement d’eau, la température de celle-ci devra être comprise entre 24ºC et 28ºC avec un pH compris de préférence entre 6,8 et 8 (7,0 est la valeur idéale), et un dH compris entre 2 et 15 .

Ce ne sont pas des cichlidés sensibles, ils s’adapteront donc à différentes conditions, mais ces conditions doivent les plus constantes possibles dans les limites de tolérance qui ont été fixées.

La taille même de ces cichlidés nécessite une excellente filtration au sein de leur bac de maintenance, avec un cycle d’azote bien établi.

Les taux d’ammoniaque et de nitrites doivent être autant que possible proches de zéro, tandis que le nitrate doit être à une concentration raisonnable.

Pour y parvenir, même avec une excellente filtration et un cycle azoté bien établi, il reste toujours nécessaire de changer une partie considérable de l’eau de l’aquarium chaque semaine ou quinzaine.

ETYMOLOGIE

Le mot « Vieja vient de l’espagnol et signifie « vieille femme ».

Vieja  est un nom utilisé par les habitants pour ce type de poisson fait référence aux coutumes locales dans lesquelles les femmes prennent en charge les enfants.

« Synspilum » vient du grec et signifie « taches cohérentes ».

« Melanurum » vient du grec « melanos » qui signifie « noir » et du mot « oura » qui veut dire « queue ».

Noms scientifiques

  • Cichlasoma synspilum Hubbs, 1935
  • Paratheraps synspilum (Hubbs, 1935)
  • Theraps synspilum (Hubbs, 1935)
  • Paraneetroplus synspilum (Hubbs, 1935)
  • Heros synspilum (Hubbs, 1935
  • Herichthys synspilum (Hubbs, 1935)
  • Cichlaurus hicklingi Fowler, 1956
  • Cichlasoma hicklingi (Fowler, 1956)
  • Vieja synspilum (Hubbs, 1935)

Nom(s) scientifique(s) actuel(s)

Vieja synspilum / Paraneetroplus synspilum /Vieja melanurum

Paraneetroplus est un genre de poissons perciformes appartenant à la famille des Cichlidae. Paraneetroplus est un genre indigène des rivières en Amérique centrale.

De façon contestable certains reconnaissent plus ou moins les genres « Paraneetroplus » et « Vieja ».

Synonymes

  • Heros melanurum , Günther, 1862
  • Astronotus (Astronotus) melanurum , Eigenmann, 1893
  • Cichlasoma (Cichlasoma) melanurum , Jordan et al, 1896
  • Cichlasoma melanurum , Evermann et al, 1902
  • Astronotus melanurum , Eigenmann et al, 1903
  • Cichlosoma melanurum , Regan, 1905
  • Cichlaurus melan , 1930
  • Vieja synspilum, Hubbs, 1935
  • Paranetroplus synspilum , Hubbs, 1935
  • Paratheraps melanurum , Allgayer, 1989
  • Vieja melanurum , Allgayer, 1991
  • Cichlaurus hicklingi , Conkel, 1993 (Synonyme de Cichlasoma synspilum )
  • Heros melanopogon , Kullander, 2003
  • Paraneetroplus melanurum , McMahan et al, 2010
  • Cichlasoma synspilum , McMahan, 2011

Selon FishBase (23 juillet 2015)1:

Selon ITIS:

Autres noms communs

  • Cichlasoma synspilum Hubbs, 1935;
  • Ciclaurus hicklingi Fowler, 1956;
  • Vieja synspilum (Hubbs, 1935);
  • Paraneetroplus synspilum (Hubbs, 1935);
  • cichlidé pastel, cichlidés quetzal
  • Quetzal Cichlid
  • Vieja melanurum (Günther, 1862)
  • Cichlidé roux
  • cichlidé Firehead
  • Scallop melanurum,
  • Cichlasoma hicklingi,
  • Cichlaurus hicklingi,
  • Scallop synspillum, Scallop synspilum,
  • Paraneetroplus synspilum,
  • Cichlasoma synspilum,
  • Heros melanopogon,
  • Paraneetroplus melanurum,
  • Cichlasoma melanurum,
  • Heros melanurum

Le nom anglais de cette espèce est “Redhead cichlid”. Les synonymes de cette espèce comprennent “Paraneetroplus synspilum”, “Vieja synspilum”, “Vieja synspilum”, “Cichlaurus hicklingi” ou “Cichlasoma synspilum”.

