Trois nouvelles espèces du groupe d’espèces Geophagus brasiliensis découvertes au nord-est du Brésil

Trois nouvelles espèces du groupe d’espèces Geophagus brasiliensis découvertes au nord-est du Brésil, José L. O. Mattos, Wilson J. E. M. Costa, 2018

Préambule

L’ichtyofaune néotropicale est estimée à environ 8000 espèces représentant 25% de la diversité ichtyologique mondiale, incluant à la fois des formes marines et dulçaquicoles. L’essentiel de cette diversité, se trouve réparti dans le vaste ensemble sud-américain. L’histoire de cette biodiversité a commencé immédiatement à la suite de la séparation complète entre l’Amérique du Sud et l’Afrique, à la fin du Crétacé inférieur, il y a environ 100 millions d’années, et résulte d’une série d’événements qui eurent lieu entre le début du Crétacé supérieur et le Miocène supérieur.

L’importance de l’ichtyofaune néotropicale a été remarquée dès le XVIIIe siècle par les premiers voyageurs naturalistes qui ont immédiatement commencé l’inventaire de cette richesse. Au début du XXe siècle, Eigenmann, un des pionniers de l’ichtyologie néotropicale, évaluait l’ichtyofaune du continent sud-américain à 2000 espèces dont 800 pour le bassin de l’Amazone.

En 1969, Géry portait respectivement ces chiffres à 2700 et 1300 espèces. Lors de la deuxième moitié de ce siècle, de gros efforts d’inventaires ont été effectués dans les différents pays si bien que l’ichtyofaune néotropicale est aujourd’hui estimée à environ 8000 espèces représentant environ 25% de la diversité des “poissons” mondiaux, incluant à la fois des formes marines et dulçaquicoles.

…et ces chiffres continuent toujours d’augmenter puisque régulièrement de nouvelles espèces sont découvertes.

UDans leur rapport du WWF Brésil et de l’Institut Mamiraua rendu public le 30 août 2017 à Sao Paulo (Brésil), des chercheurs présentent 381 nouvelles espèces de plantes et d’animaux qui ont été identifiées en Amazonie entre janvier 2014 et décembre 2015.

La liste inclut :

  • 216 plantes,
  • 93 poissons,
  • 32 amphibiens,
  • 19 reptiles,
  • un oiseau
  • 20 mammifères dont deux fossiles,

Ce rapport, qui estime qu’une nouvelle espèce est découverte tous les deux jours en Amazonie, vaste étendue de jungle répartie entre neuf pays d’Amérique du Sud.

Mais la diminution des ressources, la découverte de nouvelles espèces risque de devenir de plus en plus difficile en raison des menaces qui pèsent sur ces dernières : « Toutes les espèces sont situées dans des zones où l’être humain est en train de dégrader l’Amazonie et cela « menace la survie des espèces avant même qu’elles soient découvertes« .

RAPPEL SUR LES GEOPHAGUS

La tribu des cichlidés Geophagini est largement répartie en Amérique du Sud et présente la plus grande diversité parmi les tribus de cichlidés néotropicaux, comprenant 15 genres (López-Fernández et al., 2010). Les espèces incluses occupent un large éventail de niches écologiques et présentent des adaptations morphologiques et comportementales remarquables (López-Fernández et al., 2013, Arbour et López-Fernández 2014). Le genre Geophagus Haeckel, 1940 a été diagnostiqué par la morphologie des vertèbres, comprenant :

  • la présence de côtes épipleurales sur les vertèbres caudales, associées à des expansions de la vessie natatoire,
  • des vertèbres caudales plus nombreuses qu’abdominales (Kullander 1986). Cependant, ces caractéristiques morphologiques ne sont pas partagées par toutes les espèces du genre.