Largement appelé Vieja synspilum ou Cichlasoma synspilum, les deux binômes sont désaffectés et deviennent synonymes.

C’est l’une des espèces de cichlidés les plus colorées, ses couleurs varient de l’orange, du rouge, du bleu et du rose.

Pendant de nombreuses années, le nom scientifique le plus populaire pour cette espèce était son synonyme junior « Paratheraps synspilum », bien que les différences entre les deux espèces n’aient jamais été très claires.

Cependant, après une comparaison morphologique entre les deux, McMahan (2011) a déterminé la synonymie des deux espèces.

Etant donné que Paratheraps melanurum était le nom le plus ancien disponible, il est ainsi devenu le synonyme junior de Paratheraps synspilum, bien que ce dernier soit plus populaire.

La différenciation entre les deux espèces est basée principalement sur la couleur, Vieja synspilum est plus rose et Vieja melanurum plus orange.

Cependant, ces différences sont actuellement considérées comme de simples variations entre les populations.

Comportement: Lorsqu’il est jeune, le synspilum sera timide et aura tendance à flotter. Ils gagneront en confiance à mesure qu’ils grandiront.

Ils défendront leur territoire mais ne sont pas très agressifs, très similaires aux grands Oscars.

Anciennement appelé Amphilophus synspilum, il s’agit d’un cichlidé très grand et quelque peu agressif pour l’aquarium domestique.

Les mâles Vieja synspilum développent une coloration rouge foncé sur le visage et les branchies, ainsi qu’une grosse bosse sur le front.

Vieja synspilum à points bleus

Vieja synspilum “Belize”

Chez Vieja melanurum on constate le même phénomène avec la couleur orangée qui est dominante.

Vieja melanurum

Les femelles sont légèrement plus délicates et ont un corps tacheté de brun doré et noir avec des quantités variables de taches rouges.

Les Vieja sont parmi les cichlidés d’Amérique centrale les plus agressifs.

Ils grandissent – en particulier les mâles adultes – et ont besoin d’un grand aquarium avec beaucoup d’espace et de territoire.

L’aquarium a également besoin d’une filtration suffisante pour gérer les déchets produits par les gros poissons.

Ces poissons sont omnivores et doivent être nourris avec une alimentation variée d’aliments carnés avec de la matière végétale – des granulés de taille appropriée (ou des flocons pour les petits juvéniles) peuvent être complétés avec des aliments surgelés et frais à l’occasion.

TAXONOMIE

Le genre Vieja a été créé en 1969.

À l’heure actuelle et depuis un bon nombre d’années, son extinction est toujours à l’étude, et toujours reportée !

De nombreuses espèces de ce genre ont été déplacées, bien que cela n’ait pas été rencontré avec le consentement sans équivoque de tous les experts, y compris les espèces de synspilum, à un parent du genre Paratheraps.

Cependant, la dernière étude basée sur la génétique moléculaire et l’évolution a créé encore plus de confusion…et ce n’est pas encore fini !

Le genre Paraneetroplus/Vieja se compose actuellement de 11 espèces présentes naturellement dans le sud du Mexique vers le sud jusqu’au Panama :

Tous ces Vieja ont été étonnamment affectées au genre Paraneetroplus.

L’étude a révélé une relation étroite avec Paraneetroplus bulleri.

Cependant, pour un aquariophile ordinaire, ces questions scientifiques ne sont pas très importantes, car cette situation ne semble pas définitive non plus et de nombreux experts ont des réserves à ce sujet.

Paraneetroplus melanurum (GÜNTHER 1862) se trouve dans le système du Lago de Petén au Guatemala, et Paratheraps synspilum (HUBBS 1935) dans le système Río Grijalva-Usumacinta et d’autres systèmes au Mexique, au Belize et au Guatemala.

Liste des espèces « Vieja »

  • Paraneetroplus argenteus (Allgayer, 1991)
  • Paraneetroplus bifasciatus (Steindachner, 1864)
  • Paraneetroplus breidohri (Werner & Stawikowski, 1987)
  • Paraneetroplus bulleri Regan, 1905
  • Paraneetroplus fenestratus (Günther, 1860)
  • Paraneetroplus gibbiceps (Steindachner, 1864)
  • Paraneetroplus guttulatus (Günther, 1864)
  • Paraneetroplus hartwegi (Taylor & Miller, 1980)
  • Paraneetroplus maculicauda (Regan, 1905)
  • Paraneetroplus melanurum (Günther, 1862)
  • Paraneetroplus nebuliferus (Günther, 1860)
  • Paraneetroplus regani (Miller, 1974)
  • Paraneetroplus synspilum (Hubbs, 1935)
  • Paraneetroplus zonatus (Meek, 1905)

Les différences morphologiques signalées entre ces deux espèces nominales dans la littérature sont vagues mais dictées par les caractéristiques d’une bande sombre qui commence à la nageoire caudale et se rétrécit en avant près du milieu du corps.

Ce groupe est rapporté comme hétéro (horizontal) chez Paratheraps melanurum mais en pente ventrale chez Paratheraps synspilum.

Certains auteurs ont déjà suggéré que ces deux formes n’étaient pas distinctes.

Une étude a tenté de réaliser une comparaison morphologique systématique entre Paratheraps melanurum et Paratheraps synspilum pour approfondir la validité de cette hypothèse.

Ainsi a été examiné la morphologie méristique, morphométrique et géométrique de ces poissons et il n’a pas été possible de mettre en évidence des différences de description entre ces deux formes:

Vieja synspilum et Vieja melanurum seraient le même poisson !

Pendant de nombreuses années, le nom scientifique le plus populaire de ce poisson était celui de son synonyme junior « Paratheraps synspilum », bien que les différences entre les espèces ne soient pas toujours claires.

L’analyse de l’ADN les a montrées comme des espèces sœurs avec un faible nombre de différences. McMAHAN et Al (2011) ont fait une comparaison morphologique entre les deux espèces et ont finalement déterminé leur synonymie.

Comme déjà dit, Paratheraps melanurum est le nom le plus ancien disponible, ce nom prévaut sur tout autre, bien qu’il soit moins populaire que celui actuellement en synonymie junior.

Il convient de noter que Paraneetroplus est le genre reconnu et valide pour l’espèce…mais en tant qu’aquariophile, dans cet article, l’appellation “Vieja ” sera utilisée et prévaudra.

Ce qu’il faut retenir…

Paraneetroplus melanurum (Günther 1862) se trouve dans le système du Lago de Petén au Guatemala, et Paratheraps synspilum (Hubbs 1935) dans le système Río Grijalva-Usumacinta, et d’autres systèmes au Mexique, au Belize et au Guatemala.

http://www.mapress.com/zootaxa/2011/f/z02833p014f.pdf

Le genre Paraneetroplus se compose actuellement de 11 espèces présentes naturellement dans le sud du Mexique.ico sud au Panama. Paraneetroplus melanurus (GÜNTHER 1862) se trouve dans le système du Lago de Petén au Guatemala, etParatheraps synspilus (HUBBS 1935) dans le système Río Grijalva-Usumacinta, et d’autres systèmes au Mexique, au Belize et au Guatemala.

Dans sa liste de contrôle des cichlidés du Nouveau Monde, KULLANDER, en 2003, avait reconnu 16 espèces du genre Vieja.

Cependant, comme de nombreux autres genres de la famille des Cichlidae, Vieja est un groupe énigmatique taxonomiquement et donc difficile à définir.

Les analyses moléculaires de cette dernière étude ont trouvé des preuves solides que la plupart des espèces de Vieja devraient être affectées au genre Paraneetroplus.

C’est un problème qui affecte la taxonomie de Vieja et donc maintenant Paraneetroplus !

De plus, les descriptions originales de certaines espèces ne sont pas suffisamment détaillées pour permettre une identification définitive (GÜNTHER 1862; FERNANDEZ-YEPEZ 1969).