Actuellement, le genre Géophagus a été divisé en trois groupes d’espèces :

  • Genre Geophagus brasiliensis
  • Genre Geophagus altifrons
  • Genre Geophagus steindachneri

Les espèces correspondant au diagnostic générique de Kullander (1986) ont été regroupées dans le groupe des espèces Geophagus sensu stricto, qui comprend les espèces types du genre Geophagus altifrons Haeckel, 1840 et d’autres espèces réparties dans le nord de l’Amérique du Sud, notamment les bassins Amazonas, Orinoco et Parnaíba. Néanmoins, deux groupes d’espèces ne possèdent pas ces caractéristiques morphologiques:

  • le groupe d’espèces ‘Geophagus’ steindachneri, avec une distribution trans-andine entre le sud du Panama et la région de Maracaibo au Venezuela,
  • le groupe d’espèces ‘Geophagus’ brasiliensis géographiquement répandu dans l’est du sud. Amérique, principalement dans la forêt atlantique (Kullander 2003, Mattos et al., 2015).

Des études phylogénétiques récentes (López-Fernández et al., 2010, Ilves et al., 2017) indiquent que ces trois groupes d’espèces ne forment pas une lignée monophylétique et, par conséquent, les auteurs décrivent provisoirement les nouvelles espèces des deux derniers groupes. ‘Geophagus’, utilisant ainsi le nom du genre entre apostrophes pour désigner leur position incertaine (Kullander 1998, López-Fernández et al 2010, Ilves et al., 2017).

Actuellement, le groupe d’espèces G. ‘brasiliensis comprend cinq espèces valides (Kullander 2003, Mattos et al., 2015):

  • iporangensis Haseman, 1911, du bassin de Rio Ribeira do Iguape;
  • itapicuruensis Haseman, 1911, du bassin Rio Itapicuru;
  • obscurus (Castelnau, 1855), de la section côtière du bassin du Rio Paraguaçu (Lucena et Kullander 2006);
  • diamantinensis Mattos, Costa & Santos, 2015 de la partie supérieure du bassin du Rio Paraguaçu;
  • ‘brasiliensis, présent dans une large zone le long des bassins côtiers entre l’État de Bahia, au nord-est du Brésil, et la province de La Plata, au nord-est de l’Argentine (Kullander 2003, Mattos et al., 2015).

La distribution de ce groupe d’espèces couvre une vaste zone de la forêt atlantique et une petite zone de Caatinga, un biome semi-aride du nord-est du Brésil (Mattos et al., 2015). La forêt atlantique est un ensemble d’écosystèmes, de biotopes dont la biodiversité a subi une dégradation et une réduction drastique tout au long de l’histoire de l’occupation humaine et du développement des activités économiques. En conséquence, de nombreuses composantes de sa biodiversité endémique sont actuellement menacées d’extinction. Cette province naturelle d’Amérique du Sud montre un fort taux d’endémisme dans ses fragments restants, hébergeant des espèces endémiques de poissons d’eau douce, notamment les cichlidés.

Quelles sont ces nouvelles espèces ?

ZSE_article_22685

Geophagus rufomarginatus sp. n.,

Geophagus rufomarginatus sp. n., du bassin de Rio Buranhém, se distingue de toutes les autres espèces du groupe par :

  • des lamelles dorsales à bords rouges,
  • la présence de séries longitudinales de petites taches bleu clair entre les épines et les rayons de la nageoire anale,
  • des branchies non denticulées;

Il est étroitement apparenté à G. brasiliensis et G. iporangensis.

 

Geophagus multiocellatus sp. N

Geophagus multiocellatus sp. n., du bassin du Rio de Contas, se distingue de toutes les autres espèces du groupe par :

  • de petites taches bleu pâle avec de minuscules points bleus vifs en leur centre,
  • souvent coalescents (fusionnées) verticalement pour former de courtes barres sur la nageoire caudale.

Geophagus santosi sp. N

 Geophagus santosi sp. n., du bassin du Rio Mariana, se distingue de toutes les autres espèces du groupe en ayant des bandes bleues parallèles aux rayons de la nageoire dorsale et anale sur leurs parties les plus longues.

Geophagus multiocellus et G. santosi appartiennent au même clade de G. itapicuruensis. Le clade composé par les espèces du bassin du Rio Paraguaçu a été retrouvé comme groupe apparenté aux autres espèces du groupe d’espèces G. ‘brasiliensis.