Plusieurs guides récents sur les poissons contiennent des descriptions anatomiques utiles identifier de nombreuses espèces de Paraneetroplus :

  • GREENFIELD et THOMERSON 1997;
  • BUSSING 1998;
  • MILLER et Al.2006

Mais ces publications ne traitent en grande partie que de la faune halieutique d’un pays particulier. Par conséquent, certaines espèces de Paraneetroplus n’est pas inclus, ce qui rend les comparaisons morphologiques difficiles.

La présente étude (Fichier PDF ci dessous) se concentre sur deux espèces nominales de Paraneetroplus : Paraneetroplus synspilus (Hubbs 1935) et Paraneetroplus melanurus (Günther 1862).

KULLANDER (2003) a indiqué que Paraneetroplus synspilus se trouve au Mexique, au Guatemala et au Belize dans le bassin du Río Usumacinta et Paraneetroplus melanurus au Guatemala dans le Río de la Pasión (affluent de la Systèmes Río Usumacinta) et Lago de Petén.

MILLER et AL. (2006) fournissent des enregistrements supplémentaires Paratheraps synspilus..

En raison de la confusion taxonomique dans la littérature technique et populaire, les deux espèces ont été identifiés sous une variété de noms génériques, en plus de Paraneetroplus, principalement Vieja, Cichlasoma, Paratheraps…

Vieja sysnpilum et Vieja mélanurum se trouvent dans différentes eaux, ont donc différentes couleurs de base et marques caudales.

https://www.southeastern.edu/acad_research/depts/biol/faculty/publications/pdf/2011/mcmahan_et_al2011.pdf

Paraneetroplus Melaranum a été décrit pour la première fois en 1862, et Paraneetroplus Synspilum seulement en 1935.

Cela est peut être significatif, mais les aquariophiles savent depuis longtemps qu’il y a bien une différence réelle entre les deux poissons simplement en regardant le marquage caudal et la couleur de base.

Cela nous explique aussi pourquoi certains Vieja synspilum apparaissent plus jaune orangé, tandis que d’autres sont plus rouges, un mystère qui semblerait donc résolu.

Les différences morphologiques entre les deux espèces sont mineures mais la clé réside dans les caractéristiques d’une bande sombre qui commence à la nageoire caudale et se rétrécit au milieu du corps.

Ce groupe est rapporté comme hétéro (horizontal) chez Paratheraps melanurum mais en pente ventrale chez Paratheraps synspilum.

L’étude a conclu qu’il s’agit en fait de la même espèce et que Paratheraps melanurum a été décrit pour la première fois, 1862 par rapport à 1935, que tous devraient être appelés Paratheraps melanurum.

Bien que l’étude ait été publiée en avril de l’année dernière, je ne pense toujours pas qu’ils aient été officiellement acceptés comme une seule espèce.

Une étude récente ((CALEB D. MCMAHAN, CHRISTOPHER M. MURRAY, AARON D. GEHEBER, CHRISTOPHER D. BOECKMAN & KYLE R. PILLER,  2011)) montre que les populations type de Vieja synspilum ne présente pas de différence significative avec Vieja melanurum or ce dernier ayant été décrit antérieurement a donc la priorité.

Il faudra donc, théoriquement, s’habituer à renommer nos bons vieux “synspi” sous le nom de Vieja melanurum.

L’appartenance générique est également discutée entre Paratheraps, Vieja voire même Paraneetroplus pour ceux qui aiment les grands fourre-tout !

Le genre Paratheraps  a été récemment (mais jusqu’à quand ?) remis en synonymie avec Vieja (2015)

Variabilité : Espèce très variable d’une rivière à l’autre. La forme très colorée habituellement maintenue en aquarium provient du Belize.

Paraneetroplus synspilum, l’un des cichlidés d’Amérique centrale les plus appréciés, de très belles couleurs. Bien que la plupart le connaissent comme Vieja synspilum.

Cette espèce a parcouru un long chemin en termes de dénomination. La description scientifique suivante propose de fusionner Vieja synspilum et Paratheraps melanurum en une seule espèce: Paratheraps melanurum

http://www.mapress.com/zootaxa/2011/f/z02833p014f.pdf

Ceci est défait dans un autre article. Il y aura un long débat avant que les espèces de cette famille ne se retrouvent au bon endroit.

Historique

Vieja synspilum 2004 : C’est à juste titre l’un des cichlidés les plus populaires d’Amérique centrale dans nos aquariums.

Son nom allemand est “Quetzalbuntbarsch”.

Le Quetzal est l’emblème du Guatemala.

Un oiseau très coloré mais malheureusement en voie de disparition. Cet éclat de couleur a donné son nom à notre Vieja.

Le Quetzal resplendissant est une espèce d’oiseau de la famille des Trogonidae. Il figure sur les Armoiries du Guatemala,. Le Quetzal est l’oiseau national, et donne aussi son nom à la monnaie du pays, le Quetzal.Nom scientifique : Pharomachrus mocinno

 Certes, l’éclat de la couleur n’est pas uniquement responsable de la popularité. Non, sa nature, son tempérament particulier pour un cichlidé ont fait de lui ce qu’il est et surtout sa renommée dans le monde de l’aquariophilie.

Vieja synspilum n’exige rien, ne fait aucune demande particulière sur la valeur de l’eau dans laquelle il vit en aquarium, Vieja synspilum est relativement paisible envers les autres poissons et récompense son propriétaire par son  impressionnante apparence.

En 1935, HUBBS a décrit un petit cichlidé mesurant à seulement 69 mm du Rio San Pedro de Martir comme étant Cichlasoma synspilum, pêché dans le Rio San Pedro de Martir, Peten, au Guatemala, ce cours d’eau est un afflux de l’énorme Rio Usumacinta.

Cependant, l’aire de distribution de Vieja synspilum n’est pas limitée au Rio San Pedro. La zone d’occurrence de Vieja synspilum s’étend du bassin d’Usumacinta au Mexique et au Guatemala jusqu’au fleuve Belize au Belize.

Cette aire de distribution relativement grande permet l’apparition de plusieurs variations de couleur de Vieja synspilum.

Il arrive donc que différentes variantes soient maintenues dans nos aquariums. Selon d’où ils viennent, les Vieja synspilum restent assez sombres, avec relativement peu de rouge, qui se limite alors à la gorge, il y a ceux dans lesquels tout le corps avant brille d’un rouge intense.

Jeune Vieja synspilum à points bleus

Les Vieja synspilum sont disponibles avec des taches brillantes et sans, avec peu de noir dans le dos ou avec beaucoup. Il n’y a en fait rien qui n’existe pas. Mais il existe également des différences de forme.

Selon l’habitat, il y a des animaux au front et dos plus marqués que l’on trouve dans les rivières à débit lent ou dans les lacs.

Les animaux des rivières à courant rapide se sont adaptés à l’habitat avec un corps allongé bas, ou vice versa.

Cette polyvalence a intrigué les aquariophiles ainsi que les scientifiques. Dès 1862, GÜNTHER a décrit un poisson du Petensee au Guatemala comme Heros melanurum.

Melanurus signifie également quelque chose comme des taches brunes.

Le nom Cichlasoma melanurum a toujours été valable, mais on a été tenté de considérer Cichlasoma synspilum comme synonyme de Cichlasoma melanurum.

À un moment donné, Melanurus est entré dans les aquariums allemands, mais n’a finalement dissipé aucun doute.

Ce qui est certain, c’est que ces deux espèces sont vraiment étroitement liées.

Ceci est confirmé par leur similitude. Cependant, il existe également des caractéristiques distinctives claires.

Vieja melanurum – Mâle

Les couleurs de Melanurus sont un peu plus réservées et beaucoup plus jaune-orange.

Vieja synspilum – Mâle

Contrairement à Vieja synspilum, ils semblent plus étirés.

Ces deux types sont-ils vraiment deux ou une autre variante?

Si c’est le cas, Vieja synspilum est synonyme de Vieja melanurum.

Après que KULLANDER ait révisé le genre Cichlasoma en 1983, Cichlasoma synspilum a été placé dans le genre Vieja.

Le terme « Vieja » vient de l’espagnol et signifie quelque chose comme “vieille”, “vieille femme” qui se réfère certainement au comportement de soin des couvées de ces poissons.

La taxonomie de ce poisson est très variable, changeante et incertaine.

Le cichlidé tête de feu Vieja melanurum ou Paraneetroplus synspilum (HUBBS, 1935), souvent connu comme Vieja synspilum, pourrait donc aussi se nommer Paraneetroplus melanurum depuis 2011 mais cette synonymie n’a pas été officialisée.

Le taxon, avec un genre plus précis, Paratheraps synspilum est une alternative mais, là encore, non reconnue.

L’appellation Cichlasoma hicklingi, selon FOWLER, en 1956 a depuis été écartée.

DESCRIPTION

Gros perciforme appartenant à la famille des Cichlidae ; originaire d’Amérique centrale; cours bas des rivières Usumacinta, Tonalá, Belize, Chompán, Grijalva, Candelaria et dans les lagunes côtières qui en sont alimentées, au sud-est du Mexique, au Belize et au Guatemala.

Pour sa beauté particulière, il est élevé dans le monde entier, en particulier en Malaisie, à la fois dans sa forme originale et dans les variétés de sélection.

Le cichlidé de Quetzal a un corps allongé et aplati latéralement, avec un front relevé.

Dessin montrant les points de repère pour l’analyse morphométrique géométrique sous forme de points :

  • insertions antérieure (1) et postérieure (2)de la nageoire dorsale;
  • insertions dorsale (3) et ventrale (4) de la nageoire caudale;
  • insertion de la nageoire pectorale antérieure (7);
  • insertion dorsale de la nageoire pectorale(8);
  • bord le plus postérieur de l’opercule (9);
  • insertion de l’opercule antérieur à la base de l’isthme (10);
  • bouche (11);
  • extrémité antérieure du museau (12);
  • centre de l’œil (13).

Morphologie

Corps robuste, typique des cichlidés américains. Les nageoires dorsale et anale sont pointues.

Les mâles adultes développent progressivement une forte bosse nucale sur le front.

Il a un corps ovoïde, massif, peu allongé et assez comprimé latéralement;

La tête est grande avec des yeux qui sont relativement petits; devant les yeux il y a une paire de narines, dotées des fonctions olfactives.

La bouche est bien proportionnée par rapport au corps.

La bouche est placée en position sous-terminale ; elle est grande et aux lèvres particulièrement charnues.

A l’intérieur de la bouche, se trouve la cavité buccale formée par deux os, en forme de faucille et couverts de tubercules, adaptés à la mastication.

Les dents sont coniques.

L’opercule branchial est particulièrement grand a un pré-cercle articulé et un volet inférieur (membrane branchiostegiale) qui peuvent être à la fois arqués et inversés.

Le pédoncule caudal est court et trapu.

La nageoire dorsale est de forme trapézoïdale et soutenue par 14 à 16 épines rigides et 12 rayons mous.

Elle s’étend sur une grande partie du dos et se termine par un lobe postérieur avec un sommet pointu qui s’étend avec un mince filament au-delà de la nageoire caudale.

Les épines rigides ne sont pas complètement jointes par la membrane interradiale et donnent à la première partie de la nageoire un aspect dentelé.

La nageoire anale est trapézoïdale et soutenue à son tour par 6 épines rigides et 8 rayons mous, elle s’étend sur toute la partie postérieure de l’abdomen et se termine par un lobe postérieur à l’apex pointu qui se prolonge par un mince filament bien au-delà de la nageoire caudale.

La nageoire caudale a une forme delta et la marge droite ou légèrement arrondie.

Les nageoires ventrales sont larges et de forme triangulaire.

Les nageoires pectorales, trapézoïdales, sont placées en position jugulaire,

La livrée est très colorée et très brillante.

Morphologiquement, il est très similaire à Amphilophus citrinellus, présent au Nicaragua et au Costa Rica, avec lequel il est souvent confondu; également génétiquement, il est très proche d’Amphilophus citrinellus avec lequel il forme souvent des hybrides naturels.

Il vit au Guatemala et au Mexique et dans certaines rivières côtières du Belize. Il vit généralement dans les lacs ou les rivières aux eaux calmes. Les Vieja synspilum vivent de préférence sur un fond de sable et de boue.

C’est un grand cichlidé, majestueux et relativement paisible qui est un vrai éclat de couleurs dans n’importe quel aquarium.

Un détail intéressant est que les juvéniles de quelques centimètres de longueur de cette espèce sont à côté de couleur dominante bleu clair.

Cette couleur disparaît lorsque le poisson atteint 6-7 cm.

Vieja synspilum a été décrit en 1935 par l’ichtyologiste américain Carl HUBBS, qui a initialement appelé sa nouvelle espèce Cichlasoma synspilum.

Le seul spécimen à sa disposition mesurait 69 mm de long et provenait du Rio San Pedro de Martir, un affluent du puissant Rio Usumacinta dans les basses terres du Guatemala.

Le nom de l’espèce indique les taches confluentes situées sur les flancs (syn = ensemble; spilos = tache).

Cichlaurus hicklingi (FOWLER, 1956) est généralement considéré comme un synonyme plus jeune de cette espèce.

Lorsque le genre Cichlasoma a été divisé en sections et sous-genres, Vieja synspilum a d’abord été classé dans le genre Theraps et ensuite dans le genre Paratheraps.

En 1991, Robert ALLGAYER a décrit l’espèce Vieja argentea, et à cette occasion Paratheraps a été identifié comme synonyme de Vieja (FERNANDEZ-YEPEZ, 1969) par WERNER & STAWIKOWSKI, 1988.

En théorie, il convient donc maintenant appeler l’espèce en question : Vieja synspilum.

Cependant, le statut de Vieja synspilum n’est pas entièrement certain, car Robert MILLER a fait remarquer dès 1966 qu’il pourrait s’agir d’un synonyme plus jeune de Vieja melanurum.

La question est loin d’être définitivement tranchée dans le monde de la taxonomie !

Colorations

La coloration des Vieja synspilum est quelque chose qui les différencie de la plupart des autres cichlidés : c’est un cichlidé particulièrement coloré.

C’est un petit poisson extrêmement coloré, c’est l’un des cichlidés les plus colorés connus. Il présente à la fois une grande variété de couleurs sur son corps: bleu, vert, orange, rose et rouge.

Chez les spécimens adultes, une teinte bleuâtre apparaît sur la coloration de base des nageoires et de certaines parties du corps. Chez les mâles adultes, la bosse nucale est rouge.

Leurs yeux saisissants peuvent être bleus ou verts chez les mâles et jaunes chez les femelles.

La couleur du cichlidé quetzal est spectaculaire et varie considérablement: la tête et le corps antérieur adjacent sont de couleur rougeâtre.

Chez de nombreux spécimens, la couleur de base du corps est bleuâtre avec des zones jaune-orange à dorées à l’arrière du corps.

Les flancs du cichlidé Quetzal ont de nombreuses taches ou taches noirâtres.

Il existe une large bande noirâtre sur le pédoncule caudal qui s’étend jusqu’en dessous de la nageoire dorsale.

Cette bande longitudinale peut être continue ou divisée en taches individuelles.

La touche latérale traverse le milieu de ce groupe

La coloration et le dessin des nageoires des cichlidés de Quetzal varient également du bleuâtre au jaunâtre, de l’orange au rouge vif.

La tête et la poitrine du champ visuel sont rouge vif, tandis que les côtés sont ornés d’une belle couleur dorée.

La tête est rouge, suivie d’un mélange de vert, d’or, de rouge, d’orange et de bleu.

Le corps est d’une couleur qui varie du vert au jaune doré au bleu cobalt, sur le côté le bord sombre des écailles crée un dessin réticulaire.

Sur le dos, il y a souvent des éclairs irisés ainsi qu’une large bande noire, irrégulière et souvent interrompue qui s’étend du ventre au centre du pédoncule caudal.

Les nageoires sont de la même couleur que le corps, avec de petites taches noires irrégulières dessinées sur elles, et ont une large marge semi-transparente.

Les nageoires sont aussi colorées.

Les nageoires dorsale et caudale sont principalement dans les  tons orange et or, tandis que les nageoires anale et abdominale sont d’un ton vert bleuâtre.

En outre, il existe des variations de couleur de Vieja synspilum, en fonction de la localité d’origine.

Les couleurs des mâles sont plus prononcés que celles des femelles, mais les femelles sont loin d’être incolores.

C’est pourquoi les jeunes poissons sont plutôt discrets et discrets. Ils ne commencent à prendre des couleurs que lorsqu’ils dépassent 10 cm, taille qu’ils atteignent en 1 an environ.

La coloration de ces cichlidés leur a fait traverser les frontières pour atteindre le marché asiatique et finir par des croisements avec d’autres cichlidés : Cela a abouti à des poissons qui n’existent pas dans la nature, des hybrides, tels que les cichlidés « perroquet » ou « Parrot cichlid ».

La traversée des genres susmentionnés ou de leurs espèces individuelles est actuellement un problème majeur dans le monde entier, et la question de savoir comment ces poissons sont vraiment purs est un sujet dans de nombreux forums sur les cichlidés d’Amérique centrale.

Il n’est pas surprenant que des individus entreprenants aient également découvert la forme du rouge dans notre région.

Il n’y a pas d’informations claires sur ce formulaire à l’étranger.

L’effet possible de l’astaxanthine sur ces cichlidés d’Amérique centrale joliment colorés ne peut être exclu.

Cependant, on ne peut nier que certains individus adultes ont une couleur rouge foncé sur la tête, peut-être même sur tout le corps.

L’astaxanthine est un pigment de la famille des terpénoïdes, et fait partie des composés phytochimiques. Elle est soluble dans les graisses et les huiles. Chez les crustacés, cette coloration n’apparaît généralement pas chez l’animal vivant car la molécule est entourée d’une protéine lui donnant une coloration noirâtre. En ébouillantant les homards et crevettes, les chaînes de protéines se déroulent, libérant la molécule d’astaxanthine : les crustacés deviennent alors roses. Les saumons d’élevage peuvent être différenciés des saumons sauvages par examen de la structure de l’astaxanthine.

Elle peut être considérée comme le terme ultime d’une série d’hydroxylations et d’oxydations à partir du β-carotène ; les colorations observées chez les crustacés sont dues à des chromoprotéines de ce pigment, comme les crustacyanines des homards. Le pigment rouge de l’anémone de mer Actinia equina, l’actinio-érythrine, est un métabolite particulier de l’astaxanthine. Une molécule d’astaxanthine qui a perdu ses deux groupements hydroxyles (–OH) est appelée canthaxanthine. L’astaxanthine est responsable, entre autres, de la couleur des flamants d’Amérique.

En plus de la forme conventionnelle, la forme tachetée de Vieja synspilum est connue.

Son nom révèle que cette sous-espèce a de nombreuses taches bleues, tandis que les nageoires et les parties du corps ont une teinte bleuâtre à certains égards.

Vieja synspilum Belize orange est une autre forme, qui est actuellement introuvable.

Le nom révèle la présence d’une grande proportion de couleur orange inhabituellement répartie sur le corps du poisson.

Elle ne peut pas non plus être confondue avec une autre forme de Vieja synspilum. Il semblerait qu’il existe plusieurs variantes de Vieja synspilum au Belize.

La coloration de toutes les formes ou variations de couleur de Vieja synspilum dépend de la température de l’eau, mais principalement de la maturité de ces poissons.

À un jeune âge, il mesure environ 15 cm, la coloration n’est pas très perceptible.

Dans cette taille, bien que la population du bac ait un grand impact sur Vieja synspilum, certains poissons manifestent déjà un intérêt pour la reproduction, qui est directement liée à la coloration souhaitée de ces cichlidés.

Les éleveurs doivent donc s’armer d’une grande dose de patience.

D’un autre côté, il est au moins gratifiant que ces poissons se développent rapidement lorsqu’ils sont conservés dans de bonnes conditions.

Dans l’année, ils peuvent atteindre une taille de corps allant jusqu’à 18 cm pour les mâles.

Les cichlidés adultes dans une eau d’au moins 25°C peuvent afficher des couleurs très attrayantes dans le spectre principalement rouge, ils méritent donc l’attention d’éleveurs capables de leur fournir un bac suffisamment spacieux.

Parallèlement à l’intensité de la coloration, le comportement agressif augmente, en particulier au sein du genre ou de l’espèce.

Remarques : C’est un des grands classiques des Cichlidés centraméricains.

Sa coloration quand il est  jeune, très terne, en bac de vente dans les animaleries ne séduit guère, mais des poissons adultes dans de bonnes conditions de maintenance sont de vraies merveilles… à réserver pour possesseurs de très grands aquariums.

Leave a Reply